Les villes dans la réalité et l’imaginaire (printemps 2005)

Les villes dans la réalité et l’imaginaire

Compte rendu de la séance du 18 février 2005

Compte rendu de la séance du 18 mars 2005

Compte rendu de la séance du 15 avril 2005

Compte rendu de la séance du 18 février 2005

Le groupe de Questes accueille à chaque rencontre de nouveaux participants ; la séance s’ouvre donc par un tour de table de présentations. Parmi les nouveaux venus, on peut citer Caroline MOUNIER, enseignante à Saint-Etienne, Cladie DE MIN, qui travaille sur les géants dans la littérature des XIIe et XIIIe siècles, Marco MAULU, qui mène une enquête sur le Guillaume d’Angleterre et sur ses influences sur la naissance du roman chevaleresque espagnol, et Antonio CALABRESE, qui est aux prises avec la nouvelle édition de l’oeuvre de Jaufré Rudel. Le groupe accueille également deux élèves de l’Ecole des Chartes, David-Jonathan BENRUBI et Aurélie THOMAS.

Au tour de table font suite les annonces, les appels à contribution et les informations de tous ordres. Sophie ALBERT attire l’attention des participants sur l’opportunité d’une collaboration avec la revue pédagogique L’Ecole des Lettres, qui vise à faire le lien entre le savoir universitaire et l’enseignement secondaire. Agathe SULTAN fait circuler des prospectus pour des stages de musique médiévale. Clotilde DAUPHANT annonce qu’elle interviendra dans le séminaire de Claude THOMASSET le mercredi 23 février sur La Prison amoureuse de Jean Froissart.

Sophie ALBERT fait ensuite le point sur la journée d’études sur les pratiques et la symbolique du lavage et de la toilette au Moyen Âge, « Laver, monder blanchir » qui aura lieu dans la Salle des Actes, le 14 mai 2005. Sophie signale qu’il est possible d’envoyer des invitations à un certain nombre de professeurs ou de collègues. Elle propose de mettre sur le site de Questes une bibliographie générale rassemblant les bibliographies de tous les participants, qui serait un instrument très utile pour les membres du groupe.

On enchaîne sur la partie consacrée aux questions bibliographiques et aux nouvelles parutions. Pierre LEVRON, apportant un élément à la bibliographie sur l’hygiène, présente le livre de Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, 1987, livre qui, d’après Pierre, constitue un bon point de départ pour une enquête évolutive sur corps et ses représentations. Pierre présente ensuite un volume d’actes sur Le Prosimètre à la Renaissance, Paris, éd. de l’École Normale Supérieure, 2005 [Cahiers V. L. Saulnier, n° 22] qui contient, entre autres, une contribution d’Estelle DOUDET sur le théâtre de Georges Châtelain.

On arrive finalement au thème de la séance : « Images et imaginaires des villes européennes au Moyen Age », qui est introduit par Andrea MARTIGNONI. Andrea signale d’abord une série de bases de données, consultables sur Internet, renfermant des dossiers considérables sur l’histoire de quelques villes italiennes, notamment Venise [voir http://www.storiadivenezia.it/] et Florence [voir http://www.storiadifirenze.org/]. Ces sites offrent un large choix bibliographique et, qui plus est, mettent à disposition des sources (chroniques et documents d’archives) qui ont permis de retracer l’origine et l’organisation progressive de ces milieux urbains. Andrea fait ensuite un point historiographique sur les villes européennes, en insistant sur la multiplication des études qui ont vu le jour autour des années quatre-vingts [par exemple, Histoire de la France urbaine, t. II, La ville médiévale : des Carolingiens à la Renaissance, sous la direction de G. DUBY, Paris, Seuil, 1980 ; et J. LE GOFF, « L’immaginario urbano nell’Italia medievale (secoli V-XV) », in Storia d’Italia, Annali, V, Il paesaggio, sous la direction de C. DE SETA, Turin, Einaudi, 1982, pp. 5-43]

Parmi les nombreuses études qu’il signale, on peut encore citer les importants travaux d’Elisabeth CROUZET-PAVAN sur la ville de Venise, notamment : Venise : Une invention de la ville (XIIIe-XVe siècle), Paris, Champ Vallon, 1998 ; et Venise triomphante : les horizons d’un mythe, Paris, Albin Michel, 1999. Les enjeux de ces recherches concernent principalement, d’un côté, les usages sociaux de l’espace urbain et, de l’autre, la mise en scène de la ville par sa propre communauté, c’est-à-dire l’image officielle de la ville, qui se constitue à travers les siècles. Andrea et Anne-Laure LALLOUETTE rappellent que le second sujet de l’année coïncide avec le thème de l’agrégation d’histoire : on assiste à un foisonnement d’études et de manuels sur l’histoire des villes italiennes. Agathe SULTAN rappelle quant à elle que le programme de l’agrégation de philosophie comprend, entre autres, la Cité de Dieu de saint Augustin : autant d’images différentes de la ville.

Les participants annoncent ensuite les interventions qu’ils ont l’intention de faire au cours des prochaines séances. Sophie ALBERT présentera la thèse de Sébastien DOUCHET, Continuité et discontinuité dans les Continuations du Conte du Graal (dir. Dominique BOUTET), qui comprend une partie sur les représentations de la ville. Clotilde DAUPHANT annonce une contribution sur la capitale chez Eustache Deschamps. Dans l’oeuvre du poète, la ville de Paris est citée à l’intérieur du motif topique de l’adieu à la patrie. Clotilde se propose d’analyser les poèmes de Deschamps sur Reims et sur Paris en les resituant dans leur contexte historique et politique. D’autres propositions pour les prochaines séances s’enchaînent : David-Jonathan BENRUBI promet une intervention sur Boccace, chez qui le banquet devient une métonymie de la ville. Paola CORDELLA parlera de la Prise d’Orange, une chanson de geste entièrement consacrée à la conquête de la ville et de la princesse Orable : la « femme et la cité », dont les rapports sont suggérés par la proximité phonétique des noms. Finalement, l’assemblée invite Delphine GIACOMETTI, dont les recherches portent sur les récits de voyages, à proposer une contribution sur les villes de l’Orient.

S’ensuit un débat sur la présence et le rôle de la ville dans les textes littéraires. Pierre LEVRON remarque l’absence quasi totale des villes dans la littérature arthurienne. Mattia CAVAGNA observe que dans le roman de Partonopeus de Blois, la ville enchantée de la fée Mélior, Chef d’Oirre, revêt un rôle central tant du point de vue narratif que du point de vue symbolique. Dès son arrivée dans cette ville merveilleuse, située au-delà de la mer et de la forêt où il s’était égaré, le héros se trouve ensorcelé par les bâtiments, les tours et les murs reluisants ; il parcourt les rues désertes et arrive finalement au palais de la fée : les charmes de la ville annoncent les charmes de la fée. Julia DROBINSKY signale qu’une enquête sur l’iconographie pourrait également donner des résultats intéressants. Certains peintres et enlumineurs aiment à peindre des portraits de villes, en particulier Jean Fouquet. Clotilde DAUPHANT explique que le troisième livre des Chroniques de Jean Froissart comporte de nombreux épisodes où l’action est suscitée, justement, par la description d’une ville visitée par le poète. Mattia CAVAGNA fait une brève allusion à la littérature religieuse, en mentionnant la symbolique liée aux villes de Jérusalem et de Babylone : à l’intérieur de la pensée eschatologique chrétienne, ces deux cités constituent des allégories du Paradis et de l’Enfer. Andrea MARTIGNONI signale quant à lui la pratique, propre aux villes médiévales, de placer de nombreuses statues de saints tout au long des rues et des carrefours principaux : une telle démarche institue une correspondance symbolique entre le réseau urbain et l’espace idéal du Paradis. À propos de l’organisation du réseau urbain, Pierre LEVRON conclut avec une intéressante description de la fondation des « bastides », les villes fortifiées au sud de la France, véritables « villes nouvelles ». Leur création suivait un procédé bien codifié, dont il nous reste une documentation assez exhaustive. La séance se clôt sur ces remarques.

Deux indications bibliographiques :

BERMEJO Esperanza, « Chief d’Oire dans Partonopeus de Blois : la ville comme espace de totalisation », Mediaeval Studies, 63 (2001), pp. 223-244.

STANESCO Michel, « Le Chevalier dans la ville: le modèle romanesque et ses métamorphoses bourgeoises », dans L’Imaginaire courtois et son double, éd. Giovanna Angeli et Luciano Formisano, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 1992, pp. 469-487.

Retour haut de page

Compte rendu de la séance du 18 mars 2005

Annonces et échanges d’informations

La séance commence par diverses annonces. Tout d’abord, Sophie ALBERT et Andrea MARTIGNONI font passer le programme de la journée d’étude de Questes, « Laver, monder, blanchir », qui se tiendra le 14 mai à la Sorbonne. Sophie présente une bibliographie sur le lavage et la toilette réunissant les bibliographies des participants de la journée.

Sophie expose un projet initié en mars 2005 par le Service de la Valorisation de la Recherche de Paris IV, qui s’intitule « les brefs de la recherche ». Marie-Hélène Richard, la responsable du projet, a commencé à mettre en place des conférences de doctorants, d’une durée d’une heure, destinées à un public de non-spécialistes. Ces conférences doivent porter sur les recherches du doctorant et s’accompagner de supports textuels et iconographiques, distribués en début de séance aux assistants. Marie-Hélène Richard est prête à consacrer un semestre entier, sans doute le premier semestre de l’année 2005-2006, à des conférences sur le Moyen Age : Sophie invite les questeurs intéressés à lui envoyer un titre et deux lignes de résumé avant la mi-avril (sophiealbert@wanadoo.fr). Le programme du premier semestre 2005-2006 doit en effet être établi avant la fin du mois de mai.

Andrea MARTIGNONI et Mattia CAVAGNA font un compte-rendu de leur visite au 25ème Salon du Livre, dont l’inauguration a eu lieu le jeudi 17 mars. Ils font circuler plusieurs catalogues des éditions Brepols et la lettre d’information des Medieval and Renaissance Studies (février 2005). Elena ROZOUMNIAK apporte de précieux renseignements sur une exposition présentée au Pavillon Russe : ce dimanche, de 10h à 11h, seront exposés des « trésors littéraires français », dont quatre manuscrits de la Bibliothèque Nationale russe (collection de Petr Doubrovskï) : les chroniques chevaleresques de René d’Anjou, le Livre du trésor de Brunetto Latini, l’herbier de Charles d’Angoulême et le bréviaire de Louis d’Orléans. (Pour plus d’informations, voir le site http://www.moscow-paris.com/fr/material_folder.php/section.php?docId=3514)

On annonce plusieurs manifestations culturelles ayant trait au Moyen Age : Agathe SULTAN fait passer le programme de concerts de l’abbaye de Royaumont, Andrea rappelle que l’on peut écouter une lecture intégrale de la Chanson de Roland ce dimanche 20 mars, au Louvre, à 14h.

Enfin, Andrea attire l’attention des participants sur un colloque organisé par l’UMR 8092, « Le plurilinguisme au Moyen Age. Orient, Occident », qui se tiendra du 22 au 25 juin à la Sorbonne.

Les participants présentent ensuite des ouvrages récemment parus :

– Le Traité de la musique de Boèce, éd. par G. FRIEDLEIN, introduction et traduction par C. MEYER, Brepols, 2005

Les chemins de la Quête, recueil d’articles réunis par D. HÜE et S. MÉNÉGALDO, Paradigme, 2004

Le recueil, destiné avant tout aux agrégatifs, réunit des articles déjà parus ailleurs et deux articles inédits.

La digression dans la littérature et l’art du Moyen Age, Senefiance 51, textes réunis par C. CONNOCHIE-BOURGNE, Presses Universitaires de Provence, 2005

Le recueil réunit les actes du dernier colloque du CUER MA. Il contient les articles de plusieurs questeurs : Mattia CAVAGNA, Damien DE CARNÉ.

– F. BONOZZO, Landscape Perception in Early Celtic Literature, Celtic Studies Publications, 2004

Ce livre revient sur l’idée de Paul ZUMTHOR (La mesure du monde) selon laquelle les paysages, dans la littérature médiévale, auraient un sens purement symbolique. Il s’inscrit dans un courant « néo-celtisant » propre aux médiévistes italiens.

Le Roman de Messire Charles de Hongrie, édité par M.-L. CHÊNERIE, Presses Universitaires du Mirail, 1992

Ce texte arthurien en prose de la fin du XVe siècle est resté trop longtemps méconnu. Il est très représentatif de l’évolution de la littérature chevaleresque dans le Moyen Age tardif.

Bibliographie sur les villes médiévales

Andrea MARTIGNONI, complétant l’introduction historiographique de la séance précédente, distribue deux documents : l’un contient une liste d’historiens spécialistes des villes italiennes, ainsi que les principaux axes d’études envisagés par ces auteurs. L’autre comporte un point historiographique sur la ville et propose plusieurs pistes de réflexion : le lien entre ville de chair et ville de pierre ; les Laudes civitatum ; la notion de res publica. Andrea donne ensuite des précisions sur le prochain colloque de la SHMES, « les villes capitales », qui aura lieu à Istambul en juin 2005. Les thématiques retenues sont les suivantes : capitales d’empires ; modèles d’émergence, d’affirmation et de déclin de la capitale ; la société des capitales ; marqueurs sociaux et symboliques des capitales. Andrea, enfin, fait circuler le sommaire du livre Les élites urbaines au Moyen Age (24e congrès de la SHMES, Rome, 1996), Rome-Paris, 1997.

On présente alors plusieurs ouvrages sur les villes médiévales :

Villes et sociétés urbaines au Moyen Age, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 1994

Le paysage urbain au Moyen Age, Presses Universitaires de Lyon, 1981

– J. DUBOURG, Histoire des bastides. Les villes neuves au Moyen Age, éditions du Sud-Ouest, 2002

Les bastides, véritables villes nouvelles, obéissaient à des règlements très particuliers sur les plans politique et juridique.

Clotilde DAUPHANT : la ville chez Eustache Deschamps

Eustache Deschamps mentionne fréquemment des villes dans ses poèmes, mais peu de textes sont exclusivement consacrés à une cité. Ce sont ces quelques textes – une dizaine dans toute l’œuvre de Deschamps – qui retiennent l’attention de Clotilde. Les poèmes centrés sur une ville se présentent soit sous forme d’adresse directe à la cité, soit sous forme de prosopopée, la ville prenant elle-même la parole : dans les deux cas, la ville est personnifiée. Ils se répartissent en deux grandes catégories : des poèmes d’éloge d’une part, de blâme d’autre part.

Clotilde étudie d’abord les poèmes exprimant la louange de Paris ou de Reims. Elle laisse de côté le rondeau 1330, consacré aux églises de Prague, la ballade 1339, consacrée à la ville de Vertu, et les pièces dédiées à la ville de Sens. Les ballades 169 et 170, qui font l’éloge de Paris, ont le même refrain ; mais la seconde se présente sous forme d’apostrophe à la ville, ce qui suffit à la distinguer de la précédente. A ce poème fait écho la ballade 172, dont les premiers vers comportent également une apostrophe à la cité. Dans cette ballade 172, Reims est avant tout la ville du sacre. Clotilde y voit par conséquent un poème de circonstance écrit au tout début du règne de Charles VI, en 1380. Or toutes ces pièces s’inscrivent dans un cycle consacré à la fin du règne de Charles V (ballades 165-166), au début du règne de Charles VI (ballade 167) et au douloureux interrègne de l’automne 1380 (ballade 164). Toutes sont des ballades, hormis le rondeau 171, qui marque une rupture, un commentaire du poète sur son œuvre. La louange de la ville, intégrée à un cycle qui concerne la difficile succession de Charles V, a donc une forte implication politique.

Il en va autrement des poèmes de louange accompagnant un adieu à la ville (Rondeaux 640-643, 552, ballades 489 et 871). La perspective n’est plus politique, mais affective, voire sensuelle, comme l’indiquent d’une part la thématique, d’autre part, par exemple, les jeux sur les sonorités à l’œuvre dans le refrain de la ballade 871 (« Adieu Paris, adieu petiz pastez ! »).

Clotilde s’intéresse ensuite aux villes que l’on fustige. Dans la ballade 94, la critique prend la forme d’une malédiction où l’image végétale – Gand est la racine de tous les maux – retourne l’image topique de la ville fleur de toutes cités (ballade 169). Ailleurs (dit latin 1332), Deschamps blâme les péchés de Paris, miroir de la France tout entière. Enfin, dans plusieurs pièces, la ville elle-même fait acte de contrition, telle Montpellier dans la ballade 346 ou Paris dans la ballade 193 et la chanson royale 385. Ces repentances imaginaires sont supposées faire suite à des révoltes urbaines, fréquentes dans les années où écrivait Deschamps.

Pour finir, Clotilde propose plusieurs axes de réflexion sur la ville chez Eustache Deschamps. Les villes sont souvent mentionnées dans des poèmes de l’ubi sunt, vaines tentatives pour arrêter dans la pierre le passage du temps. Les villes des Anciens apparaissent d’autre part comme des modèles de bons ou de mauvais gouvernements : les références à Rome, ville ou empire, et à Ninive, modèle de contrition, peuvent être analysées dans cette perspective. Enfin Paris est souvent décrite comme le lieu de la cour, de la vie trop chère, de la mode.

Cette intervention donne lieu à plusieurs questions.

– Andrea MARTIGNONI demande à Clotilde si l’on peut reconnaître chez Deschamps des lieux communs venus du genre des laudes civitatum. Clotilde fait une réponse nuancée : à côté de lieux communs clairement identifiables, tel celui de la ville comme lieu de la maîtrise des arts dans la ballade 170, Deschamps développe des descriptions pittoresques, en particulier du grand pont de Paris (Ballade 170), lieu de promenade.

– Mattia CAVAGNA s’interroge sur le vocabulaire de la mode en ancien français.

– La discussion, qui engage, outre Clotilde, Agathe SULTAN, Paola CORDELLA et Pierre LEVRON, porte alors sur la métrique chez Eustache Deschamps. Clotilde, à la suite d’une question d’Agathe SULTAN, précise que l’ordre des pièces dans l’édition suit l’ordre du manuscrit. Puis elle indique une irrégularité dans la forme métrique de la ballade 166, dont la première strophe comporte neuf vers au lieu de dix. Ce type d’irrégularités, considérées comme des erreurs par l’éditeur, semble être un procédé d’écriture parfaitement conscient, dont l’effet est purement stylistique.

Lucimara LEITE : l’image des femmes dans La Cité des dames de Christine de Pisan (1404-5)

Eléments bibliographiques :

CHRISTINE DE PISAN, La città delle dame, éd. P. CARAFFI, Carocci, 2004.

N. MICHEL, M. DE ROUGEMONT, Le rameau subtil. Prosatrices françaises entre 1364 et 1954, Hatier, 1993.

Dans la Cité des dames, Christine de Pisan donne aux femmes un abri imaginaire contre la misogynie masculine. Chacun des trois livres présente un personnage (Raison, Droiture et Justice) qui dialogue avec Christine et l’aide à construire la cité. Dans le premier livre, Raison pose les fondations de la cité (les pierres sont des femmes guerrières) et élève les murailles (des femmes sages défendront ainsi la cité). Le terrain où la ville est construite est le Champ des Lettres : Raison confère à Christine une entière dignité d’écrivain, la plaçant au même niveau que les hommes. Droiture, quant à elle, construira les tours, le palais et les nobles maisons avec l’aide des sibylles et des prophétesses, qui sont « puissante(s) et rivale(s) des hommes » (D. RÉGNIER-BOHLER, História das mulheres, p. 521). Parmi les sibylles, deux sont particulièrement citées : Érythrée et Almathée. En dehors de ces dernières, Christine cite aussi des prophétesses de la Bible : Déborah, Elizabeth, Anne et la reine de Saba. Elle rappelle ainsi des prophéties de Nicostrate, de Cassandre, de la reine Basine et d´Antonie, femme de l’empereur Justinien. Les habitantes de la cité sont des femmes fidèles dans le mariage : Christine prend parti dans la querelle du Roman de la Rose, qui porte, entre autres, sur le mariage.

Enfin, dans la troisième partie, Justice devra fortifier la cité. La reine choisie pour la cité est Notre Dame, première femme dont on ait reconnu la valeur ; les soeurs de Notre Dame, Marie-Madeleine et les saintes occupent également des positions éminentes. Cette partie du livre exalte la vie contemplative qui, pour l´auteur, est supérieure à la vie active.

Cette intervention est suivie de plusieurs remarques.

– Lucimara est amenée à donner des précisions biographiques sur Christine de Pisan, jeune veuve contrainte de vivre de sa plume.

– Anne-Laure LALLOUETTE pose plusieurs questions. D’une part, elle demande si Christine accorde une place particulière aux vieilles femmes ; ce n’est pas le cas. D’autre part, elle interroge Lucimara sur l’organisation politique de la cité. Mais le livre finit quand la ville est construite ; peu d’informations sont données sur son fonctionnement politique.

– Clotilde DAUPHANT, quant à elle, demande si l’on peut discerner une hiérarchisation des femmes en fonction des espaces qui leur sont attribués. Cette question entraîne une discussion sur la mise en image de l’espace de la cité. Mattia CAVAGNA observe que dans la miniature distribuée par Lucimara, la colonne centrale opère une division entre les femmes qui bâtissent la cité et celles qui travaillent en un lieu clos. Il fait alors l’hypothèse d’une cité qui unit en même temps qu’elle divise. De son côté, Caroline MOUNIER voit dans la miniature un désir de saturation de l’espace ; Elena ROZOUMNIAK, partant de l’idée que toute représentation, textuelle ou iconographique, est porteuse d’une signification symbolique, propose de comparer les modalités des deux types de représentation. Andrea MARTIGONI appelle de ses vœux des contributions sur les représentations iconographiques de la ville, voire d’une ville particulière.

  Retour haut de page

Compte rendu de la séance du 15 avril 2005

Sophie ALBERT commence par nous rappeler l’opportunité qui nous est offerte de parler à Paris IV, dans le cadre du service de valorisation de la recherche. Les interventions ne seront finalement pas organisées chronologiquement, mais par thèmes (sont proposés pour le moment : « eau », « réécriture de la matière antique », mais la liste reste ouverte). Ces conférences de doctorants auront une durée d’une heure. Les volontaires sont invités à envoyer rapidement (avant la fin du mois de mai) à Marie-Hélène RICHARD (mail), la responsable du projet, leur sujet de thèse et le nom de leur directeur de recherche.

Mathilde GRODET nous propose ensuite de lire un roman médiéval contemporain, Erec et Enide, de Manuel Vasquez Montalban, publié tout récemment, transportant et transposant la fameuse histoire d’amour en Amérique latine (voir les autres éléments bibliographiques à la fin du compte rendu). Agathe SULTAN nous suggère de nous rendre à Barcelone du 30 avril au 21 mai pour écouter le XXVIIIe festival de Musica Antiga.

La séance continue avec l’exposé jumelé de Mattia CAVAGNA et de Silvère MENEGALDO sur les images de Venise à travers la littérature française au Moyen-Âge. Ils ont choisi de considérer principalement l’opposition des angles de vue français et italiens sur cette capitale et les échanges entre Paris et Venise, afin de comprendre les éléments d’un imaginaire vénitien au Moyen Âge.

Cinq points sont abordés successivement : la géographie (il faut laisser son cheval avant de rentrer dans la ville – thématique du passage), l’histoire (les légendes de sa fondation, vie de saint Marc), l’économie (richesse exceptionnelle de la ville admirée par tous les voyageurs, vie commerciale), la politique (une République, mais aussi une tyrannie arbitraire – les relations fluctuantes avec la France – déviation de la 4e croisade) et la religion (quel rapport avec les Turcs ?). Pour soutenir leur exposé stimulant, ils utilisent et citent des ouvrages tels que Cléomadès d’Adenet le Roi, le rapport de l’ambassade à Venise de Commynes, Jean Marot, Le Voyage de Venise et Jean Lemaire de Belges sur la quatrième Croisade.

En réponse à cet exposé, Anne-Laure LALLOUETTE présente le travail d’Elisabeth CROUZET-PAVAN portant sur la ville de Venise et sur le travail des Vénitiens pour établir une légende glorieuse de leur ville (Chroniques du 13e et du 14e siècle). Elle insiste aussi sur le paradoxe d’une ville qui, pour des raisons commerciales, est mi-occidentale et mi-orientale, et sur l’animosité qui peut en résulter. Andrea MARTIGNONI souligne à son tour l’importance du pèlerinage à Venise, ville dont on dit (notamment Marin Sanudo) que les reliques forment le rempart.

Différentes questions sont ensuite soulevées par les participants : l’originalité des codes artistiques compte tenu de la double influence occidentale et orientale, le statut du patriarche de Venise, le fait que Venise était mal considérée par une grande partie des Italiens au Moyen Âge, les différentes histoires du vol des reliques de saint Marc (parfois comiques, le corps aurait été caché dans du choux destiné à masquer l’odeur suave du cadavre du saint et recouvert par des morceaux de viande de porc afin d’être transporté en sûreté).

Paola CORDELLA étudie ensuite le rôle de la ville dans La Prise d’Orange. La ville représente la richesse, mais aussi la femme, c’est-à-dire Orable, pour Guillaume d’Orange. Elle représente la troisième fonction dans le schéma de Dumézil.

Andrea MARTIGNONI se lance enfin dans une vaste étude iconographique de la ville au Moyen Âge. 87 images classées et commentées nous donnent un très bon aperçu de la perception de la ville au Moyen-Âge. Nous voyons défiler des images de manuscrits et de peintures à fresque couvrant le Moyen-Âge et le début de la Renaissance. C’est la ville de Jérusalem qui inaugure le cycle pictural, avec quelques traits saillants : l’aspect circulaire de la ville (sauf la ville à plan carré d’Hildegarde de Bingen), l’opposition premier plan / arrière-plan permettant un rappel de la passion du Christ, l’alternance remarquable entre la représentation d’une Jérusalem en cours de construction ou de destruction, la présence ou non d’habitants (conférant à la ville un aspect plus réaliste ou plus sacré).

Nous abordons ensuite la représentation d’autres villes comme Sienne (premier paysage en peinture par Simone Martini en 1328), Pérouse, Florence, Rome, Naples… ce qui nous permet de considérer la possibilité de l’usage allégorique de la représentation d’une ville (allégorie du Bon et du Mauvais Gouvernement à Sienne, l’harmonie perdue de Babel), les représentations sacrées et profanes (Psautiers et schémas d’architectes). La ville peut être schématisée sous la forme d’une porte dans les manuscrits, ou rendue excessivement complexe comme dans la « Vierge au Chancelier Rolin » de Van Eyck. Andrea MARTIGNONI termine son exposé sur les représentations de Venise dans les gravures, les manuscrits arabes, les atlas et les peintures. Ces dernières images sont accompagnées par la dégustation de grissini, saucissons et de vin blanc. Tous les sens ont donc été sollicités lors de cette fascinante dernière séance sur la ville médiévale.

Bibliographie :

Daniel Arasse, Histoires de peintures, éd. Denoël, 2004.

Jean-Claude Hocquet, « Venise et Bruges au Moyen-Âge », La documentation française, n°8011, octobre 1999.

Elisabeth Crouzet-Pavan, Venise, une invention de la ville, 13e-15e siècle, Paris, Champs Vallon, 1997.

Michel Lauwers, Naissance du cimetière dans l’Occident médiéval. Lieux sacrés et terre des morts, Paris, Flammarion, 2005.

Claire Thiellet, Femmes, Reines et Saintes, Ve-XIe siècle, Presses Universitaires Paris- Sorbonne, 2004.

 Retour haut de page

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search