Déclaration commune des membres du Conseil d’Administration de l’association Questes contre la LPPR

Nous, membres du Conseil d’Administration de l’association Questes, tenons à exprimer notre préoccupation quant à la Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche Scientifique (LPPR), telle qu’elle a vocation à être adoptée dans les prochaines semaines. Depuis sa publication le mois dernier, cette loi, préparée en l’absence de véritable concertation avec le monde universitaire qu’elle concerne pourtant au premier chef, a fait l’objet de vives critiques de la part des acteurs de la recherche.

Le collectif de jeunes chercheurs médiévistes passionné.e.s que nous sommes ne peut que s’inquiéter de la précarisation rampante de nos conditions de travail, du tarissement de nos débouchés dans la recherche, ainsi que de la crise des vocations qui en découle inévitablement. Si nous saluons la revalorisation annoncée – mais à confirmer – de la rémunération des doctorant.e.s contractuel.le.s, nous nous préoccupons de la suppression annoncée du statut d’A.T.E.R, d’autant plus que les mesures de remplacement évoquées sont encore fort floues, et ne semblent guère tenir compte des contraintes spécifiques aux disciplines littéraires et aux SHS, où les doctorant.e.s sont bien souvent amené.e.s à dépasser les trois années que prévoit le contrat doctoral. D’année en année, le nombre de postes fixes à pourvoir diminue, alors que les contrats courts se multiplient, pérennisant la précarité des chercheurs et chercheuses, et frôlant ou outrepassant bien souvent le cadre défini par la loi. En même temps, les charges administratives pèsent toujours plus lourdement sur les maîtres.se.s de conférences et professeur.e.s, les privant d’un temps de recherche précieux.

En son état actuel, la LPPR ne propose guère de solutions pour renverser ces tendances ; au contraire, plusieurs articles semblent là pour la renforcer, comme la généralisation des recrutements contractuels, sur la base d’un projet de recherche, ou encore la mise en place d’un système de « titularisation conditionnelle » à l’anglo-saxonne. Ces méthodes, qui accroissent la compétition dans un système déjà excessivement concurrentiel, ont déjà été éprouvées à l’étranger : loin d’améliorer la qualité des travaux scientifiques, elles favorisent la quantité des publications, et incitent les chercheurs à produire des résultats vendeurs mais prévisibles. La culture du management et de l’évaluation qu’elles véhiculent ne nous semble guère propice à la remise en question rigoureuse de nos certitudes, laquelle est pourtant – ou devrait être – au cœur de l’élaboration de la connaissance scientifique.

Doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, la recherche et l’université sont au cœur de nos vies, et nous sommes nombreux à nous y projeter encore, malgré les difficultés matérielles croissantes auxquelles nous sommes confronté.e.s. C’est pourquoi nous réaffirmons notre attachement à une recherche publique libre, ouverte et exigeante – parce qu’elle aura eu les moyens de l’être.

 

Les membres du Conseil d’Administration de Questes – Marie-Antoinette Alamenciak – Camille Bellenger – Tobias Boestad – Yoan Boudes – Adriane Boussac – Sarah Cals – Aurore Denmat-Leon – Marielle Devlaeminck – Valentine Eugène – Maxime Fulconis – Nicolas Garnier – Jérémy Gilabert – Simon Hasdenteufel – Anne Kucab – Ludmilla Nelidoff – Marie-Christine Payne – Marie Piccoli-Wentzo – Tom Sadler – Lisa Sancho

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search