Les tabous (printemps 2004)

Les tabous

Le mot « tabou » semble hanter le discours public. Né dans le terreau d’une ethnologie qui se constitue à la fin du XIXe siècle, relayé par la psychanalyse, le terme a fini par prendre aujourd’hui un sens proprement politique. « Briser les tabous » signifie, dans le contexte actuel, renverser les limites discursives, reculer les frontières de ce qu’une pression sociale permet ou non de dire, de faire ou de montrer. D’où toutes les références actuelles au tabou dans un contexte culturel (lors du débat sur le roman ou le cinéma pornographique), bioéthique (la question du clonage confronte, par le tabou, les progrès des sciences dures et les limites éthiques et juridiques fixées a priori par la société), social (dans le domaine de l’intimité ou de la différence sexuelle). Imperceptiblement, le tabou a perdu le sens descriptif qui était le sien dans les sciences sociales pour en appeler au subjectif. Face à ce constat, une question s’impose : où fixer les limites du tabou ?

CR de la séance du 5 mars 2004

CR de la séance du 30 avril 2004

CR de la séance du 28 mai 2004

Une bibliographie est également disponible sur le thème des tabous.

 

Compte-rendu de la séance du 5 mars 2004
Les tabous (I)

            L’assemblée des jeunes chercheurs médiévistes de Questes a eu le plaisir, toujours renouvelé, d’accueillir quelques nouveaux participants, historiens et littéraires, d’autres universités parisiennes et venus également de l’étranger. Après les présentations liminaires, la séance s’ouvre par la traditionnelle section « Annonces et colloques ».

            Annonces d’abord internes au groupe : Andrea MARTIGNONI lance un appel à contributions pour étoffer les bibliographies déjà présentes sur notre site Web et qui forment des outils de recherche offerts à tous : sur le temps, la montagne, la Scandinavie, et le nouveau thème abordé, le tabou. Estelle DOUDET annonce la publication en avril 2004 des actes de la première journée d’études de Questes, La Mort écrite, aux Presses de la Sorbonne (PUPS). De nombreux colloques à venir sont aussi annoncés par et aux participants.

            Après ce tour de table informatif, Nelly LABERE ouvre la séance sur le nouveau  thème abordé : le TABOU.

            Le terme de « tabou » s’ancre dans la pratique scientifique du XXe siècle avec son usage sous la plume de Sigmund Freud, dans son ouvrage de 1912, Totem et tabou. Dès le XIXe siècle, ce mot, emprunté par le navigateur Cook aux langues polynésiennes en 1769, passe dans le discours ethnologique et psychanalytique, avant de devenir commun dans un usage politique, son domination d’utilisation le plus fréquent en ce début de XXIe siècle. Après avoir signifié « ce qui ne peut être touché », il désigne aujourd’hui plus largement des normes sociales et éthiques, incarnant même, dans un usage péjoratif, ce qui fait obstacle à l’émancipation.

            Terme complexe, terme anachronique face à notre champ d’études, le Moyen Âge. Cette première séance vise donc à la discussion sur l’adéquation du tabou et de son corrélat, l’interdit, de la vision du monde qu’ils développent aux « altérités médiévales ».

            Quels tabous ? chez Frazer, trois domaines sont touchés : les relations sexuelles, la nourriture et l’espace intime, les personnes « impures ».

            Avec quels champs de savoir et de pouvoir joue le tabou ? Il est lié à la religion et au magique ; il se peut se comprendre sans le langage ; il n’existe que par et dans sa possible transgression.

            La réflexion s’oriente alors, grâce à l’intervention de plusieurs participants, sur le rapport particulier du tabou et du langage, en particulier dans la différence tabou / interdit. Le tabou apparaît comme un avant du langage ; il est souvent informulé. L’interdit semble plutôt être verbalisé, en particulier par le groupe social.

            Mattia CAVAGNA, en réfléchissant sur l’exemple de Mélusine, souligne la tension public / privé qui se joue dans le rapport du tabou au langage : ce qui compte n’est pas de transgresser l’interdit de vision (ne pas épier la femme et son secret), ni même l’interdit sexuel (un homme et une fée), mais de publier aux yeux du monde terrestre les rapports avec l’autre monde.

            Solène d’HAUTEVILLE reprend et approfondit cette réflexion, en insistant sur la verbalisation des tabous par la religion chrétienne (l’inceste par exemple). Elle propose l’hypothèse d’une répartition des genres littéraires médiévaux selon les différents types d’interdits qu’ils mettent en scène : le monde non-arthurien rencontre des tabous sexuels ; alors que les romans arthuriens développent leur problématique générale autour d’autres interdits, surtout langagiers. La transgression apparaît dans les deux cas comme l’initiateur de l’action romanesque.

            La discussion s’élargit sur le rapport de l’ordre et du désordre, tension cristallisée par le tabou dans la société médiévale : qu’est-ce qui est « tabou » dans la société médiévale ? les historiens rappellent certains métiers, comme les teinturiers associés à la couleur rouge et assimilés aux métiers de sang.

            Andrea MARTIGNONI oriente ensuite la réflexion sur le problème de l’irreprésentable, de l’indicible, de la frontière que représente le tabou : comment le Moyen Âge réagit-il à ce problème ? Il présente une Vierge à l’Enfant (du Belvedere) où aux marges d’une scène traditionnelle se cachent des représentations de tabous sexuels. Transgression ? Autre discours, détourné, sur le tabou ?

            Estelle DOUDET revient sur la question du tabou à l’origine des lignées. Comme Mélusine à la source des Lusignans, on trouve un serpent magique qui donne naissance à Mérovée dans l’historiographie franque. Comment dire cette transgression dans des chroniques ecclésiastiques et partiellement hagiographiques sur Clovis et ses descendants (Grégoire de Tours et Pseudo-Frédégaire) ? La discussion se développe sur ce sujet : rapport du tabou à l’origine symbolique ? ; qui « verbalise » le tabou ? Peut-on parler d’interdit ou de tabou dans ce type de textes ?

            Nelly LABERE évoque le cas de la « pornographie » et les réflexions qu’elle a suscité, notamment sous la plume de D. H. Lawrence. Le Moyen Âge accepte-t-il de pareilles problématiques ?

            Sur ces questionnements, le groupe décide de se retrouver le 30 avril pour une séance cette fois orientée par plusieurs exposés, sur les points abordés au cours de la discussion. La réunion se termine joyeusement par un pot pris en commun par les participants.

Retour haut de page

Compte-rendu de la séance du 30 avril 2004
Les tabous (II)

Préliminaires

La séance commence par un échange d’informations : publications récentes et catalogues de maisons d’édition, colloques, séminaires, manifestations culturelles diverses. Andréa MARTIGNONI invite les participants à s’inscrire au plus vite sur la nouvelle liste de diffusion, questes|a|ml.free.fr. Il signale le site de la British Library, qui offre la possibilité de « feuilleter » des manuscrits en ligne. Nelly LABERE, quant à elle, précise les conventions de rédaction du bulletin et rappelle les délais à respecter pour la remise des articles. On discute ensuite de la date de la prochaine séance, qui se tiendra le 28 mai ou le 4 juin.

Exposé de Damien DE CARNE DE CARNAVALET : les tabous dans le Conte du Graal et les Continuations.

Damien DE CARNE DE CARNAVALET présente un brillant exposé sur les tabous dans le Conte du Graal, en organisant son parcours en deux temps. Il analyse tout d’abord différentes transgressions lisibles dans le texte de Chrétien, mettant au jour les tabous violés. Transgression de Perceval, certes, qui provoque la mort de sa mère et est puni par un regrettable mutisme au passage du Graal ; transgressions, surtout, de la parentèle du héros, que suggèrent plusieurs indices à caractère sexuel. Damien insiste notamment sur le « pechié de la mere », entendu comme péché commis par la mère de Perceval. Celle-ci, en maintenant Perceval prisonnier à ses côtés et en le privant de toute connaissance du monde, instaure avec son fils une relation quasiment incestueuse, contrevenant ainsi au tabou de l’inceste qui est au fondement de toutes les sociétés.

Dans un deuxième temps, Damien s’interroge sur l’existence d’un tabou littéraire spécifique aux romans du Graal. Ni Chrétien de Troyes, ni ses continuateurs ne dévoilent entièrement l’essence du Graal, qui change de forme au gré des textes. En particulier, l’intérieur du Graal n’est jamais décrit, comme si là résidait la limite de ce qui pouvait être dit dans un texte romanesque. La description du Graal s’apparente donc à un véritable tabou littéraire. Cette aporie constitue elle-même un ferment de création : chaque auteur laisse dans son texte une « béance » qui appelle d’autres continuateurs. Elle semble constitutive du sous-genre auquel se rattachent tous les romans du Graal. Enfin, ce tabou préserve la distinction entre la littérature mystique, où la révélation est entièrement dévoilée, et la littérature profane, qui doit rester en-deçà d’une telle révélation.

Cet exposé suscite de nombreuses interventions. Sur un plan très général, BNF resitue la définition du tabou dans une perspective comparatiste et émet l’idée d’une impossible définition de la notion. Andrea lance une discussion fort intéressante sur la présence d’autres non-dits dans les textes littéraires du Moyen Age. Pierre évoque la question du suicide, bien présent dans le Tristan en prose et le Roman d’Eneas ; ce thème n’entre manifestement pas dans la catégorie des tabous. En revanche, Mathilde émet l’hypothèse que le sexe féminin puisse, comme le Graal, être un tabou littéraire : on ne le décrit jamais.
Les participants s’attachent d’autre part à la question des représentations iconographiques de l’au-delà et, plus précisément, du Graal, souvent représenté dans les enluminures. Mattia dit avoir rencontré des crucifixions sur lesquelles ont été effacés les anges apportant le Graal pour recueillir le sang du Christ. Damien rappelle alors la méfiance de l’Eglise pour le Graal, qui vient de la littérature profane, voire, selon Pierre, du paganisme celtique. En même temps, la parenté entre le Graal et le calice est manifeste. La discussion se clôt sur ces remarques contradictoires.

Exposé d’Agathe SULTAN : les tabous dans les récits de voyage en Orient.

Agathe Sultan propose ensuite un parcours à travers plusieurs récits de voyages en Orient,
notamment le Voyage dans l’empire mongol de Guillaume de Rubrouck, émissaire de Saint Louis. Définissant le tabou comme un interdit implicite, elle pose l’hypothèse que les tabous, dans les récits de voyage, sont exprimés par le détour de l’altérité. Agathe distingue alors deux types de tabous : les interdits propres aux sociétés orientales, que le voyageur découvre soit par l’observation « ethnographique », soit en les transgressant par mégarde ou méconnaissance ; les tabous des sociétés occidentales, représentés et décrits par le biais des « merveilles » observables ou rêvées. Dans ce second cas, l’auteur fera réaliser aux indigènes les interdits de son propre système culturel, en décrivant par exemple des peuples anthropophages. Agathe remarque que les tabous sont dans tous les cas dévoilés, perdant leur nature d’interdit implicite, voire indicible. En effet, les tabous des
sociétés orientales finissent par être expliqués au lecteur, tandis que les tabous occidentaux sont représentés, donc exprimés. Les récits de voyage révèlent donc les interdits, mais les déplacent dans une autre aire culturelle.

Agathe aborde dans un premier temps les tabous dont rend compte l’observation des voyageurs. S’appuyant sur les récits de Jean de Plancarpin et de Guillaume de Rubrouck, elle montre que l’exposé des interdits des Mongols obéit à des finalités différentes chez ces deux auteurs. Le premier, pragmatique, en fait une liste rapide dans le chapitre III de son Histoire des Mongols ; il vise surtout à éviter à de futurs voyageurs de commettre un impair. Chez Guillaume de Rubrouck, l’observation est plus librement ethnographique. Cet auteur évoque notamment les interdits liés à l’espace domestique, la « yourte », qui désigne à la fois la maison et le territoire du village : interdiction de toucher le seuil et les cordages qui soutiennent l’habitation ; interdiction de répandre la nourriture sur le sol. Agathe s’interroge ensuite sur les modalités d’expression du tabou chez les Mongols. Les interdits sont en effet exprimés pour le voyageur ; mais le sont-ils en l’absence de tout étranger, ou relèvent-ils de règles implicites ? D’autre part, Guillaume de Rubrouck signale que les lois de l’empire mongol sont transcrites dans un livre ; les tabous y figurent-ils ? L’exposé s’achève sur ces questions. Agathe remet à la séance suivante l’examen des tabous occidentaux dont les « merveilles » sont l’image.

Nelly LABERE revient sur les modalités d’expression du tabou. Agathe signale, dans la traduction, la fréquence d’expressions comme « ils n’osent pas », et précise que la force du tabou se lit surtout dans le degré de violence du châtiment.

Grégoire apporte ensuite plusieurs éclairages intéressants. Tout d’abord, il insiste sur le caractère publicitaire de la description des interdits culturels, qui intervient souvent en début d’ouvrage, comme si l’auteur essayait d’attirer le lecteur par l’exposé de moeurs étranges. Dans les récits des XVIe et XVIIe siècles, la description des tabous devient un passage obligé qui garantit, pour le lecteur, la fiabilité du texte. Les interdits traditionnel semblent faire autorité : à chaque zone géographique correspondent des coutumes spécifiques.

BNF et Nelly LABERE expriment l’idée, sous-jacente à l’exposé d’Agathe, que l’énoncé des
tabous d’autrui permet de définir, par différenciation, opposition ou analogie, notre propre culture. BNF, utilisant l’image de l’iceberg, voit dans le tabou un symptôme révélateur de tout un système de représentations.

Enfin, Damien DE CARNE DE CARNAVALET revient sur certains des tabous évoqués par Agathe. A la lumière de travaux anthropologiques sur la Rome antique, il explique l’interdiction de répandre de la nourriture au sol comme la peur d’un contact avec le monde souterrain : la nourriture ainsi répandue pourrait attirer les esprits des défunts, ce qui constituerait une menace pour la communauté.

La séance se conclut avec une intervention d’Andrea, qui demande aux participants de proposer des thèmes de réflexion, lors de la séance prochaine, pour l’année 2004-2005.

Retour haut de page

Compte-rendu de la séance du 28 mai 2004
Les tabous (III)

Cette troisième soirée consacrée aux tabous commence par diverses annonces : appels à contributions, colloques, manifestations culturelles ayant trait au Moyen Age. Andrea MARTIGNONI signale ensuite plusieurs ouvrages récemment parus. Enfin, les participants sont invités à proposer des thèmes de réflexion pour l’année 2004-2005.

1) Taku KUROIWA : un tabou : la satire des particuliers dans les sotties

Taku KUROIWA présente un exposé sur les discours interdits dans le théâtre satirique de la fin du XVe et du début du XVIe siècle. Il évoque d’abord les difficultés que rencontre la théorie littéraire de l’époque pour justifier le genre satirique : les théoriciens tentent de faire remonter ce genre à la tradition antique et de l’associer à la prédication, en s’appuyant sur sa visée morale. En effet, les sotties fustigent les vices du temps par le biais de discours très stéréotypés sur l’impiété des prêtres, l’avarice des riches, etc. Toutefois, ces discours se situent toujours à un niveau très général : on ne trouve pas dans les sotties de critique de particuliers. On peut voir dans cette absence une forme de tabou. Dans cette perspective, les scènes de « silence forcé », où un premier personnage interdit à un second de critiquer quelqu’un, peuvent suggérer la difficulté de la prise de parole dans un monde hiérarchisé.

Revenant sur l’intervention de Taku, Sophie ALBERT apporte des éléments de comparaison entre les sotties et un genre théâtral populaire d’Espagne, l’ambassade burlesque, doté d’une forte charge satirique. Les textes de ces ambassades, joués sur la place publique lors de fêtes patronales, ne présentent qu’une trame, plus ou moins précise selon les textes, sur laquelle les acteurs improvisent en ajoutant des pointes satiriques sur les personnalités locales. Là, le témoin écrit est délibérément incomplet, ouvert aux insertions contextuelles. Loin d’être un tabou, la critique des particuliers est le moment saillant du discours, attendu parce que chaque année différent. Sophie se demande s’il n’en va pas de même pour les sotties, dont les témoins écrits ne seraient alors qu’un support ouvert à l’improvisation. S’ensuit une discussion sur la difficulté de trouver des témoignages sur la représentation de textes théâtraux anciens et de comprendre leur signification pour le public contemporain.

2) Mattia CAVAGNA : la représentation des lieux indicibles dans le haut Moyen Age et le Moyen Age central

Mattia CAVAGNA, en s’appuyant sur les représentations de l’au-delà, essaie de préciser la
différence entre l’eschatologie du haut Moyen Âge et celle du Moyen Age central : à partir du XIIe siècle, les représentations de l’enfer et du paradis deviennent plus imagées et plus concrètes. Les évocations du paradis céleste et de l’enfer inférieur passaient seulement, dans le haut Moyen Age, par les odeurs et les bruits qui en échappaient ; elles sont remplacées ensuite par des récits de choses vues. Les visionnaires et voyageurs imaginaires qui s’arrêtaient auparavant au bord de l’enfer pénètrent, à partir de la Vision de Tondale, dans cet espace tabou, et rencontrent Satan. Cette évolution trouve un écho dans l’iconographie, où l’on commence à représenter Dieu sous une forme anthropomorphique. Mattia renvoie ensuite, pour ce qui touche aux représentations de l’âme, à la communication qu’il avait faite en 2003 lors de la journée d’étude sur « La mort écrite ».

Après cette intervention, plusieurs points sont abordés. A la demande d’Andrea MARTIGNONI, Mattia précise que l’enfer supérieur deviendra le Purgatoire, alors que l’enfer inférieur sera le lieu des damnés. Silvère MENEGALDO demande ensuite à Mattia de revenir sur le rôle de la musique dans les évocations du paradis. Mattia indique que la musique y a toujours sa place ; son caractère céleste se lit dans la facilité avec laquelle les anges exécutent les pièces musicales.

3) Mathilde GRODET : le sexe de la femme : un tabou littéraire

Mathilde GRODET, répondant à une question soulevée lors de la séance précédente, propose une analyse du tabou littéraire portant sur la mention ou la description du sexe de la femme dans les textes érotiques médiévaux. Elle constate que le sexe de l’homme est plus présent dans ces textes et décrit avec moins de pudeur, sans recours à des stratégies de dissimulation. Ces stratégies vont de l’évitement total – le sexe de la femme est caché par des vêtements ou par le corps de l’homme, si bien que l’on ne le voit pas – à une vision voilée : l’écrivain opère un glissement vers d’autres parties du corps, telles les hanches ou le ventre, évocatrices ; il emploie un langage imagé par le biais de diverses figures de style, périphrases, métaphores ou calembours. Mathilde propose enfin une réflexion sur le lieu propre du tabou. Le tabou, à son sens, porte sur le regard – le sexe féminin peut être senti, touché, mais jamais regardé ; quand on le voit, c’est pour y découvrir autre chose, notamment un sexe masculin. Il porte également sur la verbalisation de l’acte sexuel : transgresser un tabou, ce n’est pas tant commettre un acte interdit que le dire.

Cette intervention suscite de nombreuses remarques. Nelly LABERE, s’appuyant sur les travaux de Yasmina Foehr-Janssens, émet une hypothèse : la femme n’aurait droit au plaisir que si celui-ci était tu. Dans la même perspective, Luciano Rossi met en parallèle la représentation littéraire d’un marché aux sexes masculins et l’ouverture de la société bourgeoise au XIVe siècle. Dans les deux cas, la nomination ou la représentation du sexe aurait à voir avec les structures politiques et sociales du temps. Ces conclusions sont suivies d’une discussion sur le rôle du tabou et du non-dit dans la littérature et l’art.

4) Agathe SULTAN : les interdits occidentaux au prisme de l’Orient

Agathe SULTAN présente un parcours iconographique qui constitue le second point de son
exposé, commencé lors de la séance précédente : les voyageurs médiévaux se sont plu à inscrire leurs propres tabous dans les pays, réels ou fictifs, qu’ils dépeignent dans leurs récits. L’impensable se dit alors par le biais de la peinture de l’autre. Agathe analyse plusieurs miniatures d’un manuscrit du Devisement du Monde de Marco Polo ayant appartenu au duc de Berry et d’une encyclopédie de la même époque. Y sont représentées, outre de nombreux monstres, des scènes d’anthropophagie et d’idolâtrie, touchées par une forte prohibition dans la civilisation médiévale.

Ainsi s’achève la dernière séance de l’année.

Retour haut de page

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search