Ecole, universitaires, méthodologies historiques (février 2002)

Compte rendu de la séance de février 2002.

La séance était consacrée aux méthodologies historiques et littéraires dans les universités européennes et extra-européennes.

Andrea Martignoni commence la séance en présentant les méthodologies historiques dans l’université suisse. L’exposé se fonde sur les programmes de cours de Lausanne, dont la section d’histoire est dirigée par le professeur Paravacini Bagliani (programmes qui nous sont communiqués par Andrea).
L’Université de Lausanne possède pour ses sections historiques plusieurs revues dont Micrologus (en collaboration avec Brepols) qui mêle histoire et anthropologie ; et une initiative intéressante, les Cahiers Lausannois d’histoire médiévale qui a pour vocation de diffuser des travaux de jeunes étudiants ( licences – c’est-à-dire pour la France maîtrises, collaborations à certains séminaires inédits, etc).
Les thématiques privilégiées des historiens dans cette université sont l’histoire vaudoise et les documents locaux. La liste des volumes publiés est offerte par Andrea.  Vous pouvez le contacter si cela vous intéresse (enumino@infonie.fr).
Cette constatation permet à Andrea de souligner ce qui constitue à ses yeux la caractéristique de la recherche historique en Suisse : une attirance pour l’histoire locale, souvent sur la micro-histoire. La méthodologie se fonde sur des dépouillements précis (cartulaires, archives, etc), examinés en séminaire.
A ce propos, Andrea souligne une différence qui le frappe avec la France : les séminaires suisses de recherche sont des lieux de lecture précise des textes, en petit groupe. Les séminaires thématiques, tels qu’on les trouve en France, ne sont pas privilégiés.
Enfin, cette activité de dialogue intense à l’intérieur des départements est  » compensée « , si l’on peut dire, par l’absence de relations entre les universités germanophones, francophones et italophone.

Mattia Cavagna propose un véritable exposé sur l’Université italienne, une nouvelle fois selon une optique historienne. Les domaines privilégiés des historiens italiens sont l’histoire religieuse et en particulier l’intérêt pour l’hérésie; et l’histoire agraire.
Les universitaires  » hérésiologues  » les plus célèbres sont Capitani ou Volpe.
L’un des spécialistes de l’histoire agraire est en particulier Fumagali, travaillant sur la vie paysanne et la quotidienneté (nourriture, etc).
Mattia nous narre quelques anecdotes sur les relations parfois tendues entre historiens français et italiens – tensions parfois personnelles mais plus généralement engendrées par une différence de méthode. Les Annales en particulier ont été assez mal reçues en Italie car jugées abusivement théoriques, tenant des propos  » auto-référentiels « . Cette méfiance face aux universitaires français continue à prévaloir selon Mattia.
La méthodologie historique italienne repose sur une approche documentaire assez proche de la Suisse. Les deux axes privilégiés par les universitaires sont le dépouillement d’archives locales et la biographie. Les éditions critiques sont par conséquent également nombreuses.
L’histoire locale est au centre des recherches, notamment pour les thèses ou mémoires antérieurs ( rappelons à ce propos que la maîtrise demeure interdisciplinaire).
Mattia, qui a choisi de faire sa thèse en France, émet également un certain nombre de critiques face à la méthodologie historique italienne : les textes fondateurs ( Dante, etc) y font l’objet d’une doxa – moins contraignante en France évidemment ; les réticences face au comparatisme (anthropologie, littérature…) et aux théories  » d’avant-garde  » des historiens français conduisent à ses yeux à une fixité trop grande du corpus et des méthodes.
(si vous avez une passion pour l’université italienne, vous pouvez le contacter, je vous le rappelle sur mattiacavagna@yahoo.com )

Klaus Oschema expose la méthodologie du système allemand en recherche historique.
Il rappelle en introduction une certaine mauvaise conscience des universitaires allemands, toujours hantés par la peur de se laisser distancier au point de vue théorique par les recherches françaises ou américaines – d’où une réception très aigu de la « modernité » historienne.
Certains thèmes depuis la fondation de l’université allemande sont prégnants et ont façonné ses méthodes, notamment autour de la question (fondamentale) de l’Etat et de sa définition. Dans cette définition, l’Allemagne médiévale est un champ qui, rappelons-le, englobe l’Italie (malgré les protestations contemporaines de Mattia…).
Les années 30 ont vu éclore un intérêt nouveau des médiévistes pour les relations féodales fondées sur les réseaux personnels, d’intérêt ou de lignage.
Dans les années 60, la forte influence du structuralisme a conduit à approfondir les méthodes d’analyse du discours chez les historiens, qui se sont consacrés à l’histoire des mots. En particulier la notion d’Europe dans l’Allemagne médiévale – non dénuée d’évidentes implications contemporaines. Klaus remarque d’ailleurs que le discours historien en Allemagne, prenant pour thème fondamental le politique, est traversé de tentations ou de sous-entendus vers la politique.
Il souligne la fondation d’importants groupes de recherche comme l’école de Münster, dirigée par Gert Altolf, qui s’est spécialisé dans la Verfassungsgeschichte, travaillant sur les  » règles du jeu  » sociales de l’état médiéval allemand, en particulier les moyens symboliques de communication (  » raison des gestes « , etc).
Klaus souligne l’équilibre dans la médiévistique allemande entre l’attention aux documents et l’ouverture internationale aux théories. Son expérience française le conduit à penser que l’université parisienne pratique une méthodologie plus forte et plus abstraite qu’en Allemagne – ce qui pourrait contredire l’imaginaire que nous en avons habituellement.
Enfin Klaus note des initiatives remarquables dans le système universitaire allemand comme le séminaire d’été de Göttigen, rassemblant une dizaine de jeunes chercheurs anglais, français et allemands qui échangent pendant un mois (tous frais payés) les fruits de leurs recherche. Les renseignements pour ceux qui seraient intéressés ou simplement curieux de ces rencontres peuvent être trouvés auprès de Klaus (klaus.oschema@free.fr).

Marta Ganeva rappelle à ce propos que l’Université de Poitiers offre des rencontres internationales fructueuses à la fin du mois de juillet, espace surtout de conférences et de visites qui regroupent énormément de médiévistes – et ce pour un prix modique (environ 100€ pour deux semaines). Vous pouvez envoyer vos candidatures en passant par le site internet de cette université.
Interrogée sur son expérience de l’université bulgare où elle a effectué sa première année, elle souligne que l’orientation littéraire qu’elle a pu connaître est imprégnée de philosophie et tourné entièrement vers le monde grec et non latin.

Tamas Karath, représentant de l’université de Budapest, rappelle les difficultés d’une histoire médiévale hongroise à reconstruire car interdite pendant 40 ans – en particulier l’histoire ecclésiastique.
Les conceptions marxistes engageaient surtout à des études sociales (transformation de la classe paysanne, etc). Les contacts avec la France et l’Allemagne ont pourtant perduré.
A partir de 1990, les historiens hongrois se divisent : une partie d’entre eux se rapprochent des méthodes françaises et anglo-saxonnes et la Hongrie est englobée dans une vision du monde occidentale, une autre s’ouvre vers l’idée d’une appartenance  » Europe Centrale  » – à créer en partenariat avec les autres universités de la région.
La question roumaine (dont nous avions déjà discuté la dernière fois, je vous renvoie aux compte-rendu précédent) demeure le centre de tensions politiques.
Tamas insiste sur les problèmes d’une méthodologie historique dans une université en restructuration : les recherches sur le Moyen Age  » global « , en particulier sur la spiritualité, sont animés par un groupe inspiré de l’EHESS ; la quête des documents se heurte à de nombreux obstacles. La tâche des historiens hongrois actuels, s’il veulent envisager une histoire de la Hongrie médiévale, est d’abord de partir à la recherche des manuscrits, en particulier des bibliothèques disparues (cachées ?) des monastères. Ces traits expliquent aux yeux de notre témoin une certaine confusion, tournée vers la fondation d’une  » méthodologie  » inspiré d’Occident, mais abstraite en l’absence de documents – manque de relations aux textes qui s’oppose à l’Italie et à la Suisse par exemple. Il note aussi que continuer des études en Hongrie nécessite l’expatriation – au moins temporaire.

Agathe Sultan et moi-même rappelons brièvement notre expérience américaine en tant que littéraires et plus particulièrement quatorzièmo-quinzièmistes (comme on dit si élégamment). Nous avons été frappées par plusieurs points : une forte imprégnation dans la méthodologie de  » pensées  » voire  » d’idéologies  » modernes a-priori déroutantes. Agathe évoque le déconstructivisme à l’Université de Baltimore comme exemple, ou la prégnance des gender studies en lettres médiévales, ce qui est parfois cocasses ( pour les anecdotes, nous contacter…)
Je rappelle pour ma part la souplesse des structures universitaires, les départements de français offrant aux professeurs de pratiquer plusieurs enseignements, XXe siècle et Moyen Age, par exemple, ce qui induit une grande richesse d’esprit et des fondements méthodologiques peut-être chancelants – du moins aux yeux des Européens.

Je souligne que, selon mon expérience, les lettres médiévales françaises ( les lettres américaines médiévales étant, avouons-le, un terrain vierge…) sont fréquemment liées dans les  » UV  » proposés aux graduates à la  » littérature des marges « , en d’autres termes à la francophonie.
Le voisinage de Patrick Chamoiseau et de Guillaume de Machaut peut sembler curieux…mais il offre des avantages, à savoir de résoudre le problème d’une littérature médiévale à la fois autre et même, conduisant les Français à lire les textes  » sous le poids  » du classicisme, romantisme, etc. En les considérant comme radicalement autres mais dignes d’intérêt, en les débarrassant des jugements de valeurs, les Américains me semblent éviter cet écueil méthodologique majeur.
Pour choquant qu’il soit, ce rapprochement a un autre intérêt : ouvert par goût à l’expression  » marginale  » ou  » minoritaire « , le littéraire américain ne manifeste aucun complexe envers des textes négligés en France (en particulier pour le XIVe-XVe siècles). Nombre d’éditions ou d’études pionnières y naissent. (Ajoutons que l’université américaine est TRES riche et TRES équipée, ce qui ne gâche rien…).
Pour ne considérer que les Grands Rhétoriqueurs, la partition universitaire française entre  » Moyen Age  » et  » Renaissance « , obstacle pendant des années à l’appréhension globale de leur groupe, est outre-Atlantique inexistante, ce qui permet une approche plus juste de l’ensemble de la  » Renaissance  » française.

Le débat, plus général, porte ensuite sur la méthodologie française, littéraire et historienne, et son approche  » abstraite « ,  » théorique  » et parfois  » avant-gardiste  » fréquemment critiquée chez nos voisins…Le médiéviste est-il le gardien des textes ou un créateur d’idées ? Un peu les deux sans doute, et c’est ce qui fait l’intérêt de la matière. Sur cette belle conclusion, séparation du groupe.
Je me permets de remercier vraiment chaleureusement les participants à cette séance qui a été une des plus riches depuis le début de nos activités. Un grand bravo particulièrement à tous les  » étrangers  » qui ont préparé cet exercice difficile de présenter les présupposés méthodologiques de leurs universités et de nous conduire vers un examen salutaire de nous-mêmes. On est très fiers d’avoir tant de gens brillants dans l’université française…qui se doit de les mériter !!

– La prochaine séance des doctorants médiévistes aura lieu le lundi 25 mars de 18h30 à 20h30. J’insiste sur ces horaires, vous savez qu’ils sont tardifs et que les apparatiteurs attendent souvent notre départ. S’il vous plaît, essayez d’arriver à l’heure pour éviter d’écourter les discussions.
Musique et images : vers d’autres recherches médiévales.
(ou  » le Moyen Age multimédia « , si vous préférez…)
La salle de réunion sera en G366 (salle habituelle des séminaires de J.Cerquiglini), au 2ème étage, escalier G, vers le département d’anglais.
Nous avons le plaisir la prochaine fois d’aborder d’autres supports de recherche : plus de textes, mais de la musique et des images. Julia Drobrinsky et Agathe Sultan ont la gentillesse de nous proposer deux exposés sur leurs travaux, portant sur l’iconographie des manuscrits de Guillaume de Machaut pour la première et sur la recherche en musicologie médiévale pour la seconde. Venez nombreux, nous essaierons de projeter et d’écouter des documents, expliqués par ces deux spécialistes.

– Annonces bibliographiques :
Andrea porte à la connaissance de tous le CERCOR, centre européen de recherches sur les congrégations et ordres religieux. Ce groupe publie en particulier des comptes-rendus sur les diverses revues du domaine en indiquant leur contenu.
Voyez Andrea dans le rolet d’adresses du groupe (en français moderne, on dit mailing-list), si vous êtes intéressés.

Si vous êtes rongés par l’inquiétude quant aux thèses soutenues ou en cours, Agathe et Solène rappellent à tous d’aller voir dans Ménestrel et sur le site de l’université de Tours.

-Colloques et manifestations.
Pour ceux qui n’en ont pas eu les oreilles rebattues, je rappelle que se tient au musée de Cluny, le samedi 16 mars à 20h30 et le dimanche 17 mars à 18h30 une représentation (musique et textes) de Guillaume de Machaut, Le remède de Fortune, par l’ensemble Faenza. Cela va être très bien, d’autant plus qu’Agathe lit nombre de textes…ce qui ajoute encore du charme, si c’est possible, à la lyrique de Machaut. A très bientôt, donc…

D’autre part, suite à la réunion annuelle du groupe CNRS des médiévistes littéraires, j’ai récupéré un certain nombre d’annonces de colloques.
Le romanesque dans l’épique (de l’Antiquité au Xxe siècle). Université de Nanterre, 22 et 23 mars 2002. L’après-midi du 22 et le matin du 23 sont consacrés au Moyen Age. Je possède le programme, faites-moi signe si vous êtes intéressés.

Réécritures arthuriennes en France et en Italie du XVIe au XVIIIe siècles. Universités de Reims, de Milan, IUP de Troyes, 21 et 22 mars 2002 à Troyes.
Ce colloque excède un peu notre champ de recherches mais les  » arthuriens  » seront peut-être interpellés…

J’ai aussi la joie de vous annoncer un Colloque international Eustache Deschamps qui aura lieu à Vertus du 19 au 21 avril 2002, organisé par l’université de Reims. Cela promet d’être vraiment très intéressant. Vous n’ignorez peut-être pas que le projet d’une grande  » nouvelle  » édition des œuvres complètes de cet auteur a été proposé par Jacqueline Cerquiglini dans le cadre du groupe de recherches de la Sorbonne…Je pense que ce sera vraiment une grande aventure…En attendant, allez au colloque (Agathe a, je crois, récupéré les programmes, qui sont très alléchants).

Le colloque sur l’Inspiration qui aura lieu chez nous du 22 au 25 mai 2002 a maintenant son programme achevé. Je vous rappelle qu’il porte sur ce motif majeur dans les littératures et les arts médiévaux de l’Europe au Proche-Orient. Il compte maintenant plus de 35 participants, de toutes nationalités, mêlés de contes et autres agapes…
Je pense que ce sera vraiment un événement et l’occasion rêvée d’apprendre des choses passionnantes sur des littératures et des arts mal ou inconnus de nous (j’avoue que ma connaissance du soufisme est pour ma part très limitée).
Claire Kappler qui l’organise a communiqué le programme définitif que vous pourrez récupérer à la prochaine séance et peut-être sur le Web si j’arrive à faire des documents attachés…(le soufisme n’étant pas mon seul point faible…)

A ce propos ANNONCE !!! Claire Kappler demande votre auxilium, gentils médiévistes, pour l’organisation matérielle du colloque. Il s’agira de passer des micros, de distribuer des documents, etc. Rien de terrible, mais qui la soulagerait grandement. Je sais que nombre d’entre vous ont prévu de se rendre au colloque. S’il vous plaît, inscrivez-vous auprès d’elle pour une demie-journée ou une journée – quelques personnes suffisent. Voici son mail : kappler.claire@wanadoo.fr.
Le plus tôt serait le mieux et elle serait très contente…
Je rappelle à mi-voix que Claire Kappler a été l’inspiratrice de notre groupe et s’est beaucoup entremise pour qu’il marche…petit moyen de lui dire notre gratitude ?

Voilà, cher médiévistes, ce compte-rendu un peu long…
Si j’ai fait des fautes, je vous prie de protester et d’envoyer vos corrections par le courrier collectif.
J’espère vous voir nombreux le 25 février 2002 à 18h00, pour une nouvelle séance qui s’annonce pleine de couleurs, de mélodies et d’intérêt !

A très bientôt,
Estelle DOUDET.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search