Séance inaugurale/AG du 15 octobre 2010

Séance inaugurale du vendredi 15 octobre 2010

Compte rendu de la séance inaugurale

Annexe: la discussion des thèmes

Compte rendu de la séance inaugurale

Nous commençons la séance par un tour de table. Sont présents : Alessandre Pozza ;
Amandine Mussou ; Anne Salamon ; Aurore Dourthe ; Barbara Falleiros ; Béatrice Barbieri ; Blandine Longhi ; Cécile Becchia ; Céline Ménager ; Chloé Chalumeau ; Diane Chamboduc de Saint Pulgent ; Emilie Deschellette ; Emilie Oliver ; Fanny Oudin ; Francesco Montorsi ; Guillaume Oriol ; Irène Strobbe ; Jean Baptiste Camps ; Laëtitia Tabard ; Lucas Wood ; Magali Cheynet ; Marie Dupuy ; Marion Bonansea ; Marion Chaigne ; Marion Lieutaud ; Patrick Moran ; Servane Michel ; Vanessa Obry.

            1. Présentation des activités de Questes

Vanessa Obry, la secrétaire, présente aux nouveaux arrivants les activités du groupe.

            Le séminaire et le bulletin

Nous nous réunissons en séminaire une fois par mois autour de thèmes choisis en début d’année. L’an dernier, trois thèmes ont été retenus : « manifestations divines », « maris et femmes » et « grivoiserie, pornographie, scatologie ».

            Chaque thème fait l’objet de deux à trois séances, en fonction du nombre d’intervenants. Les séances sont constituées de deux ou trois interventions suivies de discussions : les interventions sont de préférences brèves (une vingtaine de minutes au maximum), car le but des séminaires est de permettre les discussions entre les participants et entre les disciplines. Tous les participants sont invités à présenter, s’ils le souhaitent, des communications.

            Pour chaque thème un ou plusieurs responsables sont chargés de lancer un appel sur la liste de diffusion pour présenter le thème et recueillir les propositions d’interventions, puis de préparer une brève introduction (qui a pour fonction de problématiser le thème) pour la première séance, et d’animer le débat lors des séminaires. Enfin les responsables réunissent les articles pour le bulletin et en font la relecture. La fonction de responsable de thème est ouverte à tous.

            Après les séminaires, un bulletin est constitué sur chaque thème, sous la direction du responsable du bulletin. Chaque bulletin réunit les articles issus des interventions du séminaire, auxquels s’ajoutent une bibliographie, une introduction et une conclusion, ainsi qu’un avant-propos rédigé par un professeur. Le bulletin est imprimé en 250 exemplaires par le service de reprographie de Paris IV et envoyé à des chercheurs médiévistes de toutes les disciplines. Nous souhaitons développer une liste de diffusion spécifique pour le bulletin afin d’augmenter le nombre de lecteurs.

            La journée d’étude

Depuis sa création, le groupe Questes organise tous les deux ans une journée d’étude, dont le thème est choisi en début d’année. Un appel à contribution ouvert à tous les doctorants est mis en ligne par les organisateurs de la journée d’étude. Elle donne ensuite lieu à la publication d’actes, qui se fait traditionnellement aux PUPS.

            La dernière journée d’étude, organisée par Patrick Moran, Manuel Guay et Marie-Pascale Halary sur le thème « Intus et foris », ayant eu lieu en juin 2009, 2011 sera l’année de la prochaine journée d’étude. Patrick Moran annonce que le volume d’Intus et foris devrait sortir en janvier ou février 2011, et précise que les actes des journées d’étude de Questes ont toujours du succès.

            La liste de diffusion et le site

Questes dispose par ailleurs d’un site internet et d’une liste de diffusion.

            Le site internet http://questes.free.fr, dont Anne Rochebouet s’occupait jusqu’à présent, contient notamment la liste des participants et leurs sujets de recherche, les comptes rendus des séances des séminaires et la version électronique du bulletin Questes. Depuis l’an dernier, nous avons le projet de refaire ce site, notamment pour s’assurer de la pérennité du serveur qui l’héberge et s’assurer du bon fonctionnement de la liste de diffusion. Les rubriques du site pourraient à cette occasion être modifiées : chacun peut donc s’il le souhaite envoyer des suggestions de nouvelles rubriques au webmestre.

            La liste de diffusion permet de recevoir et de faire circuler des informations sur les activités des universités des différents membres du groupe, les publications, colloques, séminaires ou soutenances de thèses. Il suffit pour envoyer une information sur la liste de diffusion d’envoyer un message à la l’adresse questes@ml.free.fr. Chacun peut le faire sans qu’il soit nécessaire de passer par les membres du bureau. Cette liste permet de se tenir au courant : il ne faut donc pas hésiter à l’alimenter. Il n’y pas besoin d’être membre de Questes pour être inscrit sur la liste de diffusion : toute personne susceptible d’être intéressée par ce type d’informations peut en faire partie.

            L’association

L’Association des amis de Questes a été créée il y a quatre ans dans le but de donner au groupe un organe officiel indépendant de l’université qui pourrait apporter en cas de besoin une aide financière, notamment pour faire face à des frais exceptionnels, les dépenses de fonctionnement courant étant financées par l’EA 4349, dirigée par le professeur Dominique Boutet. L’association fonctionne grâce à un bureau. L’an dernier, le bureau était constitué d’un président, Patrick Moran, de deux vice-présidentes, Marion Chaigne et Mathilde Grodet, d’une secrétaire, Vanessa Obry, d’une trésorière, Fanny Oudin, de la responsable du bulletin, Amandine Mussou, et de la webmestre, Anne Rochebouet.

            Élection du bureau de l’association pour 2010-2011

Bureau proposé au vote :

– Présidente : Blandine Longhi

– Vice-présidentes : Vanessa Obry, Anne Salamon, Céline Ménager

– Secrétaire : Fanny Oudin

– Trésorière : Magali Cheynet

– Responsables du bulletin : Chloé Chalumeau et Hélène Rochas

– Webmestre : Marie-Emmanuelle Simon

            Vanessa Obry précise que Marie-Emmanuelle Simon souhaiterait, pour refonder le site de Questes, être aidée d’un second webmestre, qui serait disposé à reprendre par la suite la gestion du site. Jean-Baptiste Camps se porte volontaire et est ajouté à la liste des membres du bureau.

            Nous procédons ensuite au vote :

Présents : 28

Suffrages exprimés : 283

Abstentions : 0 Contre : 0 Pour : 28

            Le bureau est élu à l’unanimité.

            Bilan Financier

Fanny Oudin, trésorière pour l’année 2010-2011, rappelle que le montant de la cotisation est de 5 €. Cette cotisation permet de figurer sur le site de Questes non seulement comme participant au groupe, mais comme membre de l’association : ceux qui versent une cotisation d’un montant supérieur à 5 € figurent comme membres d’honneur.

            La cotisation peut se faire soit en espèces soit sous la forme d’un chèque à l’ordre de l’« Association des Amis de Questes ». Elle peut être remise à la trésorière lors des séances ou envoyée par chèque à l’adresse de la trésorière. La nouvelle trésorière, Magali Cheynet, enverra un mail sur la liste de diffusion pour préciser ces informations.

            Pour l’année 2009-2010, le montant déposé sur le compte en début d’année universitaire était de 612,95 €. Les cotisations ont été de 295 € et les intérêts de l’année 2009 de 11,34 €, ce qui fait un total de 918,99 €, aucune dépense n’ayant eu lieu en 2009-2010.

Plusieurs dépenses ont été proposées pour 2010-2011 :

Un cadeau au service de reprographie de Paris IV, qui imprime gratuitement le bulletin, déjà proposé l’an dernier, a été voté. Fanny Oudin soulève la question de la pré-impression du bulletin, et suggère qu’un forfait soit accordé aux responsables du bulletin pour la rembourser. Amandine Mussou répond que, depuis cette année, les responsables du bulletin peuvent utiliser l’imprimante de l’EA 4349.

            Fanny Oudin suggère que le compte de l’association pourrait servir à financer en partie la journée d’étude de 2011, par exemple en offrant un repas aux participants. Anne Salamon souligne que le coût peut s’avérer trop élevé par rapport aux moyens financiers dont dispose l’association, et qu’il ne sera probablement pas possible de le faire pour chaque journée d’étude. Marion Chaigne signale qu’il serait dommage que les participants soient séparés des auditeurs. Le recours à un buffet est suggéré. Patrick Moran rappelle qu’un pot est déjà offert à la fin de la journée d’étude, financé par l’EA 4349.

            Est finalement voté à l’unanimité le principe d’une participation financière à la journée d’étude : son montant et ses modalités seront à préciser en lien avec les organisateurs de la journée d’étude, et devront être soumis au vote au cours de l’année.

         2. Organisation de l’année 2010-2011

            Les thèmes recueillis par Vanessa Obry sont proposés pour l’année 2010-2011, présentés et discutés avant de passer au vote.

Les thèmes proposés sont « La route », « L’habit fait-il le moine ? », « Figures de mère », « Territoires de la mise en scène », « Trouver la paix », « L’irrationnel », « Le vin, l’ivresse », « Entre-deux : complémentarité, substitution, succession », « Les morts », « L’identité », « L’intermédiaire », « Double, écho et copie », « Signes et insignes du pouvoir », « Le doute », « Frontières, pourtours ». (Voir en annexe le détail des présentations écrites distribuées par Vanessa, des présentations orales et des discussions sur chaque thème.)

Les votes pour la journée d’étude et pour le séminaire sont séparés, car ils répondent à des exigences différentes.

            Choix du thème de la journée d’étude

Sont exclus du vote pour la journée d’étude les thèmes « Trouver la paix », « Figures de mère », « Le vin, l’ivresse », « Signes et insignes du pouvoir », « Les morts : représentations et fonctions », « L’irrationnel », « L’habit fait-il le moine ? » et « Double, écho et copie », car ils avaient été proposés plutôt dans l’optique du séminaire ou ont déjà fait l’objet de publications récentes.

            Les votes se répartissent comme suit :

« La route » 4 ;

« Territoires de la mise en scène » 3 ;

« Le doute » 4 ;

« Entre-deux » 7 ;

« L’identité » 0 ;

« L’intermédiaire » 3

            Le thème « Entre-deux » est retenu, à charge pour les organisateurs de la journée d’étude d’en préciser l’orientation. Marion Chaigne et Laëtitia Tabard sont pressenties comme organisatrices de la journée d’étude. Francesco Montorsi et Cécile Becchia pourraient également participer à l’organisation.

            Choix des thèmes de séminaire

Vanessa Obry rappelle que chacun peut voter pour trois thèmes.

Les votes se répartissent comme suit :

« La route » 17 ;

« L’habit fait-il le moine ? » 3 ;

« Figures de mère » 4 ;

« Territoires de la mise en scène » 4 ;

« Trouver la paix » 7 ;

« L’Irrationnel » 0 ;

« Le vin, l’ivresse » 2 ;

« Le doute » 9 ;

« Les morts : représentations et fonctions » 4 ;

« L’identité » 7 ;

« L’intermédiaire » 2 ;

« Double, écho, copie » 3 ;

« Signes et insignes du pouvoir » 1.

Les thèmes « La Route » et « Le doute » sont retenus. Un second vote a lieu pour départager « L’Identité » et « Trouver la paix », qui recueillent respectivement 10 et 13 voix.

            Les thèmes traités dans l’année seront donc, dans l’ordre :

1. « La route », organisé par Magali Cheynet, et éventuellement un(e) historien(ne) qui serait intéressé(e).

2. « Le doute », organisé par Francesco Montorsi et Servane Michel.

3. « L’identité », organisé par Fanny Oudin et Cécile Becchia, aidée de Diane Chamboduc.

            Calendrier

Les séances du séminaire auront lieu aux dates suivantes :

19 novembre (1ère séance sur « La route ») ;

10 décembre ;

14 janvier ;

18 février ;

18 mars ;

8 avril ;

13 mai.

            La journée d’étude aura lieu un samedi en juin, probablement le 4 ou le 11 juin, selon la décision des organisateurs.

            Annonces

Sur le temps restant, deux annonces sont faites.

            Patrick Moran présente le répertoire des thèses de la Société de Langue et de Littérature Médiévales d’Oc et d’Oïl (SLLMOO), dont il est responsable. Il a vocation à répertorier à la fois les thèses sur la littérature française du Moyen Age en Europe, ainsi que les thèses en rapport avec le Moyen Age, toutes disciplines confondues, en France. Chacun peut faire parvenir les informations ou modifications relatives à sa thèse à Patrickmoran@orange.fr. Ceux qui ont soutenu leur thèse récemment peuvent envoyer les informations à Sébastien Douchet (sebastien.douchet@free.fr).

            Céline Ménager signale l’existence de Zotero, un outil bibliographique qui est une extension de Firefox et permet de mettre en ligne (en usage personnel ou ouvert) des bibliographies comprenant à la fois ouvrages et sites internet. Il fonctionne aussi bien sur PC que sur Mac et permet de récupérer les informations directement à partir des sites internet comme le SUDOC. Il permet également de créer des groupes : peut-être pourrait-on créer un groupe Questes sur Zotero avec par exemple les bibliographies de chaque thème.

Fanny Oudin

Retour haut de page

Annexe: la discussion des thèmes

 

La route (Magali Cheynet)

            « Au commencement était la route », écrivait Joseph Bédier pour expliquer la naissance de la chanson de geste, plus particulièrement de la Chanson de Roland. Des récits se seraient formés autour de quelques souvenirs et légendes liés au chemin de pèlerinage vers Compostelle. S’il n’y a pas lieu de revenir sur cette discussion, reste la puissance évocatrice de ce thème à travers de nombreux textes, solennels et exaltés comme les chansons de geste, bestournés dans quelques fabliaux et dans le Roman de Renart (le voyage aussitôt abandonné qu’entrepris du « Pèlerinage de Renart »). Il serait intéressant de le suivre à travers différents genres, mais aussi d’en comprendre la portée en évoquant dans une perspective historique les différents aspects du départ en pèlerinage : la carte des routes et des lieux de culte et sa répercussion sur la conception de l’espace (unité de l’espace « européen» sur des axes différents de ceux autour desquels on structure désormais notre représentation mentale ; liens économiques, sphères d’influence politique), la condition du pèlerin (matérielle, spirituelle), les objets qui accompagnent son voyage (comme ces médailles pour le moins surprenantes que nous avions vues l’année dernière lors d’une séance sur le thème « Grivoiserie, pornographie, scatologie ».).

            Il est rappelé au cours de la discussion qu’il y a deux ans, « Le chemin » avait été voté avec une orientation à la fois concrète et spirituelle, mais n’avait pas été traité faute de temps. Il n’avait pas été revoté l’année suivante. Magali Cheynet précise qu’elle avait proposé ce thème dans une perspective plus concrète qu’allégorique.

L’habit fait-il le moine ? (Céline Ménager)

            En reprenant ce proverbe connu, je propose de nous interroger sur le rôle du vêtement dans la société médiévale. On peut commencer notre réflexion autour de l’idée qu’au Moyen Age, être quelqu’un d’honorable consiste à paraître ce que l’on est, comme le rappellent certains traités d’éducation ou certaines lois somptuaires. Dès lors, la façon dont on s’habille n’a rien d’anodin. Dans les champs historiques, on peut poser des questions telles que la naissance du phénomène de mode, la façon dont s’exprime les normes vestimentaires, la façon dont le vêtement est un révélateur du statut social. Sur le plan littéraire, on peut penser aux personnages qui se déguisent, qui mettent les vêtements d’un autre. Dans le domaine de l’histoire de l’art, suivant les pas d’Odile Blanc dans son excellent ouvrage, Parades et parures, l’invention d’un corps de mode au Moyen Age (1997), on peut travailler sur les symboles qui sous-tendent la représentation d’une tenue.

            Céline Ménager précise que l’ouvrage d’Odile Blanc, à l’origine de cette idée, porte sur l’iconographie des livres précieux de la fin du Moyen Age et étudie la façon dont le costume véhicule une idée. Elle rappelle qu’être honorable au Moyen Age signifie paraître ce qu’on est vraiment. Marion Chaigne ayant signalé qu’en histoire les principales sources seraient les comptes, Céline Ménager répond que le thème peut faire appel à des sources iconographiques, mais aussi à un certain nombre de topoi, y compris dans l’historiographie ou les vies de saints.

Figures de mère (Céline Ménager)

            Le christianisme du Moyen Age laisse une place d’autant plus importante à la dévotion mariale qu’on avance dans le temps. La mère pourrait donc apparaître comme un modèle de sainteté. Mais la Vierge est par définition loin d’être une mère comme les autres. Dès lors, le statut de la mère n’est pas simple. Partant de ce constat, on peut élargir notre réflexion à l’ensemble de la société médiévale. Y a-t-il un statut particulier des femmes une fois qu’elles sont devenues mères ? Quid du sentiment maternel au Moyen Age ? Quelles sont les obligations d’une mère vis-à-vis de ses enfants ? Quel rôle jouent les mères dans les récits médiévaux ? Existe-t-il des marâtres et comment sont considérées les « mauvaises mères » ? Etc.

            Céline Ménager signale que le thème est à exclure pour la journée d’étude car il existe déjà un recueil.

Territoires de la mise en scène (Laëtitia Tabard et Marion Chaigne)

            Ce sujet permettrait un véritable travail interdisciplinaire, parce qu’il aborde une notion littéraire, qui engage à la fois un texte et une pratique sociale ancrée dans un espace et un temps. Depuis les travaux de Huizinga sur la théâtralisation de la vie sociale à la fin du Moyen Âge, on se représente aisément que la pratique de la mise en scène déborde largement la question littéraire dans la période médiévale, et prend la forme de représentations théâtrales, mais aussi de représentations allégoriques, dans les fêtes de cour notamment, « pas d’armes», « Banquet du faisan », qui relèvent d’une « emblématisation » (Paul Zumthor) de la vie publique (se fondant en partie sur la lecture des romans arthuriens), et de la politique. En partant de la notion de « territoire », on cherchera à définir quels sont les domaines qui se prêtent à la représentation contrôlée, quelles bornes leur sont assignées. On peut s’interroger également sur la manière dont la mise en scène contribue à définir les frontières politiques, à asseoir le pouvoir dans un territoire où il est contesté.

            Marion Chaigne précise que c’est la relation entre les deux termes de « mise en scène » et de « territoires » qui lui a paru intéressante, car elle permet d’envisager les phénomènes de spatialisation et de contextualisation de la mise en scène. En littérature, cela pose peut-être le problème d’une vision sociologie de la littérature dans ses pratiques d’actualisation du texte, et que la lecture peut être intégrée au sujet comme mise en scène.

Trouver la paix (Laëtitia Tabard et Marion Chaigne)

            L’expression, qui renvoie autant aux processus diplomatiques qu’à une dimension psychologique, permet de s’interroger sur l’idéal de la paix au Moyen Âge, et sur les difficultés qui sont liées à l’établissement d’un pacte social dans le contexte féodal ou dans les situations de division qui sont celles de la fin du Moyen Age. De même qu’on parle d’un « travail de deuil », on pourrait parler d’un travail de paix : il ne s’agit pas simplement d’empêcher l’agression, mais d’assurer la concorde (accord des cœurs), de restaurer l’amitié et la bonne entente, ce qui suppose, en marge des institutions, des rituels de pacification, et des processus permettant de surmonter les divisions du corps social. Grâce aux travaux de Claude Gauvard, les rituels infra-judiciaires et les méthodes de résolution des conflits ont fait l’objet de recherches éclairantes, et l’on pourrait s’interroger sur l’influence de l’idéal pacifique dans les représentations de la guerre, de l’idéal chevaleresque et de l’héroïsme (qui sont avant tout lié à la prouesse guerrière), de la fonction royale ou ducale, mais aussi sur la fonction de la · littérature, qui parfois met en scène des rituels judiciaires, et se présente dans certains cas comme œuvre de paix, cherchant à dénouer le conflit par un travail de rationalisation ou d’examen des faits sociaux (Livre de Paix de Georges Chastellain, Livre du corps de policie de Christine de Pizan … ).

            Laëtitia Tabard souligne que le thème n’est pas proposé pour la journée d’étude, car il a déjà fait l’objet d’un colloque récent. Il s’agirait d’envisager la paix non comme état mais comme processus toujours inachevé, qui vise à un véritable accord social et un « accord des cœurs » qui soit au-delà de la simple tranquillité. Marion Lieutaud précise que pour les philosophes, le thème serait plutôt à envisager sous l’angle de la paix intérieure que ce soit du point de vue psychologique ou théologique. Elle explique que, jusqu’à l’introduction d’Aristote, la vision reste très platonicienne (l’âme en guerre contre elle-même) mais n’implique pas de considérations politiques.

Les morts : représentations et fonctions (Blandine Longhi)

            Ce thème pourrait permettre d’aborder la façon dont les médiévaux imaginaient le devenir des hommes après leur trépas. Ces représentations semblent peiner à s’éloigner du connu : les textes littéraires témoignent de la croyance à une porosité entre la vie et la mort (à travers les figures des représentants de l’Autre Monde), que confirment certaines superstitions populaires (Maisnie Hellequin), et dans le domaine religieux, l’imaginaire de l’Au-delà se construit également à partir du modèle de la vie quotidienne. Il serait intéressant de s’interroger sur les fonctions de ces images. En littérature, elles peuvent être utilisées pour créer des effets variés, allant du fantastique au comique (avec les faux revenants de certains fabliaux). D’un point de vue historique, on pourrait par exemple se pencher sur l’utilisation à des fins idéologiques de la représentation des morts (visée édifiante, utilisation politique …).

            Blandine Longhi précise que cette proposition est née de l’impression que les médiévaux avaient du mal à voir les morts comme morts, notamment parce que les représentations sont calquées sur la vie quotidienne. Elle suggère que le thème pourrait permettre d’y réfléchir pour éventuellement contredire cette idée. Patrick Moran rappelle que c’était le sujet de la première journée d’étude de Questes mais que rien n’interdit de revenir sur le sujet en séminaire.

L’identité (Cécile Becchia)

            Un thème qui pourrait tourner autour de l’identité, des voies empruntées pour se penser, se dire à autrui ; autour de la prise de conscience ou de la construction (éventuellement fallacieuse) de l’identité, qu’elle soit individuelle ou collective, religieuse, sociale, politique ou autre. On peut inclure dans le sujet le jeu sur le double, le miroir, l’alter ego, le masque, le travestissement de l’identité.

            Cécile Becchia précise qu’il s’agirait de réfléchir sur la façon dont on se pense et on se dit au Moyen Age, qu’il s’agisse d’identité individuelle ou d’identité collective. La question serait celle de la construction de l’identité, éventuellement fallacieuse. Fanny Oudin ajoute que la focalisation sur l’idée de construction de l’identité pourrait permettre d’orienter le sujet de façon à éviter de tomber dans des problématiques trop larges ou éventuellement déjà partiellement traitées, notamment en littérature où de nombreux travaux abordent la question. Marion Chaigne signale que le thème pourrait être envisagé pour la journée d’étude, en incluant également l’iconographie.

Entre-deux : complémentarité, substitution, succession (Laëtitia Tabard, Marion Chaigne)

            Ces trois notions permettent de s’interroger sur le processus de collaboration entre des personnes, des faits ou des textes qui sont conçus dans une unité, et semblent parfois simplement se répéter ou redoubler la même fonction, phénomène que l’on observe à plusieurs niveaux dans la société médiévale : couple princier, couple héroïque, auteurs dédoublés (l’auteur et le traducteur, l’auteur et le dédicataire). Comment penser la relation entre deux instances dans un ensemble ? L’idée sous-jacente de succession renvoie à la politique bien évidemment, mais on peut voir la continuité ou reprise d’un texte, le héros qui se substitue à un autre dans un cycle, un auteur succédant à un autre, la transmission du patrimoine matériel et immatériel, les dons d’un point de vue juridique (ce qui est réglé et ce qui ne l’est pas).

            Laëtitia Tabard précise que ce thème engagerait la question de la relation et d’un espace intermédiaire, et donne l’exemple, pour la littérature, des figures de la complexité, au-delà des systèmes binaires (dorveille de Guillaume de Machaut, entroubli de François Villon) analysées par Jacqueline Cerquiglini-Toulet. Marion Chaigne souligne qu’il permettrait de pense la succession et la transition comme des phénomènes de complémentarité : elle propose l’exemple des phénomènes d’état politique d’entre-deux comme la régence. Lucas Wood ajoute la possibilité d’étendre le thème à la translatio, comprise comme succession qui effectue une substitution et nie le terme précédent.

            Pour resserrer le thème, Vanessa Obry propose de le rendre plus temporel, ce qui éviterait de retomber sur une problématique analogue à celle d’Intus et foris. Le thème pourrait alors s’intituler « entre deux temps » comme le suggère Laëtitia Tabard. Ce serait particulièrement intéressant pour le Moyen Age qui, par sa dénomination, a été présenté comme une transition, une parenthèse. Laëtitia ajoute qu’« entre deux temps » pourrait ouvrir sur la musicologie (demi-tons, demi-temps…).

            Marion Lieutaud précise que la question de l’entre-deux en philosophie amènerait moins vers la question du temps et de la durée que vers des questions théologiques, avec le problème des états intermédiaires ou des êtres intermédiaires, des entités entre deux (la conscience : individu, autre temps). Patrick Moran suggère une référence à Joachim Flore, Servane Michel au Purgatoire, mais on signale que cette dernière référence renvoie peut-être plutôt à l’espace qu’au temps. Une référence à l’eschatologie et au temps compris deux venues du Christ est également suggérée.

            Laëtitia Tabard souligne que rien n’oblige à réduire la question de l’entre deux à un aspect temporel, mais qu’il implique surtout les notions de complémentarité et surtout de transition. Marion Chaigne va dans ce sens en liant l’idée de succession à celle d’interface : il s’agirait de penser la succession autrement que comme une simple juxtaposition : que ce soit dans la dimension politique (régence) ou littéraire (continuation), il ne s’agit pas d’une simple juxtaposition de deux temps mais d’une interaction, d’effets qui interagissent. Lucas Wood signale dans cette perspective qu’on pourrait garder présente à l’esprit la dimension temporelle, mais parler à la fois de succession et de simultanéité.

            Laëtitia Tabard conclut que si le thème est envisagé pour la journée d’étude, il a à la fois l’avantage et l’inconvénient d’être assez large. Elle signale que peu de choses ont été faites sur la question jusqu’à présent (Une journée d’étude de doctorants a été organisée Caroline Prudhomme mais elle n’était pas centrée sur le Moyen Age et n’a pas fait l’objet d’une publication).

L’irrationnel (Laëtitia Tabard)

            Il s’agirait d’échapper à la dialectique de la foi et de la raison, ou aux problématiques du merveilleux pour se demander si au Moyen Age certains phénomènes pouvaient être perçus comme véritablement irrationnels.

Le vin, l’ivresse (Marion Chaigne)

            Marion Chaigne signale que le thème est issu d’une discussion informelle et se situerait dans la même dynamique plaisante que « grivoiserie, pornographie, scatologie ».

L’intermédiaire (le messager, l’ambassadeur) (Cécile Becchia)

            Cécile Becchia précise que ce thème, qui lui a été suggéré par son sujet de recherche, peut aussi être entendu au sens figuré.

Double, écho et copie (Céline Ménager)

Céline Ménager explique que l’idée de ce thème vient de ce que les médiévistes travaillent essentiellement sur des copies car il n’y a presque pas d’autographes au Moyen Age. Il s’agirait donc de s’intéresser aux problèmes que pose la copie : interpolation, modifications, volontaires ou non ; relations de copie, de plagiat, d’écho assez différentes de la notion actuelle de droit d’auteur. Pour les chartes et la diplomatique, cela pose la question de l’authentique et du faux. Anne Salamon propose de reformuler le sujet pour répondre à cette orientation en l’intitulant « original et copie ». Céline Ménager répond qu’il lui paraît plus intéressant de l’élargir aux échos, aux motifs qui reviennent d’un texte à l’autre. Blandine Longhi souligne que « double » convient alors peut-être mieux.

Signes et insignes du pouvoir (Marion Chaigne)

            Marion Chaigne signale qu’il s’agit d’un thème déjà) proposé l’année précédente, qui n’avait pas été retenu mais qui lui semble intéressant, et dont il avait été montré qu’il pouvait être traité aussi bien du point de vue littéraire qu’historique.

Le doute (Francesco Montorsi)

            Francesco Montorsi explique que ce thème lui a été suggéré par son travail sur la traduction italienne d’un roman français, qui fait apparaître des expressions de doute à plusieurs reprises. On suggère que ce thème pourrait recouper la question de l’entre-deux en étant envisagé comme un entre-deux de la psychologie. Lucas Wood suggère que la question des hérésies pourrait alors y être reliée.

Frontières, pourtours (Francesco Montorsi)

            Francesco Montorsi suggère de traiter dans ce thème tout ce qui tourne autour de la transmission et de la matérialité du texte, avec ce qui figure dans les marges. Plusieurs personnes signalent qu’un bulletin a déjà été consacré à la question de la marge et que la question de la frontière a déjà été abordée lors de la journée d’étude consacrée à Intus et foris.

Fanny Oudin

Retour haut de page



Citer ce billet
Questes (2010, 16 octobre). Séance inaugurale/AG du 15 octobre 2010. Questes. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4hf

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search