Compte-rendu de la séance du 15 octobre 2021

Liste des présents :

Justine Boust, Sidonie Loisel, Emma Belkacemi-Molinier, Louise Gay, Elisabeth Paumelle, Simon Hasdenteufel, Caterina Bellenzier, Hannah Johnson, Tamara Alvarado, Lucas Flandre, Léo Perret, Clara de Raigniac, Ella Le Peltier-Foschia, Yoan Boudes, Axelle Janiak, Marie-Christine Payne, Valentine Eugène, Emma Coutier, Nadia Pla.

 

Première partie : accueil des représentants des Amis du musée de Cluny, Martine Tridde-Mazloum (présidente), Dominique Chevalier et Florence Touchant 

Yoan rappelle l’histoire du partenariat avec les Amis : participation à la revue Millefleurs, portraits de têtes chercheuses dans l’Ephéméris, lectures au théâtre de la Huchette. La rencontre du 15/10 vise à présenter aux nouveaux Questeurs l’association et réfléchir à des activités conjointes. 

Martine rappelle l’histoire de l’association des Amis (création en 1992) et son investissement personnel en tant que présidente. L’association se propose de soutenir le musée en contribuant à l’enrichissement de ses collections, en valorisant le réseau du musée par un programme d’activités proposé aux adhérents (conférences, voyages, lectures, visites…), et surtout en faisant connaître et aimer le Moyen Âge par le soutien de projets extérieurs au monde académique. Martine évoque les profils divers des adhérents : outre des spécialistes, beaucoup d’amateurs du Moyen Âge. Elle souligne le désir de renouveler les adhérents et évoque le projet de créer un groupe de « Jeunes amis », de nouveaux projets comme des idées de webséries qui peuvent parler à d’autres publics (approche patrimoniale, musicale et historique : des tournages prévus au musée de Cluny, à la Sainte-Chapelle).

Martine revient sur les lectures de la Huchette, fruits de rencontres entre de jeunes chercheurs médiévistes et des comédiens, qui demandent beaucoup de travail. Elle présentent les deux supports de communication des Amis : la revue Millefleurs et la lettre bimestrielle Ephéméris (dont Axelle est la rédactrice en chef) dont la rubrique « Têtes chercheuses » est ouverte aux Questeurs et Questeuses.

Dominique et Florence évoquent leur souci de la pérennité des Amis, qui passe par le renouvellement des adhérents, mais aussi par le renouvellement des perspectives de l’association. D’où le désir d’un groupe de « Jeunes amis » qui s’ouvre à un autre public et à d’autres projets. Appel à volontés donc, pour créer un groupe informel de réflexion qui aille dans ce sens.

Martine rappelle l’existence de visites organisées par les Questeurs ; Clara ajoute que de semblables visites s’organisent pour et par les étudiants dans les universités, à la Sorbonne Nouvelle notamment. Yoan rappelle le rôle médiateur d’Axelle, chargée au sein de Questes du partenariat.

 

Deuxième partie : « Travailler ma thèse cette semaine », séance de méthodologie organisée par Yoan Boudes et Clara de Raigniac

Clara rappelle l’objet de la discussion : le travail sur la thèse ou autour de la thèse sur une période d’une semaine. Le but est de partager des méthodes et des idées. Yoan insiste sur le fait que les méthodes de travail sont personnelles, et fonctionnent parfois sur un temps court, mais que les communiquer ou les échanger peut être bénéfique.

 

Simon (5e année de thèse) prend la parole le premier. Il évoque le classement de ses dossiers : sources ; livres/articles (classés par thèmes), puis ses difficultés à trouver un rythme à la rentrée, encore plus à cause de la sortie de crise sanitaire : recommencer à travailler à la bibliothèque après avoir été isolé, notamment en phase de rédaction de thèse (travail à la maison plus efficace). La phase de rédaction de la thèse bouleverse sa répartition habituelle du travail (avec le risque de continuer davantage les recherches et ne jamais rentrer dans la rédaction).

Clara (3e année) décompte son temps de travail : elle présente sa journée idéale (4h de thèse le matin : 2h sur le corpus, 2h sur la bibliographie ; l’après-midi consacré au reste : communications diverses, mails…). Tamara (3e année) trouve utile de passer 2h sur corpus/2h sur biblio. Yoan souligne la différence des problématiques selon les années de thèse.

Louise (1ère année) a l’impression de n’avoir rien fait depuis la rentrée : la recherche d’un lieu de travail idéal lui donne l’impression de perdre le temps précieux de la première année. De plus, faut-il commencer sa thèse directement sur les sources ou commencer par la bibliographie ? En définitive domine l’impression de n’avoir rien fait à l’issue de la semaine. Tamara dit qu’en progressant par : 1h consacrée à la bibliographie + 1h consacrée au sources (par jour), l’avancée est déjà significative au bout d’un mois. Louise évoque la difficulté de travailler seule, et le fait de ressentir une bonne émulation dans les ambiances de travail collectif. Mais il est difficile de centraliser les documents dispersés dans les bibliothèques parisiennes. On discute des mérites de la BnF : Léo trouve l’ambiance très peu chaleureuse, au contraire la BIS, la BSG et la BSB entretiennent la promiscuité ; Yoan trouve salutaires les « coupures » forcées (pauses longues à cause des vastes dimensions). On discute des avantages comparés de ces bibliothèques (libre-accès / réservations).

Valentine (3e année) parle de son rythme de travail : au début de la thèse, elle avait un rythme très intense (type concours), épuisant moralement et physiquement. Les changements dans sa vie personnelle lui ont permis d’apprendre à écouter son propre rythme : les limites de sa propre concentration, qui ne correspondent pas forcément aux horaires de bureau. Mais il est difficile de ne pas culpabiliser. Ella (1ère année) dit fonctionner en concentrant tout son travail sur 2 jours pour se préserver. Yoan pense que l’intérêt/l’envie doit compter avant les horaires, et que laisser la place à l’envie permet de bonnes surprises. Simon propose de toujours se demander ce qui, à chaque stade, est important pour sa recherche, et de travailler par objectif, plutôt que se laisser égarer par les cadres fixes – horaires etc. Clara ajoute que le temps passé à réfléchir aux objectifs, qui donne l’impression d’être du temps perdu, est en fait du temps de travail. Ella dit apprendre à être plus souple dans l’organisation/réorganisation en fonction des aléas (dans son cas, la fermeture des frontières). Tamara distingue objectifs et tâches : les tâches répondent à un objectif mais peuvent être très concrètes (par ex. lire 20 pages de tel livre par jour). Valentine évoque l’anxiété qui vient du fait de devoir définir des tâches, alors que le fait de commencer sa journée par des tâches en cours est un soulagement.

Lucas se demande comment chacun organise ses objectifs ? Clara a des objectifs larges et mensuels, sur lesquels elle revient à la fin du mois. Axelle a un carnet, pour ne jamais perdre ses listes et être le plus efficace possible (en segmentant au maximum : lecture d’un chapitre, d’un article etc.). Marie-Christine conçoit ses objectifs de façon hebdomadaire, en fonction du travail qu’elle a à faire au collège (pour lequel elle éprouve moins de culpabilité que pour le travail de thèse) ; elle réfléchit à l’organisation de sa rédaction : elle rédige différemment sa 2e partie par rapport à la 1ère, de façon plus linéaire. Ella dit que le fait de noter les plus petits éléments est d’une grande aide, et donne l’impression d’avancer. Yoan dit ses difficultés à se tenir à des listes de tâches, mais que le problème devient moins pressant au moment de la rédaction. Valentine dit que la rédaction est très gratifiante : on achève sa journée avec quelque chose de fait ; elle suggère de faire des synthèses (sous une forme qu’on peut présenter au directeur de thèse, par ex.). Clara dit qu’au moment d’écrire un dossier de quelques pages sur son sujet de thèse, elle a été satisfaite de pouvoir problématiser et exposer ses recherches clairement : l’exercice de rédaction est toujours bénéfique. Yoan dit que le fait de rédiger des petites synthèses de ses lectures (plutôt que de prendre des notes dactylo) permet à la fois de rédiger et de mieux réutiliser les lectures ensuite. Ella fait pareil pour la partie historiographique de sa thèse. Tamara conseille le programme OneNote (= un classeur électronique de fiches, qui permet de générer des liens internes, et dans lequel on peut ranger toute sa bibliographie).

Louise et Nadia (4e année) disent qu’elles prennent également des notes à la main pour lire plus intelligemment. Nadia a un grand document intitulé « Thèmes », qui lui sert à classer selon les thèmes de sa thèse, et lui permet de faire des liens ; elle commence actuellement à rédiger sa thèse. Au début de ses recherches, elle s’est forcée à rentrer tout de suite la bibliographie de façon uniformisée. Hannah dit qu’elle écrit immédiatement les réflexions et les analyses qui lui viennent au fil de ses lectures ; elle souhaite que ce soit réutilisable tel quel au moment de la rédaction. Nadia a deux documents de bibliographie : un propre (destiné à la thèse rédigée) ; un brouillon qui lui permet de visualiser ce qu’elle a sur son ordinateur ou ce qu’elle a lu et travaillé. Marie-Christine annote aussi sa bibliographie en fonction de ce qu’elle a travaillé ; elle travaille avec son plan de thèse affiché et suggère de mobiliser au mieux le type de mémoire individuelle (visuelle…). Ella note par un code couleur les endroits où elle peut trouver telle ou telle référence et mieux centraliser.

 

Quelques ressources pour accompagner dans sa thèse

 

Des « boîtes à outils » ou trucs et astuces concrets :

Sur les aspects administratifs et financiers sur la thèse :

 

Témoignages et partages d’expérience la thèse :

  • Podcast « Thésard.es » : témoignages sur des aspects très variés, de la soutenance à distance à la parentalité pendant la thèse, voir aussi le compte Instagram très actif et bienveillant : https://thesardes.wordpress.com/)

Des syndicats et associations :



Citer ce billet
Questes (2021, 17 octobre). Compte-rendu de la séance du 15 octobre 2021. Questes. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4ou

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search