Jauss et la théorie du genre (décembre 2001)

Compte rendu de la séance du 17 décembre 2001.

La date tardive et une obscure alerte à la bombe avaient réduit le nombre de participants a la portion congrue, puisque nous devions être 5 ou 6…en tout cas un grand merci à ceux qui ont pu venir, malgré le déchaînement de Fortune. La réunion portait sur la notion de genre, selon les souhaits qui avaient été émis à la séance précédente. La discussion a pris pour fondement le texte canonique de Jauss, dont vous avez pu avoir un exemplaire, et qui pose assez clairement les difficultés d’une appréhension moderne des genres médiévaux.

Nelly Labere a illustré et critiqué les réflexions de Jauss, à travers la naissance d’un  » genre  » à la fin du Moyen Age, la nouvelle. En effet, le terme en français de nouvelle désigne, lorsqu’il apparaît sous la plume de Laurent de Premierfait en 1414, des textes qui n’en sont pas à nos yeux et inversement des œuvres qui relèvent du genre ne sont pas désignées en tant que telles. Ce genre narratif bref se mêle souvent au mode didactique ou satirique, dont il se différencie pourtant par l’intervention (et l’invention) d’une  » société conteuse » (sur le modèle bien connu du Décaméron). Outre une très intéressante critique des présupposés et contradictions qui traversent parfois le texte de Jauss et un panorama des mouvements critiques contemporains qui ont travaillé sur les éléments de classement générique, Nelly a analysé les différentes méthodes critiques à développer pour une approche globale (éviter le catalogue impressionniste, difficultés et nécessités d’une définition in re…).

Elle a surtout souligné un aspect pour l’instant très peu étudié (mais qui a suscité l’enthousiasme de tous les participants): l’importance de la réception et de l’image de cette réception dans l’œuvre. Se dessine alors une réflexion sur un temps utopique, où le public rêvé est curial et forme une sorte de société idéale, où la parole circule… une sorte de Thélème avant la lettre, qui semble obséder,parallèlement au rapport au temps, les écrivains de la fin du XVe siècle -particulièrement bourguignons mais pas seulement. Comme le geste du recueil, dont elle est contemporaine, la nouvelle semble chercher à transcender l’éparpillement; de même la régénération dont elle sépare (« nouvelle ») passe par une réflexion sur la  » génération  » (modèle boccacien). Il est un peu difficile de rendre compte des nombreux débats qu’ont suscités ces suggestions vraiment remarquables.

Agathe a souligné par exemple la rupture des temporalités en musique au XVe siècle. Historiens et littéraires, nous avons convenu que quelque chose se joue autour de l’enfermement utopique du sens d’une part et du lien au temps enfui et pourtant omniprésent d’autre part dans les Cours du XVe siècle, et ce dans l’émergence de nouvelles formes d’écriture. Affaire à suivre! Dans un deuxième temps, malgré l’heure tardive, j’ai présenté une lecture de textes de deux grands Rhétoriqueurs de la fin du XVe siècle, George Chastelain et Jean Molinet, qui insèrent des éléments fictionnels dans l’historiographie.

Geste qui à nos yeux condamne leur prose comme littéraire », mais révèle pour eux une autre conception du Temps. L’indiciaire bourguignon n’est pas un chroniqueur. En racontant l’évènement, il y cherche un sens ( rhétorique, symbolique, christique, etc) plus haut,où son écriture pourra se confondre avec la perfection ( devenir évangile).

Le texte de Chastelain montrait comment des structures romanesques insérées dans un épisode peu glorieux pour le Duc Philippe le Bon parvenaient à sauver son image parfaite: voile discret qui révèle une vérité plus profonde du prince.Cette opacité implicite est remplacée chez Molinet par une violente insertion allégorique dans la Chronique, visant non seulement à identifier les princes bourguignons comme la Trinité céleste, mais à renverser cette analogie (le Christ est comme le Duc), selon un procédé cher à ce groupe d’écrivains, mais théologiquement très dangereux. On assiste alors à un bricolage théologique pour justifier ce coup de force qui, loin de déstabiliser l’histoire, vise à la figer dans un Sens rêvé…Utopie là encore de l’écriture et qui passe par un jeu générique très maîtrisé…

Tout cela a encore suscité beaucoup de suggestions fort stimulantes. Après plus de trois heures, nous avons levé la séance. Prochaine séance: 21 janvier 2002? La prochaine réunion du groupe pourrait avoir lieu vers le 21 janvier. J’attends vos suggestions pour l’horaire et la date (21 janvier, 18h-20h,ou autre), assez tôt car vous savez qu’il faut du temps, surtout en période d’examen pour trouver une salle. Le thème est encore flou, dites-moi vos idées par le même biais…Je suggère de faire une séance qui pourra intéresser tout le monde, par exemple  » le mythe des origines  » (tant pour nous face au Moyen Age qu’à cette époque face aux Anciens).

C’est une possibilité… j’attends les vôtres…

A très bientôt et très bonne année 2002!

Estelle DOUDET.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search