La nuit (hiver 2003-2004)

La nuit

Ce parcours d’idées ne désire aucunement atteindre une quelconque complétude ou perfection. Des idées qui témoignent de l’enchaînement de la pensée, libre et légère, en quête de ce qui fuit loin dans les plis du mystère. Une suite de considérations qui ouvrent des chemins, qui éclairent des directions, qui posent des questions.

Compte rendu de la séance du 23 novembre 2003

Compte rendu de la séance du 12 décembre 2003

Compte rendu de la séance du 16 janvier 2004

Nous vous proposons également un parcours littéraire autour du thème, ainsi qu’une bibliographie.

Compte rendu de la séance du 21 novembre 2003

La nuit (I)

Nombreux étaient les présents en bibliothèque Boutruche ce vendredi 21 novembre 2003 à 17h30 pour le séminaire de QUESTES, groupe des jeunes doctorants médiévistes en Sorbonne. C’est avec une grande joie que nous avons reconduit nos rencontres initiées il y a trois ans et que nous avons accueilli, avec grand plaisir, de nouveaux membres venant d’horizons divers (Italie, Canada,… ; étudiants de maîtrise, de D.E.A., doctorants et postdoctorants ; historiens, littéraires, et musicologues).

Après avoir rappelé le principe de fonctionnement de ces rencontres pluridisciplinaires, reposant sur le principe d’interventions croisées autour de thèmes choisis, et après avoir évoqué les nombreuses actualités relatives au Moyen Age (annonce de colloques, publication d’ouvrages récents, manifestations diverses), la séance s’est ouverte par des réflexions sur le thème de « La nuit au Moyen Age ».

Silvère MENEGALDO a ainsi proposé une réflexion sur le genre littéraire de L’aube, genre lyrique se développant essentiellement entre le XIIe et la fin du XIVe siècle et représenté par neuf témoins en langue d’oc et cinq témoins en langue d’oïl. A travers des critères comme les récurrences lexicales des termes aube, gaite, nuit, jor, la question de la variété des énonciateurs, la tendance narrative, les repères spatio-temporels, l’aube pourrait être questionnée paradoxalement comme genre nocturne. En effet, la plupart de ces textes mettent en scène la nuit tant par la mise en scène temporelle, les discours déplorant l’arrivée du jour séparant les amants, que par la figure du guetteur occupant une place centrale. Cette réflexion a suscité auprès des participants des questions concernant à la fois la question de la langue, de la datation et du lyrisme.

Estelle DOUDET s’est, quant à elle, attachée à interroger La représentation de la nuit dans les Mystères, théâtre de jour et de plein air. Face à la nécessité d’annoncer la nuit et le jour par des archétypes, la nuit apparaît comme un endroit de la scène qui se donne dans le paradoxe d’une représentation par une lumière (torche) ou dans un bruit diabolique. La question de l’ordre et du désordre, l’opposition entre la nuit comme silence divin et le jour qui se marque par un chant mélodieux, sont les modalités de cette représentation problématique sur la scène théâtrale. Cette étude permet aux participants d’évoquer les questions de la représentation picturale de la nuit, Léonard de Vinci invitant, par exemple, à la représenter en bleu dans un contraste avec le rouge.

Après ces échanges informationnels, Andrea MARTIGNONI s’est proposé, à travers une bibliographie fournie, d’esquisser les problématiques inhérentes à la nuit au Moyen Age. Toujours définie de façon oppositionnelle, la nuit convoque les binômes bruit / silence, vie / mort, lumière / obscurité, travail / repos, réalité / rêve, ordre / désordre dans une pratique urbaine ou rurale, dans sa perception et sa représentation, posant in fine la question de l’émotion. Ainsi pourraient se dégager des ensembles thématiques en rapport avec la spiritualité (les visions, la prière, la méditation, la temporalité du diable,…), avec l’éthique (la nuit serait un espace de liberté menaçant l’ordre et exprimant le désir) et avec le politique (le pouvoir cherchant à « contrôler » la nuit). La nuit serait donc, au Moyen Age, un moyen de penser les oppositions, dans une confrontation, un dialogue ou une annulation.

C’est à travers ces problématiques que les participants s’accordent à prolonger la réflexion au cours de deux prochaines séances consacrées à La Nuit au Moyen Age autour de deux voies majeures : La nuit et ses représentations au Moyen Age (représentations iconographiques, musicales,…) et La nuit comme structure au Moyen Age (structure sociale, politique ou littéraire dans les romans et les récits brefs).

Rendez-vous est alors donné pour le vendredi 12 décembre 2003 à 17h30 en Bibliothèque Boutruche (Escalier E, 2e étage) pour le séance de QUESTES.

Nous vous invitons à nous y rejoindre !

Retour haut de page

Compte rendu de la séance du 12 décembre 2003

La nuit (II)

La séance commence par l’échange d’informations concernant les publications, colloques, séminaires, manifestations culturelles susceptibles d’intéresser les participants.

Nelly LABERE présente les dernières conventions de rédaction pour Questes : les participations peuvent être désormais plus longues (jusqu’à 1500 mots). La responsable du bulletin insiste sur le respect impératif des délais pour la remise des articles.

Andrea MARTIGNONI fait circuler un certain nombre de publications récentes ainsi que des ouvrages abordant le thème de la nuit. Il attire l’attention du public sur le site Reti Medievali qui offre une bonne synthèse de l’actualité de la recherche (les colloques de l’année à venir).

Julia DROBINSKY propose un parcours à travers les manuscrits enluminés du Xe au XVe siècle : elle aborde l’iconographie de la nuit en la soumettant à deux questions. Tout d’abord, elle s’interroge sur les modalités de la représentation de la nuit (traitement de la lumière, emploi d’une gamme colorée, présence ou absence d’un cadre). Ensuite, Julia pose une distinction : d’une part, les illustrations qui établissent un rapport nécessaire du point de vue narratif ou symbolique entre le cadre nocturne et le sujet représenté, d’autre part, les illustrations pour lesquelles la nuit ne constitue qu’un fond décoratif.

Sa réflexion s’accompagne de nombreuses projections d’enluminures (bestiaire, scènes d’astronomie, scènes de Nativité, arrestation du Christ…), pour le plus grand plaisir des participants ; elle met clairement en valeur la révolution qui s’est produite au XVe siècle pour la représentation de la nuit. Des miniatures montrent alors un intérêt pour un jeu sur l’ombre et la lumière : les contrastes, les ombres propres et les ombres portées, la diffusion de l’intensité lumineuse, autant de techniques employées qui révèlent une grande maîtrise artistique et qui permettent d’affirmer un renouvellement esthétique loin des représentations initiales, relativement schématiques et statiques.

Cet exposé suscite les interventions fructueuses des participants qui reviennent sur le lien entre le décor nocturne et le sujet représenté : le décor nocturne n’est sans doute pas le fruit du hasard, même lorsque le lien ne paraît pas évident. Par exemple le décor nocturne au début du Livre du chevalier de La Tour Landry serait à interpréter comme le signal d’une crise des valeurs, d’un désenchantement propre à la fin du Moyen Âge, d’une impossibilité d’exprimer le renouveau.

Des participants proposent à leur tour diverses représentations de la nuit recueillies par leur soin : « comment calculer l’heure pendant la nuit ? », une scène vaudoise de sabbat.

Agathe SULTAN et Julia DROBINSKY ravissent enfin les yeux et les oreilles de leur public en offrant une lecture commentée des scènes nocturnes du Livre du Cuer d’amours espris de René d’Anjou. Agathe lit des extraits du texte médiéval (récemment édité par Florence Bouchet dans la collection « Lettres gothiques »), illustré par les miniatures d’un maître flamand. Elle insiste sur l’enjeu narratif des scènes nocturnes et esquisse un lien entre la forte présence de la nuit et la quête amoureuse. Julia s’attache à analyser l’art de Barthélémy Van Eyck dans la représentation des scènes nocturnes -en particulier les sources lumineuses et le rendu de la lumière, ainsi que dans la représentation des personnages allégoriques.

Andréa MARTIGNONI conclut cette visite nocturne du Moyen Age par la projection de nombreuses miniatures, d’enluminures et de tableaux qui permettent de rappeler les problématiques soulevées lors de la séance et de clôturer ce parcours visuel.

Les participants sont ravis de cette visite en image de la nuit au Moyen Age. La prochaine séance de Questes est fixée au 16 janvier 2004, 17h30, Bibliothèque Boutruche. Elle interrogera la nuit comme fait et effet de structure au Moyen Age.

Retour haut de page

Compte rendu de la séance du 16 janvier 2004

La nuit (III)

Cette séance était la dernière consacrée à la nuit, orientée plus particulièrement vers les fonctions narratives de la nuit et son rôle dans la logique du récit.

En guise d’introduction, Myriam WHITE expose les éléments de réflexion contenus dans un chapitre du livre de C.-H. Joubert (Oyez ke dit Marie, Paris, Corti, 1987), intitulé « Matinées, nuits blanches, soupirs » : dans les lais de Marie de France, à côté de ces moments particuliers que sont le matin et le soir, la nuit proprement dite apparaît comme le temps de la réflexion, mais aussi de la transformation, et en tout cas n’impose pas de véritable répit dans l’action.

Mattia CAVAGNA poursuit dans ce sens en envisageant le rôle des marges de la nuit dans quelques visions (i.e. voyages de l’âme dans l’au-delà, à distinguer des rêves), entre le VIIe et le XIe siècles. Dans ces textes, le moment du départ de l’âme, et du passage de l’état corporel à l’état extatique, est étroitement lié au matin ou au soir, moment où le moine ne dort pas, ou plus, le sommeil apparaissant ainsi comme un obstacle au voyage.

Autre sujet ensuite, avec la nuit spirituelle, évoquée par Audrey SULPICE. En prenant pour point d’appui quelques traités théologiques du Moyen Age tardif (notamment Le Nuage d’inconnaissance et Le Livre de vie des recluses de Denys le Chartreux), Audrey dégage les axes essentiels d’une lecture spirituelle de la nuit : la nuit comme épreuve bien évidemment, aux ténèbres tentatrices et diaboliques, mais aussi la nuit comme moment de prière (le Christ préconisait d’ailleurs de prier pendant la nuit ; voir aussi les règles monastiques), et comme espace nébuleux à traverser pour parvenir à la contemplation. Retour au rôle narratif de la nuit avec Laurent VISSIERE, qui évoque un curieux épisode de la Geste des Danois de Saxo Grammaticus, où le héros Thorkill, lancé dans une longue traversée, finit par arriver dans un pays plongé dans une nuit éternelle, où il fera de curieuses découvertes. Peut-être faut-il voir dans ce passage, qui mélange diverses strates littéraires, mythiques et historiques, une forme de parodie visant à ridiculiser le paganisme.

Enfin Nelly LABERE propose une rapide étude de la quatorzième des Cent nouvelles nouvelles, où la nuit joue un rôle narratif non négligeable, puisqu’elle permet à un ermite de bien mauvais aloi de tromper une femme naïve en simulant une visite angélique.

Retour haut de page

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search