Copie, authenticité, originalité : appel à communication pour les séances des 8 février, 22 mars et 19 avril

Les conditions médiévales de transmission de l’écrit poussent le chercheur à adapter ses cadres conceptuels à chacune de ses confrontations avec son matériau de travail. En effet l’écrit s’insère dans une chaîne de transmission dont nous avons le plus souvent perdu les maillons et peut se présenter comme la copie d’un original perdu mettant en place ses propres stratégies d’authentification. L’intervention du copiste dans la transmission du texte biaise les notions modernes d’auteur, d’originalité comme affirmation d’un style unique, et d’authenticité comme définition d’une voix propre. D’autre part, le terme copie peut désigner, selon le Dictionnaire du Moyen Français, tout aussi bien la relation authentique d’un fait, ce qu’il en est réellement, que la reproduction à l’identique d’un texte écrit. Ce double sens interroge la marge entre original et authentique. Le chercheur est conduit à soupeser les relations avec lesquelles appréhender la trace écrite : entre le vrai et le faux, l’unique et le multiple, le même et l’autre, le premier et le second. Ces lignes conceptuelles sont réévaluées par divers champs disciplinaires que le séminaire souhaite parcourir.

1. Les contributeurs sont invités à explorer la place qu’occupent les notions en jeu tant dans les différents courants et traditions philologiques et dans leur pratique, que dans les représentations médiévales et le regard que pouvaient porter les médiévaux sur la transmission des textes à leur époque.

Si la méthode « lachmanienne » met en avant la recherche du texte original (ou pour mieux dire, originel), tel qu’il a été conçu et mis en œuvre par l’auteur, en tentant de livrer un texte qui, hypothèse scientifique, cherche à s’en approcher au plus près, depuis Bédier, un certain courant philologique a mis en valeur l’authenticité du texte du codex optimus, texte à la fois pourvu d’une valeur de réalité et d’authenticité de par son existence dans un manuscrit, mais également choisi de par sa proximité supposée avec l’original ou sa capacité à fournir un texte représentatif des lectures médiévales.

De ce choix essentiellement pragmatique, non dépourvu d’une ambiguïté (notamment dans le dilemme constitutif entre respect de la leçon du manuscrit et nécessité de corriger), s’est distingué un courant qui peut être vu comme une continuation plus radicale encore du bédiérisme, et, depuis le manifeste de Bernard Cerquiglini (Éloge de la variante) a voulu apporter un renouveau aux études philologiques. Cette New Philology, proclamant l’égalité en dignité de chacune des copies, chacune récipiendaire d’une parcelle d’authenticité, met également en valeur l’acte de (re)création du texte réalisé par chaque scribe, chacune des copies se voyant affecter une valeur d’originalité.

Dès les premiers écrits des tenants de cette « nouvelle philologie », on retrouve l’idée que les outils numériques et l’ordinateur pourront amener un progrès considérable, en permettant une démultiplication du texte édité qui lui rendrait sa « variance » constitutive. Néanmoins, s’ils sont porteurs de progrès scientifiques non négligeables, les usages du numérique sont loin d’être univoques ou de se rattacher à une seule école. Cette philologie numérique ou Digital Philology, nom récent derrière lequel se dissimule une réalité plus ancienne, recouvre en réalité une multiplicité d’usages et d’approches qu’unissent surtout une pratique et une revendication de l’utilité de l’outil informatique. Fournissant au philologue des capacités de calcul démultipliées, et rejoignant par ce biais une tendance ancienne (depuis Dom Quentin et Dom Froger), elle est sans doute au moins autant le vecteur d’un retour à une forme de positivisme lachmanien que le véhicule d’éditions « néophilologiques ».

Toutes ces tendances nourrissent un débat qui ne s’est fait que de plus en plus riche et passionnant, tout en multipliant les tentatives les plus novatrices (éditions électroniques dans toute leur variété, éditions tournées vers la tradition, …), et qui questionne les notions d’authenticité et d’originalité. Quelles que puissent être les différentes positions de ces courants philologiques, la réalité à laquelle les éditeurs sont confrontés est celle de l’écrasante majorité des copies et de la rareté des manuscrits autographes.

2. La situation est à cet égard sensiblement différente pour ceux qui travaillent sur des documents de la pratique ; les contributions en diplomatique seront donc les bienvenues et pourront poser la question des différentes formes d’authenticité qui coexistent dans le champ des actes, et la place de ceux-ci dans la tradition (originaux, copies,…), ainsi que de la place à accorder à l’innovation ou à l’originalité tant dans la transmission des actes que dans les choix formels lors de leur élaboration

Le Vocabulaire international de la Diplomatique nous dit qu’un acte authentique « est un acte établi dans les formes requises et pourvu des marques de validation nécessaires pour donner pleine foi au contenu ». Mais cette authenticité recouvre deux réalités, l’authenticité juridique permettant à un acte copié, interpolé voire faux, d’être authentique, et l’authenticité diplomatique qui peut différer avec la réalité historique.

Le recensement depuis plusieurs décennies par l’ARTEM des Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France permet de mettre en avant plusieurs interrogations sur les notions de copies, d’authenticité et d’originalité. Avant le développement des sceaux et du notariat au XIIe et au XIIIe siècle comme moyens de validation, comment déceler un acte original et authentique alors que la seule apposition de la main suffit ?

Dans le même temps, si « les copies ne transmettent pas toujours un texte fiable » (B.M. Tock), elles n’en demeurent pas moins authentiques et peuvent même « livrer un texte de bonne tenue » (L. Morelle), sans pour autant être l’acte original. L’exemple le plus marquant pour le Moyen Âge reste le cartulaire qui est tout sauf « un simple recueil de chartes » (M. Parisse). Qu’il soit réalisé pour des besoins mémoriels, gestionnaires ou encore patrimonial, la marge du copiste est réelle, mais malgré les éventuelles falsifications, le cartulaire n’en demeure pas moins un discours original, celui d’une époque, témoin historique aujourd’hui indiscutable.

3. Enfin, questionner les notions d’authenticité et d’originalité revient également à questionner le statut de l’auteur, et plus généralement de l’autorité qui se fait garante de l’authenticité du texte, question qui vaut tout autant pour des textes littéraires, scientifiques, techniques, que pour les actes et documents légaux.

On se penchera sur les stratégies d’authentification du texte, notamment dans les passages réflexifs et les prologues où se trouvent parfois une signature d’auteur, ou au contraire une revendication de conformité à un modèle hérité. L’origine de l’écriture est souvent mise en scène au seuil de l’œuvre nouvelle : copie d’un original divin dans L’Estoire du Graal, copie d’un manuscrit perdu dans nombre de proses de la fin du Moyen Âge, traduction d’un manuscrit étranger comme copie non-conforme, mise par écrit d’un témoignage comme source authentique du récit, ou encore mise en avant d’une forme plus fidèle à la chanson originelle que celle des autres jongleurs… Ces fictions interrogent la valeur de l’œuvre qui se présente comme copie, entendue en son sens premier de copia, d’amplification ou peut-être de valeur ajoutée : le nouveau manuscrit ajoute un texte dans la constellation mouvante de l’œuvre et le relit par ses variantes mais aussi sa mise en page, son programme iconographique, etc.

On pourra interroger également la dynamique de la « création imitative » (J. Dangel) propre à l’art d’écrire ancien, depuis l’agencement d’emprunts qu’effectue la compilation pour constituer une œuvre nouvelle jusqu’à la création d’un style propre. Au delà des études attributionnistes, qui présupposent généralement, si ce n’est l’originalité, au moins l’unicité d’une écriture attribuable à un individu, se pose la question du regard que portent scripteurs et récepteurs sur la production littéraire : quelle part pourrait occuper la notion d’originalité dans la revendication que font certains auteurs d’une qualité artistique propre, d’une particularité de leur œuvre et de ses mérites, allant parfois de pair avec une condamnation des mauvais copistes (se rencontrant depuis, au moins, saint Jérôme) ? Quelle part occupe-t-elle dans l’appréciation des récepteurs ? Elle est en tout cas indéniable dans celle des lecteurs modernes qui traquent les effets d’écart et tentent de déceler échos et jeux de parodie là où il n’y a parfois que recyclage ou réécriture sérieuse.

Les contributions aussi bien centrées sur un champ disciplinaire (histoire, philologie, littérature) que résolument pluridisciplinaires seront les bienvenues. Les propositions de communication sont à envoyer à jbcamps@hotmail.com.

Jean-Baptiste Camps, Magali Cheynet & Vincent Le Quentrec

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search