Compte-rendu de la séance du vendredi 14 décembre 2018 : « Bibliothèques, lecteurs, lectures » (I)

Liste des présents :
Maxime Fulconis  (Sorbonne – Université) ;  Maïté Sauvêtre (Sorbonne – Université, ED1) ; Simon Hasdenteufel ( Sorbonne – Université) ; Jérémy Gilabert (Sorbonne – Université) ; Hugo Fayolle (Sorbonne – Université) ; Marie-Christine Payne (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle, ED 120, CERAM) ; Ludmilla Nelidoff (Sorbonne – Université) ; Marianne Zentz (EPHE-SAPRAT) ; Eric Vedrenne (Sorbonne – Université) ; Marc Gilbert ; Alice Laforet (Bibliothèque Nationale de France) ;

Cléa Gillekems (Sorbonne – Université) ; Elodie Pinel (Paris Nanterre) ; Nicolas Garnier (Sorbonne – Université, ED1) ; Yoan Boudes (Sorbonne – Université, ED1) ; Camille Bellenger (Sorbonne – Université, ED5) ; Silverio Franzoni (EPHE-ENS) ; Tamara Alvarado (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle) ; Sidonie Loisel (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle) ; Adriane Boussac (EPHE) ; Tom Sadler (Sorbonne – Université, ED1) ; Valentine Eugène ; Karl Valk (Sorbonne – Université, ED1) ; Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1).

INTRODUCTION  (Anne Kucab, Elisa Lonati, Viviane Griveau-Genest) :

Lieu de travail, la bibliothèque est aussi un lieu de rencontre, un lieu pour « être vu » (Pastoureau). La bibliothèque contemporaine se distingue de celle du Moyen Âge. Plusieurs termes pouvaient alors être utilisés : « armarium », « bibliotheca », « libraria » ; la réalité matérielle de ce lieu pouvait ainsi varier. Elle se situait souvent soit dans un espace réservé soit dans la chapelle d’un couvent. Les termes « bibliotheca » et « libraria » revêtent une dimension intellectuelle puisqu’ils désignent tout livre (liste de livre en latin ou en langue vulgaire).  Or, la bibliothèque ne prend sens que lorsque l’on considère le lecteur. L’historiographie des bibliothèques est très longue.  Le XIXème en est une première étape : on trace les manuscrits (par exemple le Psaultier de Peterborough) ; le XXème siècle montre un intérêt croissant pour les bibliothèques : on peut ainsi obtenir des informations sur le niveau culturel et l’éducation  du propriétaire (voir les études de Vernet et Chartier, voir les études sur les bibliothèques de Charles V et Mahaut d’Artois).

De nombreux séminaires et journées d’études, notamment à l’IRHT ont été consacrés à ce thème.
On remarque cependant un problème dans la datation de l’essor des bibliothèques. Ce sont bien les  écoles cathédrales de l’ère carolingienne et les monastères qui ont permis le développement de ces lieux.  Les premières bibliothèques ne comptaient qu’une dizaine de manuscrits. L’histoire des bibliothèques est une histoire de pertes, de vols.
Au milieu du VIème siècle : on peut prendre l’exemple de l’Abbaye de Vivarium (bibliothèque de Cassiodore) qui offre un important panorama de lectures pour l’époque. L’Angleterre et l’Irlande jouent un rôle essentiel durant cette période notamment concernant l’échange de livres ; certains intellectuels se déplacent même jusqu’en Italie dans ce seul but.  Avec Charlemagne, les bibliothèques se renouvellent profondément bien que l’on ne sache pas vraiment si Charlemagne possédait une bibliothèque. Nous disposons par ailleurs de très peu d’informations concernant les rapports entre l’élite carolingienne et les abbayes. L’écriture carolingienne est cependant facile à lire et plutôt bien développée dans les monastères et abbayes.
Au Xème puis XIème siècles : plusieurs événements marquants ont lieu. Des textes destinés à brûler sont sauvés. Cette période voit l’arrivée des sciences et de la philosophie latine et européenne.  Le nord de la France et l’Angleterre sont deux lieux d’une importance capitale notamment pour ce qui concerne la création de collections.
Le XIIème siècle conserve et améliore le savoir acquis au siècle précédent.
Le XIIIème siècle est le siècle des encyclopédies. C’est pourtant un siècle quelque peu délaissé par les philologues.
Les collections continuent à vivre. Les inventaires conservés sont essentiels afin de reconstruire la bibliothèque médiévale.

L’imaginaire et la littérature : dans les textes médiévaux, la bibliothèque a-t-elle un statut de forma mentis ? Au XVIème siècle peut-être, notamment avec Rabelais. On peut également penser à la Nef des Fous.  Avant cette période, Saint-Jérôme paie des livres pour qu’on les lui envoie de Rome à Bethléem  où il travaille. Selon Mary Carruthers, le plan de la Bibliothèque de Saint Galles, qu’on ne peut dater, serait un exercice mnémotechnique et non une vraie bibliothèque.
Dans les textes, l’on retrouve d’autres motifs que les bibliothèques : le livre retrouvé qui apparaît par hasard et permet d’inscrire le texte fictif dans une chronique, les personnages de lecteurs ou lectrices à la fin du Moyen Âge ainsi que l’iconographie, en particulier celle de femmes dans le cadre de lectures spirituelles. Dans tous les cas, cela est centré sur le livre et non sur les bibliothèques.
Plusieurs réflexions sont menées sur le thème de la bibliothèque idéale.
Florence Bouchet rappelle qu’à la fin du Moyen Âge, on écrit pour conter la mort. La bibliothèque a ainsi plus ou moins d’affinités avec le cimetière. Ainsi, dans le Champion des Dames, la bibliothèque devient à travers une anamnèse une célébration des champions célèbres. On déambule dans un cimetière comme on déambule dans une bibliothèque. Dans le même temps, les bibliothèques privatives se développent. 
La question de la lecture vocalisée  et de la performance orale : Charles V se faisait volontiers lire des livres à haute voix tandis que le Duc de Berry promeut une figure de bibliophile et développe le mécénat.
Mais, étudier la bibliothèque au Moyen Âge, est-ce inapproprié ?  Il y a un pari à faire quant à la place, à la présence de la bibliothèque dans la fiction médiévalisante. Ainsi, pour Umberto Eco, la bibliothèque est-elle fondatrice de l’œuvre au niveau narratologique.

3 séances sont donc prévues : -une intervention le 14/12
– trois interventions le 18/01
-trois interventions le 15/02 sur les bibliothèques monastiques.

Fabien Lacouture (Université de Lille) : « Enseigner aux XIVème et XVème siècles : reconstitution de la bibliothèque idéale du pédagogue humaniste. »

cf. Leon Battista Alberti, De la Famille: c’est un texte connu mais très peu diffusé à l’époque.  Il s’agit de se poser la question de la lecture dans l’Italie Renaissante et voir comment reconstituer la bibliothèque idéale du pédagogue humaniste.
Divers auteurs qui se sont intéressés à la question de la pédagogie : Vittorino da Feltre, Leonardo Bruni, Battista Guarino,…
Dans la bibliothèque idéale du pédagogue scolastique on retrouve : les Distiques de Caton, les Fables d’Esope, l’Ars Grammatica, De Oratore, De Institutione oratoria, Quintilien, La Consolation de Philosophie, Boèce.
Les Ecoles laïques commencent à remplacer les Ecoles religieuses notamment au XIIIèmesiècleoù il s’agit de former le citoyen.
Aelius Donatus distingue trois types d’élèves : ceux qui ne parviennent pas à lire, ceux qui sont moyens, ceux qui ont une très bonne maîtrise de la lecture.

Quels textes retrouve-t-on ?
Les  indispensables :  Aelius Donatus, Ars Grammatica, Priscien, Caton.
Eloquence-Poésie : Virgile (Enéide, Bucoliques, Georgiques), Homère, Ovide, Horace, Sénèque, Plaute, Terence, Juvénal.
Eloquence-rhétorique : Cicéron, Quintilien.
Histoire : Jules César, Tite-Live, Salluste, Justin, Quinte-Curce, Pline l’Ancien (même s’il est encore peu connu au début du XVème), Xénophon, Hérodote, Thucidyde, Plutarque.
Philosophie morale : Aristote, Platon, Cicéron, Macrobe, Boèce.
Religion : Lactance, les Pères de l’Eglise (Augustin, Jérôme, Ambroise, Cyprien). Le De Officiis d’Ambroise notamment est lu en comparaison avec celui de Cicéron .
La Divine Comédie de Dante n’est pas mentionnée dans les bibliothèques de pédagogues alors qu’elle l’est dans celle des marchands.


Vous aimerez aussi...