« Naissances, renaissances », Compte-rendu de la séance du 11 mai 2012

Questes

Compte rendu de la séance du 11 mai 2012

« Naissances, renaissances » (2)

 

Sont présents : Élise Banjenec, Julia Conesa-Soriaud, Sarah Delale, Émilie Deschellette, Hélène Dupraz-Rochas, Barbara Falleiros, Marie-Louise Fleyre, Marie Genin, Céline Ménager, Jonathan Morton, Joanna Pavleski, Marie-Christine Payne, Julie Pilorget, Stéphanie Richard, Strobbe Irène, Cécile Troadec.

Stéphanie Richard : « Sans naissance, pas de mariage ? Le procès en nullité de mariage de Louis XII et de Jeanne de France (1498) »

Le 17 décembre 1498, la sentence du procès en nullité de mariage opposant le roi à sa femme Jeanne, deuxième fille du roi Louis XI, est donnée en faveur du roi. Jeanne a été promise dès sa naissance à Louis II d’Orléans ou Louis XII (1462-1515), fils du duc Charles d’Orléans. Les noces sont effectivement célébrées en 1476. Jeanne fut une épouse dévouée, mais Louis XII engage des procédures judiciaires contre elle en 1498. En définitive, la nullité de l’union est proclamée, même après vingt-deux ans de mariage. Trois manuscrits nous ont conservé les pièces du procès.

Conformément au droit canon, les juges n’ont pas indiqué explicitement le motif pour lequel ils ont choisi d’accorder la nullité de mariage. Les arguments invoqués par le roi pour la nullité du mariage étaient les suivants :
– Le défaut d’âge au mariage ;
– Le consentement donné sous la contrainte (Louis XI aurait forcé le mariage et aurait contraint Louis XII à épouser Jeanne) ;
– La parenté spirituelle et la consanguinité ;
– L’impuissance sexuelle de la princesse, (la mettant dans l’incapacité de consommer le mariage et par conséquent d’avoir des enfants).

Néanmoins, à l’issue de l’annulation, seul Louis XII est autorisé à se remarier : l’incapacité sexuelle de Jeanne est bien l’empêchement décisif dans le jugement. Le procès engagé par le roi à l’encontre de Jeanne de France attire donc l’attention sur une situation particulière, celle d’une séparation conjugale motivée par l’incapacité à établir des relations sexuelles, et, par suite, par l’impossibilité à faire des enfants. C’est un cas de « non naissance » et ses conséquences que cette annulation de mariage nous invite à étudier.

Les procédures judiciaires offrent un angle d’approche intéressant, car elles engagent des règles et affichent les motivations des acteurs : les règlements judiciaires des litiges confrontent les règles avec ces motivations. En mettant en application les règles, ils peuvent aussi les infléchir. Le procès de Louis XII doit être considéré comme un moment particulier de cristallisation des conceptions et pratiques médiévales ecclésiastiques et laïques sur les liens entre naissance et mariage. D’où la nécessité de mettre d’abord en valeur le point de vue de la noblesse à travers la question du double enjeu dynastique révélé par ce procès. Il faut ensuite envisager les liens que l’Eglise établit entre mariage et filiation, à la fois sous un angle théorique et sur le plan pratique à travers leur application au cas du mariage de Louis XII. Enfin, examiner les réactions que la sentence de nullité a provoquées plus largement permettrait d’étudier la façon dont la population percevait cet enjeu de la naissance.

Le point de vue de la noblesse : le double enjeu dynastique.

Du point de vue de Louis XII et de sa famille d’origine, l’incapacité de Jeanne à donner une descendance est au cœur des arguments avancés pour l’annulation du mariage : pour justifier le lancement de la procédure, le pape rappelle les réclamations de Louis XII, parmi lesquelles Jeanne « [est] impuissante à concevoir une descendance ». Une fois le procès lancé, la formulation utilisée par le procureur du roi est différente : Jeanne est présentée « imparfaite, viciée de corps » et incapable de « recevoir la semence virile ». La terminologie plus technique de l’impuissance côtoie alors l’enjeu dynastique, car le procureur précise que Louis XII a fait appel au Pape parce qu’il songe à la succession de son règne. En outre, le besoin qui est mis en exergue est celui d’une postérité en général, et non d’une postérité masculine en particulier. Ces modulations du discours tiennent en fait compte des nécessités du droit canon.

Le défaut de filiation constitue d’ailleurs une crainte de la noblesse en général. Ainsi, un témoin au procès, Pierre Dupuy, sire de Vatan, évoque les angoisses de Marie de Clèves à propos du mariage de son fils, le futur Louis XII qui n’est encore que duc d’Orléans, et de Jeanne de France, avant que les noces ne soient célébrées. La duchesse craint que la maison d’Orléans ne soit perdue par défaut de naissance. L’objectif est bien celui décrit par Michel Nassiet : obtenir la reproduction démographique de la lignée (puis la reproduction de l’office public quand Louis devient roi, par transmission de la charge royale à son fils).

Le problème de la non-naissance, central dans ce procès, n’est cependant pas le seul élément déclencheur de la séparation : dès le 8 janvier 1499, Louis XII redevenu célibataire s’empresse d’épouser la veuve de Charles VIII, Anne de Bretagne, et rattache ainsi à la France le duché dont elle est héritière.

D’un autre point de vue, le problème de la filiation peut apparaitre comme un contre-enjeu du procès : Louis XII explique avoir été contraint par Louis XI de prendre Jeanne pour épouse. C’est probablement sous la menace que les noces ont été célébrées en 1476. Quand Jeanne vient à peine de naître, le roi ne cherche probablement qu’à resserrer les liens entre la famille d’Orléans et la couronne. En revanche, en 1473, la situation est bien différente : Charles, futur Charles VIII, est né. Pour certains historiens, Louis XI cherche à s’assurer du soutien de Louis II d’Orléans envers son fils en le mariant à l’une de ses filles. Mais certains avancent également que Louis XI, sachant Jeanne incapable d’enfanter, aurait donné celle-ci en mariage à Louis d’Orléans dans le but précis d’empêcher le duc d’avoir une descendance. Ainsi, l’apanage, à défaut d’héritier mâle (et même d’héritier tout court), retournerait à la Couronne de France. Une lettre de Louis XI datée de 1473 semble aller dans le sens de cette hypothèse : « je me suis délibéré », écrit le roi, « de faire le mariage de ma petite fille Jehanne et du petit duc d’Orléans, pour ce qu’il me semble que les enffans qu’ilz auront ensemble ne leur cousteront guere à nourrir ».

L’Eglise, le mariage et la descendance royale : entre la théorie et la pratique

Stéphanie Richard se propose ensuite d’étudier la position de l’Eglise sur les liens entre procréation et mariage, du point de vue théorique puis de son application pratique au cas de 1498.

Le droit canon ne reconnaît pas nécessairement la nullité du mariage d’un couple incapable d’avoir des enfants. L’Eglise fait la distinction entre stérilité (impotentia generandi), le maléfice (maleficium, jeté par un tiers et qui empêche l’union sexuelle entre les conjoints), et l’impuissance perpétuelle et antérieure au mariage (impotentia coeundi, qui regroupe l’absence ou la déformation des organes sexuels et la frigidité). Seuls les deux derniers constituent un motif valide d’annulation du mariage. En effet, depuis saint Augustin, on reconnaît trois biens au mariage : la génération, prioritaire, la fidélité (l’assistance mutuelle dans l’incontinence sexuelle) et le sacrement (l’union à l’image de celle du Christ et de son Eglise). La seule infertilité permet donc de remplir deux des trois biens du mariage et ne permet pas l’annulation de ce dernier. Ce n’est pas le défaut de naissance, mais l’incapacité physique à avoir des relations sexuelles qui constitue le seul argument de nullité. C’est pourquoi les discours du roi et du procureur s’infléchissent dans un sens plus technique devant les juges. Par ailleurs, l’Eglise reconnaît la procréation comme un des buts du mariage, mais pas une procréation sélective en fonction du sexe de l’enfant, ce qui explique la modulation du discours du procureur autour d’une « descendance » en général.

En pratique, le cas s’avère complexe. Louis XII multiplie les arguments, mais l’essentiel des débats se concentre autour du vice de consentement et de l’impuissance de Jeanne (en raison d’une déformation des organes sexuels – arctatio – et d’un maléfice). Le procès se noue autour de la consommation du mariage (car celle-ci invaliderait le vice de consentement). Selon Louis XII, les époux n’ont pu avoir de relations sexuelles malgré plusieurs tentatives forcées. Jeanne affirme le contraire, mais tente d’éviter l’examen médical permettant d’établir ou non sa virginité. En attendant l’examen, on interroge les témoins. Les dépositions de Salomon de Bombelles, médecin du roi, Jean Bourgeois, médecin, et de Michel Gaillard, ancien trésorier de Charles d’Orléans, sont assez précises, au contraire de celles de la plupart des témoins. Michel Gaillard se fonde sur le témoignage de la duchesse d’Orléans Marie de Clèves, mère de Louis XII, pour décrire les possibles infirmités intérieures de la princesse.

Jeanne ayant finalement refusé l’examen médical, Louis XII jure solennellement n’avoir jamais pu consommer le mariage. Il n’est donc pas étonnant que le procès s’achève sur la déclaration de nullité. Il subsiste néanmoins un doute quant à la vérité des faits ; Louis XII s’est-il parjuré ou bien le mariage n’avait-il vraiment jamais été consommé ? Les deux opinions ont constamment eu des partisans. Ce procès montre qu’en dépit de règles bien établies, l’application pratique du droit canonique concernant la séparation d’un couple sans enfant peut être problématique. Les buts poursuivis infléchissent la mise en œuvre des normes ecclésiastiques reliant mariage et naissance.

La prise en compte de l’enjeu de la naissance dans la population

Les réactions suscitées par la déclaration de nullité du premier mariage de Louis XII montrent que l’application des normes ecclésiastiques a également été questionnée dans le peuple, dès 1498. La nécessité de la procréation d’un héritier semble bien comprise dans le royaume de France. Claude de Seyssel et Nicole Gilles, historiographes officiels de Louis XII, se servent de cet argument pour justifier le démariage et le remariage de leur maître. Dans leurs textes, c’est l’idée de l’incapacité de Jeanne à engendrer un héritier plutôt que son impuissance physique à établir des relations sexuelles qui est mise en avant. C’est aussi cet angle de la perpétuation de la lignée qui est rappelé dans des chroniques plus neutres ou plus critiques quant à la sentence du procès de nullité. Les chroniqueurs retiennent donc de cette affaire la stérilité de Jeanne, son incapacité à donner naissance à un héritier, preuve que l’enjeu dynastique était bien reconnu par l’élite susceptible de lire ces textes.

Qu’en fut-il des autres catégories de la population ? Le récit que fait la Chronique de l’Annonciade, œuvre à la gloire de Jeanne de France, est souvent évoqué : d’après ce document du milieu du XVIe siècle, le jour de la sentence à Amboise, le peuple de la ville se met en colère et pointe du doigt les juges en s’écriant « Voila Caïphe ! Voila Anne ! Voila Herodes et Pilate qui ont donné la sentence contre la saincte Dame, qu’elle n’est plus royne de France ». Bien que la véracité de ce texte puisse être mise en doute, le procès semble avoir provoqué quelques remous. D’une part, le prédicateur Olivier Maillard et le principal du collège de Montagu Jean Standouck auraient exprimé leur désapprobation, ce qui aurait d’ailleurs valu à Jean Standouck de devoir s’exiler aux Pays-Bas pendant plusieurs années. D’autre part, il est significatif que Louis XII doive proclamer à plusieurs reprises la validité de son second mariage : le 26 décembre 1498, dans l’acte par lequel il fait Jeanne duchesse de Berry, puis le 10 janvier 1499, dans une lettre à ses « gens de compte » qui n’a pas d’autre objectif que d’affirmer la légitimité de ses actions.

Si le peuple gronde, c’est qu’il pense le mariage entre Louis XII et Jeanne est valide. On ne sait cependant si la population jugeait que le mariage avait été consommé ou que celui-ci était valide parce qu’il a duré vingt-deux ans, même non consommé. Il y aurait dans ce dernier cas un décalage entre les objectifs dynastiques du mariage pour la noblesse et la conception du mariage par le peuple. L’engendrement d’une filiation, question centrale dans le discours du roi, ne serait pas alors un motif de séparation conjugale pour les habitants plus communs du royaume. Cependant, même si le peuple était mécontent parce qu’il estimait que le roi s’était parjuré, cela montre qu’il considère que l’absence de naissance n’est pas suffisante pour justifier que le mariage soit déclaré nul.

Le procès révèle toute la variété des conceptions liant mariage et naissance. Pour la noblesse, sans naissance, il n’y a pas de mariage. Pour l’Eglise, la procréation n’étant pas le seul bien du mariage, la validité de l’alliance n’est normalement pas subordonnée à la conception d’un héritier. De manière générale, la population du royaume de France semble avoir adopté ces conceptions plutôt que celles de la noblesse, même si elle comprend peut-être les nécessités de l’enjeu dynastique. Louis XII obtient ce qu’il veut : il épouse en secondes noces Anne de Bretagne, mais seules deux filles, Claude et Renée, survivent à cette union : la couronne échouera finalement à une branche collatérale. Jeanne de France ne se remarie pas et conserve symboliquement son anneau nuptial. Ayant fondé l’ordre de l’Annonciade dédié (avec une certaine ironie) à la Vierge mère, elle fait elle-même vœu de religion.

Discussion

Emilie Deschellette demande des précisions quant aux documents qui nous rapportent les réactions du peuple face à l’annulation du mariage de Louis XII et Jeanne. Stéphanie Richard rappelle que la Chronique de l’Annonciade est un document ambigu, car il a pour but de glorifier Jeanne de France. Deux actes de Louis XII permettent de comprendre que la population n’acceptait pas entièrement le jugement ecclésiastique. Enfin, René de Maulde la Clavière et Abel Destefanis rapportent que le prédicateur Olivier Maillard et le principal du collège de Montagu Jean Standouck auraient exprimé publiquement leur désapprobation vis-à-vis du jugement de nullité, réaction ayant provoqué l’exil de Jean Standouck pour s’être opposé au roi.

Emilie Deschellette demande si la stérilité de Jeanne est évoquée de façon plus développée. Stéphanie Richard répond que de nombreux témoins ne se prononcent pas sur cette question et évoquent plutôt l’aspect physique extérieur de Jeanne de France, ajoutant parfois que sa difformité est probablement un signe de sa stérilité. Trois témoins donnent néanmoins des détails plus poussés : il s’agirait d’un obstacle osseux à l’intérieur du corps.

Julie Pilorget demande comment s’est passée la nuit de noces. Stéphanie Richard explique que Louis XII a renvoyé sa femme juste après leur mariage. Plus tard, le roi a été forcé par son beau-père de rester plusieurs nuits auprès d’elle, mais Louis XII déclare avoir posté des témoins dans la chambre afin que ceux-ci attestent qu’il n’a pas consommé le mariage.

Céline Ménager évoque le cas de Claude de France, qui était boiteuse : pourtant, sa difformité n’a pas suscité les mêmes problèmes. Marie-Louise Fleyre évoque l’exemple de Suzanne de Bourbon, disgraciée elle aussi. Marie-Louise s’interroge : en ce qui concerne Jeanne de France, pourrait-on aujourd’hui faire appel à un médecin paléo-pathologiste, pour déterminer, à partir des textes dont on dispose (et sans examiner la dépouille) s’il ne s’agissait pas d’une luxation congénitale de la hanche ? Mais a priori, ce ne serait pas un problème pour l’accouplement. Stéphanie Richard répond qu’il serait probablement difficile de faire un diagnostic car, dans les pièces du procès, peu de témoins évoquent vraiment les difformités internes de la princesse et beaucoup se contentent de rappeler qu’elle est bossue ; quant aux témoignages un peu plus précis, ils restent trop concis pour ce genre d’analyse médicale.

Irène Strobbe demande quel est l’apport et l’utilisation qu’on a pu faire de la paléo-pathologie dans ce type de cas. Marie-Louise Fleyre précise que ces études se font soit à partir des corps (comme ceux de Napoléon ou de Louis XI), soit à partir des textes (qui permettront de déterminer la maladie). Irène Strobbe soulève le problème suivant : dans le cas de Jeanne, les textes sont à charge, même les textes à valeur dite médicale. Ne doit-on pas manipuler ces textes-là avec prudence ?

Joanna Pavlevski : « Naissances féériques et fondations de lignées : Antoine, Renaud et Thierry dans l’Histoire de Mélusine de Jean d’Arras et le Roman de Mélusine de Coudrette »

Joanna Pavlevski commence son intervention en rappelant que dans la littérature médiévale, si les enfants sont pour un couple une marque de légitimité religieuse et sociale, les couples sans enfants sont a contrario fréquemment stigmatisés. Les contes et schémas mélusiniens (dont la teneur a été notamment théorisée par Laurence Harf-Lancner) sont fondés sur un pacte entre un être faé, être surnaturel, et un humain. L’humain doit respecter un interdit (qui concerne souvent la révélation de la nature faé de l’être surnaturel), qu’il finit par transgresser ; l’être faé disparait alors. Une différence ontologique empêche a priori à ces unions de porter leurs fruits. Cependant, dans certains contes mélusiniens, le couple parvient à donner naissance à une descendance. Ces contes sont par exemple ceux de Gautier Map dans De nugis curialum (« Henno aux grandes dents », « Edric le sauvage »), de Gervais de Tilbury dans ses Otia imperalia (« la Dame du château d’Esperver ») ; mais, dans ces textes, fées et enfants ne reçoivent pas de noms.

L’histoire de Mélusine, en revanche, est celle d’une descendance, comme le confirment les titres des œuvres : Histoire de Mélusine, Histoire des Lusignan pour Jean d’Arras ; Roman de Mélusine, Roman de Parthenay pour Coudrette. Jacques Le Goff et Emmanuel Leroy Ladurie ont souligné cette dimension dans le titre même de leur article, « Mélusine maternelle et défricheuse ». L’adjonction de dix enfants au couple formé par Mélusine et Raimondin permet aux auteurs, Jean d’Arras et Coudrette, d’enrichir le conte de développements épiques et romanesques, et de valoriser les commanditaires qui se présentent comme de dignes descendants des Lusignan. Joanna Pavlevski souhaite donc étudier le traitement diégétique de cette particularité maternelle de Mélusine et la mise à profit de ce personnage sur le plan politique et lignager, en esquissant les traits de cette fée maternelle hors norme littéraire et en s’intéressant plus particulièrement à trois de ses enfants, liés aux commanditaires : d’une part Antoine, duc de Luxembourg et Renaud, roi de Bohême, qui font le lien entre les Lusignan et l’ascendance du duc de Berry, commanditaire du livre de Jean d’Arras, et d’autre part Thierry, ancêtre des Parthenay qui commandent à Coudrette son roman versifié.

« Mère Lusine », Me(r)lusigne

Mélusine est, au début du roman, maudite par sa mère qui la condamne à se transformer en serpente « du nombril en aval » tous les samedis, pour la punir d’avoir enfermé son père dans la montagne de Brumbloremlion. Cette queue de serpent semble être la marque que Mélusine doit porter pour avoir quitté le monde des fées et pour pouvoir entrer dans le monde des hommes, pour avoir la possibilité d’en épouser un, et même de concevoir des enfants. C’est paradoxalement lorsque sa féérie devient patente que Mélusine acquiert une profonde humanité. Elle peut en effet devenir une « femme naturelle » grâce à l’engendrement et est ainsi rattachée à l’un des traits les plus importants de l’aristocratie médiévale et à la lignée des Lusignan (par un rapprochement d’ordre faussement étymologique). Les traits maternels de la fée sont soulignés par les auteurs : une mère soupçonnée de diablerie serait fort fâcheuse dans la généalogie du duc de Berry ou d’un seigneur de Parthenay alors qu’une fée pieuse, bonne mère pour ses enfants, a beaucoup plus d’intérêt politique. Cette maternité est donc toujours liée à la geste héroïque des Lusignan et de leurs descendants.

Malgré leur humanité soulignée par leurs prénoms, les enfants de la fée ne sont pas exempts d’étrangeté et, pour les huit premiers, portent des marques de naissance (Antoine a une patte de lion sur la joue, Renaut n’a qu’un œil, Geoffroy une dent de sanglier… Ce dernier est le seul à être représenté dans les manuscrits médiévaux). On peut répartir ces marques de naissance en deux grands groupes :
– Celles qui apparentent les enfants à un être de l’autre monde (gigantisme, cyclope) ;
– Celles qui rapprochent les enfants du monde animal.
Tout comme leur mère, les enfants pourraient être soupçonnés de diablerie : c’est précisément l’erreur de jugement que commettra Raimondin, qui pense ses fils incapables de faire le moindre bien. Jean d’Arras et Coudrette s’attachent au contraire à revaloriser les enfants, en estompant le caractère potentiellement diabolique de leurs marques de naissance, à l’exception d’Orrible.

Présine, la mère de Mélusine, avait donné naissance à trois filles : Douglas Kelly remarque ainsi que dans les récits mélusiniens, les enfants ne sont que d’un seul sexe. C’est par la femme que se transmettent le sang et l’être, tandis que c’est par l’homme que se transmet la lignée. Les enfants de Mélusine recueillent donc la nature faé de leur mère, mais ne la transmettent pas.

Les marques que portent les fils de Mélusine apparaissent comme les signes d’une valeur exceptionnelle. Elles ne sont en effet pas dissimulées et ne doivent pas être cachées, contrairement à celle de leur mère. Chaque enfant porte ce signe sur le visage ; la monstruosité est rendue acceptable et positive par sa publicité. En inversant les signes du caché et du montré, les auteurs soulignent à la fois l’humanité et l’exception des fils de Mélusine.

Antoine et Renaut

Commanditaire du roman de Jean d’Arras, le duc de Berry veut se présenter comme l’héritier de la branche éteinte des Lusignan de France pour revendiquer leur héritage. Lui-même descend par sa mère des Luxembourg et des rois de Bohême. Les personnages d’Antoine et de Renaud, qui esquissent un lien direct entre les Lusignan et ces familles, sont donc particulièrement travaillés dans le texte. Leurs marques de naissance sont signifiantes, car elles justifient les prétentions territoriales du duc de Berry et de sa sœur Marie de Bar, pour qui le texte est aussi en partie écrit.

La marque de naissance de Renaud (qui a un œil unique au milieu du front) fonctionne comme un pendant romanesque de la cécité de Jean de Bohème. D’autre part, ce fils de Mélusine peut aussi avoir été inspiré par Renaud, comte de Bar et Mousson au XIIe siècle, qui était borgne. Ce Renaud historique est l’ancêtre direct de l’époux de Marie de Bar, Robert Ier.

Lorsqu’Antoine atteint l’âge de huit ans, la patte de lion qu’il arbore sur le visage se pare de poils et de griffes tranchantes. Or le chiffre huit est lié à la résurrection anticipée que constitue le baptême. Si tous les enfants de Mélusine affichent leur chrétienté, Antoine se marie avec Crestienne. Son mariage semble donc se doubler d’un baptême symbolique, considéré au Moyen-âge comme une seconde naissance. De plus, Antoine est placé sous le signe du lion, le roi des animaux, qui avait détrôné l’ours dans les bestiaires médiévaux en raison de son rapport avec la résurrection, et donc avec le Christ. En effet, le lion passait pour dormir les yeux ouverts, tout comme le Christ au tombeau : la marque de naissance d’Antoine entre en cohérence avec celle de son frère Renaud (avec lequel il part au Luxembourg), puisque ce dernier, qui n’a qu’un œil, voit mieux que tous les autres.

Par le lion, Antoine est lié à la royauté chrétienne mais aussi profane. La patte de lion fonctionne comme une marque destinale : elle annonce le rapport qu’il entretiendra avec le Luxembourg, dont les armoiries sont burelées d’azur et d’argent au lion de gueules. La légende se fait donc à la fois lignagère et héraldique. La marque d’Antoine permet tout un jeu de renvois symboliques chrétiens et païens qui contribuent à valoriser Jean de Berry.

Thierry

Coudrette, de même, cherche à valoriser son commanditaire à travers Thierry. Comme Raimonnet, Thierry n’a pas de marque de naissance. Comment l’expliquer ? Pour Philippe Walter, les huit premiers enfants de Mélusine seraient les produits d’une auto-génération dans laquelle le père n’aurait aucun rôle, tandis que les deux enfants suivants seraient le produit d’une génération naturelle entre Mélusine et Raimondin.

Mais ces marques peuvent être interprétées au contraire comme les signes qui stigmatisent une union demeurant contre-nature entre un humain et une fée. Les deux derniers enfants de Mélusine ne porteraient alors pas de marques parce qu’ils auraient été conçus par la fée après la transgression de l’interdit par Raimondin (qui a espionné sa femme au bain le samedi et qui connait son secret). Ils pourraient être le fruit d’une auto-génération, comme semble d’ailleurs l’attester leur élection : ces deux derniers enfants sont les seuls à pouvoir voir la fée sous une forme humaine après sa transformation en serpente. Dans ce cas, l’auto-génération apparait comme un phénomène non plus profane mais sacré, à rapprocher de la conception virginale du Christ. En concevant ses deux derniers fils seule, virginalement, parce que délivrée de sa promesse après la trahison de Raimondin, Mélusine délivrerait ceux-ci du sort malheureux imposé à ses héritiers par la malédiction de Présine. Ainsi, Thierry est l’ancêtre de la lignée de Parthenay, qui perdure encore à l’époque de nos auteurs, contrairement aux autres branches principales de la famille des Lusignan qui se sont éteintes entre le milieu du XIIIe siècle et le début du XVe.

Thierry n’a pas réalisé comme ses ainés d’exploits chevaleresques. Coudrette le valorise donc autrement, en insistant sur le lien qui l’unit à Mélusine, par le motif du lait maternel. Par le lait de Mélusine, issue d’une lignée royale et de nature féérique, Thierry peut croître en bien. Il faut mettre ce motif en parallèle avec l’idéologie prégnante aux XIVe et XVe siècles, selon laquelle les dames de la noblesse devraient allaiter elles-mêmes leurs enfants, l’essence de l’être et la valeur de la lignée se transmettant par le lait maternel.

Si les miniatures du manuscrit BN fr. 24383 présentent toujours Mélusine sous son aspect hybride, celles du manuscrit BN fr. 12575 dépeignent la fée sous les traits d’un dragon à la queue burlée d’azur et d’argent lors de son départ, et sous ceux d’une sirène blanche lorsqu’elle revient allaiter Thierry. Dans la tradition populaire, la sirène est reconnue pour ses vertus nourricières. Par sa couleur blanche, Mélusine apparaît comme une créature de l’autre monde mais aussi comme une créature de Dieu. Elle s’inscrit dans la lignée de femmes surnaturelles qui ont élevé des héros : la dame du lac, fée des eaux qui a recueilli Lancelot, la sirène qui s’occupe de Tristan de Nanteuil. Elle apparaît comme une bonne mère à la fois chrétienne et surnaturelle. Notons que le poisson est un animal christique et que l’iconographie se conforme peut-être au type des madones allaitant. Mélusine prend par sa blancheur et son enfant un aspect presque marial qui ne peut que valoriser Thierry, ancêtre de la lignée des Parthenay, dont l’idéal chevaleresque se traduit par des valeurs essentiellement chrétiennes.

La queue de Mélusine renvoie à une intégration possible au monde des humains. Les marques de naissance détournent les codes des unions contre-nature et valorisent les commanditaires. L’histoire de Mélusine ne peut donc être considérée comme le récit topique des amours d’une fée et d’un humain en ce que les auteurs renouvellent les schèmes narratifs des contes dits « mélusiniens » et la thématique de l’hybridation.

Discussion

Irène Strobbe demande s’il y a dans les textes des précisions sur l’accouchement des fils difformes ou parfaits. – Joanna Pavlevski : Non. En revanche, pour la mère de Mélusine, qui était mariée à un humain, la légende précise que personne ne devait la voir en couche ; or Hélinas, son époux, ravi d’apprendre qu’il avait trois filles, est entré dans la chambre. Sa femme se transforme, s’envole et emporte ses enfants en Avalon. Il y a bien une forme de tabou autour de l’accouchement.

Julie Pilorget revient sur la représentation moderne que Joanna a montrée, qui joue de l’horreur et donne à Mélusine un visage terrifiant. Qu’en est-il au Moyen Âge ? Mélusine relève-t-elle de la bonne ou de la mauvaise fée ? – Joanna Pavlevski : au Moyen Âge, Mélusine est plutôt une bonne fée. Les manuscrits font un effort pour la représenter sous de jolis traits. Par la suite, on a accentué la dimension diabolique de son personnage (surtout quand l’histoire passe dans la bibliothèque bleue). Au XIXe siècle, deux représentations prévalent : l’une pathétique, à rapprocher plutôt d’Ondine, l’autre à rapprocher plutôt d’une fée sournoise, malfaisante. Le personnage est en lui-même ambivalent, ambigu. Lorsque Mélusine s’enfuit, son cri fait s’abattre une tour. De plus, son corps de serpent évoque le serpent de la Genèse.

Sarah Delale : peut-on rapprocher Mélusine de sa mère ? Les naissances à la suite peuvent-elles être comparées aux portées animales ? – Joanna Pavlevski : Pour Présine pourquoi pas, quoique la naissance des trois fées soit un motif folklorique. Mais pour Mélusine, on a un délai de conception normal, les enfants naissent progressivement. Les autres récits, très courts, ne disent rien sur la naissance des enfants.

Jonathan Morton : « Les naissances contre-nature et le but de l’acte sexuel dans le Roman de la rose »

Jonathan Morton présente sa communication comme un tour guidé des naissances dans Le roman de la Rose. Le premier but serait de montrer comment fonctionne ce roman, qui exploite de nombreux exemples pris dans toute la gamme de la culture médiévale. Le second consiste à explorer le rapport entre ce qui relève de la nature et du contre-nature, entre ce qui est naturel et artificiel (et donc le lien entre nature et art).

Le roman de la rose raconte l’histoire d’un amour qui s’achève sur l’acte sexuel, relaté sur le mode métaphorique. Néanmoins, la conclusion présente une scène de sexe très violente (qui relève du rêve d’un jeune homme). Guillaume de Lorris écrit vers 1320-1325 la première partie. Jean de Meun rédige la continuation du texte, dont il change le sens. Le but de l’acte sexuel est en premierlieu non le plaisir, mais la continuation de l’espèce.

Dans le roman interviennent des personnages allégoriques qui viennent prêcher, sermonner l’amant. Raison profère un discours philosophique sur les buts de l’acte sexuel afin de consoler l’amant qui n’a pu cueillir la rose : si Nature a mis le plaisir dans l’acte sexuel, c’est pour inciter la génération, à la reproduction. Le plaisir qui mène au péché s’oppose à l’acte sexuel qui constitue un travail. On retrouve ici une peur que Jean de Meun a héritée d’Alain de Lille et de son De Planctu Naturæ (mais que le premier traite de façon quelque peu satirique) : la crainte d’une poursuite solitaire du plaisir, laquelle présente le risque de tomber dans un plaisir égoïste, voire dans la sodomie.

Ainsi Genius, qui figure la force de la génération (et qui constitue un autre pendant de Nature), précise-t-il que tous ceux qui ont les moyens de perpétuer l’espèce humaine doivent le faire ; sinon, il les excommunie. Par allégorie, l’homme est pourvu d’une plume avec laquelle il doit écrire sur les tables que Nature lui prête. Il doit marteler l’enclume afin de forger des pièces, de façonner la race humaine. La métaphore de l’acte sexuel prend donc naissance dans l’effort, comme l’écriture (au Moyen Âge, c’est d’autant plus vrai que le copiste lutte contre le parchemin). Elle relève aussi du travail manuel, ce qui n’est pas un choix innocent.

Le roman de la rose contient aussi des naissances mythiques. Raison nous raconte la naissance de Vénus. Jupiter, qui a castré son père, a jeté les organes de celui-ci dans la mer. Vénus naît donc d’un désir sexuel pervers. Sa naissance constitue la fin de l’âge d’or (chez Ovide et Virgile, l’émasculation provoque le commencement de l’âge de la tyrannie, qui est également l’âge de la culture et de l’art).  Une autre naissance mythique, tirée d’Ovide, est rapportée dans la bouche de Nature. Après le déluge, seuls restent Deucalion et Pyrrha. Il leur faut jeter les os de leur mère par-dessus leur épaule (la terre représente ainsi la mère, sur laquelle on jette des pierres). Des os lancés par Deucalion naissent les hommes, de ceux lancés par Pyrrha naissent les femmes. Le mythe réunit ainsi le début de l’espèce humaine et la reproduction sans le recourt au sexe. Il faudrait ajouter à ces naissances le mythe de Cadmus semant des dents de dragon dont naissent des soldats, récit qui constitue également un mythe fondateur.

L’œuvre ne contient en fait qu’une seule naissance relevant d’un acte sexuel. Avant l’intervention de Nature, le narrateur raconte comment celle-ci œuvre pour perpétuer l’espèce humaine. Nature est représentée devant sa forge, martelant pour créer les hommes. La même métaphore figure dans le discours de Genius, où les deux marteaux donnés à tout homme correspondent aux deux « coeuilles ». Si l’on ne forge pas sur la bonne enclume, on glisse vers la sodomie (la métaphore des champs arides se rapportant au sexe anal). Selon une autre image, Nature donne forme aux pièces. Cette image semble paradoxale car, théoriquement, dans la conception médiévale de la génération, c’est la femme qui apporte la matière, tandis que l’homme apporte la forme ; ici Nature, figure féminine, reproduit l’acte sexuel. Il y a donc confusion des métaphores masculines et féminines.

Jonathan Morton se propose ensuite de s’intéresser plus précisément aux liens entre art et nature. Art copie Nature (Ars simila naturæ). Il en est comme le singe, mais est beaucoup moins doué qu’elle : tout ceci se noue autour du personnage de Pygmalion.

La naissance la plus contre-nature est la conception de Jésus. Nature le déclare elle-même : « Dieu sans moi prist char humaine » (l’incarnation est présentée, d’après Virgile, comme annoncée par les juifs et les païens). Cette naissance est beaucoup plus spirituelle, elle mène à la vie éternelle et non à la survie de l’espèce. D’autre part, Amour prophétise la naissance de l’auteur : Guillaume mort, le texte reste inachevé. C’est Jean de Meun qui va perpétuer l’œuvre et lui donner éternité. Toutes ces naissances semblent donc contre-nature.

La métaphore de la plume et du marteau ressurgit avec Pygmalion. C’est par le marteau que Pygmalion crée une figure, une forme : le f. 149r du manuscrit de la Bodleian Library, Douce 195 (dont une version numérisée est disponible sur www.romandelarose.org), représente le marteau pénétrant la statue comme un sexe. Pygmalion, tombé fou amoureux de sa statue, incarne donc un amour artificiel, contre-nature, impossible. Il prie Vénus, qui donne la vie à la statue. On assiste là encore à une naissance sans acte sexuel. Un paradoxe réside pourtant dans le lien établi entre art et nature. Pygmalion, artiste par essence, produit de nouvelles espèces par la combinaison de l’art et de Vénus incarnant le désir. La statue, produit de l’art, devient femme. Elle est en quelque sorte la fille de Pygmalion et pourtant, une fois qu’elle a pris vie, ces deux personnages engendrent eux-mêmes des enfants. Or leur fils Cynaras aura une fille, Myrrha, qui mettra tout en œuvre pour coucher avec son père. De génération en génération, de nouvelles naissances contre-nature semblent se perpétuer pour aboutir à Adonis. La circularité de l’art est donc infertile : le résultat n’est qu’artefacts, sculptures, livres, tous stériles.

Discussion

Emilie Deschellette revient sur la distinction entre art et artifice : comment Jean de Meun parvient-il à résoudre l’apparent paradoxe entre condamnation de l’artifice et production artistique ? Comment l’écrivain concilie-t-il la mise en question de l’art comme artifice et l’écriture, malgré tout ? – Jonathan Morton : En réalité, c’est un jeu, mais néanmoins un jeu sérieux, productif. C’est un peu un défi. Jean Gerson et Christine de Pizan, en revanche, sont contre.

Irène Strobbe évoque la misogynie de Jean de Meun : « Toutes estes, serés ou fustes / De fait ou de volonté putes ». Jonathan Morton : Dans le Roman de la rose on a presque la fantaisie d’avoir un monde sans femme.

Sarah Delale demande si l’on peut lire le texte avec ses éléments contradictoires sur différents plans. Le texte se clarifie-t-il si on le découpe en fonction de différents niveaux de sens (moral, littéraire, senefiant ?) Jonathan Morton répond qu’il est impossible de le déterminer précisément : Jean de Meun annonce que tout sera clair et qu’il glosera à la fin de l’œuvre, mais en réalité, ce ne sera jamais le cas. Il faut mettre ceci en lien avec l’integumentum des philosophes. Découvrir le vrai sens du texte est un défi lancé au lecteur.

La séance se clôt à 20 heures.

Sarah Delale

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search