Compte rendu du CA et de la séance du 19 novembre 2021

Conseil d’administration du 19/11/2021 – Compte rendu

Membres présents : Maxime FULCONIS, Clara DE RAIGNIAC, Simon HASDENTEUFEL, Axelle JANIAK, Ella LE PELTIER-FOSCHIA, Emma BELKACEMI-MOLINIER, Lucas FLANDRE, Tom SADLER.

 

Sujet 1 : Vote concernant la publication en ligne des journées d’études

Le Conseil d’Administration vote à l’unanimité la décision d’ajouter aux statuts internes de l’association la mention suivante :

« Les coordinateurs des Journées d’Études sont libres de publier la journée d’étude comme ils le souhaitent. S’ils le souhaitent, ils peuvent la publier sur l’espace en ligne de l’association ».

Ce mode de publication sera à privilégier, sauf volonté diverse des organisateurs.

 

Sujet 2 : Vote à propos du calendrier de publication

Vote de principe sur le calendrier de publication : avant noël pour la journée d’étude « Trier, classer, organiser », au printemps ou au début de l’été « Visible et invisible ». Le bulletin « Bibliothèques, lecteurs, lectures » devra être le prochain à être publié.

 

Sujet 3 : Organisation d’un « café histoire » en partenariat avec les Amis du Musée de Cluny

Le CA vote à l’unanimité l’idée d’organiser un « café histoire », lié au thème du séminaire « Magie, sorcellerie, ésotérisme » et que les coordinateurs du thème organiseront avec les Amis du Musée de Cluny. L’idée d’une organisation vers février-mars est retenue.

 

 

 

Séance de séminaire du 19/11/2021 – Compte rendu

Séance de méthodologie : « Sources primaires, sources secondaires : articuler son corpus et la littérature critique »

 

Présents : Maxime FULCONIS, Clara DE RAIGNIAC, Simon HASDENTEUFEL, Axelle JANIAK, Ella LE PELTIER-FOSCHIA, Emma BELKACEMI-MOLINIER, Lucas FLANDRE, Tom SADLER, Léo PERRET, Emma COUTIER, Sidonie LOISEL, Nadia PLA, Thibault LOUIS, Hannah JOHNSON, Elisabeth PAUMELLE, Marie-Christine PAYNE

 

On accueille au préalable David Ingels, jeune réalisateur de court-métrages venu présenter rapidement son projet de film (centré sur une des Cantigas de Santa Maria, “A que por muy gran fremosura”) et sa recherche (une interprète ayant des liens avec la médiévistique – traduction, écriture, recherche, intérêt… – pour mêler la réalité à la fiction).  

Emma introduit en quelques mots la séance de méthodologie en partant d’une tension connue de tous : délimiter ses sources primaires de façon assez pragmatique pour les maîtriser entièrement ; en même temps, élargir assez le corpus pour donner une certaine portée à de futures conclusions. Est évoqué le rôle des humanités numériques dans l’exploitation d’un vaste corpus, et même en amont dans le choix d’un sujet :

  • bases de données : ex. du catalogue The Lancelot-Graal project (base de donnée textuelle et iconographique des plus de 150 mss. du Lancelot-Graal : origine géographique, date, commanditaire…) https://www.lancelot-project.pitt.edu/lancelot-project.html
  • éditions électroniques balisées : ex. du projet Glossae Scripturae Sacrae-electronicae (Gloss-e), édition électronique en XML-TEI faite sur l’editio princeps de 1481 (quelques 130 000 sentences qui enchâssent la totalité des versets de la Bible, équivalant à 16 000 pages A4 en transcription, et copiées dans des centaines de mss) http://gloss-e.irht.cnrs.fr
  • reconnaissance optique de caractères : ex. du Trésor des chartes, avec Himanis Chancery du projet Transkriptorium (indexation qui permet une recherche plein texte dans les 199 mss. numérisés, avec un taux de fiabilité variable induit par la reconnaissance de caractères) http://himanis.huma-num.fr/app/

Accessibilité (notamment après l’expérience de la crise sanitaire) et maniabilité sont en jeu.

 

Présentation de Lucas, « Aborder une foisonnante masse documentaire : lexemple des archives du chapitre de la cathédrale de Reims »

Lucas cherche à  comprendre les logiques documentaires et les stratégies d’écrit, dans un contexte de conflit omniprésent entre chapitre de la cathédrale et archevêque de Reims (qui tiennent à la configuration particulière de la ville). Ce conflit qui est à l’origine d’une production écrite importante (à l’occasion des procès et litiges). L’écrit est considéré comme objet d’étude à part entière, dans la continuité de perspective historiographiques récentes). Près 7 mss, 1786 fol. au total (et des copies). Comment aborder une telle ampleur de documents (typologie, articulation, hiérarchisation) et quelle place donner à la littérature scientifique ?

1) Délimitation du corpus

Il existe deux ensembles documentaires du chapitre :

  • les cartulaires (copies des principaux documents du chapitre) montre une diversité matérielle et une diversité de contenu.
  • les originaux représentent 1300 pièces de parchemin.

La notion de « réseau documentaire » (Paul Bertrand) permet de réfléchir l’articulation originaux/copies.

 

2) Construction des données

  • D’abord, pour analyser les originaux, Lucas élabore sa propre base de données photographique (avec le logiciel TROPY, simple d’utilisation et qui permet d’annoter rapidement les photo) à partir du dépouillement des cartons d’archive (cote, créateur, date, type). Des questions se posent pour mettre au point un protocole : quelle typologie retenir, quel degré de précision, etc. Des obstacles matériels divers font que Lucas n’a pu photographier que la moitié du fond en 1 an.
  • En parallèle, modélisation des mss. avec EXCEL : cela permet d’isoler des sous-ensemble pour faire des comparaisons (par ex. : pour les strates de composition, not. dans les compilations faites au XVIe à partir de différents registres préexistants). Il s’agit de faire varier les échelles d’analyse.
  • Lucas mobilise la bibliographie pour penser sa propre méthode, et s’inspire de de la méthodologie proposée par Joanna Tucker dans Reading and shaping medieval cartularies .

 

3) Exploitation des données

Même s’il peuvent en sortir, les questionnements guident forcément le regroupement des données. Les perspectives d’histoire sociale adoptées (étudier le gouvernement des hommes à partir de la pratique de l’écrit) invite à relier la réflexion au contexte (histoire de Reims…) ; à comparer avec d’autres espaces (Paul Bertrand sur la France du Nord et la Belgique) ; à penser de façon interdisciplinaire (anthropologie : Jacques Goody sur la « logique de l’écriture »).

 

 

Présentation de Clara (sujet de thèse : « Les représentations textuelles et iconiques de la guerre dans les Chroniques de Froissart »)

Clara travaille son corpus d’un double point de vue (littéraire et iconographique), mais surtout d’un point de vue de littéraire : par « représentations » de la guerre, elle entend le « comment » du récit de guerre (en se distinguant d’une approche historienne qui considère les Chroniques comme source), ainsi que sa mise en textes et en images dans les mss.

Les Chroniques représentent 2 à 3 millions de mots (contre 1, 5 millions de mots dans la Recherche du temps perdu). Le premier livre connaît plusieurs rédactions d’auteur. Clara rappelle les mots de Peter Ainsworth : « les Chroniques de Froissart sont trop longues ». Face à cela, elle peut s’appuyer sur deux outils :

Sa première année de thèse a été consacrée à comprendre la tradition mss. de Froissart en élaborant :

  • un document qui recense ce qui a été dit sur la tradition mss.
  • un résumé synthétique du texte pour le maîtriser
  • un tableau (EXCEL) qui fait un « catalogue » raisonné des mss., qui recense par ex. les illustrations du livre 1 de façon descriptive. Clara tire un bilan mitigé de ce travail : beaucoup de temps à réaliser le tableau, qui n’a eu qu’une utilité ponctuelle,

Clara montre en revanche l’utilité du projet Online Froissart : la fonctionnalité « collate » permet de collationner une leçon dans les mss. dont le texte est balisé, faisant apparaître les variantes de façon très rapide.

 

Présentation de Simon (sujet de thèse : « Les seigneurs de la Romanie latine (1204-1430) »)

La Romanie latine étant un objet d’intérêt historique précoce, les sources primaires sont pour l’essentiel éditées, et la bibliographie est dense.

Les éditions sont ambivalentes :

  • certaines sont à reprendre.
  • d’autres sont des substituts irremplaçables lorsque les fonds sont perdus.

Sources hétéroclites : traités entre seigneurs ; chroniques d’exploitation difficile ; correspondance (notamment pontificale) ; sources iconographiques (sceaux, monnaies…) ; archéologie. Simon évoque deux outils qu’il a forgé pour lui-même pour synthétiser ces matériaux divers :

  • constitution d’une base de donnée sous forme de « wiki », dont le bilan est mitigé. Dans le cas des fiches prosopographiques, l’élaboration de notices très détaillées a été chronophage ; il aurait pu substituer une approche documentaire à cette approche biographique.
  • SIG (outils de traitement géographique des données) pour cartographier les phénomènes : cela permet de spatialiser des faits politiques, en exploitant de façon originale les chroniques.

La recherche de sources originales a été peu concluante (recherche dans les archives italiennes : Venise par ex. ; recherche dans les archives belges plus fructueuse). Simon évoque la nécessité de faire des choix au sein des sous-corpus, par ex. dans la correspondance pontificale (trop importante) et la nécessité de se fier à des échantillons, ce qui peut fragiliser les conclusions en laissant des zones d’ombres :

  • il n’est pas possible de traiter une certaine documentation dans l’immédiat
  • il existe des « creux » documentaires (par ex. l’année 1250)

Cela freine l’analyse systématique des phénomènes.

À côté des problèmes d’exploitation des sources, la bibliographie très abondante pose un défi heuristique : il faut maîtriser pour réinterpréter. Mais l’approche comparatiste choisie pour réinterpréter les sources (mettre en parallèle l’espace étudié et les zones de contact, en s’inscrivant dans un débat en cours) élargit encore la littérature scientifique.

 

Questions :

Léo demande à Simon plus de précisions sur le wiki : Simon utilise DOCUWIKI (logiciel gratuit fait pour être mis en ligne ; il existe un logiciel qui permet de simuler un serveur).

Ella demande des précision sur les SIG. Maxime dit que le LAMOP propose des formations (tous les ans).

Clara demande à Simon s’il pense à intégrer son travail de SIG/son Wiki à sa thèse, vu le temps qu’il y a consacré. Simon trouve que le résultat n’est pas assez homogène ; mais il va continuer à utiliser cela dans ses recherches.

Maxime souligne que pour maîtriser ses sources, chacun est amené à construire un outil informatique, et se débat entre deux mouvements : centraliser et segmenter/fragmenter.

Ella compare avec la situation de certains pays scandinaves où existent de grosses bases de recherche grâce à une publication très importante des données par les chercheurs. Maxime répond que les différences entre les pays sont considérables : il existe encore beaucoup de campagnes d’édition papier en Italie qui n’ont pas de pendant électronique.



Citer ce billet
Questes (2021, 21 novembre). Compte rendu du CA et de la séance du 19 novembre 2021. Questes. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4oz

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search