Hommes illustres (novembre 2008-janvier 2009)

Hommes illustres

Compte rendu de la séance du 14 novembre 2008

Compte rendu de la séance du 12 décembre 2008

Compte rendu de la séance du 16 janvier 2009

 

Compte rendu de la séance du vendredi 14 novembre 2008

Hommes illustres (I)

 

Florent Coste, Marion Chaigne, Anne Salamon, Midoriko Kageyama, Amandine Mussou, Jean-Baptiste Delzant, Pierre Chamboduc, Manuel Guay, Léonard Dauphant, Blandine Longhi, Clémentine Valette, Vanessa Obry, Fanny Oudin, Marie-Emmanuelle Simon, Claire Tignolet, Irène Fabry, Clotilde Dauphant, Patrick Moran, Anne Rochebouet, Pierre Levron, Francesco Montorsi et Laëtitia Tabard ont assisté à cette séance.

            Patrick intervient en premier pour parler du problème du thème de la journée d’étude que le groupe Questes propose d’organiser le 13 juin 2009.

Lors de la première séance, le groupe a voté comme thème de la journée d’étude : « Intus / Foris, Intérieur / Extérieur, Dedans / Defors », et Patrick et Jean-Baptiste se sont portés volontaires pour l’organisation. Cependant, diverses réactions devant le thème ont montré une profonde divergence d’interprétation. La question du for intérieur peut être abordée d’un point de vue juridique, anthropologique ou théologique : comment sont perçus au Moyen Âge les rapports entre l’homme intérieur et l’homme extérieur, entre les émotions et leur expression corporelle, entre les gestes de la liturgie et l’intimité spirituelle ? Or d’un point de vue pratique, les membres du groupe Questes ne sont pas du tout spécialisés dans ces domaines. Certains pensaient donc que la journée serait consacrée à la subjectivité d’un point de vue plus littéraire, à la question de la sincérité d’un moi intérieur, à l’expression d’une psychologie. D’autres enfin, plutôt historiens, donnaient une lecture spatiale du thème, la notion de frontière semblant pouvoir expliquer la différence entre des parties – de territoires ou de groupes sociaux – conçues comme « intérieures » ou « extérieures ». Après réunion du bureau de l’association et consultation de tous les membres sur la liste de diffusion, Patrick repose la question de la délimitation du sujet, qui doit être à la fois interdisciplinaire et bien problématisé. Il est nécessaire que les membres du groupe Questes proposent des contributions en nombre suffisant, qui convergent vers une thématique cohérente.

            Les idées proposées par Patrick sont vivement débattues par l’ensemble des présents. On discute des dérives possibles du thème vers d’autres sujets, déjà traités ailleurs, comme « l’espace » (thème choisi cette année par l’International Medieval Society pour son colloque) ou « privé / public » ou « la marginalité ». Il semble pertinent de traiter l’opposition « semblance / senefiance », et de s’intéresser à l’extériorisation des émotions, ce qui concerne particulièrement les historiens de l’affect. Jean-Baptiste attire l’attention sur le danger d’une problématique « molle », fourre-tout et peu défendable d’un point de vue scientifique. Patrick accepte finalement de réfléchir à la problématisation et à la rédaction d’un appel à contribution à partir du couple « intus / foris » comme grille de lecture du réel, adaptable à différents champs d’étude – théologiques, affectifs ou politiques – et spécifique à la période médiévale, qui a beaucoup utilisé ces concepts. L’aide de Marie-Pascale, qui a proposé le thème lors de la séance précédente, sera la bienvenue pour cette réflexion indispensable. Après désistement de Jean-Baptiste, qui s’excuse de se retirer, Fanny se porte volontaire pour organiser la journée d’étude avec Patrick. L’appel à contribution sera rédigé pour la prochaine séance de Questes.

Le reste de la séance est consacré au thème choisi pour ce début d’année :

“Les Hommes illustres”

Anne S. et Marion propose une substantielle introduction à deux voix.

            Les hommes illustres apparaissent dans l’Antiquité dans des textes littéraires et historiques, les De viris illustribus, qui fondent un genre encore largement répandu au Moyen Âge et à la Renaissance, mais sous des modalités différentes. On peut alors chercher la spécificité des hommes illustres médiévaux : de nouvelles figures apparaissent-elles ? sont-elles traitées de la même manière, avec les mêmes moyens artistiques, et pour célébrer les mêmes valeurs ?

            Les hommes illustres apparaissent toujours en série biographique ou picturale, en tant que personnages célèbres (illustris signifie « brillant, éclairé, en vue »), qui montrent à la fois une individualité remarquable et l’appartenance à un système de valeurs collectives.

            Dans une première partie, Anne définit le genre antique du De viris illustribus. Aux Ve et IVe siècles en Grèce se développe l’écriture biographique en relation avec le développement de  l’histoire politique, qui utilise des récits élogieux de vies idéalisées. À Rome, la biographie est liée à des pratiques funèbres, la laudatio funebris, et le culte des Ancêtres parmi lesquelles se distinguent de grandes figures, les exempla majorum. La biographie antique est donc liée au panégyrique soulignant la valeur d’exemplarité d’individus ayant su bien se comporter vis-à-vis de la société. Le regroupement de biographies en séries conduit les auteurs à une grande concision. L’utilisation de l’anecdote révélatrice y est donc particulièrement importante. S’opposent alors, selon Bakthine, deux types de biographies, divisées selon des catégories thématiques, comme chez Suétone, ou suivant un ordre chronologique, comme chez Plutarque. Parmi les De viris illustribus encore connus, on compte une œuvre de Cornelius Nepos (Ier s. av. J.-C.), dont il reste un chapitre, une œuvre de Suétone dont on ne connaît que le plan et quelques passages, et un texte conservé, anonyme. S’y ajoutent d’autres biographies en série comme les Vies des douze Césars de Suétone et les Vies parallèles de Plutarque, œuvre inconnue au Moyen Âge jusqu’aux XIVe-XVe siècles, et devenue célèbre en France par la traduction d’Amyot au XVIe siècle seulement.

            Dans une deuxième partie, Marion analyse la période médiévale, avec la rupture du christianisme et les réappropriations d’un genre littéraire. Saint Jérôme compose un De viris illustribus qui regroupe des auteurs chrétiens ; ses 135 notices sont ensuite enrichies par Gennadius de Marseille (91 notices) et Isidore de Séville (33 notices). Durant tout le Moyen Âge s’écrivent de nouvelles compilations, qui regroupent des figures propres à une région ou à un ordre monastique. Il s’agit de montrer, comme dans l’Antiquité, comment certains hommes exceptionnels ont su surmonter l’adversité et résister aux tourments de Fortune ou d’Envie, grâce à leur virtus. La virtus est la qualité nécessaire pour être un homme « illustre », même si sa signification change selon le contexte idéologique. La virtus était d’abord la valeur d’un guerrier sur le champ de bataille, puis le courage moral qui permet d’accéder à la sagesse. La vertu des saints chrétiens est perçue comme une force active même après sa mort, par l’intermédiaire de sa dépouille, ce qui justifie le culte des reliques. Ces nouveaux hommes illustres sont pris en exemple pour leur vie de foi, et de plus en plus pour leur appartenance au monde ecclésiastique. Le genre connaît son apogée au XIIIe siècle. Dans les recueils hagiographiques, des miniatures séparent les différentes vies pour montrer toujours le courage devant la souffrance infligée. Le regroupement de ces figures héroïques doit susciter l’admiration et l’émulation du lecteur, dont la vie doit être transformée à son tour. Plutarque soulignait lui aussi que l’histoire des grands hommes doit servir de miroir au lecteur. La gloire des Chrétiens est cependant spécifique : les saints conduisent une vie terrestre exemplaire parce qu’ils n’aspirent qu’à la vie céleste, et leur renommée, même méritée, doit se soumettre à la vertu d’humilité. Les récits hagiographiques donnent aussi des contre-exemples, à travers des historiettes insérées qui racontent des châtiments divins mérités.

            Dans une troisième partie, Marion analyse le rapport à l’histoire et à la mémoire à travers les figures des hommes illustres. À la fin du Moyen Âge, le genre du De viris illustribus connaît un regain d’intérêt, lorsque les intellectuels citent l’Antiquité comme époque exemplaire et s’intéressent aux hommes illustres en dehors de l’hagiographie. Pétrarque, dans son De viris illustribus, se restreint à la période romaine, s’opposant à la période obscure dans laquelle il prétend vivre. Par sa redécouverte de l’Antiquité, sa valorisation de la gloire temporelle, et sa nouvelle conscience de la gloire de l’écrivain, Pétrarque permet l’essor d’un nouveau genre apprécié dès le milieu du XIVe siècle. La série des hommes illustres devient un thème pictural à la mode. Les fresques de Giotto, dans les palais de Naples, Milan, Padoue, sont suscitées par des séjours de Pétrarque. L’Antiquité n’a bien sûr jamais disparu de la mémoire collective, et on note en particulier une permanence dans la mentalité occidentale de la glorification des Troyens par rapport aux Grecs. Les exemples littéraires sont célèbres (Dante met les Troyens parmi les Justes de son Paradis), et on voit des preuves de cette référence idéologique jusque dans le choix des prénoms médiévaux. Au-delà d’une simple référence à une histoire commune, les hommes illustres sont utilisés pour la célébration civique, dynastique et patriotique. Ils entrent dans des stratégies de légitimation politique. Au XIVe siècle, l’Italie utilise son glorieux passé romain pour imposer son unité politique au-delà du morcellement territorial. Élément important de la stratégie nobiliaire italienne du XIVe siècle, le thème pictural des hommes illustres peut être enrichi au profit d’une famille particulière, en ajoutant des figures contemporaines, célébrités nationales ou commanditaires. Dans le fameux Studiolo du palais d’Urbino, Frédéric de Montefeltre substitue aux habituels portraits des ancêtres des hommes illustres. Ces héros célèbrent une conception morale de la noblesse, plus adaptée à Frédéric, fils naturel, que la définition héréditaire. L’exemple espagnol montre la même tendance à l’utilisation patriotique et politique des hommes illustres. Ainsi les historiographes du royaume de Castille mettent en valeur des personnalités castillanes pour glorifier leur nation. À la fin du XVe siècle, la liste intègre même le premier historiographe officiel, Guzman. Les artistes deviennent en effet à cette époque des hommes illustres, signe de l’entrée dans la Modernité. Pétrarque déjà revendique la gloire de son statut d’écrivain. Tandis que l’Église utilise les talents souvent anonymes des différents artisans, les grands hommes politiques de la fin du Moyen Âge aiment associer à leurs noms ceux des grands artistes qui les célèbrent. La Vite dé più eccellenti pittori, scultorie e architettori de Vasari (1550) regroupe ainsi une liste de nouveaux hommes illustres, dont le travail artistique suffit à justifier la gloire.

            Dans une quatrième partie, Anne présente la situation en France à la fin du Moyen Âge. L’adjectif « illustre » n’est utilisé qu’au XVe siècle. La vision des grands ou nobles hommes est largement influencée par les œuvres antiques, de mieux en mieux connues, et les œuvres italiennes, même si le De viris illustribus de Pétrarque semble moins connu que ses poésies. C’est Boccace, avec les deux traductions de son De casibus virorum illustrium par Laurent le Premierfait et son De claris mulieribus, qui connaît un immense succès. Des œuvres littéraires en sont directement inspirées : le Temple de Boccace, le Portail du Temple de Boccace, la Cité des dames. La série des femmes illustres s’inscrit dans la tradition très ancienne du catalogue des mauvaises conduites féminines, et Boccace célèbre une notoriété féminine qui doit peu à la vertu. L’ouvrage de Christine de Pizan, finalement plus proche des intentions de Pétrarque que de celles de Boccace, change les conventions du genre pour promouvoir les vertus féminines. Les séries des hommes illustres sont toujours orientées vers la célébration d’une gloire personnelle, comme l’a montré Jacqueline Cerquiglini-Toulet en soulignant la spécificité des listes des neuf preux, des neuf muses, des amants malheureux, celles de l’ubi sunt et celles des écrivains célèbres. Elles doivent donc se distinguer des autres listes de personnages, très fréquentes au Moyen Âge. Anne étudie alors le cas particulier des neuf preux, motif qui apparaît dans les Vœux du paon en 1312 et qui se diffuse dans toute l’Europe sur de nombreux supports, en particulier dans les tapisseries. La liste a le mérite d’avoir une structure stable et particulièrement riche, puisqu’elle allie le monde païen (Hector, Alexandre, Jules César), biblique (Josué, David et Judas Macchabée) et chrétien (Arthur, Charlemagne, Godefroi de Bouillon). Cette série peut s’allier aux hommes illustres plus traditionnels, particulièrement en Italie dans le domaine iconographique. Ainsi dans le palais des Trinci à Foligno, les neuf preux sont représentés dans le corridor qui conduit à la salle des héros. Toutefois, les vertus chevaleresques et aristocratiques célébrées par les neuf preux se distinguent de l’idéal humaniste et civique des hommes illustres. Les neuf preux sont de grandes figures historiques qui se rattachent aussi à de célèbres cycles littéraires (Hector, Alexandre, Arthur). Ils se présentent sous une forme particulièrement figée (à l’exception du dixième preux qui peut s’y rajouter), contrairement aux hommes illustres dont la liste plus ouverte devient le réceptacle de diverses idéologies. Le thème des neuf preux apparaît cependant dans trois compilations littéraires françaises à la fin du Moyen Âge qui peuvent correspondre au genre du De viris illustribus.

            En conclusion Marion souligne les oppositions principales entre l’individuel et le collectif, et entre le modèle exemplaire et la vie réelle, qui sous-tendent la thématique des hommes illustres.

Florent parle ensuite de « L’exemplarité du mal dans la Légende dorée de Jacques de Voragine »

            Florent propose d’étudier les contre-exemples illustres qui semblent constituer une série négative au sein du célèbre recueil hagiographique : Judas, Néron, Simon le Magicien, Ponce Pilate, Hérodiade, Hérode et Julien l’Apostat apparaissent à plusieurs reprises pour faire obstacle aux premiers et principaux saints chrétiens, et leur vie maléfique est à leur manière illustre et exemplaire.

            Florent commence par une introduction générale sur la notion d’exemplarité, qu’il considère comme étrangère au monde moderne. Nous sommes actuellement très prudents devant ceux qu’on présente comme illustres, car notre société égalitaire et démocratique, notre conception de la liberté individuelle et du choix moral propre à chacun, enfin notre idée de l’histoire comme science s’opposent à toute biographie qui fait l’éloge sans nuance d’un individu extraordinaire digne d’être imité. Depuis Montaigne, tout exemple cloche, car l’imitation de l’autre s’oppose à la sincérité du moi. Dans l’idée d’exemplarité des hommes illustres, on trouve toujours un type de valeur dominant, un certain rapport au présent, au passé et au futur, et une conception particulière de l’autre : la vie de l’homme illustre nous conduit-elle à lui ressembler ou à nous trouver nous-mêmes ?

            La Légende dorée est un cas typique de l’adaptation du De viris illustribus à la société médiévale chrétienne. Les hommes illustres sont des saints, dont les vies sont synthétisées et regroupées selon le mode calendaire, dans un but pastoral. La Légende dorée, diffusée en particulier par les Ordres mendiants, sera ensuite largement utilisée pour la catéchèse ou la dévotion personnelle.

            Pourquoi existe-t-il, au sein des récits édifiants répétitifs, un certain nombre de figures malfaisantes particulièrement saillantes ? Conformément à ce que dit Louis Dumont de l’opposition hiérarchique, une valeur ne peut être comprise isolément, mais s’oppose toujours implicitement à son contraire qu’elle doit englober. Il semble donc pertinent à l’hagiographe d’illustrer l’existence du mal, en choisissant quelques figures négatives édifiantes à leur manière. Se construit ainsi une série spécifique d’opposants au Christ ou à ses plus proches disciples (Jean-Baptiste, Pierre). Il ne s’agit pas uniquement de faire-valoirs. Plus de la moitié du chapitre de saint Matthias est ainsi consacrée à Judas. L’hagiographe fait référence avec insistance aux crimes de Néron, de Judas, de Pilate, montrant leur caractère monstrueux et leur punition finale, souvent un suicide, belle preuve que le mal conduit à sa propre destruction. Les ennemis du Christ ont tendance à se regrouper : Simon le Magicien fréquente à Rome le cercle des proches de Néron par exemple. Pour susciter la crainte chez ses lecteurs, utile à leur conversion, Voragine dépeint le caractère horrible des ennemis du Christ. Les quelques punitions exemplaires sont des signes de la Providence, pointe avancée de la justice qui adviendra à la fin des temps, telle qu’elle est décrite dans le chapitre de l’Avent.

            En conclusion, Florent décrit la Légende dorée comme un récit construit autour de deux pôles, le Christ et l’Antéchrist dont saints et anti-saints semblent respectivement dériver, avec un rapport au temps bien différent de l’Antiquité. Le saint, qui revit au présent la vie passée de Jésus Christ, annonce la vie idéale à venir. L’exemplarité du saint n’en fait pas un personnage à imiter, mais un signe de l’ordre de la Providence : c’est là une invitation pour le lecteur à apprendre à lire ses signes.

            Après cet exposé, Marion relève l’importance de la distinction entre le temporal et le sanctoral. Anne demande si l’organisation du recueil accorde à chaque saint une vertu différente : Florent répond que non, en insistant sur le très grand conformisme des récits, qui se ressemblent tous ; la principale vertu des saints est leur constance dans l’épreuve. Léonard demande si le patronage ne permet pas de distinguer les saints selon les catégories sociales, mais Florent note que Voragine n’en parle pas dans la Légende dorée, et très peu dans ses Sermons. Marion demande si les Sermons utilisent aussi les figures du mal. Florent répond que oui, essentiellement de façon narrative : le récit de la décollation de Jean-Baptiste est ainsi particulièrement vivant, les figures mauvaises à l’origine de son martyre devant là encore susciter la crainte. Pierre rappelle ensuite l’importance des commanditaires des persécutions, dont n’a pas parlé Florent : préfets, magistrats, souverains. Florent évoque alors la figure de Dèce, très présente ; en général les commanditaires finissent mal, tandis que la plupart des bourreaux se convertissent.

            La prochaine séance de Questes sera encore consacrée aux hommes illustres, avec une intervention de Jean-Baptiste Delzant et une autre de Julien Abed.

Clotilde Dauphant

Retour haut de page

 

Compte rendu de la séance du vendredi 12 décembre 2008

Hommes illustres (II)

Etaient présents : Julien Abed, Sophie Albert, Cécile Becchia, Charlotte Beurrier, Kévin Buton, Marion Chaigne, Diane Chamboduc de Saint Pulgent, Magali Cheynet, Vincent Clédel, Florent Coste, Jean-Baptiste Delzant, Irène Fabry, Renaut Figuères, Carine Giovenel, Manuel Guay, Pierre-Henri Guittonneau, Marie-Pascale Halary, Blandine Longhi, Patrick Moran, Amandine Mussou, Vanessa Obry, Fanny Oudin, Clémence Revest, Anne Rochebouet, Anne Salamon, Laëtitia Tabard et Marina Tramet.

            Plusieurs annonces ont ouvert cette séance.

Clémence a signalé la parution de deux ouvrages :

– les actes des séminaires du CHREMMO sur Les Elites lettrées au Moyen Age, modèles et circulation des savoirs en méditerranée occidentale (XIIe-XVe siècles), sous la coordination de Patrick Gilli, aux Presses Universitaires de Méditerranée.

– le numéro de mars-avril 2008 des Annales (Histoire, Sciences sociales), dans lequel on peut consulter un ensemble d’articles de P. Chastang, B. Grévin et J. Aurell consacrés aux perspectives nouvelles touchant aux écritures politiques médiévales, et dont les comptes rendus portent sur l’Histoire médiévale.

Sophie nous a également informés de la sortie du volume de Perspectives médiévales contenant les actes du colloque organisé en 2006 par la SLLMOO, intitulé Sommeil, songes et insomnies.

            Nous avons ensuite poursuivi la réflexion, débutée lors de la précédente séance, sur le thème des « Hommes illustres ».

Clémence Revest et Jean-Baptiste Delzant ont proposé une communication sur «Francesco da Fiano et les Géants de Foligno : l’humanisme entre propagande seigneuriale et culture communale à la cour des Trinci (début du XVe siècle)».

            Ugolino III de Trinci a fait décorer, vers 1411-1412, le palais de sa famille à Foligno de plusieurs cycles de peintures, parmi lesquels « la salle des Empereurs », baptisée par la suite « salle des Géants », représentant vingt grands héros romains, de la République ou de l’Empire.

            Chacune de ces peintures est accompagnée de strophes de six vers en latin présentant le personnage, et un groupe de vers introduit également l’ensemble de la fresque. Ces hexamètres, dans le style virgilien, ont longtemps été pris pour des vers datant de la fin de l’Antiquité, mais sont aujourd’hui attribués à Francesco da Fiano, figure importante de l’époque tant du point de vue de sa brillante carrière institutionnelle (scripteur apostolique, chancelier de Rome et probablement professeur à l’université de Rome) que de sa production littéraire pro-humaniste (le Contra oblocutores). L’ombre portée de ces prestigieuses ou militantes réalisations a eu tendance à éclipser cette dimension des travaux de Francesco da Fiano dans l’historiographie humaniste. Clémence et Jean-Baptiste se proposent de montrer en quoi ces vers sont intéressants en tant que témoignage d’une collaboration fructueuse entre volonté politique seigneuriale, idéologie communale, art gothique international, et littérature humaniste du premier XVe siècle.

            Décorer une salle suivant le thème des hommes illustres n’a rien d’exceptionnel à l’époque. Cela s’inscrit dans le cadre d’un débat sur la nature de la noblesse, et la vertu d’un dirigeant renforce la légitimité de son pouvoir. Jean-Baptiste analyse le fonctionnement des images dans cette optique. La structure des œuvres, par un refus de l’espace illusionniste et de la profondeur, par le hiératisme des figures et par le choix d’un fond idéalisé, affirme sa dimension métahistorique, hors du temps. On peut y lire la recherche d’une garantie contre les aléas de la Fortune, en une époque troublée. La reproduction d’un détail de la fresque attire notre attention sur les marges des images : les personnages dépassent du lieu de la représentation pour mordre sur les architectures feintes qui les encadrent et les séparent du spectateur. Ce brouillage crée une communication entre l’espace réel et l’espace peint, qui est à analyser dans le cadre de la propagande seigneuriale : les Trinci, habitants du palais, sont présentés comme partageant la vertu antique, dégagée des contingences du temps, représentée dans cette pièce. Une image tirée d’un manuscrit enluminé délivre un message comparable. On y voit le duc de Milan trônant au centre d’une assemblée de héros de l’Antiquité et discutant de façon animée avec ces derniers.

            Cependant, une telle héroïsation du dirigeant n’est pas univoque. Si une vertu exceptionnelle justifie le pouvoir personnel, le seigneur ne peut cependant agir qu’en tant que représentant des institutions civiques. Les noms des Trinci ne sont donc jamais mentionnés dans les vers : la famille reste en retrait de cet ensemble. En outre, plusieurs éléments ont pour but de montrer l’association entre le seigneur et la cité. Ainsi les vingt figures héroïques peuvent faire écho aux vingt magistrats de la commune. De même, dans le premier vers de la strophe introductive (« Quisquis ad ista moves fulgentia limina gressus » : « qui que tu sois, qui diriges tes pas vers ces seuils lumineux »), le mot fulgentia est polysémique : il renvoie tout autant à la lumière qu’au nom de la ville (Foligno, en latin Fulgineo), dont l’emplacement aurait été indiqué à son fondateur par une étoile. Les hommes illustres représentés sur les murs deviennent alors des conseillers du seigneur et évoquent la collégialité de la décision politique, comme l’indique la disposition de figures dialoguant entre elles.

            L’œuvre est également à replacer dans le contexte d’une alliance entre le poète humaniste et la famille Trinci. Francesco da Fiano bénéficie des revenus que lui procurent ses prébendes dans la cité de Foligno, et sert en échange de relais à la famille Trinci auprès du Saint-Siège. De plus, sa réputation donne un relief supplémentaire à la gloire de la famille.        Cette œuvre de propagande est aussi une œuvre dont il ne faut pas oublier la dimension littéraire. Clémence s’intéresse ensuite aux caractéristiques humanistes qui apparaissent dans ce traitement du thème des hommes illustres. Le choix d’hexamètres dactyliques, ainsi que les nombreux jeux poétiques, inscrivent les vers dans la lignée de l’Enéide. Il y a ici une volonté de retrouver les formes écrites de l’Antiquité. Les courts résumés de la vie de chaque personnage sont tirés des œuvres de Tite-Live, Suétone, Plutarque. Cela reflète les préoccupations contemporaines des humanistes de la cour pontificale concernant les sources de l’écriture de l’Histoire. On note également un souci philologique.

            L’œuvre renvoie aussi au programme culturel humaniste avec les idées d’exemplarité des Anciens et la mise en valeur du concept de virtus : il s’agit de rendre hommage aux cas avérés de génie humain, à travers la glorification de leurs conquêtes militaires et l’exaltation du sacrifice de soi, dans une vision de l’histoire romaine qui emprunte aussi bien aux modèles républicains qu’impériaux. Un certain optimisme propre à l’humanisme se fait jour dans cette idée que le monde est à l’aube d’une nouvelle ère, éclairée par les Grands.

            La malléabilité du thème des hommes illustres a donc permis aux Humanistes d’imposer leurs codes, encore en construction. Ce sujet convient à leur vision de l’Histoire et permet également de flatter le pouvoir en place. Il est par ailleurs intéressant de noter que la poésie humaniste se marie dans ce cas à une peinture de type gothique international, considérée à nos yeux comme moins moderne. Il n’y a pourtant aucune contradiction dans la cohabitation de ces deux langages pour les contemporains de l’œuvre.

            Plusieurs réactions suivent cet exposé richement illustré. Sophie et Marion demandent si les strophes ont vraiment été créées pour le palais Trinci et si elles ont été réinvesties ailleurs par la suite. Clémence et Jean-Baptiste affirment que les verbes de regard dans les textes prouvent que ceux-ci ont bien été écrits pour illustrer les peintures, et ils ne semblent pas avoir été utilisés dans un autre lieu ultérieurement. Une autre question porte sur la présence de Caligula, seule figure négative de la liste. Jean-Baptiste précise qu’un miroir le singularise par rapport aux autres personnages. Manuel s’interroge sur les figures héroïques qui reviendraient dans d’autres salles du palais. Romulus est particulièrement bien représenté, car cette figure permet d’insister sur le rôle de l’ancêtre mythique des Trinci, Tros, fondateur de la dynastie familiale comme de la cité de Foligno.

Julien Abed a ensuite pris la parole pour un exposé sur les femmes illustres.

            Ce travail s’intéresse aux recueils d’éloges consacrés aux femmes aux XVe et XVIe siècles. Il s’agit d’apologies ou de listes de femmes illustres. La critique s’intéresse aujourd’hui à ces œuvres par le biais du genre ou de la rhétorique, mais Julien souhaiterait considérer l’usage qui consiste à dédier ses œuvres à une femme puissante, pratique prônée par Boccace dans son De Mulieribus claris. Quelles sont les implications de la coïncidence des sexes entre le sujet et la dédicataire ? Julien veut montrer que ce choix se répercute dans le texte et se voit dans l’ordonnance de la matière. Le pluriel (les femmes louées) devient un biais pour le singulier (l’éloge d’une femme).

            L’exposé aborde dans un premier temps le cas de l’œuvre de Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses. Le livre est dédié à Anne de France, représentée comme puissante, noble et vertueuse. L’auteur la place dans une position de surplomb par rapport aux autres femmes du livre, dont elle est le parangon. Comment se fait la répartition de la rhétorique de l’éloge dans le texte ?

            Dans un extrait sur lequel Julien attire notre attention, le personnage allégorique de Prudence présente au narrateur une Dame, non nommée, mais en laquelle le lecteur de l’époque doit reconnaître Anne de France. L’auteur construit alors un double allégorique de la dédicataire au sein même du texte ; la présence de cette dernière n’est plus limitée à la seule dédicace. Il y a un passage de la singularité à la pluralité des femmes vertueuses. Une autre forme de la stratégie de l’éloge est la création d’un effet de lignée. Une association implicite se tisse entre la figure d’Anne de France, mère de Suzanne de Bourbon, qui ouvre le livre, et celle de Blanche de Castille, mère de Saint-Louis, qui ferme la première partie intitulée « louenges fleurs et deffensoir des dames ». L’idée commune de filiation suggère l’existence d’une lignée féminine qui se dessine à travers toutes ses héroïnes, classées par ordre chronologique.

            Une deuxième partie de l’exposé est consacrée aux personnages des Sibylles. Ces femmes de l’Antiquité païenne ayant annoncé la venue du Christ sont présentées selon deux modalités dans les œuvres pro-féminines. On peut trouver des biographies des plus célèbres d’entre elles, comme chez Boccace, ou bien elles peuvent prendre la parole, dans des discours parfois longs. C’est ce deuxième cas qui s’avère le plus intéressant. Cette apparition d’une parole prophétique peut en effet être liée à des préoccupations politiques. Les Sibylles, par leurs prophéties, font des dédicataires des œuvres de nouvelles Maries, mères d’un Enfant-roi. Des historiens récents ont montré, dans leurs travaux, que les femmes de pouvoir de l’époque cherchaient à diffuser dans leur communication politique l’idée d’un parallèle entre la famille royale et la famille sainte. On en trouve une illustration dans le poème de Villon « Epître à Marie d’Orléans » (1457), où le poète cite la Sibylle de Cumes (un vers de la IVe églogue de Virgile) et assimile la naissance de la princesse Marie à celle du Christ, comme ouvrant une ère de bonheur. La reproduction d’une médaille, montrant Anne de Bretagne représentée avec le Dauphin sous les traits d’une Vierge à l’Enfant et accompagné du vers sibyllin (en 1494), corrobore cette idée. Enfin, un extrait tiré des Prophéties des sibylles (manuscrit inédit de la Bibliothèque nationale de France), dédié à Louise de Savoie, compare la dédicataire à d’autres mères vertueuses, reines ou saintes, toutes étant des reflets de la mère du Sauveur. La lecture des recueils d’éloges de femmes illustres peut donc être renouvelée si l’on prend en compte cette idée de communication politique.

            Anne R. va dans le sens de Julien, en rappelant que Saint-Louis, parti en Croisade, avait confié le royaume à la Vierge, et que cette figure gagne en éclat à la fin du Moyen Age. Anne s’interroge par ailleurs sur la réception des textes, et note que la communication politique perdait en efficacité si ces œuvres n’étaient lues que par des femmes. Marion affirme pour sa part que la diffusion n’est pas ce qui importe car ces livres relevaient avant tout d’une démarche courtisane, visant à s’attirer les faveurs de la dédicataire. Anne S. demande si les femmes citées sont toujours les mêmes. Julien répond que des noms reviennent mais que les listes ne sont pas closes, et peuvent insister davantage sur les figures antiques ou sur les saintes chrétiennes.

            Nous nous séparons sur ces mots. Anne Rochebouet n’ayant pas eu le temps de présenter son travail, la prochaine séance sera partagée entre la fin des interventions sur « les hommes illustres », et le second thème de l’année, « la règle du jeu ».

Blandine Longhi

Retour haut de page

Compte rendu de la séance du vendredi 16 janvier 2009

Hommes illustres (III)

Participants : Julien Abed, Sophie Albert, Marion Chaigne, Clotilde Dauphant, Jean-Baptiste Delzant, Irène Fabry, Eléonore Fournié, Simon Gabay, Mathilde Grodet, Mohan Halgrain, Midoriko Kageyama, Pierre Levron, Blandine Longhi, Patrick Moran, Amandine Mussou, Clémence Revest, Vanessa Obry, Fanny Oudin, Anne Rochebouet, Maud Pérez-Simon, Anne Salamon, Marie-Emmanuelle Simon, Laetitia Tabard, Magali Theynet, Claire Tignolet, Marina Tramet, Ilse Van der Velden.

            Plusieurs annonces ouvrent cette première séance de l’année 2009 :

– deux informations concernent la Société de Langue et de Littérature Médiévales d’Oc et d’Oïl :

             – Sophie Albert et Vanessa Obry rappellent que la SLLMOO prépare en complément du site « galaxie » créé par le ministère, un recensement sur son site (www.eulalie.org) des postes à pourvoir en langue et littérature médiévale pour la rentrée 2009.

             – Laetitia Tabard relaie un appel de Joëlle Ducos, présidente de la SLLMOO, qui souhaite mettre en place un groupe de concertation qui élaborerait des propositions de séquences ou d’exercices sur le Moyen Âge à destination des classes du secondaire. Cette démarche s’inscrit dans les mouvements actuels autour de la réforme des concours et vise à mettre en valeur notre discipline et la place qu’elle peut avoir dans l’enseignement. Joëlle Ducos organisera une réunion d’information avec les personnes intéressées. Si vous souhaitez participez, vous pouvez pour le moment vous adresser à Laetitia (laetitia.tabard@noos.fr).

            Plusieurs annonces portent sur des manifestations scientifiques à venir :

 – Vanessa Obry fait circuler le programme du colloque sur Wauchier de Denain, écrivain polygraphe du 13e siècle, qui est organisé à Aix-en-Provence les 22 et 23 janvier par Sébastien Douchet.

 – Clémence Revest rappelle qu’une journée sur « La biographie historique, entre tradition et innovation » est organisée par le centre Roland Mousnier le 30 janvier à la Maison de la Recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente).

 – Sophie Albert annonce que la prochaine séance des doctorants du LAMOP (Paris I) se tiendra le 20 janvier de 17h à 19h et sera consacrée à la biographie. Deux questeuses interviendront.

 – Ilse Van der Velden annonce que le 12 février, à l’initiative de la Société Internationale des Médiévistes, Marie-Anne Polo de Beaulieu donnera une conférence sur les citations lyriques dans les œuvres narratives et didactiques du 13e siècle.

 – Eléonore Fournié participe à l’organisation d’un colloque sur l’immaculée conception de la Vierge. Si des littéraires sont intéressés pour proposer une intervention, ils peuvent prendre contact avec Eléonore (eleonore.fournie@wanadoo.fr).

 – Anne Salamon rappelle enfin que le groupe de langue médiévale Reverdie se réunira le 5 février à 17h à la Maison de la Recherche de la Sorbonne pour une séance consacré au stemma.

« HOMMES ILLUSTRES »

            Un dernier exposé est présenté sur le thème « Hommes illustres », coordonné par

Anne Salamon et Marion Chaigne.

Anne Rochebouet, « Variations sur une liste d’amants malheureux dans les Romans de Troie en prose »

            Anne propose de mettre en relation une liste de sept amants victimes de la folie d’amour cités dans les Romans de Troie avec les séries d’hommes illustres telles qu’elles ont été définies dans les séances précédentes : des mises en série de personnages considérés comme réels à des fins d’exemplarité. Les listes d’amants malheureux à valeur contre-exemplaire sont nombreuses dans la littérature médiévale, comme dans un passage bien connu de la Mort Artu où Bohort, s’adressant à Guenièvre, cite plusieurs amants célèbres.

            Afin de comprendre les spécificités de la liste présente dans les Romans de Troie, Anne rappelle d’abord comment est diffusée la matière troyenne au Moyen Âge. Prenant pour source non Homère mais des textes apocryphes datant du IVe au VIe siècle, plusieurs compilations historiques et textes littéraires relatent l’histoire de Troie. Le premier en langue vernaculaire et le plus diffusé d’entre eux est le célèbre Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure (XIIe siècle). Il est adapté de nombreuses fois, traduit en latin à la fin du XIIIe siècle, la traduction étant elle-même retraduite en français par la suite. Il existe enfin cinq mises en prose, composées entre le XIIIe et le XIVe siècle. La cinquième mise en prose, qui a peut-être été écrite à Naples au début du XIVe siècle, compile notamment les 1ère et 3e versions en prose.

            La liste d’amants malheureux est présente dans le roman de Benoît, dans la première et la cinquième mise en prose, mais de manière assez différente. Alors que le siège de Troie est déjà bien avancé, Achille s’éprend de Polyxène et la demande secrètement en mariage. Il convoque alors un conseil des Grecs mais échoue à les convaincre de quitter Troie. Achille décide alors d’arrêter de combattre et rentre furieux dans sa tente. Cet épisode est l’occasion de la digression sur la folie d’amour où l’on trouve la liste d’amants. Alors que le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure se contente de comparer Achille à Salomon, la première mise en prose développe ce passage, non seulement en amplifiant la référence à Salomon, mais en y ajoutant une liste d’autres amants. Procédé fréquemment employé dans ce texte, la liste répond également au projet global de moralisation qui le sous-tend. Le prosateur reproche à Achille non d’être fou, mais d’avoir caché sa véritable intention lors du conseil des Grecs. Sept figures célèbres sont citées, dont cinq sont issues de la Bible, Adam, David, Salomon, Sanson et Oliferne. Les deux autres sont Merlin et Virgile. La référence à Virgile est à relier à la tradition latine tardive qui fait de l’auteur un philosophe et magicien, amoureux et souvent tourné en dérision. Anne rattache le traitement de la liste d’amants dans cette mise en prose à la pratique médiévale de l’exemplum. Les noms sont en effet accompagnés d’un résumé de l’épisode qui justifie l’inscription des personnages dans la liste et qui contribue à la portée exemplaire.

            La cinquième mise en prose utilise comme source dans ce passage Prose I. Si le même reproche est fait à Achille, le traitement de la liste est assez différent. Le bref développement narratif concernant chaque personnage est supprimé et il ne reste qu’une liste de noms. Une fois ainsi réduites les remarques morales, la liste évoquant un renom négatif devient un timide reflet de la thématique des hommes illustres qui se développe en même temps, au milieu du XIVe siècle, en Italie. Le remplacement de Merlin par Aristote va dans le sens de ce rattachement, en supprimant un personnage fictif au profit d’une autorité citée aux côtés de Virgile.

            Lors de la discussion qui suit, Maud Pérez-Simon demande des précisions sur les textes où les mésaventures amoureuses de Virgile sont racontées. Anne répond que les textes latins puis français sont très nombreux, on trouve notamment beaucoup de recueils d’exempla. L’article « Virgile » du Dictionnaire des lettres françaises en donne la liste. Julien Abed remarque que chaque amant cité est en fait victime de la tromperie d’une femme. Il s’agirait alors moins d’une liste d’amants illustres que de mauvais tours joués par les femmes contre de grands savants. Patrick rappelle que, dans le cas de Judith et d’Oliferne, la ruse féminine est positive, et Anne souligne le fait que l’accent n’est pas mis, dans les listes, sur les méfaits commis par les femmes. Simon Gabay remarque que l’on ne peut pas s’étonner du rapprochement de Merlin, auteur des Prophéties, des personnages bibliques. Anne Salamon conclut la discussion sur le thème des « Hommes illustres » en ajoutant qu’il est intéressant de remarquer que, malgré un fonctionnement semblable, la liste d’amants illustres n’est pas aussi formalisée que les exemples italiens qui avaient été évoqués précédemment.

[Pour la suite de cette séance du séminaire, cf l’article “La règle du jeu (janvier-avril 2009)”]

Vanessa Obry

Retour haut de page



Citer ce billet
Questes (2009, 17 janvier). Hommes illustres (novembre 2008-janvier 2009). Questes. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4h6

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search