Compte-rendu du séminaire du vendredi 15 février 2019_ «Bibliothèques, lecteurs, lectures du Moyen Âge» (III)

Liste des présents :

Tobias Boestad (Sorbonne – Université, ED1) ; Tom Sadler (Sorbonne – Université, ED1) ; Maïté Sauvêtre (Sorbonne – Université, ED1) ; Simon Hasdenteufel ( Sorbonne – Université) ; Ludmilla Nelidoff (Sorbonne – Université) ; Marie-Christine Payne (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle, ED 120, CERAM) ; Yoan Boudes (Sorbonne – Université, ED1) ; Silverio Franzoni (EPHE-ENS) ; Sidonie Loisel (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle) ; Valentine Eugène ; Karl Valk (Sorbonne – Université, ED1) ; Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1) ; Anne Kucab (Sorbonne – Université, ED1) ;

Elisa Lonati (EPHE) ; Lisa Sancho (LECLA, Université Bourgogne, Franche-Comté) ; Nicolas (Sorbonne – Université, ED1) ; Marie-Antoinette Alamenciak (Sorbonne – Université, ED1) ; Axelle Janiak ( ED 441, Paris 1) ; Luce Carteron (Université Paris 3- Sorbonne-Nouvelle) ; Luca Crisma (ED472, Ecole Pratique des Hautes Etudes) ; Antoine Brix (IRHT) ; Eric Vedrenne (Lyon 2) ; Karl Valk (Sorbonne – Université, ED1) ; Robert Friedrich (Institut historique allemand Paris) ; Mathis Prévost (Sorbonne – Université) ; Natsuki Muto (Sorbonne – Université, ED1) ; Valeria Russo (Sorbonne – Université, ED1) ; Sung– Wook Moon (Sorbonne – Université, ED1) ; Marco Robecchi (Université de Zürich) ;  Jérémy Gilabert (Sorbonne – Université, ED1) ; Elodie Pinel (Université de Nanterre et Sorbonne – Université) ; maxime Fulconis (Sorbonne – Université, ED1) ; Zoé Plaza- Leroux (Sorbonne – Université) ; Frédérique Lachard (Sorbonne – Université).

Première intervention:
Bastien Dubuisson (KU Leuven ):
« Bibliothéconomie et pratiques de l’écrit à Saint-Maximin de Trèves (XIIIe – XVIe siècles) – Nouveaux regards sur la base du « grand légendier » et d’autres manuscrits hagiographiques»

PLAN:

1- Le patrimoine hagiographique ancien
2-La campagne du second quart du XIIIe s.
3-L’évolution ultérieure du légendier.

1- Le patrimoine hagiographique ancien

Le grand légendier  est un légendier universel : 9 volumes dont un manquant. A l’origine, il comportait 14 textes  et mentionnait l’année liturgique du calendrier en cours. Daté de la moitié du XIIIe s., environ 1235 si l’on prend en compte Elisabeth de Hongrie.
S’agit-il d’une production maximinienne ? Une production qui aurait eu lieu à l’abbaye de Saint-Matthias ?  Très peu d’études ont été consacrées aux livres de l’abbaye de Saint-Maximin. Donc, la question est de savoir si ce légendier est une production de Saint Maximin de Trèves.
Selon G. Philippart, 1977, il y a eu une diffusion avec un effet « boule de neige » (tronc augmenté de textes) donc, si ce légendier a été composé à St Maximin de Trèves, on aurait dû trouver d’autres textes composés là. Il se trouve qu’on a un catalogue daté du XIIe s > 1115/ 1130 (catalogue dans lequel on trouve quelques livrets consacrés à un ou plusieurs saints, des vies des pères, des traités hagiographiques.  8 manuscrits subsistent avec 3 textes (vies de Saint Guibert, Saint Maclou, Saint Cunon/ Conrad).  Ces 3 textes sont 3 indices pour la localisation à St Maximin de Trèves. On a aussi 5 cahiers qui seraient un légendier antérieur au gd légendier.  Pour St Maximin, on n’a pas de trace d’autres légendiers  antérieurs  à la deuxième moitié du XIIes.

2-La campagne du second quart du XIIIe s.

On a d’autres productions du XIIIes :  un scriptorium actif ?
                Prior Fridericus (1230-1240)
                Väth, P., 2001
                Avril , F. , Rabel
                Falmagne, T et Deitz, L , 2009 > des fragments d’antiphonaires qui ont pu arriver après destruction de l’abbaye.
                Pierre Lombard

Au total , environ 15 -16 manuscrits  montraient Frédéric comme un exécutant ou superviseur de ce travail. Ces manuscrits contiennent des hagiographies, des Liturgies, des exégèses bibliques, des  eschatologies.
On a aussi des nouveautés pour cette  « renaissance du XIIe s » : Zacharie de Besançon, Pierre Lombard, Anselme de Cantorbéry et Hugues de Saint Victor.
A côté des auteurs pré-scolastiques, il  y a aussi des auteurs  appartenant au milieu cistercien : Vie de Bernard de Clairvaux, une Collectio Miraculorum Signicensis, un Purgatoire de Saint Patrick, une vie de Saint Malachie d’Armagh (rédigée par Bernard de Clairvaux en 1148).  Ce qui nous amène à nous poser la question des relations de St Maximin avec des abbayes et monastères cisterciens des environs.
Puis, il y a une série d’auteurs régionaux :  Sigebert de Gembloux, Hildegarde de Bingen, Martin-Guibert de Gembloux (correspondance).
Cette campagne, nous renseigne sur la politique d’acquisition de l’abbaye qui a pu avoir des manuscrits récents mais on peut aussi déplorer la tradition incarnée par des auteurs pré-scolastiques et qu’on retrouvait au sein des monastères traditionnels.
Par ailleurs, on peut noter la présence de quelques manuscrits hagiographiques complémentaires.

3-L’évolution ultérieure du légendier.

L’analyse matérielle du recueil a révélé une forme d’inachèvement car :
                   -plusieurs initiales et titres sont manquants (notamment dans des textes dédiés à des saints  importants),
                  – l’organisation du texte n’était pas parfaite et ne suivait pas forcément le déroulement de l’année liturgique.   Donc on peut supposer que ce légendier était difficile d’utilisation au quotidien.
La deuxième moitié du  XIIIe s est une phase de chute et de conflits et marque le début d’un relâchement de la vie monastique.
Un catalogue de 1393 fait figurer le grand légendier. Mais on suppose qu’il s’agirait d’un inventaire. 
Le grand légendier figure en tête de liste, il a donc une grande importance. Mais conservé en bibliothèque,  il aurait eu peu d’importance pour la liturgie. Peut-être avons-nous eu des légendiers abrégés.
En 1433-1434 : l’abbaye  est détruite après une querelle.  Il y a toutefois une ouverture de la communauté.
Le XVe s présente une série de nouveaux manuscrits dont une vie des pères en 1461. En 1496, des moines de Saint Maximin sont envoyés à Echternach.

CONCLUSION : L’étude du grand légendier permet d’analyser une facette de l’histoire de l’abbaye de St Maximin de Trèves. Ce recueil s’attache à une campagne de production de manuscrits.  Il montre aussi  les adaptations ultérieures qui ont pu être faites.

Questions :

Plusieurs questions sont posées à l’issue de la communication.

Un membre de l’auditoire demande si les numéros de côte ont un sens ou s’ils sont seulement là pour organiser le travail (la mention de la lettre « N » pour hagiographie par exemple renvoie-t-elle à quelque chose de précis ?)
Bastien>St Maximin de Trèves n’est pas la seule abbaye à utiliser ce système de classement.  Par exemple l’abbaye de Saint Matthias l’utilise mais les abbayes de Saint Matthias et Echternach utilisaient la lettre « I » pour classer les textes hagiographiques.

Un autre membre de l’auditoire demande quelles étaient les fonctions possibles du grand légendier :  une fonction de connaissance  ou de prestige ?
Bastien> A priori oui, le grand légendier aurait eu une fonction de prestige ce qui pourrait expliquer le fait qu’on y trouvait des textes inutiles ou difficiles à utiliser  à des fins de liturgie.
Il rassemble une grande quantité de textes au-delà de 400 alors. Mais on ne peut que supposer cette fonction de « rassemblement » sur les saints et l’Eglise.
Le classement des textes aurait pu être un classement par matières.

Deuxième intervention:
Elisabeth Terlinden (Université de Namur) :
« Gérer une bibliothèque bénédictine au Moyen Âge : le cas de Saint-Jacques à Liège au XVe siècle, par le prisme du Liber Ordinarius »

Le point de départ de la présentation est le Liber ordinarius, coutumier de l’abbaye Saint-Jacques de Liège. Le nord de la France et les Pays-Bas sont alors dans un contexte de crise des abbayes au XVe siècle. L’un des moyens privilégiés pour réformer, c’est le recours aux livres, dont le coutumier de Saint-Jacques. Ce document date du XIIIe siècle et on le remet à l’honneur en temps de crise pour moraliser l’abbaye.

Son premier intérêt pour l’analyse, c’est son contenu normatif : il donne une description des devoirs de chacun et notamment du bibliothécaire, qui semble être aussi le chantre. Il doit garder les clés de la bibliothèque, conserver les livres, mettre à jour le catalogue, corriger les ouvrages qui doivent l’être, réparer les reliures des livres endommagés, dénoncer les utilisateurs peu soigneux, gérer les prêts en demandant une caution. Ces prescriptions semblent avoir été appliquées car un bibliothécaire du début XVe siècle, Philippe d’Othée, a laissé plusieurs notes marginales sur ses tâches qui laissent entendre qu’il a fait son travail avec sérieux.
Tout d’abord, il subvient aux besoins culturels de la communauté. Responsable des achats des livres en son nom propre (« ego Philippus de Othey »), il recense ensuite toutes les entrées d’ouvrages. Il a même pu susciter des donations par les liens qu’il avait avec d’autres moines de la région de Liège. Il laisse des commentaires sur l’utilité de certains textes et écrit ne pas répertorier ceux qui ne lui semblent pas utiles aux moines.
Ensuite, il aide les lecteurs à trouver et manipuler les ouvrages. Il dote ainsi les volumes d’une table des matières très complète. Il évalue aussi la qualité des ouvrages copiés et repère quand il y a par exemple des passages ou des feuillets manquants, ou bien au mauvais endroit.
Enfin, il veille au rangement et à la réparation des volumes, en faisant notamment réparer tous les ouvrages en sa possession. À nouveau il écrit à la première personne (« ego ») pour dire qu’il prend la responsabilité de la reliure.

Le second intérêt du Liber ordinarius de l’abbaye Sainte-Jacques de Liège, c’est que, par les copies dont il a fait l’objet, il témoigne de la circulation des livres et du fait que les abbayes ne fonctionnent pas en vase clos. On a trouvé des copies du Liber ordinarius dans quatre abbayes où des moines de Saint-Jacques avaient été envoyés pour diffuser leur réforme des usages. Les réformateurs apportent donc avec eux des manuscrits pour les aider dans leur tâche qui sont ensuite recopiés sur place. D’ailleurs, les bibliothèque monastiques sont très vigilantes sur l’image qu’elles donnent aux visiteurs. À Saint-Laurent de Liège, le bibliothécaire a par exemple fait découper une trentaine de feuillets de la chronique liégoise : il indique que ces passages de la chronique, peu glorieux pour le monastère ont été enlevé pour ne pas en donner une image négative aux visiteurs (« extraneos »).

Questions:

Sidonie se demande ce que deviennent les feuillets découpés.
Elisabeth répond que les feuillets découpés n’étaient pas détruits mais déplacés dans d’autres volumes.

Tobias s’interroge sur l’existence d’autres bibliothécaires aussi précautionneux que Philippe d’Othée.
Elisabeth n’en a pas repéré d’autre pour cette abbaye. En 1667, on trouve quand même un bibliothécaire qui complète des ouvrages dépourvus d’ex libris. Par contre, des bibliothécaires zélés se retrouvent ailleurs, comme dans l’abbaye Saint-Laurent.

Simon se questionne sur la figure du bibliothécaire comme passeur de connaissance.
Elisabeth souligne qu’il faudrait une étude plus large et systématique sur cette fonction du bibliothécaire.

Simon se demande quelle est la place des livres dans les prescriptions morales pour résoudre la crise de l’abbaye.
Elisabeth indique que la question des livres figure avec des prescriptions sur la vie des moines, notamment le régime alimentaire.

Troisième intervention:
Nicolas Michel (Université de Namur) :
« La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Saint-Bertin au prisme de ses achats : étude de cas (XIII
e -XVe siècles) »

Dans son Vocabulaire codicologique,  Denis Muzerelle définit la bibliothèque comme « local où sont conservés les livres », « ensemble des livres conservés en un même lieu ou appartenant à une même personne physique ou morale. »  Il ne faut pas confondre le nombre de volumes conservés avec le nombre de volumes produits dans une bibliothèque monastique ; on ne peut pas limiter le patrimoine livresque à la production au sein du monastère.  Il s’agit d’une époque où la production  du scriptorium monastique est justement en chute libre.  Comment alors expliquer le fait qu’à la fin du Moyen Âge, on a une augmentation du nombre de manuscrits conservés ? Environ  600 codices  sont conservés  aux environs de Boulogne-sur-Mer ; comment expliquer que plus d’un tiers des volumes sont copiés au XVes ?

Or, on n’a pas de catalogue médiéval mais seulement une liste du XIIe s mais pas après cette période. Comme toutes les archives de St Bertin, plusieurs catalogues ont disparu. 

PLAN:
1-Achats et commandes.
2-Legs et dons.
3-Manuscrits divers dont les circonstances d’incorporation dans la bibliothèque posent problème mais qui n’ont pas été copiés à St Bertin.

1-Achats et commandes.

On distingue l’achat de la commande par les termes suivants :
Achat : liber acquisitus per/ Ex acquisitione/ hunc librum emit.
Commande : Hunc Librum fecit scribi.

1-1 commandes :
 Importance du marché universitaire parisien.  Il y  a eu une vingtaine de moines qui ont étudié à Paris ou Louvain, Cologne. En tout cas, il y a eu une diffusion importante des moines dans le milieu universitaire. Cela donne une certaine idée de la participation des moines de St Bertin dans l’actualité universitaire.  Jacques Pol étudie à Cologne et il fait copier un commentaire par Jean de Mechelone.
D’autres sphères sont à noter : un marché local, de qualité : cf le mns de  Boulogne-sur-mer, BM, 28.

1-2 Achats :
La majorité des achats résulte d’opérations individuelles. 13 sont le fait d’un même individu. Cependant, la mention des achats n’est pas faite par la même main et on a plusieurs dates données. Il n’y a pas de recueil universitaire présent dans ces textes mais des textes qui sont achetés au nom de l’abbaye sans que l’on puisse savoir s’il s’agisse d’une certaine politique d’achat propre à l’abbaye.  Donc il est difficile d’établir une conclusion concernant les achats en s’appuyant sur ces 13 achats.

2-Legs et dons.

Soit un moine fait un legs personnel ; soit il peut s’agir de legs votifs.
Des legs sont aussi dus à des dons de personnes liées à un réseau personnel.  Cf Roland l’Ecrivain qui fait un don au moine Guillaume  en 1468 ;  or, à Bruges  a lieu à ce moment la  fête de la toison d’Or  et le mariage du duc Charles le Téméraire avec Marguerité d’York. Cela permet de pister et expliquer ce don. 
Guillaume Fillastre : un  moine qui lègue l’ensemble de ses livres présents dans l’abbaye.  Mais, normalement, un moine entrant en religion lègue d’office tous ses biens. Or, on est dans une abbaye qui ne respecte pas vraiment la règle.  En plus des manuscrits copiés par les moines, d’autres le sont pour eux. L’exemple est donné d’un moine qui demande à un de ses collègues de lui fournir une copie d’un manuscrit de Gratien et il précise qu’il le fait copier sur ses fonds propres. Il y a donc des achats internes et des transcriptions qui se font de moine à moine. Ces volumes sont transférés, à la mort des moines, dans la bibliothèque monastique.   Ils sont mis dans une bibliothèque commune où on impose un ex libris sans que cette opération se fasse tout de suite et de manière systématique.

3-Manuscrits fourre-tout.

Arrivés à St Bertin avant fin XVe s, ils ne proviennent pas du scriptorium monastique.  Plusieurs pôles existent alors : les Flandres, le marché parisien, l’Italie du Nord…  mais quasiment aucun manuscrit ne provient de la collégiale de St Omer qui est pourtant tout proche et qui a un fonds très riche .Cela peut s’expliquer par les conflits qui ont opposé l’abbaye à la collégiale tout au long  du Moyen Âge. 

Des manuscrits viennent d’un environnement local :
-L’environnement Flamand : Gand, Bruges, Malines ;
-Le marché parisien ;
-L’Italie du Nord.  Une trentaine de manuscrits surtout de droit civil viennent  d’Italie. Ils ont transité par Paris avant d’arriver à St Bertin.  Comment expliquer cela ? Plusieurs moines dont Guillaume Fillastre ont fait des voyages en Italie. Plusieurs moines ont été envoyés en délégation à la cour pontificale de Rome. Plusieurs familles romaines sont liées à St Omer.
-Des manuscrits sont originaires du Kent.

Concl :
La Bibliothèque médiévale est à voir comme un carrefour culturel : on le voit à travers les circuits de production, la vente et les échanges des livres.
Rome a joué le rôle de plate-forme de circulation des livres.


Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Questes (26 février 2019). Compte-rendu du séminaire du vendredi 15 février 2019_ «Bibliothèques, lecteurs, lectures du Moyen Âge» (III). Questes. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4n3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search