Compte-rendu du séminaire de Questes du vendredi 17 mai 2019_ « Héros et vilains » (II)

Liste des participants :

-Organisateurs : Adriane Boussac (EPHE) boussac.adriane@yahoo.fr ;  Nicolas Garnier (Sorbonne – Université, ED1) niegarnier@gmail.com ; Tom Sadler (Sorbonne – Université, ED1) tomsadler@hotmail.fr

-Intervenants : Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1) marie.piccoli.wtz@gmail.com ; Nicolas Py (Master 2, Université de Reims) ; Andea Maccio (Università degli Studi di Cagliari).

-Audience : Yoan Boudes (Sorbonne – Université, ED1) ; Tobias Boestad (Sorbonne – Université, ED1) ; Marie-Christine Payne (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle, ED 120, CERAM) ; Claire Donnat-Aracil (Paris III Sorbonne-Nouvelle, CERAM) ; Valentine Eugène ; Natsuki Muto (Sorbonne – Université, ED1) ; Karl Valk (Sorbonne – Université, ED1); Axelle Janiak (Paris I -Panthéon –Sorbonne, ED441) ; Sidonie Loisel (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle) ; Jean-Christophe Lucas (Ville de Paris) ; Carlotta Sonne.

Marie Piccoli-Wentzo (Université Panthéon-Sorbonne): «  Héros ou vilains ? Le problème des images potentielles dans la peinture érémitique (XV– XVIe siècles)»

À partir du tableau de Mantegna, Le Martyre de Saint Sébastien,  le spectateur discerne un nuage qui semble faire apparaître un cavalier à cheval.
Certains artistes du Nord, notamment Jan Wellens de Cock, dans sa Tentation de Saint-Antoine  font aussi apparaître des images doubles qui sont des vilains.

Dans le Martyre de Saint Sébastien de Mantegna : le cavalier est-il un héros ou un vilain ?  Des critiques ont tenté d’analyser cette image et ont émis l’hypothèse selon laquelle ce serait un cavalier de l’Apocalypse notamment parce qu’ il est situé à gauche de l’image. La signification de l’image serait que le Christianisme triomphe sur le Paganisme, une interprétation que Marie Piccoli remet en question.
Pour le XVe siècle, on peut reprendre Marcel Duchamp : C’est le regardeur qui fait le champ ;  de même, c’est le regardeur qui fait l’image double.

-Cima de Conegliano, Saint Jérôme dans le désert et Giovanni Bellini, Saint Jérôme dans le désert : nous avons ici un exemple de deux images à la fois cachée et inchoative.
Cima de Conegliano  a caché un visage tandis que Bellini met bien en évidence un profil. 

Des images dans l’image peuvent constituer un lieu : c’est le cas de Saint Jérôme lisant d’Alvise Vivarini,  ainsi que Saint Jérôme dans le désert de Bartolomeo Mantegna.
Il y a une ambiguïté de ces images qui montrent l’ambivalence de la perception et révèlent donc un problème dans l’interprétation de ces images. Par exemple, comment ces images dans l’image soulèvent dans la même composition des oppositions. De quelle manière ces images participent –elles de la façon dont  on peut montrer un héros ou un vilain ?

I-Emotions provoquées chez le regardeur.
II-valeur esthétique de ces formes et comment interpréter ces formes au sein de érémitisme.

I-Emotions provoquées chez le regardeur.
-Bernardino Parentino, Épisodes de la vie de Saint-Antoine. Trois images sont présentées :
                -Une image en noir et blanc soumise à une perspective très précise.
                 Un paysage verdoyant. Une perspective non plus géométrique mais de couleur.
                -Un combat entre des démons et le père de l’Eglise.

Les trois panneaux ont été conçus comme faits en milieu érudit et c’est sans doute pourquoi le dernier tableau se prête bien à une réflexion sur les images mentales. Plusieurs images appartiennent au monde anthropomorphique mais aussi théâtral. Les démons présentent tous une bouche ouverte et une palette des sourires et rires de manière à nous présenter plusieurs sons qui se dégagent de l’image. Plusieurs images sont cachées : par exemple l’image d’un félin à la gueule béante et qui reproduit un personnage (ainsi, l’image démoniaque crée un paysage sonore et démoniaque). Il y a une liaison qui se tisse entre la profusion sonore et la surabondance de formes.  Or, le rire est condamné. Pourtant le rire des démons est redoublé par un ressort comique : les diablotins paraissent ridicules du fait de l’impuissance de leur attaque. Le saint conserve un visage serein et ne semble pas vraiment atteint par ces démons. Saint-Athanase écrivait déjà à propos de Saint-Antoine que les démons se grincent les dents pour s’être moqués d’eux-même plutôt que de lui.

Plusieurs détails sont repérables sur cette image :

Un démon en bas à gauche de l’image : son corps squelettique se décompose. Cependant, ce démon prend la même pose qu’une statue de Vénus accroupie et qui est très connue des artistes.
Idem, deux démons au premier plan : un démon vert a un sexe féminin alors que son visage est bien masculin tandis que le démon noir à gauche a un sexe masculin mais très petit.
À droite de l’image : un globe oculaire dissimulé signale au spectateur qu’il est lui-même observé.
Les images potentielles ont alors deux rôles : elles soulignent les thèmes de la peinture et elles renvoient le spectateur à sa propre image.

-Giovanni Bellini , Saint Jérôme dans le désert : on retrouve ici des images potentielles, une réflexion sur la beauté de l’œuvre d’art. Saint-Jérôme est assis dans le coin inférieur gauche et sa pose symbolise trois éléments : il tient dans sa main droite un livre qui se trouve face au spectateur (qui est ainsi invité à lire soit le paysage soit le livre). De même, la place du pénitent invite le spectateur à lire le paysage.  Le dos du pénitent semble courbé par la roche qui pèse sur lui. Il y a une similitude plastique qui s’établit ente le pénitent et les lieux : si on observe les veines du pénitent et la roche, on retrouve des motifs similaires.

– Marco Zoppo, Saint Jérôme : il ouvre son vêtement tout comme la roche derrière lui s’ouvre. L’artiste invite le spectateur à lire le paysage mais en plus, le désert rocheux symbolise l’intériorité du saint et donc du spectateur.  Dans cette même image, on a au moins quatre visages minéraux dissimulés dans la roche.

-L’intérêt des images accidentelles est toujours lié à l’héritage des Antiques  (cf Les Enéades de Plotin : le texte, traduit par Ficin, éclaire le contenu de l’image : I, 9 «… fais comme l’artiste qui retranche, enlève, polit, épure, jusqu’à ce qu’il ait orné sa statue de tous les traits de la beauté »).  La recherche de la Beauté intérieure passe par la métaphore du travail de l’artiste. Conclusion : Les images potentielles participent au sens de l’image. Le spectateur se doit alors d’être actif. Les images potentielles  dessinent une passerelle menant du héros au vilain et inversement.

Nicolas Py (Université de Reims -Champagne-Ardennes): «  Du héros au vilain, l’ambivalent sénéchal Keu ».

Les ennemis semblent davantage extérieurs à la cour tandis que la cour d’Arthur est peuplée de bons chevaliers. Mais c’est une vision idéalisée car on peut rappeler la présence de trois personnages particuliers:

  • Lancelot, qui  du fait de son amour pour la reine, reste la cause principale de la chute du royaume.
  • Mordret qui est la figure emblématique du traître.
  • Aucun des deux n’a l’ambivalence du troisième : Keu, frère de lait d’Arthur.

Ce personnage, en particulier chez Chrétien de Troyes, entretient la dialectique entre héros et anti-héros.

Parcours diachronique du sénéchal

Keu apparaît dès les premiers textes de la tradition d’Arthur : une des Triades , Kulwuch et Olwein, Pagur,…
Il possède alors plusieurs pouvoirs dont celui de s’agrandir. Dans Kulwuch et Olwein, on retrouve ce motif.  Dans ce texte, il est un cousin d’Arthur et joue un rôle capital.
Chez Geoffroy de Monmouth et Wace, Keu  joue un rôle important lors de la bataille d’Arthur contre les Romains.
Chez Chrétien de Troyes,  on a un personnage aux traits comiques qui perd de ses valeurs chevaleresques. De plus, il est le personnage sarcastique par excellence de la cour, ambigu voire détestable mais au XIIIe et XIVe siècle, il ne sera que cela.
Dans le Merlin de Boron , l’auteur insiste sur la nature de Keu : fils de la nourrice d’Arthur, il reçoit son lait d’une  paysanne et non de sa mère, ce qui expliquerait son comportement.
Escanor, de Girart d’Amiens prend à revers les éléments arthuriens : Keu devient timide et courtois tandis que Gauvain va prendre sa place.
Dans Yder, Keu devient le maître d’œuvre des tâches ingrates.
Dans le Perlesvaus ,  Keu est le meurtrier du fils d’Arthur. Il est découvert et doit donc quitter la cour.
Mais à côté de cela, il reste une petite tradition héroïque notamment dans le cycle Lancelot-Graal.
Chez Thomas Malory, Keu survit et garde un trait comique. Cela se retrouve dans des adaptations modernes, notamment  Kaamelot, c’est bien Caius le dernier centurion romain qui représente Keu.
Le sénéchal a pour prérogative d’accueillir les hôtes, il a donc un rôle symbolique, il est aussi celui qui reconnaît le héros.

Un personnage stimulant

Keu représente un contre-modèle courtois.  Il y a une ironie des péchés de la langue : par sa mauvaise langue, Keu met à nu ce qui justement pose problème.

Andrea Maccio, « Symétries édifiantes. La dialectique entre Vices et Vertus chez Pierre de l’Hôpital »

Voie d’Enfer et de Paradis (1315 – 1336) : Il existe  quatre témoins de ce texte qui présente au lecteur deux images parallèles : celle du Bien et celle du Mal. Il s’agit de finir par un pèlerinage  des vices et une montée vers les vertus.  Ce texte est influencé par la Psychomachie.  On peut y noter une métamorphose du clerc protagoniste du texte.

Une métamorphose du pécheur est présentée dans le texte, lorsque le pèlerin tente de s’échapper. Dame Contrition ne soucie guère des cris.  Le manteau de larmes n’est pas porté par le personnage. C’est une protection offerte par Dame Contrition. 

Les différents péchés présents dans le texte sont présentés.
Acédie-Paresse. Sont présentés en symétrie.
La présentation entre vices et vertus :

  • Coïncide avec la forme allégorique de la composition
  • Réside dans le discours sotériologique et précède donc le premier point.

L’enfer : le pèlerinage des Vices commence au fond d’un gouffre et se termine par ascension de la montagne.  Au sommet de la montagne se trouve le jardin de Paradis Terrestre.  
Description du château d’Orgueil :
L’Aigle et la symbolique médiévale : l’aigle représente la capacité à s’élever dans le ciel et à regarder directement le soleil ; mais cela devient aussi une forme d’orgueil. Ainsi, tout comme l’aigle peut regarder le soleil, Orgueil dirige ses objectifs vers la source de la lumière et s’habille du métal le plus précieux, l’or  dans une sorte de mimésis du soleil blasphématoire.

Inversement, le texte nous présente la demeure d’Humilité : contrairement au château d’Orgueil qui est toujours soumis au vent, la demeure d’Humilité est préservée du vent.  La tour de Charité se trouve assez près : la tour redonne à Dieu son pouvoir, sa primauté et se présente comme l’exacte antithèse de la tour dorée de la tour d’Orgueil.  Cf Riffaterre : on passe ainsi de la mimésis à la semiosis.
On nous présente ainsi un discours édifiant, sotériologique.


Questions :

Pour Marie :
Adriane : les images potentielles ont-elles  été traitées plus tard ?
Des feuilles d’études de dessein de Dührer, Vinci où on voit que l’artiste s’amuse à faire des profils cachés par exemple.
Yoan s’interroge sur le sexe féminin du démon.
Marie souligne qu’une expression italienne : « ritornare il diavolo in inferno » donne ninferno qui renvoie au sexe féminin.
Andrea demande si Holbein dans les Ambassadeurs s’inspire de cette image cachée ?
Non, il n’y a qu’une seule image et non deux images surimposées. Cela se distingue de l’anamorphose.

Pour Nicolas :
Nicolas demande si un rapprochement avec Dinadan peut être fait ? Sénéchal comme topos littéraire : est-ce un topos seulement littéraire ou y a-t-il des traces historiques de mauvais sénéchaux ?
Les auteurs attaquent les sénéchaux car refusent de les payer. Donc un rôle lié au mécénat.
Sénéchal signifie d’abord « le plus ancien des serviteurs ».  La très haute noblesse voit ces sénéchaux d’un très mauvais œil, notamment parce qu’ils viennent de familles très modestes.  Dans un contexte proche de celui de Chrétien de Troyes, une révolte des sénéchaux aura lieu.
Malgré ses médisances, Keu n’est pas repris, corrigé, sauf par le roi Arthur dans le Conte du Graal.

Pour Andrea :
Tobias pose une question concernant le  Mont Orgueil et le Mont Ventoux et se demande pourquoi il est fait mention de ce vent.  
Andrea précise que le vent est une image, une métaphore du péché de l’Orgueil.

Yoan : pourquoi la tour de Charité est rouge ?
Andrea précise que c’est une référence aux Evangiles : Saint-Matthieu affirme que la Charité est comme le feu.  Charité est vêtue de rouge dans l’iconographie médiévale.



Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search