Histoire et littérature (hiver 2006)

 Histoire et littérature

Ce thème vise à confronter, dans une perspective méthodologique, les approches des membres du séminaire utilisant conjointement les apports de l’histoire et de la littérature.

Compte rendu de la séance du 20 janvier 2006

Compte rendu de la séance du 10 février 2006

Compte-rendu de la séance du 20 janvier 2006

Histoire et littérature (I)

Une quinzaine de personnes ont assisté à cette séance sur les rapports entre histoire et littérature.

La séance a commencé par diverses annonces et commentaires bibliographiques.

Sophie Albert a fait circuler le compte-rendu d’une journée d’études qui s’est tenue à Toulouse vendredi 13 janvier 2006 sur « le discours mythologique » entre glose et réécriture, où l’on a analysé l’utilisation de la mythologie dans l’histoire des rois francs (VIe-XIIIe siècles) et dans la littérature scandinave, la figure du Sphinx dans le Roman de Thèbes, les commentaires des Métamorphoses par Arnoul d’Orléans, et la réécriture des mythes de Pyrame et Thisbé, de Jason et Médée et de Narcisse. Sophie a rappelé que Madame Besnier, responsable de la salle de références de la bibliothèque de la Sorbonne, propose aux membres de Questes une présentation des ressources informatiques en études médiévales le jeudi 23 février de 14h à 16h et le mardi 28 février de 14h à 16h. Elle a signalé un ouvrage qui vient de paraître aux Presses Universitaires de Paris Sorbonne, et qui traite du précédent thème abordé par Questes : Auctoritas. Mélanges offerts au professeur Olivier Guillot, études réunies par Giles Constable et Michel Rouche. Dans le dépliant présentant les derniers ouvrages parus dans la Collection Cultures et civilisations médiévales des PUPS sont désormais annoncés sous la rubrique « à paraître » les actes de la journée d’études organisée par Questes au printemps 2005 : Laver, monder, blanchir. Discours et usage de la toilette dans l’Occident médiéval, sous la direction de Sophie Albert.

Julien Abed, chargé de la parution du bulletin consacré aux deux dernières séances de Questes sur « l’autorité », a invité les participants à corriger et compléter la bibliographie, et recherche encore une illustration, les images déjà proposées ne lui plaisant guère.

Agathe Sultan a fait passer le programme et le bulletin d’inscription d’un stage à Périgueux du 7 au 13 juillet 2006 sur « Théorie et pratique de la musique médiévale », coordonné par Gérard Geay.

Andrea Martignoni a évoqué des livres parus récemment aux éditions de l’Ecole Française de Rome, par exemple : Procès de canonisation au Moyen Âge. Aspects juridiques et religieux, sous la direction de Gabor Klaniczay, 2004. Il a fait passer le programme d’une journée d’étude consacrée à « la construction de l’espace au Moyen Âge : représentations et pratiques », qui se tiendra en Alsace du 2 au 6 juin 2006, et qui est organisée par la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur. Enfin Andrea a présenté divers ouvrages en lien avec le thème de la séance :

Les Tendances actuelles de l’histoire au Moyen Âge en France et en Allemagne, Actes des colloques de Sèvres (1997) et Göttingen (1998), sous la direction de Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Oexle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002 ;

L’Histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, sous la direction de M. Balard, Paris, Seuil, 1991 ;

Trente ans de recherches en langues et littératures médiévales. Perspectives médiévales, sous la direction de J.-R. Valette, numéro jubilaire, mars 2005 ;

Faire de l’histoire, tome II Nouvelles approches et tome III Nouveaux objets, sous la direction de Jacques Le Goff et Pierre Nora, Folio Histoire, 1974 ;

Les Historiens, coord. Véronique Sales, Paris, Armand Colin, 2003.

Deux exposés ont été présentés sur le thème « histoire et littérature ».

Sophie Albert a analysé quelques aspects des coutumes dans la littérature arthurienne et de leurs rapports à la réalité historique.

Sophie a d’abord rappelé la définition du mot « coutume » donnée dans les dictionnaires d’ancien français : 1) usage, habitude ; 2) droit établi par l’usage ; 3) sens spécialisé en : taxe, péage, redevance. Sophie propose ensuite de réfléchir sur un type particulier de coutume littéraire, que l’on trouve dans les romans arthuriens dès Chrétien de Troyes : un usage qui dicte à un chevalier les prescriptions qu’il doit accomplir devant différents types de passage (pont, entrée d’un château). Dans Guiron le Courtois, l’épreuve que doit surmonter le chevalier est systématiquement un combat.

Les critiques n’ont pas tous analysé de la même manière l’origine et la signification de ce thème. Certains, à la suite des travaux de Georges Duby, voient un lien direct entre la pratique historique des coutumes et leur présence dans les textes littéraires : c’est la théorie du reflet. Les gardiens de « mauvaises coutumes » seraient ainsi l’image littéraire fantasmée de vilains parvenus qui, grâce à l’argent engendré par la collecte de taxes, menacent la chevalerie. Dans une perspective plus globale, Erich Köhler voit dans la littérature arthurienne l’image idéalisée de la société féodale où les conflits sont résolus par des moyens fictifs, grâce aux chevaliers. Ainsi le héros qui abat les obstacles rétablit l’ordre du monde et manifeste les relations pacifiées qu’entretient Arthur avec ses vassaux. Donald Maddox a vigoureusement contesté ces thèses, à partir de l’étude du même corpus que Köhler : les romans de Chrétien de Troyes. Sophie fait circuler son article sur « Yvain et le sens de la coutume », paru dans Romania, 109, 1988, p. 1-17. Pour Maddox, Yvain, comme tout héros arthurien, renverse les mauvaises coutumes, mais « loin de faire l’éloge du droit coutumier, Chrétien semble vouloir en souligner ses virtualités les plus néfastes ». L’auteur du Chevalier au lion met en question l’efficacité et la violence du duel judiciaire ; il est même assez sévère pour le roi Arthur, en soulignant à quatre reprises « son respect excessif du droit coutumier ». Enfin Sophie mentionne l’attitude de certains critiques littéraires qui refusent de voir tout lien entre le thème littéraire de la coutume et la réalité historique, par exemple Philippe Ménard dans son article : « Réflexion sur les coutumes dans le roman arthurien ». Ce critique, comparant le contenu des différentes coutumes, constate que les recueils de coutumes réelles parlent d’argent, d’héritage alors que les textes littéraires évoquent le devoir de jouter. Mais il refuse la définition « taxe, péage, redevance » du mot « coutume » ; or c’est bien la notion de péage qui permet de lier le thème littéraire à la pratique historique.

Sophie propose alors de partir de trois postes d’observation pour analyser les rapports entre le thème littéraire de la coutume et l’histoire. Elle appuie ses remarques sur le roman en prose Guiron le Courtois, daté des années 1235-1240, qui contient une dizaine d’histoires de coutumes.

1. Si l’on admet que l’on peut rapprocher les coutumes littéraires des « péages » réels, il y a manifestement un déplacement dans la fiction sur le contenu de la taxe, matérielle dans la réalité (il s’agit de biens financiers ou en nature), idéologique dans le roman : celui qui échoue à combattre une coutume perd son honneur et son identité chevaleresque en perdant ses armes et son amie. Sophie se demande aussi si une partie de la noblesse n’était pas exemptée de ces taxes, alors que dans le roman ce sont les chevaliers qui sont confrontés à la coutume : le déplacement porterait aussi sur l’identité des personnes taxées.

2. La présence de récits étiologiques de coutumes amène à constater l’écart qui sépare les deux formes de coutumes, historique et littéraire. La coutume, selon sa définition usuelle, est supposée naître d’un usage immémorial et collectif ; or, dès Érec et Énide on apprend l’histoire de la mise en place de la coutume de la Joie de la Cour, le nom de son fondateur et sa date d’apparition. Dans les romans en prose, le procédé sera repris et amplifié : le seul roman de Guiron le Courtois présente une dizaine de récits étiologiques de coutumes. Ce procédé pourrait être la conséquence de l’individualisation des héros dans le roman arthurien (les chevaliers, qui se déplaçaient en groupe dans la réalité, sont seuls dans les textes littéraires) : à la collectivité anonyme de la réalité, les romans substitueraient un fondateur bien identifié.

3. Sophie se propose enfin d’analyser plus précisément dans Guiron le Courtois le moment de fondation de la coutume, en distinguant les récits selon le type de discours qui préside à la fondation : relatée au discours indirect, au discours direct, ou aux deux types de discours rapporté. La fondation implique en effet un acte de parole. A chaque fois le fondateur, issu de la société chevaleresque, demande d’abord aux futurs gardiens, qui lui sont inférieurs socialement, de jurer de lui obéir, puis il énonce la coutume : on retrouve ici le don contraignant sous la forme du serment. La coloration juridique du moment de la fondation semble correspondre à l’augmentation de l’intérêt juridique dans la société et, surtout, à la croissante codification du droit. Ainsi on commence à rédiger des coutumiers vers le milieu du XIIIe siècle : la coutume est légitimée non plus par son ancienneté, mais par sa mise par écrit. Le « serment contraignant » du roman semble exprimer la même nécessité de codification.

Trois types de rapports entre les coutumes réelles et littéraires ont donc été mis en lumière, selon le poste d’observation choisi : déplacement et idéalisation dans le contenu de la coutume, écart dans la présence même d’un récit relatant l’origine des coutumes littéraires, influence de l’évolution du droit sur la forme de l’acte fondateur.

L’exposé de Sophie est suivi par une discussion sur la présence et la signification des coutumes dans la littérature arthurienne. Natalia Bercea-Bocskai fait remarquer que la coutume n’apparaît plus dans les romans du début du XVIe. Sophie Albert compare le passage du pont par Lancelot entre le Chevalier à la charrette et le Lancelot en prose : cet épisode de coutume réapparaît bien, mais sa réécriture est marquée par la rationalisation, et l’exploit du chevalier n’évoque plus le passage dans l’au-delà. Clotilde Dauphant note alors que dans les premiers romans courtois, la coutume avait une signification mythique importante, en marquant les étapes de l’apprentissage du héros ; ensuite les chevaliers étant moins individualisés, et le parcours initiatique moins mis en valeur, la coutume perdure comme thème littéraire mais vidé de sa substance. Sophie précise que le rôle initiatique des coutumes est encore tout à fait pertinent dans le Lancelot en prose (voir Donald Maddox, « Lancelot et le sens de la coutume », Cahiers de Civilisation Médiévale 29, 1986, p. 339-353), mais s’étiole dans le Tristan en prose et, plus encore, dans Guiron le Courtois, ce qui se traduit dans la place des épisodes de coutumes, relégués, dans ce roman, aux marges du récit.

Les participants reviennent aussi sur la théorie du reflet. Anne-Laure Lallouette, Pierre Levron et David Dominé-Cohn s’interrogent sur l’adéquation entre noblesse et chevalerie. Ils comparent l’intérêt porté aux armes dès les premiers romans et la confection d’armoriaux qui n’apparaissent qu’à la fin du Moyen Âge. Sophie Poitral rappelle qu’Erich Auerbach a analysé un passage du Chevalier au Lion dans son livre Mimesis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale ; la question de la représentation du réel y est plutôt traitée sous l’angle stylistique qu’idéologique.

Anne-Laure Lallouette a présenté un deuxième exposé sur l’utilisation en histoire des sources littéraires, à partir de son expérience pratique pour sa thèse consacrée à la vieillesse au XIIIe siècle. Elle a été ainsi amenée à distinguer dans son corpus les sources médicales, les sources littéraires (dernières chansons de geste, romans arthuriens, fabliaux) et les sources religieuses (exempla, hagiographies, miracula etc.). C’est l’utilisation des sources littéraires qui lui a semblé la plus problématique, et tout d’abord impossible. Concrètement, les sections du CNU sont séparées, et une étude historique est censée se baser sur la réalité plutôt que la fiction. La théorie du reflet est abandonnée depuis longtemps, et la littérature ne semble pas fiable aux historiens, car la réalité n’y apparaît qu’à travers le philtre de la subjectivité. Mais Anne-Laure s’est proposé d’utiliser la méthode de Jean-Claude Schmitt à propos des exempla ou de Philippe Walter pour les hagiographies : il s’agit de débarrasser le texte de la narration pour ne retenir que les motifs, les archétypes. En fait les textes littéraires permettent à Anne-Laure de mieux comprendre les représentations de la vieillesse et non pas d’imaginer la vie quotidienne des personnes âgées de cette époque. La comparaison avec les autres sources permet enfin de trouver des points communs : un court passage du Roman de Fauvel reprend ainsi fidèlement un texte médical copié une trentaine d’années auparavant.

Cet exposé est suivi d’une discussion générale sur les catégories d’histoire et de littérature, et sur les avantages comme les dangers d’une alliance entre les disciplines. Julien Abed pointe ainsi le caractère anhistorique d’une étude sur les archétypes : qu’en est-il de la spécificité de la représentation de la vieillesse au XIIIe siècle ? Anne-Laure lui répond qu’une étude des sources antiques permet de dissocier les « universaux » des particularités médiévales. Andrea Martignoni montre aussi qu’on ne peut isoler totalement un personnage du contexte de la narration, et qu’il faut s’interroger sur la fonction narrative de ces figures. Enfin David Dominé-Cohn souligne que le problème de l’utilisation des sources littéraires par l’historien se pose aussi pour les images.

En fin de séance, les participants ont fait quelques remarques d’organisation.

Clotilde Dauphant a demandé à toutes les personnes qui mentionnent des ouvrages ou les font passer lors des séances de Questes de rédiger sur un papier à part leurs références bibliographiques, afin de faciliter la rédaction du compte-rendu.

Sophie Albert a annoncé le programme des prochaines séances :

vendredi 10 février : histoire et littérature, où nous entendrons les exposés de Vincent Tartacap, Mathilde Grodet, Natalia Bercea-Bocskai et Caroline Mounier ;

vendredi 17 mars et vendredi 7 avril : à la marge ;

vendredi 5 mai et vendredi 2 juin : croire.

Clotilde Dauphant

Retour haut de page

Compte rendu de la séance du 10 février 2006

Histoire et littérature (II)

Étaient présents : Julien Abed, Sophie Albert, Hélène Baudouin, Natalia Bercea-Bocskai, Yann Coz, Mathilde Grodet, Anne-Laure Lallouette, Pierre Levron, Sarah Novak, Sophie Poitral, Laëtitia Tabard et Vincent Tartacap.

La séance s’ouvre sur l’annonce par Sarah NOVAK de la parution du numéro spécial de la revue Histoire et images médiévales autour du « Mystère du Graal (Mythes et symboles). »

Puis, pour approfondir la réflexion inaugurée lors de la séance précédente au sujet des usages réciproques de la littérature et de l’histoire que font les médiévistes, Vincent TARTACAP propose une présentation portant sur « La chanson de geste et l’Histoire ». Il entend montrer les liens étroits qui unissent le genre épique et l’Histoire, dans laquelle les poètes trouvent les motifs de leurs récits.

Dans une première partie consacrée aux anachronismes des chansons de geste, Vincent TARTACAP montre de quelle manière les auteurs qui prétendent rapporter les hauts faits des héros du passé plaquent, en partie, des réalités qui leur sont contemporaines.

En effet, les auteurs affirment fréquemment leur volonté raconter aux auditeurs les événements du passé tels qu’ils se sont réellement produits. Jean Bodel dans la Chanson de Saisnes, aux alentours de 1200, insiste sur le fait que la littérature peut être décomposée en trois matières distinctes : la matière de Bretagne, celle de France et celle de Rome, étant étendu que la matière de France, celle des chansons de geste, doit être regardée comme vraie, à l’inverse de la matière arthurienne (ou de Bretagne) qui est vaine et fictive. La chanson de geste serait donc le domaine de la vérité historique.

Or, la littérature épique reflète plus volontiers les réalités de l’époque féodale que celles des temps carolingiens. Un certain nombre d’indices atteste cette tendance à l’anachronisme, à l’instar de l’exemple frappant du maniement de la lance tel qu’il est décrit dans les textes. Il est établi que, jusqu’aux alentours de 1050, la lance est avant tout utilisée dans les combats comme arme de jet, ce n’est ensuite que, coincée sous l’aisselle du combattant, elle lui sert à désarçonner son adversaire. Or, dans la Chanson de Roland, lors des trente et un combats dans lesquels la lance intervient, celle-ci n’a pas d’autre fonction que le désarçonnement. L’auteur plaque donc la technique de combat qui lui est la plus familière sur les pratiques de ses aïeux. Le même type de décalage apparaît dans le cadre des réalités sociales et juridiques. Ainsi, si les structures féodo-vassaliques sont communes aux époques carolingiennes et féodales, les textes intègrent des comportements plus propres au XIème siècle, ignorés plusieurs décennies auparavant. C’est le cas de l’hommage-lige, qui est postérieur au Xème siècle et permet de prêter un serment vassalique à deux personnes ou plus, et qui est évoqué dans Raoul de Cambrai par des personnages sensés vivre à une époque qui n’avait pas encore vu cette évolution des liens entre les vassaux et leurs seigneurs.

Une partie du travail des poètes repose donc, en partie, sur une transposition de phénomènes qui leur sont contemporains au cœur du récit de faits passés. Les textes à caractère historique seraient un moyen pour eux de parvenir à penser le présent. Vincent TARTACAP souligne, dans une seconde partie, que les enjeux de cette réflexion sont d’autant plus importants que les chansons de geste constituent des « mythes pour la classe chevaleresque ». Les auteurs inscrivent les difficultés et les caractéristiques de la vie des hommes du XIIème siècle dans le récit des actions passées. Un problème crucial de ce temps, qui est fréquemment évoqué par les poètes, est le manque de terres, cristallisé autour de la question du fief. Si, à l’origine, le fief sert habituellement au seigneur à récompenser la fidélité d’un de ses vassaux (pratique que l’on retrouve aux vers 21-23 de Raoul de Cambrai), l’apparition progressive de l’hérédité des fiefs a conduit à la raréfaction des alleux (terres libres), de telle sorte que les seigneurs n’ont plus, au XIIème siècle, la possibilité d’offrir une terre à l’un de leurs vassaux sans en priver un autre. Et c’est cette réalité, tardive, et les conflits qui en découlent qui sont mis le plus volontiers en avant par les auteurs, que ce soit dans le Charroi de Nîmes ou dans Raoul de Cambrai.

De la même manière, les auteurs reviennent souvent sur la concurrence qui existe entre les liens vassaliques et les liens du sang. En effet, il existe traditionnellement une obligation de prêter assistance et secours aux membres de son lignage, qui peut parfois être en contradiction avec les obligations vassaliques (un chevalier peut avoir à soutenir un membre de sa famille face à son propre seigneur ou inversement). Ce conflit d’intérêt n’a trouvé de résolution qu’au XIème siècle, avec l’affirmation de la primauté des liens vassaliques sur toute autre obligation. Or, les chansons de geste, comme Raoul de Cambrai par exemple, reprennent généralement à leur compte cette prééminence des devoirs du vassal, qui n’est pourtant pas propre à l’époque carolingienne.

Si ces anachronismes sont nombreux, ils n’en sont pas moins uniformes, repris massivement d’un récit à l’autre, contribuant à donner une image homogène d’une société chevaleresque construite à partir à la fois d’éléments passés et plus actuels. Et Vincent TARTACAP entend montrer dans sa dernière partie en quoi cette homogénéité idéologique des chansons de geste participe au mouvement de redressement de l’autorité royale qui se prépare alors dans les milieux ecclésiastiques, affirmant que ces œuvres, et la résonance qu’elles ont avec l’actualité la plus immédiate, sont des œuvres de propagande. Elles se font, entre autres, l’écho de la sacralité de la personne royale telle qu’elle est définie par l’Église à cette époque. C’est pourquoi, dans La chanson de Roland, le Seigneur s’adresse régulièrement à Charlemagne ou lui envoie l’ange Gabriel, insistant sur les liens privilégié qui unissent le roi à Dieu. Le couronnement de Louis est encore plus manifestement une œuvre de propagande dans la mesure où elle est immédiatement contemporaine de l’accession au trône du jeune Louis VII, dont elle défend implicitement la légitimité et l’autorité, espérant obtenir la fidélité des barons à son égard.

Globalement, la littérature épique porte à son faîte l’image du roi, en faisant coïncider les deux éléments qui, selon Dominique Boutet dans son article « Les chansons de geste et l’affermissement du pouvoir royal », fondent l’autorité royale : la valeur et le pouvoir du souverain. Ainsi, dans La chanson de Roland, la grande valeur de Charlemagne et le caractère incontestable de son pouvoir sont sans cesse répétés. Le prestige de l’empereur est alors en partie capté au profit de ses successeurs dont il est le modèle. Loin des idéaux chevaleresques de la littérature arthurienne, la chanson de geste n’est pas encore une littérature féodale, et repose sur une réécriture composite du passé, dans laquelle l’enjeu principal est la coïncidence de la valeur et du pouvoir chez un même roi.

Cette présentation suscite de nombreux commentaires. Julien ABED, en premier lieu, insiste sur l’idée qu’une des forces des chansons de geste est de placer le personnage au coeur d’une logique historique, en lui donnant à voir les événements du passé qui pourraient se produire à nouveau, ce qui revient à mettre en garde les contemporains et donc à donner une épaisseur historique au récit. Reste cependant à savoir comment les poètes ont collecté leurs informations et si celles-ci n’ont pas été déformées par la tradition orale. Pierre LEVRON rappelle que les hommes du Moyen Âge investissent ces textes d’une valeur politique et qu’il faut les regarder comme le témoignage d’une organisation politique en train de se mettre en place. Yann COZ signale ensuite qu’il faut manipuler avec précaution l’idée d’anachronisme, dans la mesure où ce que nous regardons aujourd’hui comme anachronique n’était peut-être pas perçu comme tel par les hommes de cette époque, qui n’avaient pas nécessairement conscience de faire différemment de leurs ancêtres, ignorant comment exactement ceux-ci vivaient (comment savoir, par exemple, que la lance se tenait d’une manière différente un siècle plus tôt si on jamais vu faire autrement). Anne-Laure LALLOUETTE rappelle que les évolutions sociales et juridiques sont lentes et progressives, et que les clercs n’ont pas systématiquement recours aux archives du passé pour voir de quelle manière fonctionnaient les institutions au cours des siècles précédents. Pour Laëtitia TABARD, il convient néanmoins de nuancer : les hommes médiévaux n’ignoraient pas absolument leur passé et avaient conscience de l’ancienneté des pratiques. Enfin Natalia BERCEA-BOCSKAI insiste sur le fait que dans la littérature des XIVème et XVème siècles, le passé est clairement identifié et connu, et qu’il existe une forte altérité des faits anciens par rapport au présent.

Ensuite, Mathilde GRODET propose une analyse croisée de « La place réciproque de la littérature et de l’histoire médiévales dans les manuels de classe de cinquième ».

Depuis une dizaine d’années, une dynamique nouvelle est apparue au sein de l’Éducation Nationale, qui encourage le « décloisonnement » entre les disciplines. Dans ce contexte de développement de l’interdisciplinarité, l’histoire et le français s’avèrent être deux disciples très complémentaires. Mathilde GRODET nous invite à réfléchir sur la place du Moyen Âge dans ces deux disciplines, et sur les enjeux pédagogiques qui entourent cette période de l’histoire.

Le Moyen Âge occupe une place de choix dans le programme de cinquième, aussi bien en français qu’en histoire, les programmes de ces deux disciplines ayant été conçus pour se répondre l’un à l’autre. Il faut signaler qu’il n’existe pas d’autres disciplines dans lesquelles le Moyen Âge soit aussi bien représenté, alors qu’il aurait été possible de l’introduire en musique ou dans le cours d’arts plastiques. Lors du dernier remaniement des programmes de français, la réintroduction de textes antiques et médiévaux est apparue comme une nécessité aux yeux des pédagogues, puisqu’ils se trouvent aux fondements de la culture occidentale, dont les codes doivent pouvoir être saisis de tous.

Les textes antiques et bibliques étant étudiés en sixième, le respect de la chronologie implique que la littérature médiévale fasse son apparition en classe de cinquième. Les programmes invitent les enseignants à étudier avec leurs élèves, sous la forme d’extraits ou d’oeuvres complètes, un roman de chevalerie (par exemple Yvain), un « texte de dérision critique » (un fabliau ou Le roman de Renart) et, enfin, une farce (Maître Pathelin ou une pièce de Molière). Aucune recommandation explicite n’est faite en ce qui concerne la place de l’histoire, en dehors de l’invitation à pratiquer l’interdisciplinarité. La fréquentation des textes médiévaux pose des problèmes de compétence de lecture des élèves, pour qui les repères historiques sont de précieux outils de compréhension. Le but de cette contextualisation est d’éclairer le texte en le resituant dans une chronologie globale de la littérature. Les manuels scolaires abondent de ces « repères » sensés guider le jeune lecteur, mais qui peuvent recouvrir aussi bien des notions telles « l’univers médiéval » que « les formes du comique ».

L’histoire sert souvent de prétexte à l’étude d’une notion littéraire. Par exemple, l’enseignant peut proposer à la classe de réaliser un dossier sur les abbayes médiévales. L’exercice a avant tout pour but mettre en œuvre des savoir-faire appris au cours d’une leçon précédente, comme l’utilisation du discours informatif, essentiel ici. Certains ouvrages scolaires mettent en regard des textes écrits par des historiens et des récits fictifs, dans le but de confronter l’objectivité historique et la subjectivité littéraire (il faut néanmoins noter que Georges Duby est fréquemment proposé comme parangon de l’objectivité historique, ce qui ne va pas sans soulever quelques difficultés). Cette dialectique opposant littérature et histoire n’est pas toujours facile à exploiter pour le professeur de français car elle induit chez les élèves l’impression que l’histoire est la discipline de la vérité quand la littérature ne serait celle que du mensonge.

Mathilde GRODET propose de se pencher ensuite sur les manuels d’histoire, dans lesquels la place dévolue à la littérature est tout à fait importante. Les extraits d’œuvres littéraires sont omniprésents, sans cesse associés à des images et à des cartes. Certains ouvrages médiévaux peuvent accéder au statut de ce que les programmes d’histoire appellent « documents patrimoniaux », c’est-à-dire « des œuvres artistiques emblématiques d’une époque donnée », c’est le cas du Roman de Renart et du Livre des Merveilles de Marco Polo. Les professeurs d’histoire et de géographie sont tenus de faire connaître ces œuvres à leurs élèves. Ceux qui n’ont pas ce statut de document patrimonial servent le plus souvent d’illustration à une leçon ou permettent aux enseignants d’inciter les élèves à mettre en application leurs connaissances. La littérature est également donnée à lire aux élèves comme une source, dans laquelle ils sont invités à discerner la réalité de l’époque médiévale, au même titre que dans d’autres types de documents, comme des cartulaires par exemple. Les extraits qui sont alors choisis sont souvent très réalistes, dénués de tout caractère fictif.

Après ces regards croisés sur les deux disciplines, Mathilde GRODET indique qu’il existe un manuel totalement interdisciplinaire chez Hatier, qui peut être utilisé indifféremment par les professeurs d’histoire et de français. Mais ce type d’ouvrage reste encore rare, chaque discipline faisant de l’autre un outil au service de ses objectifs pédagogiques propres : les manuels de français utilisent l’histoire pour guider la réflexion des élèves, mais ne s’interrogent jamais sur la nature même du discours historique ; les manuels d’histoire font de la littérature une source parmi d’autres mais sans travailler sur les notions de récit ou sur la réécriture du passé.

Cet exposé donne lieu à de nombreuses interrogations sur des problèmes pédagogiques précis. Laëtitia TABARD, par exemple, se demande si l’enseignant peut faire prendre conscience aux élèves du découpage chronologique au sein même de la longue période qu’est le Moyen-Âge. Or, les manuels d’histoire comme ceux de français mettent bien en relief les grandes inflexions du millénaire médiéval. Yann COZ souligne l’impression de foisonnement qui ressort des manuels de littérature, dans lesquels le Moyen Âge cohabite avec de nombreuses autres périodes. Mathilde explique que cela a partie liée avec les objectifs pédagogiques du programme de cinquième, qui invite l’exploration de bien d’autres aspects de la littérature, de la grammaire et de la syntaxe française que ceux des XIème-XVème siècles. Natalia BERCEA-BORCKAI se demande enfin s’il n’est pas délicat d’enseigner des éléments culturels fortement marqués du point de vue religieux et de respecter en même temps le principe de laïcité. Ceux, parmi les participants, qui ont une expérience d’enseignement montrent que cela ne pose pas de difficultés à partir du moment où les élèves sont dûment informés du fait qu’il ne s’agit pas de les convertir, mais simplement de leur donner des connaissances culturelles solides. Ainsi, la Bible est étudiée en classe de sixième aussi bien en français qu’en histoire, puis le Coran fait à son tour l’objet d’une leçon en cinquième, sans que cela déclenche des débats trop passionnés.

Pour achever la séance, Natalia BERCEA-BOCSKAI fait une intervention sur la place des exempla chez Hélisenne de Crenne. Analysant les significations du terme, John D. Lyons rappelle dans l’introduction de son ouvrage Exemplum. The Rhetoric of Example in Early Modern France and Italy que l’un des sens de l’exemplum en latin médiéval était celui de « clairière dans la forêt » : la formule résume de manière métaphorique la fonction essentielle de l’exemplum : convaincre l’auditoire par des histoires exemplaires. Le critique établit une distinction entre l’exemplum médiéval, qui revêt une forme narrative et est associé en règle générale à l’acte de prêcher et l’exemplum dans les textes renaissants qui, tout en maintenant des échos de cet usage, a tendance à se détacher de ces deux caractéristiques, afin de retrouver le sens rhétorique « classique » d’» exemple démontrant une règle générale » (voir p. 11 ssq.). Erasme donne dans la deuxième partie de son De copia un éventail extrêmement riche des formes que peut embrasser l’exemplum : histoires, fables, proverbes, opinions, parallèles, comparaisons, similitudes, analogies… (De copia verborum ac rerum, p. 232). Enchaînement de segments narratifs qui résument les légendes présentées comme exemplaires ou simple mention d’un nom censé représenter une autorité et étayer ainsi l’argumentation, l’exemplum embrasse chez Hélisenne de Crenne presque toute cette « typologie » érasmienne.

Natalia se propose de réfléchir sur l’usage paradoxal de certaines figures légendaires édifiantes comme Didon, Hélène, Médée ou Sémiramis chez Hélisenne. La « demonstrance » des histoires exemplaires se module en fonction de la visée didactique : persuasion et dissuasion se rencontrent dans le cadre d’un même exemplum. Plusieurs critiques comme Martine Debaisieux, Diane S. Wood et Marie-Claude Malenfant ont souligné le rapport analogique ou spéculaire qui s’établit entre l’image contrastante de Didon et celle de la narratrice.

Didon apparaît six fois dans les trois parties qui composent les Angoysses douloureuses. Elle est deux fois mentionnée comme un contre-exemple : Hélisenne rappelle dans sa lettre à l’amant l’inconstance de Didon (celle-ci avait rompu le voeu de chasteté fait à son époux Sychée) et Quezinstra lui attribue le défaut « ociosité » (« oisiveté », le chevalier fait référence à Didon décrite par Virgile). Les autres occurrences mettent en exergue la constance de la même Didon et son image d’amoureuse malheureuse exemplaire. Dans les Epistres familieres et invectives Didon est explicitement mentionnée comme une figure « qui doibt servir d’exemple », l’auteur revient dans sa lettre à Clarice sur l’épisode de la fondation de Carthage par cette femme forte et sur le changement symbolique de son nom, de « Helisa » en Didon. Hélisenne réactualise, comme Christine de Pizan dans sa Cité des dames, les deux diptyques de la légende (I, 46 : dame Raison fait l’éloge de Didon, femme politique ayant fondé une nouvelle cité et II, 54 : dame Droiture fait de Didon son premier exemple d’une série de femmes « loyales en amour » et raconte l’épisode tragique avec Enée ; dans les deux cas, il s’agit d’un exemple positif). M. Desmond distingue une « Didon historique », pré-virgilienne, présente dans les écrits des historiens tels que Justin et Timée qui mentionnent son exil, la fondation de Carthage et son suicide afin de garder son voeu de chasteté fait à son époux et une « Didon virgilienne », victime de sa passion pour Enée. Dans l’Enéide, on le sait, le premier volet de l’histoire est raconté à Enée par Vénus qui se présente sous les traits d’une chasseresse (I, 340-368 ; Hélisenne qui traduit partiellement l’Enéide a une connaissance approfondie de ces épisodes ; la dernière mention de Didon dans la troisième partie du roman rappelle les vers 83-84 du IVe chant). D’autres figures sont chargées chez Hélisenne de significations positives et négatives : Hélène, exemplaire par sa beauté et contre exemplaire pour avoir été à l’origine de la destruction de Troie ; Médée, enchanteresse, amoureuse fidèle injustement rejetée par Jason mais aussi mère infanticide et présence vindicative ou de la reine Sémiramis, citée pour ses paroles sages adressées au roi de l’Inde mais aussi donnée comme exemple de « libidineuse luxure »… Cette présence de contextes antithétiques met en lumière la flexibilité de l’exemplum sous la plume d’Hélisenne.

Retour haut de page

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search