Histoire religieuse (novembre 2001)

Compte rendu de la séance de novembre 2001.

Chers médiévistes!

Voici le compte-rendu de la séance du 19 novembre.
Etaient présentes quinze personnes environ.

En partant de la lecture commune d’un texte récent de Jean-Claude Schmitt, la préface de son dernier ouvrage Le corps, les rites, les rêves, le temps, nous avons discuté sur les difficultés d’une approche universitaire face au monde religieux médiéval. Les fondements chrétiens de la civilisation occidentale à laquelle nous appartenons faussent parfois l’approche de l’historien comme du littéraire, qui doivent adopter une attitude complexe, entre distance critique (parfois difficile sur sa propre civilisation) et sympathie nécessaire face à l’objet.

Andrea, qui avait proposé le sujet de discussion, a commenté en ce sens le texte de Schmitt, en apportant d’autre part une étonnante bibliographie critique sur le sujet, qui a vraiment été très utile à tous. Si certaines personnes sont intéressées et étaient absentes, je pense qu’elles peuvent contacter Andrea sans problèmes pour plus d’éclaircissements. Encore un grand merci en tout cas envers cette initiative, qui, mettant entre nos mains et pour ainsi dire sous notre nez, des bouquins nouveaux, offrent aux littéraires et aux historiens la possibilité de mieux mesurer la convergence et la différence de nos outils de travail, pour le plus grand bien de tous.

Julie et Jean-Pascal ont ensuite explicité certains présupposés du texte de départ pour souligner leur pertinence et leurs conséquences dans la pratique de leurs recherches : l’attitude à adopter devant des pré-Scolastiques et des mentalités religieuses éloignées de notre sensibilité actuelle pour Julie; la compréhension du renouveau vernaculaire dans les traductions des Bibles, sous l’influence de John Wycliff au XIVe siècle, pour notre angliciste préféré.

Cette discussion, alimentée entre outre par les interventions de chacun, a abouti sur la constatation des « pièges » de la recherche en médiévistique: proximité et distance également ambiguës face à nos objets de recherche; divergences d’approches plus ou moins inconscientes selon nos pays de formation. Il est évident qu’un historien ou littéraire français ou italien, même non pratiquant, est formé par une « civilisation » catholique et sera plus sensible (ou moins lucide) face à des faits que les chercheurs protestants relèveront, par exemple.
Les études universitaires littéraires, confrontés à une naissance « bilingue » de la littérature française, sont soumises à cette même discrimination implicite (la littérature en langue d’oc est-elle de la littérature française? Elle est à la fois revendiquée par les médiévistes et rejetée par les strictes « cases » universitaires actuelles vers son altérité).

Ne serait-ce qu’au sein d’un Occident imprégné de christianisme, l’européanisation » des recherches est peut-être dans cette prise de conscience et dans les conséquences que l’on peut en tirer…L’idée d’une prochaine séance sur les usages et les méthodes de recherches des différents pays européens (liés éventuellement à une certaine évolution diachronique de nos matières qui peut être très éclairante) est peut-être en germe là…. à suivre, selon vos désirs !

La discussion a duré deux heures, suivies par des agapes fort sympathiques avec ceux qui pouvaient rester…

* Quelques annonces ont été faites au cours du séminaire.
– Colloque « Alchimie » de la Sorbonne, le 13-14-15 décembre (voir les affiches dans les couloirs).
– Un concert-lecture Machaut à la rue d’Ulm. Vous savez que le Voir-Dit est à l’agrégation de lettres cette année. Les caïmans ont donc organisé une séance-découverte ouverte à tous: une conférence de J.Cerquiglini-Toulet puis un concert des pièces du Voir-Dit. Le 11 décembre à Ulm, je crois que cela commence à 18h00, mais renseignez-vous à l’Ecole et venez nombreux !
– Outre la bibliographie immense offerte par Andrea, je me permets de rappeler une parution ( tellement récente qu’elle est encore future en France, mais elle va bientôt arriver) d’un très beau travail de l’IRHT, Album de manuscrits du XIIIe siècle, qui offre de très nombreuses reproductions de pages manuscrites, expliquées, traduites et commentées…Le bouquin fait 350 pages et coûte 200ff…ce qui n’est vraiment pas cher ! Edité chez Cerf, mais soyez un peu patients…

 Voilà, n’hésitez pas à envoyer d’autres annonces par le biais de ce mailing.

* La prochaine réunion pourra avoir lieu en décembre, mais la proximité des vacances rend les choses un peu compliquées.
– soit le lundi 17 décembre, à l’heure habituelle ( 18h00-20h00)
– soit le jeudi 13 décembre, à partir de 17h00 par exemple… (le jeudi 20 est envisageable également, mais vous partez peut-être…)
J’attends vos réponses sur ses trois possibilités.

A l’appel des historiens, qui ont beaucoup parlé ces temps-ci, et sans perdre de vue la question religieuse sur laquelle nous reviendrons, la prochaine réunion pourra poser la question, plus technique, du « genre ». Comment délimite-t-on un genre médiéval? A quelle époque et par quelle moyen décide-t-on que c’est un genre? Quelles sont les limites (mais aussi les richesses) d’une telle classification? etc.
Je vous propose de partir du célèbre texte de Jauss sur le sujet, article paru dans les années 70 et que les littéraires connaissent bien :

« Littérature médiévale et théorie des genres. »
C’est un texte un peu long, je pense qu’il suscitera des discussions, même si on ne pourra pas l’approfondir entièrement. Deux exemplaires en seront laissés, l’un au secrétariat des Lettres de la Sorbonne, l’autre à la bibliothèque d’Ulm, à partir de lundi. Vous pourrez vous le procurer comme précédemment. Pour les ex-khâgneux qui auraient leur bibliothèque sous la main, je signale qu’il est paru dans Théorie des genres (Points seuil, 1986, p.37-76).
Si cela vous intéresse, je me propose d’ouvrir le débat par un petit rappel des connexions entre historiographie et littérature chez ces « historiens – poètes » que sont les Indiciaires bourguignons au XVe siècle (mon dada, quoi…)
Si j’arrive à la tanner, Nelly vous parlera peut-être un peu de la naissance » d’un genre, la nouvelle,…et peut-être d’autres. De toute façon le texte est suffisamment riche et long pour que chacun parvienne, sans préparation, à discuter de ce qui l’intéressera…

J’attends vos suggestions pour la date, afin que je puisse retenir la salle.
Je vous recontacterai dès que cela sera réglé!

Bonne recherche, maistres et compaignons galoys!

Estelle DOUDET.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search