Grivoiserie, pornographie et scatologie (avril-juin 2010)

Grivoiserie, pornographie et scatologie

Compte rendu de la séance du 9 avril 2010

Compte rendu de la séance du 21 mai 2010

Compte rendu de la séance du 11 juin 2010

 

Compte rendu de la séance du vendredi 21 mai 2010

Grivoiserie, pornographie et scatologie (II)

 

Hélène Bellon-Meguelle, Chloé Chalumeau, Jean-Baptiste Delzant, Marie Dupuy, Caroline Foscallo, Mathilde Grodet, Marie-Pascale Halary, Marie-Madeleine Huchet, Christophe Imperiali, Midoriko Kageyama, Pierre Levron, Patrick Moran, Vanessa Obry, Fanny Oudin, Marie-Emmanuelle Simon et Lucas Wood participent à cette deuxième séance sur le thème « Grivoiserie, pornographie et scatologie », coordonné par Marie Dupuy et Mathilde Grodet.

            Face au succès remporté par ce thème, Mathilde et Marie annoncent qu’une troisième séance y sera consacrée le 11 juin. Nous profiterons de cette dernière rencontre pour fêter la fin de l’année et vous attendrons nombreux, pour le séminaire et pour la soirée au restaurant qui suivra !

            En début de séance, plusieurs manifestations sont annoncées par les participants :

Marie-Emmanuelle Simon rappelle la tenue, le 28 mai à Nanterre, d’une journée d’étude sur le mythe et Vanessa Obry celle d’un colloque sur l’anonymat à Aix-en-Provence les 27, 28 et 29 mai. Pierre Levron fait circuler un ouvrage récemment paru chez Flammarion, Le dernier duel, de Eric Jager, une reconstitution du contexte historique du dernier duel judiciaire. Enfin, Caroline Foscallo nous annonce la création d’une association de jeunes chercheurs médiévistes à l’Université de Genève : ce sera peut-être l’occasion de nouveaux contacts et de nouvelles collaborations pour le groupe Questes.

            Après ces quelques annonces, nous écoutons une intervention de Pierre Levron, intitulée « Mélancolie et scatologie, ou de l’humeur noire aux vents et aux excréments ».

            Après avoir souligné que, tout comme les passions mélancoliques sont celles que l’on cherche à contrôler et à réprimer, la scatologie relève du refoulé, Pierre nous présente plusieurs passages à contenu scatologique dans la lyrique. On voit ainsi comment la scatologie contribue à la description de la maladie amoureuse. Deux motifs en particulier permettent de relier la scatologie et le service d’amour. Le premier motif est celui du pet propulsant un navire chargé de dames qui doivent aller en terre sainte. Le pet est l’épreuve – assimilable à celle de Lancelot dans la charrette – par laquelle le servant des dames doit renoncer à sa qualité d’homme noble. Le second motif concerne une dame demandant à son amant de lui souffler dans le derrière. Il a suscité une polémique, opposant Arnaut Daniel, qui prend la défense de l’amant et fait de la demande le témoin de l’immoralité de l’aimée, et Raimon de Durfort, partisan de la dame, qui s’attarde sur la description de sa beauté extérieure, non sur la dimension scatologique de la demande. On voit ainsi que la définition de la scatologie est subjective et l’acte est d’autant plus disqualifié qu’on le présente comme scatologique. Enfin, Pierre nous montre comment le discours scatologique s’apparente à un discours médical. La scatologie fait de la dame aimée un être inquiétant. Or, on retrouve dans les discours sur la mélancolie les mêmes caractéristiques que dans les textes scatologiques, la bile noire est par exemple assimilée aux excréments. La laideur de la scatologie n’est pas seulement liée à une volonté de parodie de la beauté parfaite, mais elle répond aussi à un but clinique. Chez les troubadours, l’emploi de la scatologie aurait alors pour but de prévenir la mélancolie, les poèmes scatologiques ne sont donc pas fondamentalement hétérodoxes par rapport aux productions courtoises de leurs auteurs.

            Lors de la discussion, plusieurs des exemples présentés suscitent l’étonnement. On remarque surtout l’originalité de ces textes par rapport aux autres exemples médiévaux que nous avons abordés : la scatologie, parfois mêlée de pornographie, n’a pas toujours pour but de faire rire.

            La deuxième intervention, par Chloé Chalumeau, porte sur « La scatologie dans Audigier : de la chanson de geste au fabliau ».

            Composé à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, Audigier se trouve au confluent de deux genres, mêlant la forme et les thèmes épiques à une thématique scatologique omniprésente : tout est prétexte à évoquer les excréments. Cette thématique, que l’on peut rapporter au fabliau, ne suffit pourtant pas à exclure le texte de la chanson de geste. Chloé montre plutôt que Audigier pousse à l’excès, en l’appliquant à tous les personnages, la tendance de la chanson de geste à présenter certains personnages comme des anti-héros. L’usage de la scatologie est par ailleurs très différent dans Audigier et dans les fabliaux : dans le texte qui nous occupe, elle n’a pas de réelle fonction centrale dans le schéma narratif. Chloé propose ainsi de rattacher Audigier au burlesque, plutôt qu’à l’héroï-comique, et à considérer ainsi le genre épique comme premier : la thématique des excréments instaure dans les données héroïques un désordre que le texte ne résout pas. Un ordre interne s’instaure en effet, opposant une scatologie positive et négative, mais le héros reste un couard et on ne trouve dans Audigier aucun rétablissement de l’ordre semblable à la clôture des intrigues des fabliaux. On peut alors se demander pourquoi la forme de la chanson de geste est conservée pour exprimer une vision du monde qui ne lui correspond pas. Il peut s’agir d’un moyen de provoquer un rire libérateur venu du sentiment de décalage entre la forme et le contenu, ou de l’utilisation d’un moule épique pour développer des motifs populaires. Le texte provoque le dégoût et Eric Hicks a montré que Audigier mettait en cause l’institution du langage, en injuriant son public. La dégradation et l’idéologie carnavalesque se fait ainsi réflexion sur le langage. Enfin, le texte pourrait être le témoin d’une évolution des formes littéraires. Si l’on considère que la première rédaction du texte est probablement antérieure à 1160, Audigier pourrait être le lieu de transmission du motif scatologique de la chanson de geste vers le fabliau.

            La discussion qui suit porte d’abord sur les rapprochements avec le fabliau : bien que cela ne puisse pas être un critère décisif, Patrick Moran souligne que la longueur du texte (environ 600 vers) tendrait à l’éloigner de la chanson de geste. Lucas Wood remarque que dans la Prise d’Orange, l’ignoble est valorisé lorsqu’il concerne le héros Guillaume, mais condamné chez les ennemis. On aurait ainsi un principe similaire à ce qu’on trouve dans Audigieri, bien que le héros de ce dernier texte ne soit jamais valorisé. Mathilde Grodet remarque enfin que, comme dans d’autres exemples évoqués à la séance précédente, la scatologie dans Audigier n’a pas une fonction de transgression sociale, mais qu’elle entérine au contraire les hiérarchies.

            Pour terminer la séance, Caroline Foscallo propose une analyse des « scènes érotiques et du goût du détail obscène dans les fabliaux ».

            Remarquant que les scènes amoureuses érotiques sont nombreuses dans les fabliaux, Caroline passe en revue les différentes étapes de l’acte sexuel et leurs représentations dans les textes. Nous pouvons alors remarquer le caractère extrêmement stéréotypé des descriptions. L’usage des métaphores, et notamment d’images animales (L’Escuriel), est fréquent et surtout, les représentations de transgressions véritables sont rares. Par exemple, la représentation de l’acte sexuelle sort rarement du cadre de la seule position autorisée par l’Eglise, l’homme se trouvant allongé sur la femme. Le figement de ces scènes les rapproche de la formule et contribue certainement à susciter pour le lecteur de fabliaux un plaisir lié à la reconnaissance de motifs narratifs. La recherche d’un effet comique est bien sûr première et ces scènes contribuent à ancrer le fabliau dans un univers concret, celui du plaisir charnel et matériel.

            Lors de la discussion qui suit l’intervention, Jean-Baptiste Delzant nous invite à nous demander à partir de quand la représentation de la sexualité devient moins conventionnelle dans les textes français. Marie-Emmanuelle Simon précise que dans les farces de la fin du Moyen Âge, les métaphores sont plus diversifiées mais les descriptions restent stéréotypées. Caroline ayant évoqué l’idée d’une sexualité positive et ne relevant pas du péché, Mathilde souligne que le fabliau présente une vision extrêmement conventionnelle de la sexualité, le choix de personnages de basse extraction sociale pouvant tout de même constituer une condamnation.

            Nous devons mettre fin à ces discussions à 20h, en attendant bien sûr de nous retrouver le 11 juin.

Vanessa Obry

Retour haut de page


Vous aimerez aussi...