Rentrée de Questes : les thèmes pour le séminaire en 2012-2013

Les thèmes qui ont été proposés par les Questeuses et les Questeurs pour 2012-2013, et qui seront soumis au vote  lors de la séance de rentrée du vendredi 19 octobre 2012 sont les suivants :

“L’eau” (thème proposé par Servane Michel)

“La prophétie” (thème proposé par Maria Valeria Ingegno)

“Copie, authenticité et originalité” (thème proposé par Céline Ménager)
Ce thème voudrait partir du support sur lequel travaille de près ou de loin tout médiéviste : le manuscrit, et de ce constat : nous ne travaillons jamais, à de très rares exceptions près, que sur des copies.
Il nous faut tenir compte de cette technique de production du livre dans nos travaux d’édition de texte et il semble légitime de s’interroger sur le statut des textes sur lesquels nous travaillons, la plupart des éditions étant des textes « reconstitués » par le chercheur. Cette réflexion peut en accompagner une autre sur la place de l’erreur ou de la faute. Dans quelle mesure une erreur est-elle attribuable à l’auteur ? N’y a-t-il pas un risque de surcorrection dans nos travaux d’édition ?
Outre le rapport du chercheur à son outil de travail, ce thème invite aussi à questionner le statut de l’écrit dans une société où son mode de production diffère radicalement du notre. Les écrits sont plus rares, demandent plus d’effort, coûtent plus chers. Le processus de sélection avant la copie peut être interrogé : qu’est-ce qui vaut la peine d’être copié ? Le Moyen Age se caractérise aussi par un rapport différent du notre à l’authenticité. A une époque où est authentique ce qui est cautionné par une autorité (voir là-dessus les travaux, un peu anciens, de Bernard Guenée), quelle est le statut de la copie et comment la copie peut-elle prétendre au statut d’authentique au même titre que l’original ?
On sait aussi que le Moyen Age pratiquait volonté la compilation, la copie apparait alors comme une méthode de composition, bien loin, là encore, de nos pratiques modernes qui insistent sur l’originalité. On retrouve l’habitude de copier les grands auteurs dans l’exégèse, dans l’hagiographie ou encore dans les encyclopédies.

“Le renom, la renommée” (thème proposé par Karine Perrot)
La question de la renommée revient souvent au Moyen Âge. Elle exerce, semble-t-il, une forte pression sur la société médiévale. Par elle, les individus accèdent à une forme de reconnaissance publique, en un temps où une réelle presse d’information n’existe pas encore.
On trouve plusieurs termes s’y rapportant mais qui la définissent ou la reflètent plus ou moins : la rumeur, la fama, le bruyt, ou encore un peu moins rencontrée, l’audivit. Le bruyt en particulier est souvent cité par les poètes et rapporté par les chroniqueurs. Contrairement à ses consoeurs la rumeur et la fama, plus informelles et insaisissables, la renommée est fondée sur le parcours honorifique d’un personnage : c’est en quelque sorte sa carte de visite. Mais la renommée est dépendante des mouvements de la fortune, avec laquelle on peut parfois la confondre.
Quelles sont donc les qualités généralement requises pour avoir ses faveurs ? Autrement dit, quel est le profil type d’un bien renommé ? Comment se fabrique la renommée, car il y a bien construction d’une image. Les textes historiographiques et les poèmes de circonstance participent largement à l’élaboration des mythes.
Par quels medias s’exprime-t-elle ? Les poètes moralistes et pamphlétaires (par exemple Alain Chartier et Henri Baude) épinglent les comportements arrivistes de ceux qui recherchent le bruyt à tout prix. L’Abuzé en court est même entièrement consacré à ce lieu commun. Qu’en est-il exactement ? Et son plus vulgaire cousin le cri diffusant la bonne parole auprès de la population fait et défait les réputations. C’est aussi du pain bénit pour le théâtre de rue.
Enfin, la renommée s’applique-t-elle exclusivement aux grands personnages et à leurs faits et gestes, ou peut-elle élargir son spectre à d’autres catégories sociales ou à d’autres circonstances, pénétrant le champ de la sphère privée. Par exemple, dans quelques-unes de ses pièces familières, Jean Molinet pare ses personnages anonymes d’une aura disproportionnée, ce qui provoque bien évidemment le rire en premier lieu mais aussi un questionnement sur le discours de l’éloge en retour.

“Médecins et malades au Moyen Âge” (thème proposé par Pierre Levron)
Les gens du moyen-âge ne font pas toujours montre d’une santé de fer ; ils connaissent, eux aussi, les affres de la maladie. Si la médecine médiévale a bénéficié d’un éclairage nouveau apporté par les travaux de Danielle Jacquart, Françoise Micheau et Claude Thomasset aussi bien que par la poursuite d’un travail éditorial initié à la fin du dix-neuvième siècle (Tony Hunt en est l’un des meilleurs spécialistes à l’heure actuelle), de nombreuses pistes de réflexion paraissent devoir être étudiées. Je désire que l’on en examine quelques-unes :
-La relation du patient avec le thérapeute. Les textes littéraires sont très sensibles à une question qui se pose aussi bien pour des blessures que pour des pathologies qui relèveraient de nos jours de la psychiatrie ; les médecins sont conscients de leur importance, comme le montre l’existence d’un traité intitulé De adventu medici ad aegrotum dont il existe une traduction en langue d’oïl.
-La Translatio Studii. La médecine est une science « traduite » selon un mouvement résumable schématiquement de la façon suivante : du grec à l’arabe (en passant parfois par le syriaque) pour aboutir au latin et aux langues vernaculaires (les témoins d’oc et d’oïl paraissent plus tardifs que certains témoins médio-allemands). C’est une science qui a ses autorités : Hippocrate, Galien, Avicenne, et des ouvrages de référence comme le Tacuinum Sanitatis. C’est aussi une science qui se vulgarise : si elle commence par être l’un des accomplissements des études universitaires-avec le droit et la théologie-elle suscite plusieurs outils de vulgarisation : les traductions, la rédaction d’ouvrages vernaculaires-recueils de recettes ou lapidaires, mais aussi traités comme le Régime du Corps d’Aldebrandin de Sienne-et insertion dans des encyclopédies latines ou vernaculaires.
-Son caractère polymorphe. La médecine médiévale pourrait se prêter à l’étude-bakhtinienne ou non-des relations entre savoirs savants et savoirs populaires. Nous sommes confrontés à un ensemble de savoirs doctrinaux mais aussi religieux ou magiques qui peuvent très bien cohabiter, comme le montrent certaines collections de recettes.
-La transformation du savoir médical en discours littéraire. La médecine est l’une des disciplines scientifiques les plus utilisées par les écrivains du moyen-âge. L’adaptation des connaissances et des pratiques prime sur leur reproduction littérale, la nosologie se révélant apte à de nombreuses transformations narratives.
Cette énumération n’est bien sûr pas limitative ! Elle fournit quelques pistes de travail importantes…

“La médiévistique numérique” (thème proposé par Jean-Baptiste Camps). Ce thème viserait à explorer l’apport des nouvelles technologies à la pratique des historiens, philologues et littéraires, avec toutes sortes d’approches possibles, notamment méthodologique, tournant autour de l’utilisation des statistiques pour la recherche, les éditions électroniques, la stemmatologie assistée par ordinateur, ou des choses plus réflexives, sur les modifications induites par le numérique au lien entre le chercheur et son objet de recherche. Ce thème, qui est proposé plus dans l’esprit d’une séance méthodologique, pourrait être abordé autour de deux axes. Nous pourrions réfléchir sur les modes d’utilisation du numérique : quelles méthodes sont ou peuvent être employées, pour quels objectifs (statistique, modélisation, etc.) ? Nous pourrions également nous demander en quoi l’utilisation du numérique modifie la façon de penser son objet. L’idée serait aussi d’articuler la réflexion autour de présentations concrètes de façons de travailler.

“La question des sens au Moyen Âge” (thème proposé par Jean-Baptiste Camps). Il y a eu au Moyen Âge une intense réflexion sur la question des sens, et notamment autour d’une correspondance entre les sens intérieurs et extérieurs. Or, si des études des philosophes spécialistes du Moyen Âge existent, la question semble juste commencer d’être explorée en détail du côté de la littérature et de l’histoire, avec plusieurs colloques et parutions importantes ces toutes dernières années. En 2012, ont eu lieu pas moins de 3 colloques et conférences consacrées au sujet : « Le débat des cinq sens au Moyen Âge et à la Renaissance », « Les cinq sens au Moyen Âge » et « UCL – Colloque international : « Parfums et odeurs au Moyen Âge, science, usages, symboles ». Une série de volumes de la revue Micrologus ont également été dédiés à des sens, et des monographies ont été consacrées à des questions plus précises, comme les travaux de Gaïa Gubbini sur le toucher chez les troubadours : Gubbini (Gaia), Tactus, osculum, factum : il senso del tatto e il desiderio nella lirica trobadorica, Rome, Ed. Nuova Cultura, 2009 (Esercizi di lettura, 10).

“Images de la pauvreté” (thème proposé par Camille Rouxpetel). Durant les dix siècles du Moyen Âge le regard porté sur la pauvreté a évolué dans le sens d’un approfondissement de ses significations spirituelles et concrètes, ces dernières conduisant à diverses initiatives permettant d’y répondre. tenter d’en retracer l’évolution à travers quelques moments clefs comme les débats sur la pauvreté volontaire du Christ ou d’en définir les contours par le prisme des images qu’en donnent tant les sources littéraires, que les actes de la pratique, les textes spirituels et dogmatiques ou encore les récits de pèlerinage tardo-médiévaux mettant en lumière la pauvreté comme signe de piété se révèlerait donc riches d’enseignement et de réflexions fructueuses.
Une variante a également été proposée par Karine Perrot, intitulée soit “pauvreté et marginalité”, soit “L’expression du dénuement”. La pauvreté est le lot de beaucoup d’individus dans la période du Moyen Âge. C’est pourquoi, elle fait l’objet de divers traitements à cette époque et attire l’attention de spécialistes de tous horizons. En tenant compte de ces faits, nous proposons d’étudier le dénuement tant dans son discours que dans ses réalités. Comment est-il perçu par les hommes du Moyen Âge ? Par quel type de discours est-il soutenu ? Quelle est la description qui en est faite? Quels sont les détails réels ? Il faudra être attentif aux fantasmes générés par la pauvreté et la distinguer de l’exclusion quand cela est possible ou nécessaire.

“La reconnaissance” (thème proposé par Elise Banjenec). Quelques pistes de réflexion ont déjà été proposées, autour des multiples sens qui peuvent être donnés à ce terme, à commencer par la reconnaissance sociale (d’un métier, d’un talent, d’une bonne action ou d’un exploit), et la renommée qui en découle. Cette reconnaissance peut se traduire par un statut social, un paiement, un marque de gratitude… En un autre sens, la reconnaissance peut être aussi la culpabilité, l’aveu et la confession d’un crime ou d’une mauvaise action. Cela peut être aussi la reconnaissance de Dieu ou encore l’estime de soi. Ce thème peut aussi bien être traité par les historiens que les littéraires (ne serait-ce qu’à travers le motif narratif des scènes de reconnaissance) mais aussi les historiens de l’art (le statut des artistes au moyen age est une notion importante et problématique. On peut aussi penser aux ex-voto qui témoignent d’une reconnaissance envers l’action divine).

“L’image et la représentation” (thème proposé par Fanny Oudin).
L’idée d’origine de ce thème était de proposer la tenue d’une séance de méthodologie similaire à celle consacrée à “L’interdisciplinarité” le 19 mars 2010. Il s’agirait d’une séance plus informelle, conçue comme un espace de discussions, où pourront être présentés des compte-rendus d’ouvrages aussi bien que des présentations autour d’une méthode de recherche, etc. Le thème de “l’image” paraît en effet particulièrement propice à une confrontation des méthodes des différentes disciplines, et à une réflexion sur ce que peut être, concrètement, la pratique de l’interdisciplinarité au sein du groupe Questes. Sans même parler des historiens de l’art, les littéraires aussi bien que les historiens, mais aussi les philosophes ou les philologues, sont en effet amenés à recourir aux images que nous a léguées le Moyen Âge, que ce soit dans leur recherche ou dans leur pratique pédagogique (pour laquelle les miniatures des manuscrits sont souvent de précieuses ressources !). En littérature, par exemple, de plus en plus de thèses sont amenées à prendre en compte les rapports entre texte et image, voire à en faire un axe de travail essentiel. “L’image” pourrait donc fournir un thème de discussion très intéressant pour servir de point de départ à la confrontation concrète entre nos différentes pratiques.
L’ajout du terme “représentations”, de son côté, correspondrait plutôt à une proposition pour un thème plus développé, donnant lieu à plusieurs séances du séminaire et à la publication d’un numéro du bulletin. Les notions d’image, de figuration et de représentation sont en effet au coeur de multiples réflexions au Moyen Âge même : querelles politiques et théologiques, autour de la question de l’iconoclasme, débats philosophiques autour de la nature de l’imago (par exemple, autour de la définition de l’homme comme imago Dei), réflexions poétiques sur la figure et le signe, interrogations sur la nature de la semblance et son rapport à la senefiance…  Les notions de représentation et d’image semblent donc intéresser aussi bien les philosophes que les historiens, les littéraires et les philologues que les historiens de l’art.
C’est pourquoi on pourra traiter ce thème soit comme objet méthodologique, soit comme objet de réflexion théorique, soit encore en réunissant les deux, en fonction du statut que l’on voudra donner aux séances qui lui seront – éventuellement – consacrées.

N’hésitez pas à proposer d’autres thèmes : cette liste reste ouverte et peut être complétée jusqu’à la tenue de la séance de rentrée de Questes.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search