Compte-rendu de la séance du vendredi 18 janvier 2019 _ « Bibliothèques, lecteurs, lectures du Moyen Âge » (II)

Liste des présents :
Tobias Boestad (Sorbonne – Université, ED1) ; Tom Sadler (Sorbonne – Université, ED1) ; Maïté Sauvêtre (Sorbonne – Université, ED1) ; Simon Hasdenteufel ( Sorbonne – Université) ; Ludmilla Nelidoff (Sorbonne – Université) ; Marianne Zentz (EPHE-SAPRAT) ; Marie-Christine Payne (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle, ED 120, CERAM) ; Yoan Boudes (Sorbonne – Université, ED1) ;

Silverio Franzoni (EPHE-ENS) ; Sidonie Loisel (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle) ; Valentine Eugène ; Karl Valk (Sorbonne – Université, ED1) ; Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1) ; Nina De Witte ; Sarah Cals (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle, ED 120, CERAM) ; Anne Kucab (Sorbonne – Université, ED1) ; Elisa Lonati (EPHE) ; Viviane Griveau-Genest (Université Nanterre – Paris X) ; Fabien Lacouture (Université de Lille) ; Zhanna Druzhenkova (Sorbonne – Université) ; Thibault Wahl (Sorbonne – Université) ; Laura – Jane Duquesney (Sorbonne – Université, ED4) ; Giulia Gerbi (Sorbonne – Université, ED1) ; Eve Defaÿsse (Lyon 2) ; Tanguy Beraud (Université Paris I – ED441) ; Natsuki Muto (Sorbonne – Université, ED1) .

–Laura Viaut (Université de Limoges) : « Bernard Itier (1163-1225) et le classement des
manuscrits de droit romano-barbare et de droit canonique altimédiévaux (VIIIe – XIe siècle) »

Bernard Itier  fut bibliothécaire à Limoges durant une période que l’on a considérée comme ayant une mauvaise réputation.  Il a fait un travail d’inventaire  riche en environ 20 ans.
Son objectif précis est de trier les manuscrits, entre ceux qui sont utiles et ceux qui ne le sont pas.
Le fonds de Saint Martial de Limoges est un fonds très riche qui possède 200 manuscrits dans l’abbaye.  Bernard Itier est celui  qui a fait différents repérages et inventaires.

Bernard Itier.
Bibliothécaire connu notamment parce qu’il a rédigé une chronique sur l’Aquitaine notamment, le Limousin et sur lui-même avec quelques éléments de biographie.  Né en 1163, il entre dans l’Abbaye de Saint-Martial à 11 ans, devient prêtre  à 26 ans, sous-bibliothécaire à 32 ans et bibliothécaire à environ 40  ans. Il  se déplace beaucoup, notamment pour réaliser son inventaire et faire la gestion de la bibliothèque.
Il écrit principalement dans les marges (de 95 manuscrits), a fait des préfaces de manuscrits, a relu des textes, …

L’œuvre.
Il fait des inventaires de manuscrit médicaux. Il défait les manuscrits et regroupe tous les passages qui parlent de médecine pour ainsi faire un inventaire. 
Exemple du manuscrit BnF, 1085 : un antiphonaire abrégé du Xe siècle. On voit dans les folios 1 à 7, 76, 104 v., la présence d’inventaires de livres de Saint-Martial.
B. Itier lui-mm a acquis beaucoup de manuscrits juridiques.
Un noyau dur de son œuvre est fait à St Martial : le droit romain avec surtout la loi romaine des Wisigoths, quelques lois barbares,… ; le droit canon : les plus anciens textes.
B. Itier va ramener des ouvrages de Wisigoths et Burgondes pr développer son fonds de Droit commun et ainsi permettre un très bon socle de l’enseignement du droit romain.
Il va lui-même donner des noms aux manuscrits qui n’ont pas de nom. Ses inventaires renvoient à des lieux précis qui vont être utiles aux moines. On ne sait pas si l’exemplaire qu’il a fait est complet ou incomplet. Tous ses inventaires sont systématiquement dans des marges.
  Mais en plus de faire un inventaire, il va faire des commentaires  dans les marges.

Un participant demande s’il existe des traces de demandes de certains moines qui auraient eu des centres d’intérêt. A priori, il n’y a pas de traces précises à ce sujet.
Un autre participant aimerait savoir s’il y avait dans les ouvrages des traces sur la vie privée de B. Itier. Laura Viaut indique qu’Itier se servait des marges afin d’écrire quelques éléments sur sa vie privée.

-Sophie Le Goff (UBO Brest) : « Pistes de recherches sur les bibliothèques bretonnes grâce à la Chronique de Saint-Brieuc ».

Le but de l’intervention est de présenter des pistes de recherches sur une oeuvre anonyme sans postérité, La Chronique de Saint-Brieuc,  qui ne parle pourtant pas de Saint-Brieuc. Il y a ici un enjeu plus vaste: écrire l’histoire de la Bretagne de ses origines jusqu’à la période de l’auteur.
Avant de parler d’une histoire universelle, l’auteur, peut-être Hervé Le Grand (Cornouailles), évoque la Bretagne. Hervé fait ses études à Angers, puis devient notaire à Nantes, sert Jean IV , est ensuite trésorier du duché en 1395, époque à laquelle a été écrite la Chronique.  Selon lui, les chroniqueurs français sont méprisants à l’égard des Bretons. Il y a donc, sans doute, de son côté, une volonté d’écrire une histoire de la Bretagne par un breton et cela se fait dans un contexte politique particulier où la Bretagne veut assurer une certaine puissance.
Le texte reste toutefois inachevé. Le manuscrit original n’est pas conservé. Il y a 2 copies du XVe s.
Il s’agit alors de voir les différentes sources qu’il a utilisées afin d’en apprendre davantage sur sa culture, son éducation et retrouver la piste des bibliothèques qu’il a pu fréquenter.

I-Les lectures de l’auteur, révélatrices de sa formation et de sa culture.
On retrouve des références antiques: l’auteur parle de quelques auteurs mais de manière très brève: Tite-Live, Histoire romaine, Orose, Jérôme, Cassiodore, Aristote, il parle également des « philosophes » ; il ne précise pas ses sources. On peut supposer que cela est une trace de sa formation.  Les ouvrages cités sont les mêmes que ceux des inventaires des hommes de cette période; en ce sens, de telles lectures seraient donc révélatrices d’une culture commune. L’auteur aime à souligner qu’il a lu des oeuvres anciennes. La chronique est rédigée en latin.

On retrouve parmi ses sources des textes hagiographiques et beaucoup de vies de saints qui ne sont pas des saints et qui ne sont pas canonisés. Mais ce sont des saints que l’on retrouve dans des paroisses bretonnes et qui ont donné leur nom à des lieux.
L’auteur mentionne les saints au moment où ceux-ci rencontrent des personnages historiques. Donc, il sélectionne les passages qui parlent de personnages historiques. 
 (évocation de Saint Gildas, Saint Corentin, Saint Malo, Saint Tugdual, Saint Ninnoch, Saint Méen, Sainte Azénor et Budoc, Saint Magloire).

Autres références historiques citées : le texte comporte très peu de références. Il indique juste des chroniques. Historia Britonnum ou l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth.  Mais il se montre toujours critique à l’égard des sources qu’il a utilisées. Il utilise la métaphore du jardin pour les bibliothèques qu’il fréquente mais se dit bien lecteur avant tout.  Il se présente aussi comme quelqu’un qui découvre des manuscrits.

Si on considère toutes les sources, on voit qu’il partage les lectures de son temps, qu’il  connaît de bonnes pièces juridiques et est très attaché à la Bretagne .

II-Tentative de reconstitution des bibliothèques consultées.
On retrouve un saint pour une paroisse. On peut se dire que si on prend la vie d’un saint utilisé, on peut retrouver d’où il vient.  Or, on ne sait pas forcément où ont été composées certaines vies de saints. Les textes hagiographiques sont plus intéressants afin de situer l’endroit d’où ils viennent notamment car ils ont été peu répandus.
La culture de l’auteur n’est donc pas si spécifique que cela : elle reste commune même si l’auteur montre son attachement à la Bretagne.
Il n’y a pas eu de postérité de l’œuvre alors que certaines chroniques sont restées dans la postérité.

Questions :
– L’auteur construit-il dans son texte une sorte de mythe de la Bretagne ? Y a-t-il une écriture  héroïque dans sa chronique ?
Oui, il utilise fréquemment des images héroïques. Par exemple, il dit bien que les Bretons parlent la langue troyenne des origines, qu’ils sont originaires de Brutus.
Les saints bretons évoqués sont vraiment des saints qui ont eu un rayonnement très local.

-Y a-t-il des mots bretons dans ce texte latin?
Oui, parfois il utilise même des mots français ou des expressions bretonnes. Pourtant ces mots et expressions bretons posent problème (seulement 10 mots bretons ) notamment car il est difficile de les traduire.

 

Eric Védrenne (Université Lumière Lyon 2) : « Le triomphe des bibliothèques humanistes
dans les Vite de Vespasiano da Bisticci »

Le Quattrocento a vu la création de bibliothèques humanistes.
En 1480 Vespasino compose son recueil en langue vulgaire, florentin. Il rédige des vies dans cette langue. On retrouve un recueil de ces textes dans 2 manuscrits : le plus complet comporte 116 vies avec des vies de papes, rois, évêques, cardinaux et des hommes de lettres.
Il évoque les plus grandes entreprises livresques de son temps mais aussi loue le travail des collectionneurs de bibliothèques et des grands créateurs et mécènes  qui vont créer les grandes bibliothèques humanistes.
Comment Vespasiano, qui souhaite participer à ces créations de bibliothèques humanistes, participe-t-il à créer une généalogie de ces bibliothèques?
Son manuscrit le plus ancien commence avec une vie de pape, Nicolas V. Pour lui, le pape n’est pas seulement collectionneur de livres mais est à l’origine du développement des grandes bibliothèques à cette époque.

A quoi servait le canon? Plusieurs y voyait une base pour le catalogue idéal de la bibliothèque humaniste.
La plupart des livres dans le canon sont des ouvrages religieux ou grecs en traduction latine. On rappelle à cette occasion l’idéal de Pétrarque qui veut que le livre doive servir à un usage  public et non privé. La construction de ces lieux entre donc dans l’air du temps. La bibliothèque du couvent de San Marco voulue par Cosme est proposée par Vespasiano.

Toutefois, le défaut de toutes les bibliothèques est d’avoir plein d’exemplaires d’une même œuvre mais pas toutes les oeuvres d’un même auteur.

La bibliothèque idéale selon Vespasino.
Sa bibliothèque idéale est constituée de 5 parties et enfin des œuvres en hébreu ;  même 2 œuvres en arabe. Les œuvres grecques sont placées après les œuvres des modernes comme pour signifier qu’elles ont moins d’importance (notamment moins d’importance que les œuvres latines qui sont au-dessus de tout ).
Pie II est l’auteur contemporain le plus présent dans ce catalogue.

Questions:
Quel est l’idéal de la bibliothèque publique ? Etait-ce envisagé de l’ouvrir à des personnes même de classe populaire ? Y  a-t-il eu des réflexions quant à la manière d’aménager la bibliothèque en tant qu’espace ?
Pour Vespasiano, la bibliothèque n’est pas envisagée dans sa dimension physique.
Pour inviter le public : il ne développe pas cette réflexion sur le public idéal. Dans les faits, la bibliothèque de San Marco n’était pas si publique que cela. On pouvait consulter un livre sur place.

 

 

 

 

 

 

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search