Compte-rendu de la séance du Vendredi 28 février – « Le corps féminin : actualité de la recherche » (1)

Liste des présents:
VARAINE Nicolas ; GAY Louise ; BERTHIER Mathilde ; PLA Nadia ; MOON Sung-Wook ; BOUDES Yoan ; GARNIER Nicolas ; EUGENE Valentine ; LOISEL Sidonie ; SEMEN Aurore ; HASDENTEUFEL Simon ; FULCONIS Maxime ; NELIDOFF Ludmilla ; PAYNE Marie-Christine ; PICCOLI-WENTCO Marie ; ALAMENCIAH Marie-Antoinette ; SCAVELLO Susanna ; BOESTAD Tobias ; LECOURTOIS Adèle

Cécile Maruéjouls (Université de Poitiers – CESCM): ” Le corps de l’Autre : la figure de Marie l’Egyptienne à travers le prisme du genre.”

Marie l’Egyptienne permet de s’interroger sur les limites du genre au Moyen Age.

Cette figure érémitique venue d’Orient sera très connue dans l’Occident médiéval grâce à plusieurs traductions latines du récit hagiographique et aux versions vernaculaires qui suivront.

Telles sont les représentations de Marie l’Egyptienne dans l’iconographie : corps émacié, entièrement nu ou presque, une tunique couvrant ses attributs sexuels. Les représentations occidentales seront très différentes. En outre, la présence nouvelle de longs cheveux permettront de cacher ses attributs sexuels.

Cécile de Maruéjouls propose ensuite de faire une comparaison des attributs de Marie L’Egyptienne à travers les siècles, avant de réfléchir à la mise en signe de ces attributs. La toison et la pilosité retiennent son attention.

Les versions vernaculaires ont peu influencé les représentations iconographiques de Marie l’Egyptienne. La chevelure permet de signifier sa conversion spirituelle et de la protéger des regards concupiscents des hommes. Elle voile son ancienne vie de pécheresse et empêche de l’identifier totalement à un être humain. Seuls sa tête, ses pieds et ses mains restent visibles.

S’affichant dans les représentations comme un attribut masculin, la pilosité de Marie l’Egyptienne demeure transgressive. Dans les versions vernaculaires, les auteurs insistent sur la villosité de la figure sainte, qui se rapproche alors des grands pénitents de la Bible avec leurs longs manteaux de poils. Ces derniers sont décrits dans l’exégèse comme des vêtements de pénitence.

On notera l’ambivalence du poil, qui rappelle la part animale, charnelle et peccamineuse de la femme qui s’est prostituée pendant plusieurs années. Ces mêmes poils cristallisent pourtant également les altérations de sa chair dans la pénitence.

Plusieurs signes manifestent une interpénétrabilité des genres au Moyen Age : les cheveux sont indices du féminin ; les poils sont indices du masculin. Pour autant, les différentes représentations de Marie l’Egyptienne refusent toute polarisation : ces représentations de Marie l’Égyptienne témoignent davantage d’une ambivalence genrée. Dans les versions anciennes, la transformation physique s’accompagne d’une transformation ontologique : située à mi-chemin entre sa nature humaine et une nature angélique, Marie l’Egyptienne est celle qui a dépassé en perfection sa nature humaine.

Nicolas Varaine (EPHE): ” Le corps à l’épreuve du sacré : la sainteté féminine en images dans le monde byzantin tardif.”

-Quelques saintes femmes sont représentées dans l’iconographie byzantine. On retrouve même pour certaines des cycles narratifs. Bien qu’elles puissent être représentées dans différents endroits de l’Eglise, c’est surtout vers l’abside que leurs images semblent se trouver.
La représentation du corps de la sainte pose le problème du corps caché/ montré.

-Les saints ont un statut ambigu, partagés entre monde divin et monde sensible. Ils sont le relais de la puissance divine. Cette idéalisation semble prévaloir dans la représentation de quelques saintes femmes. Bien que les saintes soient représentées, l’on distingue une tension entre idéalisation, affirmation et effacement du corps. Cette tension rend compte de la corporalité du corps féminin. Comment le corps d’une femme sainte est-il représenté ?

-L’étude analyse plusieurs images provenant de la Crète Vénitienne et du monde byzantin.

-Le corps est montré dans son dépassement de la condition humaine.
L’idéalisation se fait visuellement à travers une certaine abstraction du corps. Les qualités morales de la saintes se traduisent bien dans son apparence physique. Les traits sont souvent assez simples. Le corps et le visage de la femme sont représentés comme un ensemble de cercles, des ovales. L’ovale du visage est réduit à des lignes sombres.  Une ombre se dessine autour.
Exemples de Koxaré, Eglise St Georges, milieu XIVe siècle : Saintes Marina et Paraskevi.
Peu d’éléments permettent de différencier les saintes. Parmi ces quelques éléments on peut noter :
-la couleur des étoffes qui distingue les deux saintes. Le rouge est ainsi davantage porté par Sainte Marina.
-des attributs : Sainte Anastasia Pharmakolytria qui est représentée une fiole médicale à la main.

-Si les corps de ces saintes sont désincarnés, d’autres représentations montrent au contraire des saintes femmes qui dépassent leur féminité. Ainsi, on peut voir dans l’Eglise Sainte Marina à Mourne (Crète), Sainte Marina qui assomme Belzébuth : le drapé du corps, la tête tournée vers le ciel, la main brandissant un maillet montrent la puissance du geste divin de Sainte Marina qui assomme la bête.
Plusieurs de ces saintes sont avalées par des démons pour ensuite en ressortir et ainsi « renaître ». Cette renaissance leur donne une puissance qui leur permet de les tuer.
On note également des parallèles visuels dans la représentation dues corps de ces femmes et celle du Christ. Ces saintes sont souvent représentées torturées, notamment par le feu qui est pourtant vu comme un moyen de purification (Sainte Paraskevi à Mélampes, Crète).
Sainte Marina à Mourne est représentée plongée dans un chaudron, nue : le supplice a alors une connotation baptismale, d’autant que tout près de cette image, en face se trouve une image de la scène du baptême du Christ.
A Asinou dans l’Eglise de la Panagia Phorbiotissa, Sainte Marie l’Égyptienne est représentée avec un corps vieux, décharné, les membres longs et décharnés montrant ainsi les signes d’une vie ascétique. Les attributs féminins, notamment sa poitrine sont effacés, la rapprochant davantage d’un homme.

Louise Gay (Université Toulouse II -Jean Jaurès): ” Entre majesté et arme politique : le corps pluriel de la reine (France, XIe – XIVe siècle).”  

I-Idéalisation et contrôle réginal

Les canons esthétiques sont ceux que l’on prête à la Vierge. L’élément qui distingue le corps de la reine des autres corps de l’aristocratie est le sacre. La reine peut être représentée les cheveux lâchés sur le côté. Les représentations de la reine concentrent des enjeux politiques : il s’agit ainsi de renforcer l’aspect christique de la royauté et d’investir l’épouse du roi des mêmes fonctions (de médiation etc.) que la Vierge. Les différents traités d’éducation consacrés aux princesses témoignent d’une quête de domination du corps.


II- Le corps réginal au sein d’une décrédibilisation politique

Le corps de la reine peut également servir de vecteur critique pour les détracteurs : les nombreuses « faiblesses » du corps féminins deviennent ainsi un réservoir dans lequel puisent les opposants. Les femmes présenteraient une « psychologie inadaptée » à l’exercice du pouvoir : impulsivité, « rage furieuse » etc. Parfois, certains traits physiques, à l’instar de l’embonpoint d’Isabeau de Bavière, sont  avancés comme argument pour décrédibiliser la souveraine dans l’exercice de sa fonction.

L’ « incontinence naturelle » féminine est fréquemment dénoncée à travers des campagnes pamphlétaires. L’accusation d’adultère devient ainsi une arme politique redoutable.


III-Masculinisation du corps réginal

Le décloisonnement entre le masculin et le féminin vise généralement à souligner les qualités exceptionnelles d’une femme. C’est notamment le cas pour Blanche de Castille,  « femme par son sexe, mais homme par sa fermeté ». La masculinisation constitue ainsi un outil de légitimation d’un pouvoir. On relativisera toutefois ce procédé en examinant le cas ambivalent de Jeanne II de Bourgogne : la virilisation de sa représentation sigillaire peut aussi bien refléter son statut politique que se voir investie de connotations négatives dans les récits historiographiques postérieurs. Les auteurs usent alors du topos du monde inversé.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search