Les activités quotidiennes (février-avril 2008)

Les activités quotidiennes

Compte rendu de la séance du 15 février 2008

Compte rendu de la séance du 14 mars 2008

Compte rendu de la séance du 11 avril 2008

 

Compte rendu de la séance du vendredi 15 février 2008

Les activités quotidiennes (I)

 

Loin de paraître lassantes, les activités quotidiennes ont attiré en foule les questeurs. Vingt-trois d’entre eux sont venus assister à cette première séance qui leur était consacrée : Sophie Albert, Laëtitia Tabard, Renaud Figueres, Marion Chaigne, Marie-Pascale Halary, Amandine Mussou, Blandine Longhi, Andrea Marculescu, Kataryna Zboinska, Jean-Baptiste Delzant, Yann Morel, Irène Fabry, Cécile Le Cornec-Rochelois, Pierre Levron, Julien Abed, Anne Rochebouet, Anne Salamon, Patrick Moran, Fanny Oudin, Mathilde Grodet, Tom O’Donnel, Leonardo Hincapie et Vanessa Obry.

            Peu d’annonces lors de cette séance. Anne Rochebouet nous informe de la tenue de la prochaine séance de Reverdie, atelier de langue médiévale (http://reverdie.free.fr). Marion Chaigne signale la récente ouverture d’une librairie entièrement consacrée à l’histoire : « Buridan, le fou d’histoire », 12 rue Saint Julien le pauvre, 75005 Paris (http://www.buridan.fr). Enfin Sophie Albert annonce la publication de La Métamorphose dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles de Cristina Noacco, aux Presses Universitaires de Rennes.

            Puis Cécile Le Cornec et Irène Fabry, qui coordonnent ce second thème de l’année, proposent une introduction générale sur les activités quotidiennes.

Cécile Le Cornec-Rochelois et Irène Fabry, « Les activités quotidiennes. Introduction »

            D’après la notice du Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, le quotidien désigne « les faits qui, par leur fréquence et leur réitération, revêtent un caractère certain de banalité ». Ainsi des domaines très divers sont concernés : l’alimentation, la toilette, le jeu… Cécile nous fait justement remarquer que l’intérêt pour les activités quotidiennes au Moyen Âge dépasse le cercle des seuls chercheurs, comme en témoignent, par exemple, les expositions et les activités proposées par le musée de Cluny. Mais qu’est-ce qui explique un tel engouement ? L’exotisme ressenti face à des gestes remontant à une époque si lointaine ou au contraire leur familiarité ? Peut-être ce séminaire nous donnera-t-il quelques éléments de réponse.

            Evolution du regard des historiens sur le quotidien

            Les chroniqueurs et les premiers historiens ont d’abord négligé les questions du quotidien. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que l’on commence à s’intéresser à la vie privée des Français, mais c’est surtout au XXe siècle que l’on délaisse un peu les grands hommes et les hauts faits et que l’intérêt pour la vie quotidienne s’affirme, notamment sous l’influence de l’Ecole des Annales. Toutefois le regard porté sur le quotidien est encore biaisé, car les sources utilisées sont essentiellement écrites, donc le plus souvent cléricales pour la période médiévale.

            Dans la seconde moitié du XXe siècle, on assiste à un profond renouvellement de ces approches grâce à l’archéologie. D’abord portés vers l’étude des grands monuments, les archéologues étendent bientôt leur champ d’investigation : alimentation, habitat, petits objets… sont désormais dignes de considération. Aujourd’hui encore les progrès techniques constants de l’archéologie laissent espérer de nouvelles découvertes. Elles ont toutefois leur limite et requièrent souvent une part d’interprétation pour reconstituer le plus exactement possible le quotidien des médiévaux. Par exemple, si l’on peut connaître, grâce à l’archéologie, la taille et la forme des habitations, il est difficile de dire combien de personnes y vivaient.

            Il est donc nécessaire de continuer à se tourner vers d’autres sources. C’est ce que font notamment Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin qui croisent sources archéologiques, iconographiques et littéraires dans leur ouvrage Le quotidien au temps des fabliaux, paru aux éditions Picard en 2003. Ce type d’approche permet également de prendre conscience du décalage qui peut exister entre la réalité et son exploitation dans la littérature. Si les textes littéraires demeurent délicats à exploiter d’un point de vue historique, d’autres sources écrites méritent de l’attention : les sources comptables et juridiques, les traités d’économie domestique, les traités d’éducation, les ouvrages de médecine, les lexicographes sont, parmi d’autres, des sujets d’étude intéressants pour se faire une idée juste de la vie quotidienne au Moyen Âge.

            Représentation de ces activités

            Irène nous propose alors un aperçu de la représentation des activités quotidiennes dans les sources écrites, en distinguant d’une part les textes littéraires de fiction, d’autre part les ouvrages didactiques ou normatifs.

            Les œuvres littéraires n’offrent du quotidien qu’une image partielle. Certes les fabliaux ont suscité l’intérêt des chercheurs : ils présentent un certain nombre de realia et mettent en scène des personnages appartenant à des classes sociales peu représentées par ailleurs. Toutefois ce ne sont pas des textes documentaires. Les textes littéraires s’intéressent bien aux actions humaines, mais surtout lorsqu’elles relèvent de l’extraordinaire, d’où des manques, des ellipses, des notations vagues lorsqu’il s’agit du quotidien. De façon générale, au Moyen Âge, comme à toute époque, se pose la question de la mimesis en littérature. Les œuvres littéraires sont donc des sources possibles, mais à utiliser avec précaution. Il faut en outre prendre en considération la dimension stylistique des textes. Cécile prend l’exemple des métiers du poisson, peu présents dans la littérature contrairement à ce que l’on sait de la vie des médiévaux. Le plus souvent ils sont évoqués dans les fabliaux et, servant de cadre aux actions, contribuent à la saveur d’un genre qui se veut en quelque sorte « réaliste ». En revanche, dans les romans dont la portée symbolique est essentielle, le pêcheur est… un roi. Irène reprend la parole pour nous parler désormais des ouvrages didactiques et normatifs. Ces textes rendent compte assez précisément de la pluralité des activités quotidiennes qui dépendent de la classe sociale, du sexe et de l’âge des individus. Ainsi le Ménagier de Paris, écrit par un bourgeois parisien à l’intention de sa jeune épouse, distingue les occupations de la femme et de l’homme au sein du foyer. L’Eglise encadre strictement ces activités, en particulier celles des femmes, et fixe leur inscription dans le temps : les activités quotidiennes varient en effet au cours de la vie, mais aussi de l’année et de la journée. Nous voyons, par exemple, qu’en instaurant des moments de prière et de méditation, les règles de vie chrétiennes organisent la journée des chrétiens.

             Cet aperçu, nécessairement lacunaire, ne rend compte que des sources écrites. Il faudrait s’intéresser également à l’iconographie. Pour cela Irène nous conseille de consulter les dossiers pédagogiques de la Bibliothèque Nationale disponibles sur internet (http://classes.bnf.fr/).

            A l’issue de cette introduction, Andrea Marculescu attire notre attention sur la nécessité de s’intéresser aux émotions, même si la tâche est délicate, pour approcher le quotidien des hommes. Pierre Levron se rappelle d’une scène intéressante du Livre des aventures de Monseigneur Guihem de la Barra d’Arnaut Vidal de Castelnaudary, dans laquelle une dame vent ses broderies. Fanny Oudin fait remarquer que l’on trouve une scène similaire dans L’Escoufle de Jean Renart.

Yann Morel, « L’alimentation au quotidien d’après la comptabilité bourguignonne »

            De nombreux chercheurs se sont déjà intéressés à l’alimentation à la cour de Bourgogne. Mais par attrait pour le spectaculaire, ils ont surtout étudié les grands événements, comme le mariage de Charles le Téméraire par exemple. En outre ils ont plutôt tenté de reconstituer l’histoire de la commensalité que celle de l’alimentation et ont souvent limité leurs sources aux chroniqueurs bourguignons. Les sources comptables permettent une approche différente, plus près du quotidien des ducs de Bourgogne. Elles constituent une chaîne : on distingue les écrous de dépenses tenus au jour le jour, les contrôles effectués tous les mois et les comptes du maître de la chambre des deniers réalisés chaque année. Ce sont les écrous tenus quotidiennement qui ont retenu l’attention de Yann.

            Les écrous, des comptes journaliers

            Les écrous de dépenses ont une triple fonction. Ils recensent les dépenses quotidiennes effectuées pour l’entretien de l’hôtel ducal, permettent de gérer l’approvisionnement et servent aussi de pièces justificatives pour la révision des comptes à la fin de l’année.

            La plupart des écrous ont été perdus. Ils ont parfois été employés pour confectionner des couvertures de livre ou utilisés, à la Révolution, dans l’artillerie. On en a retrouvé ainsi un certain nombre. On estime qu’on en a conservé à peu près 5%, ce qui, malgré les lacunes, représente tout de même un millier de documents.

            Leur organisation interne

            Les écrous présentent un en-tête mentionnant une foule de détail : la date, l’hôtel concerné, les circonstances (jour ordinaire ou banquet par exemple), les personnes présentes, le lieu, la monnaie employée… Toutes ces informations sont importantes car il s’agit d’une population itinérante.

            Vient ensuite le détail de l’approvisionnement. Cette partie des écrous est organisée en six points qui correspondent aux six offices : la paneterie qui se charge du pain, du beurre, de la moutarde, mais aussi du linge de table, soit les produits apportés au début du repas ; l’échansonnerie qui a la responsabilité des boissons et des fonctions qui s’y rapportent ; la cuisine qui s’occupe de tout ce qui est cuisiné, ainsi que des ustensiles et des combustibles ; la fruiterie qui se consacre aux fruits, mais également à l’éclairage ; l’écurie qui a la charge des chevaux et des engins de transport ; enfin la fourrière qui gère l’hébergement du duc et de ses invités, ainsi que de certains éléments de confort comme les épices de chambre et de petites friandises. Pour chaque point, le prix, les quantités acquises, le nom du fournisseur sont donnés. Enfin au bas des écrous figure le total de la dépense.

            Les informations fournies par ces documents

            Les écrous apportent d’abord des informations concernant les fournisseurs des hôtels de Bourgogne. Ils peuvent être des commerçants locaux ou des pourvoyeurs qui suivent le duc. On apprend également que certaines villes font des dons alimentaires. C’est le cas de Bruges par exemple qui peut offrir le vin.

            Les écrous permettent aussi de connaître les caractéristiques de l’alimentation de la cour, puisqu’ils mentionnent les produits consommés. Ils mettent en évidence les variations saisonnières, les différences régionales ou encore les changements liés au calendrier religieux. Ils montrent que l’alimentation souligne la hiérarchie sociale.

            L’étude de ces documents indique l’évolution des goûts alimentaires, notamment grâce à l’emploi des épices. On constate également l’introduction de goûts nouveaux, comme l’engouement pour les nourritures végétales. Ainsi la salade apparaît dans les écrous sous l’influence de la Renaissance italienne.

            L’image de l’alimentation à la cour de Bourgogne fournie par les écrous est nécessairement incomplète, puisqu’ils ne recensent que les produits pour lesquels une dépense a été faite et n’offrent aucun exemple de recette ou de préparation. En revanche ils apportent des informations qui dépassent le cadre stricte de l’alimentation, en donnant des indications sur l’éclairage, le chauffage… D’autres documents de comptabilité, comme ceux de la chambre des deniers, méritent l’attention, mais leur réitération donne aux écrous un intérêt tout à fait particulier.

            Anne Rochebouet ouvre la discussion en demandant si les écrous rendent compte du respect ou non des interdits religieux en matière d’alimentation. D’après Yann, ce respect apparaît pour les journées du samedi et du dimanche, mais n’a rien de systématique le mercredi. Marion Chaigne interroge à son tour Yann sur les informations fournies par les comptes de la chambre aux deniers sur les vêtements. Elles seraient peu nombreuses, ce qui n’a rien d’étonnant, puisque ce type de document n’est rédigé qu’en toute fin de la chaîne de comptabilité. Marion pose une autre question. Le duc et la duchesse ont des comptes séparés. Que se passe-t-il lorsque les deux sont présents ? Dans ce cas, répond Yann, les dépenses de la duchesse sont prises en compte par le duc. Anne Salamon cherche des renseignements sur le pâté de chevreau pressé évoqué dans le Perceforest, mais les écrous ne mentionnent que des pâtés de volaille ou de poisson. Laetitia Tabard s’interroge quant à elle sur l’eau : doit-on l’acheter ? Yann nous apprend qu’on ne l’achète pas, mais qu’il arrive que l’on donne un dédommagement à la personne chargée de la chercher. Mathilde Grodet souhaite savoir quels sont les autres produits que l’on n’a pas besoin d’acheter. Yann rappelle qu’il n’est pas nécessaire d’acquérir le gibier et les poissons des viviers qui appartiennent au domaine ducal. Marion prend à nouveau la parole pour demander si le duc et la duchesse vérifient les comptes avant leur envoi à la chambre des deniers. En effet la reine de Sicile le fait. Cécile nous fait judicieusement remarquer que l’organisation des écrous en liste s’approche des listes que l’on peut trouver dans les œuvres littéraires. Anne Salamon nous renvoie à ce sujet sur l’ouvrage de Madeleine Jeay, Le commerce des mots : L’usage des listes dans la littérature médiévale, paru chez Droz en 2006. Puis elle revient au thème du gibier pour savoir s’il est possible de le vendre ou si cela est considéré comme du braconnage. Selon Yann, on vent bien le gibier, mais les forêts sont de plus en plus souvent privées. Il suppose néanmoins qu’une partie du gibier ait pu être vendue à des marchands par les officiers du duc.

            Nous nous quittons vers 20h30, en attendant la prochaine séance le 14 mars.

Mathilde Grodet.

Retour haut de page

Compte rendu de la séance du vendredi 14 mars 2008

Les activités quotidiennes (II)

 

Sont présents Vanessa Obry, Julien Abed, Patrick Moran, Anne Salamon, Renaud Figueres, Pierre Levron, Servane Michel, Chloé Chalumeau, Laëtitia Tabard, Marion Chaigne, Cécile Le Cornec, Clémence Revest, Diane Oramboduc de Saint Pulgent, Jean-Baptiste Delzant, Irène Fabry, Marie-Pascale Halary, Yann Morel, Ilse Van der Velden, Isabelle Coumert, Catherine Mousinho, et Fabien Demange.

            Catherine Mousinho consacre son intervention aux techniques d’élevage des abeilles pendant la période médiévale et moderne. Son précédent travail de recherche sur le sujet s’est porté principalement sur le miel du Gâtinais au XIXe siècle, et aujourd’hui sa présentation portera sur sa nouvelle étude, qui s’insère dans le cadre d’une thèse, en privilégiant l’utilisation des sources iconographie, croisées aux sources écrites.

            L’abeille domestiquée par l’homme occupe une place certaine dans la vie domestique et économique au Moyen Âge. Elle a une valeur exclusivement positive dans les bestiaires chrétiens, mais se révèle plus ambiguë dans les classements où elle occupe une place intermédiaire entre le Végétal et l’Animal. Des études ont été consacrées aux aspects symboliques qui lui sont attachés, mais les historiens ont peu approfondi l’aspect technique ; certains auteurs portent même un regard négatif sur l’époque médiévale dont on considère les pratiques comme « barbares » en les opposant aux techniques antiques, notamment parce que les médiévaux sont censés privilégier la récolte totale par étouffage (on tue l’essaim pour récupérer le miel). Il importe donc d’examiner précisément les techniques de récoltes, la gestion des ruches et des ruchers pour éviter une vision qui semble partiale.

            Les sources dont on dispose se subdivisent en sources documentées et en sources archéologiques (archéo-entomologie, archéologie biomoléculaire). Pour les documents, on se fonde sur l’observation du bâti agricole. On a recours aux ouvrages savants de l’époque médiévale comme le Livre de la propriété des choses, le Liber de natura rerum (chapitre 2 livre IX), le Speculum Naturale de Vincent de Beauvais (livre XX, du chapitre 76 au chapitre 91), Le Livre dou Tresor de Brunetto Latini. Pour l’époque postérieure, on trouve des informations dans les livres d’agronomie de l’époque moderne (dictionnaires d’agronomie ou traités de commerce). Quelques ruches sont conservées également dans les musées d’art populaire.

            Les sources iconographiques sont constituées de représentations tirées des manuscrits ou disponibles en fac-similés. Les ouvrages sur les jardins, ou les traités alimentaires et médicaux présentent des illustrations. Ce sont des images didactiques à différencier des scènes illustrant les calendriers et les livres d’heures. On remarque que les ruches représentées dans les riches enluminures des bestiaires et des fables, et dans l’encyclopédie de Barthélemy, sont essentiellement des ruches en vannerie. On trouve des scènes de récolte ou des représentations de ruches dans des rouleaux destinés à l’éloge de l’abeille lors des vigiles pascales : l’abeille est considérée comme vierge, et la cire qu’elle produit permet de fabriquer les cierges, ce qui l’associe symboliquement à la Vierge et au Christ. Dans la peinture flamande ou italienne, quelques scènes amoureuses figurent Cupidon piqué par une abeille, et Mantegna représente une ruche dans le Jardin des Oliviers. Dans les gravures du livre d’agronomie de Pierre de Crescens, les ruches sont d’ailleurs souvent associées aux jardins.

            Le problème est de faire la part du stylistique, du symbolique et du réel dans ces représentations. Il faut tenir compte de l’effet de copie : souvent un manuscrit reproduit les enluminures d’un autre. Les images ne prennent donc sens qu’en rapport avec d’autres sources, mais elles jettent un éclairage important sur certains gestes techniques et facilitent l’élaboration des typologies.

            On différencie les ruches modulaires que l’on date habituellement du XVIIIe siècle, mais dont l’utilisation remonte peut-être au XIVe siècle, et les ruches fixes, indivisibles et simples. Celles-ci peuvent être classées par type d’ouverture : soit l’accès se fait par le sommet ou le côté opposé au trou de vol, comme dans les ruches en tronc évidé ou les ruches verticales ou horizontales (en vannerie, en céramique ou en férule), soit l’accès se fait par le bas, comme dans toutes les ruches paniers : il faut alors renverser la ruche pour accéder au miel, manipulation parfois malaisée. Les agronomes signalent que le miel se trouve toujours à l’arrière de la ruche car il constitue la réserve à protéger. On peut aussi subdiviser les ruches simples selon la matière utilisée pour leur fabrication : il existe des ruches en terre cuite, en vannerie, en férule, en pierre, en planches de bois ou en écorce de chêne-liège. La ruche en vannerie torsadée, plus facile à transporter que la ruche en bois, apparaît majoritairement dans les iconographies, après le XIVe siècle, mais en fait le choix de la ruche dépend beaucoup des traditions culturelles, et celui du rucher de ce que l’on souhaite obtenir en termes de quantité de miel ou de cire.

            La récolte est désignée par des expressions variées comme « tailler », « châtrer » ou « couper les mouches », mais Olivier de Serres parle de « vendanger » ; l’abeille occupe là encore une place intermédiaire entre le monde animal et le monde végétal. On oppose la récolte partielle et la récolte totale. Cette dernière s’effectue par étouffage au soufre ou par noyade, ce qui gâche en partie le miel. La récolte partielle est la plus estimée par les agronomes et la plus représentée dans les images. Les méthodes d’étouffage comprennent aussi le transvasement, qui permet une récolte totale : on coupe le rayon en bas, et l’on récupère la cire blanche qui n’a pas vieilli et qui constitue une matière idéale pour la confection des cierges ; on ne sait pas si cette technique était pratiquée à l’époque médiévale mais elle est mentionnée par Olivier de Serres.

            Les répercussions de ces différents types de récolte peuvent faire l’objet d’une comparaison. La récolte partielle a l’avantage de faciliter le passage de l’hiver, et l’essaimage de la colonie en mai (un nouvel essaim se forme et quitte la ruche), et permet d’obtenir du miel et de la cire de bonne qualité, mais il faut pour cela posséder de nombreuses ruches. Cette pratique explique par ailleurs la coutume du charivari, pendant lequel on tape sur des casseroles en poursuivant l’essaim : en fait il s’agit d’une affirmation de propriété, le droit coutumier reconnaît que l’essaim est domestique tant qu’il est poursuivi.

            La récolte totale permet d’obtenir une grande quantité de miel, elle est facile, et implique un renouvellement des reines, l’inconvénient étant qu’il faut retrouver ensuite un essaim, qu’il y a de grandes pertes de ruches pendant l’hiver, et que le miel est de faible qualité, si la récolte est effectuée en sacrifiant la colonie par l’étouffage ou la noyade.

            On pratique les récoltes en tenant compte de ces conséquences, mais l’environnement joue aussi beaucoup dans l’élevage des abeilles : les régions sont réputées inégalement en fonction des récoltes, des types de ruches : la Basse Bretagne est réputée pour la cire, par exemple. L’élevage des abeilles est cependant représenté le plus souvent en dehors de tout contexte paysager ; souvent assez proche des habitats, dans les jardins et proche du pigeonnier dans les figurations tardives, il se pratique aussi bien en ville qu’à la campagne à l’époque médiévale. Il apparaît à la fois dans les jardins et la basse-cour, le miel étant un produit à la fois animal et végétal, et l’abeille un insecte à la fois sauvage et domestique.

            La présentation de Catherine donne lieu à une série de questions concernant les conditions de l’élevage des abeilles : Clémence demande si le métier est structuré et s’il est considéré comme dangereux. D’après Catherine, les textes ne mentionnent pas le danger, mais on voit sur certaines représentations le capuchon couvrant le visage de l’apiculteur. Il n’y a pas de corporation pour ce métier, et pas de spécialisation (un apothicaire peut posséder une ruche), sauf dans certaines régions où il y a une apiculture forestière où l’on voit apparaître un personnage, nommé « bigre » qui a la charge de la gestion du rucher, mais on ne peut réellement parler de corporation. Ainsi un village de Bourgogne est connu pour être entièrement spécialisé dans ce domaine. Clémence demande alors si la production se faisait à grande échelle, en mentionnant l’importance de la cire dans la vie médiévale. Catherine rappelle alors qu’il existe de nombreuses redevances en cire, ce qui suggère que la production est effectivement importante et l’élevage très répandu. Jean Baptiste pose alors le problème du rendement, notamment pour la cire, et s’interroge sur ce que représentent les tributs en cire par rapport à la production : Catherine précise alors que les textes d’agronomie ne donnent pas d’informations nettes sur ce sujet, et les quantités sont variables selon la technique de récolte, la taille et le type de ruche, de l’environnement et de la saison selon le climat, au minimum 1kg par an et par ruche. D’autres questions portent sur l’utilisation des produits issus de cet élevage. Irène demande si l’on a des précisions sur la manière dont est consommé le miel. Les livres de cuisine consultés par Catherine ne mentionnent presque pas le miel, donc il est probablement peu utilisé par les élites, mais il sert sûrement d’édulcorant de base. Il est très utilisé dans la pharmacopée. On rappelle aussi que l’on additionne le miel à l’encre dans le scriptorium où l’on fait également usage de tablettes de cire pour écrire.

            La seconde intervention est celle de Marion Chaigne et porte sur la relation entre la comptabilité et les activités quotidiennes des reines de Sicile entre 1360 et 1481.

            Marion commence par préciser le sens de l’expression « activités quotidiennes » en s’attardant sur le terme « activitas », qui désigne la puissance d’agir, la mise en application de cette puissance, et suppose un sujet actif. Elle rappelle que la femme médiévale n’est souvent étudiée que comme sujet passif, objet d’échange dans les stratégies familiales ; pour ce qui est des princesses en particulier, une grande partie des actions liées à la nécessité de survie est déléguée aux officiers : on ne peut donc parler d’activités quotidiennes qu’au sens d’« occupations », quotidiennes en raison d’un caractère répétitif et ordinaire. D’autre part, la vie des princesses est réglementée par des textes juridiques ou didactiques, dont les prescriptions permettent de mesurer l’originalité des activités féminines des reines de Sicile, femmes de la seconde maison d’Anjou, souvent veuves, qui exercent aussi un pouvoir politique.

            Pour ce qui est des pratiques quotidiennes et de la gestion des affaires domestiques, les informations tirées de la comptabilité ne peuvent être que lacunaires : elles ne concernent que les activités ayant donné lieu à un échange monétaire, et l’objet de certaines dépenses personnelles reste secret précisément parce qu’il tient à la vie privée de la reine. On constate cependant que le premier poste de dépenses (environ un quart du budget) correspond à l’achat de tissus, soit pour un usage propre, soit pour des dons ou des livrées. La joaillerie ou la tapisserie sont achetés par des officiers mandatés, et sont destinés à un usage personnel ou aux étrennes. Tout cela concerne les activités traditionnelles de représentation de la maîtresse d’une maison princière. Les activités somptuaires ne sont cependant plus prioritaires en temps de guerre ou dans des conditions précaires, où l’on assiste à des ventes d’objets, suivies parfois de tentatives de récupération. Cette première analyse des dépenses peut donner une impression de « consumérisme » mais en même temps ces pratiques correspondent à l’attitude qui est attendue des dames des l’aristocratie, comme on le voit par exemple dans les Enseignements d’Anne de France.

            La pratique religieuse occupe également une place importante dans la comptabilité, par le biais des aumônes régulières, des dépenses effectuées pendant les pèlerinages, ou des dons pour la construction d’un lieu de culte. Les reines ont également un rôle d’éducatrice morale et religieuse, et les comptes reflètent concrètement la part des activités maternelles dans la vie quotidienne.

            D’autres espaces sont ouverts aux activités féminines. Les reines de Sicile entretiennent des relations, par exemple en suivant l’usage qui veut que l’on visite et que l’on accorde des dons aux accouchées. Les décomptes mentionnent des voyages par procuration, mais aussi des démarches personnelles à caractère social, ce qui, conjugué à l’importance des crédits dévolus aux messagers et à la correspondance, tend à montrer une activité de femme de pouvoir, entretenant des relations socio-politiques, au bénéfice de l’époux ou dans le cadre du veuvage. La part strictement privée de ces activités est cependant difficile à évaluer.

            Les reines exercent-elles également une activité financière au quotidien ? Le traité d’éducation de Christine de Pizan sous-entend que les dames n’ont pas pour habitude de surveiller les comptes, mais les comptes des reines de Sicile font mention d’un contrôle personnel, activité librement choisie où les officiers forment le « conseil » de la reine. Cela tient au fait que les comptes de la principauté ne sont pas uniquement privés, et les comptes personnels peuvent servir au financement de la guerre. La mainmise des reines sur les finances excède donc la gestion de leur douaire, et les activités somptuaires se trouvent sacrifiées à l’activité politique quand la situation l’exige.

            La comptabilité des reines de Sicile reflète une manière assez personnelle de gérer ces finances semi-publiques, qui requièrent une activité quotidienne. La comptabilité constitue donc une source de renseignements intéressante, car elle n’est pas filtrée par le point de vue masculin ni prise dans le cadre de prescriptions reflétant les valeurs que l’on projette sur les femmes plus que le réel. Cela dit, elle témoigne du fait que les reines de Sicile exercent des activités quotidiennes de femme de pouvoir dans des cadres qui préexistent à l’exercice du pouvoir.

            Suite à l’intervention de Marion, Clémence demande si des frais de bouche sont inventoriés ; selon Marion les banquets ne sont pas réellement mentionnés, mais quelques gourmandises, comme les épices confites, peuvent apparaître dans les dépenses. Les comptes portent également la trace de dons en alimentation, et une reine peut offrir du poisson, du beurre, des fruits, souvent en récompense d’un service. Jean-Baptiste s’interroge sur ce qui apparaît des loisirs : Marion a relevé quelques dons pour des jongleurs, pour des farces, ou du théâtre joué devant une reine, mais il ne s’agit pas d’un salaire, dépense qui concerne le Duc. Enfin Pierre demande s’il est question d’achat de parchemin ; c’est le cas dans les comptes de l’argenterie, mais Marion précise qu’on ne possède cette part de la comptabilité que pour le dernier règne.

            C’est sur ces analyses riches et précises que s’achève cette séance, après l’annonce d’une prochaine rencontre qui aura lieu le 11 avril et abordera, après une dernière intervention sur les activités quotidiennes, le prochain thème : Secret, public, privé.

Retour haut de page

Compte rendu de la séance du vendredi 11 avril 2008

Les activités quotidiennes (III)

Une vingtaine de participants est réunie dans la bibliothèque Boutruche de la Sorbonne pour cette séance de transition, où nous écoutons une dernière intervention sur le thème « Les activités quotidiennes » avant d’aborder un nouveau thème : « Secret, privé, public ».

            La traditionnelle série d’annonces est très brève : Patrick Moran nous informe de la venue de Luciano Rossi au séminaire de Jacqueline Cerquiglini-Toulet (14/04) et Vanessa Obry fait circuler le programme du prochain colloque organisé par le CUER MA à Aix-en-Provence du 28 au 31 mai 2008, dont le thème sera « Effets de style au Moyen Âge ».

LES ACTIVITÉS QUOTIDIENNES

            Après une série d’interventions d’historiens lors des séances précédentes, Laetitia TABARD nous propose de porter cette fois un regard littéraire sur « Les activités quotidiennes », en nous parlant des « Rituels du quotidiens dans les dits amoureux (Le Livre du Voir Dit de Guillaume de Machaut et Le Livre du Dit de Poissy de Christine de Pizan) ».

            Si, comme l’avait remarqué Cécile Le Cornec lors du premier séminaire consacré à ce thème, l’une des formes courantes de l’apparition du quotidien dans les textes littéraires est la liste à portée comique ou parodique, Laetitia se demande si le quotidien peut-être représenté pour lui-même, avec un sens qui lui est propre, ne contribuant pas seulement à un effet de décalage. Elle nous invite à la lecture de deux passages de textes d’inspiration courtoise dans lesquels le quotidien fait irruption : la visite du narrateur et de la jeune fille qu’il aime à la foire du Lendit dans Le Livre du Voir Dit de Guillaume de Machaut et la visite de la narratrice à sa fille à l’abbaye de Poissy, suivie d’une nuit passée à l’hôtel de Bourbon, dans Le Livre du Dit de Poissy de Christine de Pizan. Dans les deux cas, la narration s’ouvre au réel le temps d’un voyage et de la visite d’un lieu.

            Laetitia définit d’abord les possibilités d’insertion du quotidien dans le discours amoureux. La temporalité du dit, comme discours à la première personne ancré dans le présent, traduit à la fois une volonté d’authenticité et un souci de faciliter l’inscription dans la mémoire. Les activités quotidiennes évoquées sont ainsi liées à un événement mémorable de la vie aristocratique. Le mélange social décrit est en effet celui de la ville et les activités collectives représentées ont lieu dans un centre religieux et social. La multiplication des fils narratifs qui caractérise la composition du dit favorise enfin l’insertion du quotidien. L’irruption du quotidien crée un décalage thématique, mais il n’est pas un contrepoint satirique.

            La présence des activités quotidiennes induit une représentation spécifique du temps. Le rythme du corps prend la place des événements de la vie amoureuse : les repas et moments de repos deviennent les étapes du récit. Dans le Livre du Voir Dit, le temps du corps fusionne avec celui de la vie religieuse et le quotidien se trouve sacralisé dans le domaine amoureux : le dîner avec la dame se colore ainsi de connotations religieuses. Les effets de répétition des mêmes étapes rappellent également le rituel religieux. Chez Christine de Pizan, ce ne sont pas non plus les heures liturgiques qui servent de point de repère, mais les repas pris en commun. Ces activités s’inscrivent dans un cadre spatial quotidien, représenté notamment par des objets (comme les matelas des religieuses chez Christine de Pizan) et par des références à des localités réelles ou encore à la provenance des aliments (comme les fromages de Brie). Dans le cadre ainsi dessiné, les activités quotidiennes prennent le pas sur les heures du jour, et leur caractère répétitif rappelle la cérémonie religieuse.

            Laetitia s’interroge dans un dernier temps sur le sens de cette représentation du quotidien. Dans les deux textes, les moments consacrés à ces activités quotidiennes codifiées et collectives alternent avec les moments d’échanges intimes qui correspondent à un oubli du temps. Dans le Dit de Poissy, le cadre de la vie quotidienne est plus lourd et la discipline vue de manière négative. Le quotidien semble être une apparence qui masque le fil narratif sous-jacent de la vie personnelle. Ainsi, les éléments du quotidien ne sont pas seulement chargés de représenter la réalité, mais ils sont porteurs d’un sens symbolique. Ils permettent la représentation d’une expérience de la répétition, temporalité laïque qui adopte la forme du rituel et permet malgré tout de laisser une place pour l’intime.

            Après cette intervention, Cécile Le Cornec remarque que l’on trouve dans « Le Concile d’Apostole », une liste d’aliments suivis de leur origine, dont les expressions sont proches de celles que Laetitia a citées (le vin de Saint-Pourçain par exemple). Or ce texte se trouve souvent dans les manuscrits aux côtés de textes littéraires ; il serait sans doute intéressant de mesurer son influence. Mathilde Grodet remarque que le cadre quotidien chez Guillaume de Machaut est d’abord lié à une volonté d’authentification. Sophie Albert ajoute que l’intrusion du quotidien dans les textes de la fin du Moyen Âge n’a plus le sens uniquement symbolique qu’elle pouvait revêtir aux XIIe et XIIIe siècle. Après une discussion autour de la notion de réalisme, Léonard Dauphant évoque l’opposition sociale entre l’abbaye de Poissy et l’hôtel de Bourbon, lieux aristocratiques, et la foire représentée par Machaut. Laetitia ajoute qu’il est d’autant plus intéressant que les deux textes leur aient conféré des fonctions similaires.

            Nous profitons de la transition proposée par Laetitia – l’opposition entre les moments régis par une vie quotidienne sociale et la vie personnelle – pour aborder le thème suivant. [cf article “Secret, privé, public (avril-juin 2008)”]  […]

            Nous nous séparons vers 20h en attendant les séances des 16 mai et 6 juin qui seront consacrées à ce même thème.

Vanessa Obry

Retour haut de page

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Questes (12 avril 2008). Les activités quotidiennes (février-avril 2008). Questes. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4h3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search