Compte-rendu de la séance du vendredi 16 novembre : Objets et méthodes de recherche.

Liste des présents :
Maïté Sauvêtre (Sorbonne – Université,ED1) ; Simon Hasdenteufel
(Sorbonne – Université) ; Marie-Christine Payne (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle, ED 120,CERAM) ; Nicolas Garnier (Sorbonne – Université, ED1) ; Yoan Boudes (Sorbonne – Université, ED1) ; Clara deRaignac ; François Foulonneau ; Camille Bellenger(Sorbonne – Université, ED5) ; Chloé de la Barre (EHESS) ;Elodie Chaudet (Université d’Angers, ED STT) ;

Natsuki Muto (Sorbonne – Université, ED1) ; Lucie Viénot(Sorbonne – Université, ED5) ; Sergio Idaniel(Sorbonne – Université, Master 2) ; Silverio Franzoni (EPHE) ; Elisa Lonati (EPHE) ; Michal Sawczuk(Sorbonne – Université, Master) ; Tamara Alvarado (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle) ; Sidonie Loisel (Université Paris 3,Sorbonne-Nouvelle) ; Emmanuel Roumier (EPHE/ Ecole des Chartes) ; Adriane Boussac (EPHE) ; Mathilde Prevost(Sorbonne – Université, ED1) ; Tom Sadler (Sorbonne – Université, ED1) ; Valentine Eugène ; Karl Valk (Sorbonne – Université, ED1) ; Meyssa Bensaad (CNRS/ Université Paris 7) ; Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1).

L’Association Questes a fait part d’un sentiment général  de manque de formation méthodologique sur la thèse pour/ par les doctorants. Plusieurs éléments essentiels dans le travail de thèse ne sont ainsi jamais débattus.  Cet atelier est donc expérimental. Il s’agit  de voir comment des étudiants, à différents niveaux de leur travail de recherche (master,début, milieu ou fin de thèse), venant de différentes disciplines, peuvent échanger sur leurs méthodes de travail.  

La question des ressources bibliographiques et des séminaires méthodologiques réservés aux doctorants se pose également.

Certains ouvrages  sont mentionnés, plusieurs d’entre eux concernant surtout les sciences sociales : Réussir sa thèse en sciences sociales de Claudine Herzlich aux éditions Armand Colin,  Devenir chercheur (un ouvrage sous la direction de Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp aux éditions de l’EHESS), l’Art de la thèse de Michel Beaud, pour ne donner que quelques titres.

Un autre ouvrage est mentionné : celui  d’Umberto Eco, Comment écrire sa thèse qui, bien que daté, obsolète (publié à la fin des années 70 dans un contexte universitaire particulier en Italie) a le mérite de décrire dans un mélange de sérieux et  de pragmatisme toutes les étapes du travail de recherche : A quoi sert une thèse ? Comment choisir son sujet, comment trouver ses sources, comment prendre des notes et faires ses fiches et enfin comment rédiger, tout cela non sans un certain humour.

Un atelier organisé par l’IMS de Paris en 2017 dans le cadre des ateliers Campus Condorcet s’était tenu et avait pour sujet les techniques digitales au Moyen Âge :   un temps visait à la présentation des ressources digitales dont tout étudiant en master et doctorat dispose et doit maîtriser aujourd’hui.  

Cette séance espère pouvoir apporter quelques pistes de réflexion. Une feuille circule afin que tous les présents y inscrivent des suggestions pour un prochain atelier de méthodologie.

1-Elodie Chaudet, « Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XVI°s-XV°s) : confection d’une base de données » (Université d’Angers_Laboratoire TEMOS). 
elodie.chaudet@etud.univ-angers.fr

Afin d’étudier et analyser la présence des femmes de l’aristocratie bretonne dans  des actes, l’élaboration d’une base de données s’est avérée très vite nécessaire.
La base de données est présentée: chaque ligne peut représenter une femme ou bien un acte.  Le numéro de l’acte est indiqué, le nom, le titre, le lignage royal ou non, le lignage matrimonial,  la parenté. 
Puis,s’est posée la question d’une caractérisation plus précise conduisant ainsi à des typologies de femmes. D’autres éléments ont été rajoutés : les motifs de la mention des femmes, le rôle de la femme dans le document, les citations,…
Tout ce travail a donné lieu à plusieurs questionnements : combien de femmes sont issues d’un lignage royal ? Combien de femmes sont mariées au moment de l’émission de l’acte ? 
Ce qui est toutefois ressorti de ce travail, c’est la nécessité de travailler avec l’ensemble du laboratoire, les ingénieurs, doctorants, aptes à apporter des conseils. Cette base de données est encore en chantier et la réflexion porte en ce moment sur la façon de traiter les données.

Questions : 
-Un membre de l’assemblée demande si la question du « produit-livre » a été pensée. L’intervenante répond qu’il est envisagé de faire plusieurs feuilles A4 de manière à rendre la base plus lisible et tentera si possible de passer cela en A3. Une question est également posée afin de savoir si le format numérique pour une thèse est envisageable. Un membre de l’assemblée apporte un élément de réponse : cela est déjà le cas dans certaines disciplines. De même, l’institut du droit a par exemple déjà une base de données numérisée. 
-Une autre question porte cette fois sur les personnages féminins afin de savoir s’il y a une description littéraire de ces femmes dans les documents étudiés.  Elodie indique que dans les histoires et chroniques c’est bien le cas mais pas dans les actes. Un autre tableau est d’ailleurs prévu pour les chroniques.
-Un intervenant aimerait savoir comment faire des filtres sur cette base. Un bouton trier/ filtrer est présent sur le fichier Excel. 

2-Natsuki Muto, « Sur le merveilleux antique : corpus et méthodes d’analyse » (Université Paris-Sorbonne). 
natsukimuto0905@gmail.com

Cette intervention a pour but de présenter le plan de la thèse selon un calendrier précis. Chaque partie de la thèse sera rédigée chaque année, de manière à couvrir les 3 ans prévus pour la totalité du travail de recherche.  
L’intervenante commence par présenter son corpus.  Le corpus principal est composé du Roman de Thèbes, du Roman d’Enéas, du Roman de Troie, de Pyrame et Thisbé, du Roman d’Alexandre, du Roman d’Athis et Procelias.     Puis, un plan général est présenté : il s’agira dans un premier temps de déterminer les mots et concepts liés à la merveille et au merveilleux. Une deuxième partie sera consacrée aux formes du merveilleux antique. Enfin, une troisième partie sera dévolue à l’écriture du merveilleux antique. Le travail s’appuie sur des textes déjà édités et dans la plupart des cas, numérisés, ce qui facilite grandement le travail. 
Un dernier temps de l’intervention est consacré à la présentation de la bibliographie de la thèse.  La bibliographie distinguera les éditions puis les études, d’histoire littéraire dans un premier temps, suivies des études portant sur le merveilleux, puis celles sur le roman antique.

Questions :
-Elodie demande si Natsuki utilise un logiciel statistique et comment elle peut ainsi faire un relevé précis des occurrences. Natsuki fait un relevé à la main. Simon ajoute que des outils de lexicométrie peuvent être utilisés.

3-Emmanuel Roumier , « Modéliser informatiquement l’héraldique pour décrire  et analyser les sceaux  dans les archives municipales de la Côte d’Or des XIVèmeet  XVème siècles :  Inventaire, corpus, base de données »(Ecole des Chartes/ EPHE). 
emmanuel.roumier@chartes.psl.eu

Le travail de recherche est mené dans un cadre optimal, grâce à un contrat CIFRE aux archives municipales de Dijon. La convention CIFRE  consiste en un contrat entre un laboratoire de recherche et  une entreprise ce qui permet d’avoir un pied dans le monde de la recherche et le monde professionnel. Emmanuel s’occupe ainsi des sceaux aux archives de Dijon. Il complète l’inventaire des sceaux qui a déjà été fait.

I-L’inventaire.
Le but du travail est d’étudier et analyser l’emblématique bourguignonne des XIVème – XVème siècles à travers les sceaux. Les inventaires connus sont à compléter. Ce travail de longue haleine a déjà débuté au XIXème siècle lors d’une vaste campagne visant à répertorier les de sceaux (de 1830 environ à 1930). Un moulage a été réalisé ; ainsi, l’on peut avoir accès à des moulages de sceaux aujourd’hui non disponibles. Pour les archives de la Côte d’Or, cela représente plus de 10 000 sceaux.  Cependant, le classement effectué au XIXème siècle pose problème pour un chercheur contemporain en cela qu’il peut manquer de pertinence. Les sceaux étaient en effet rangés selon les classes sociales de leurs propriétaires. Donc les inventaires peuvent être lacunaires.  Aujourd’hui, un nouveau travail est fait sur ces inventaires.
Le but de l’inventaire archivistique est donc de repenser et refaire ce classement. En sachant que certains sceaux ont disparu et qu’il n’en reste plus que le moulage.
L’intervention met en avant un autre problème face auquel se retrouve le chercheur : il s’avère  que des sceaux de personnes connues n’ont pas été retrouvés. Ainsi, Charles le Téméraire, personnalité emblématique de cette région n’a que peu ou prou de sceaux tandis qu’à l’inverse, des sceaux de personnes moins connues ont été retrouvés.
Ainsi, comment refaire l’historique de chaque sceau ? Y a-t-il un autre membre d’une famille  qui possède son sceau ? Autant de questions que l’on peut se poser tout en sachant qu’aux XIVème et XVème siècles, la possession des sceaux s’est généralisée.  La signature se structure également à cette période  ainsi que le notariat.  Par ailleurs, la fin du XVèmesiècle est une période charnière avec  la chute de Charles le Téméraire.  

II-Un corpus inédit.
L’on retrouve à cette époque des cas de procès pour savoir qui avait le premier héraldique. Ici, un exemple concret est donné de deux frères de Chartres qui, à un moment donné, utilisent le même sceau.
A une époque, les deux frères  avaient en effet le même sceau avant que l’un d’eux ne varie le présentation de son sceau (deux bandes tranchantes surmontées d’un petit croissant).

III-Base de données  Sigilla
Cette base de données est un outil précieux pour le travail  d’un chercheur en sigillographie. La base est ainsi présentée. Elle comporte des données très précises : le sigillant, le sceau type, l’acte, le statut, la matière, les couleurs,…
Il s’agit d’une base de données relationnelle : ainsi, toutes les données sont classées par des tables et sont reliées entre elles. 


4-Camille Bellenger, « Approche comparative de deux méthodes d’étude lexicale des textes médiévaux : entre Paul Zumthor et Paul Bretel » (Université Paris-Sorbonne).     
bellenger.camille@gmail.com

L’intervention commence par une rapide présentation de Gautier de Coinci  puisque les Miracles de Nostre Dame sont le corpus principal de recherche.  Pour ce travail, l’étude du lexique est un élément primordial.
Le lexique de la vision est longuement étudié. Une carte à arborescence a donc pu être établie afin de déterminer tous les éléments  essentiels : les verbes, le cas de la forme participiale, les substantifs, les adjectifs, le sème de la monstration, la semblance, les dérivés,…
Une difficulté réside dans le fait qu’il n’y a pas de numérisation complète de l’œuvre : en effet, seul le tome 1 (sur les 4 publiés) est numérisé.
Une autre difficulté réside dans le manque d’outils de textométrie qui permettrait de voir comment le lexique s’insère dans le contexte discursif plus large. Ainsi, seul un relevé empirique peut être fait dans ce cas.
Les apports critiques de Paul Zumthor et Paul Bretel s’avère précieux pour cette étude notamment afin de voir comment utiliser, interpréter des remarques quantitatives et voir comment passer de l’étude de la langue à une étude plus littéraire.
Tandis que Paul Zumthor  s’applique à faire une présentation synchronique en affirmant que le texte actualise une tradition, Paul  Bretel  s’applique à partir d’un cas particulier et aune approche plus diachronique.
Pour Zumthor, l’interprétation d’un texte doit davantage consister en un déchiffrement d’un code. Ainsi la méthode quantitative est satisfaisante mais non suffisante pour nos deux auteurs.
A la question visant à savoir comment passer de la langue à la littérature, Zumthor, sans qu’il puisse apporter une réponse précise,  a une méthode plus déductive. Cependant,cette technique est réservée en priorité à un chercheur érudit.  L’approche plus inductive de Paul Bretel peut en ce sens  être plus profitable.
Ce travail de recherche s’applique à employer une méthode composite. Toute méthode doit voir, prévoir les risques, enjeux qui lui sont propres et il convient de s’interroger sur les modalités d’application de la méthode.  Dans tous les cas, il est nécessaire que la méthode soit bien présentée dans l’introduction. Elle constitue un outil indispensable pour tout chercheur. 

Suggestions  de thèmes à aborder pour la prochaine séance de méthodologie. 
-Choisir LaTeX ou Word pour la thèse  (et comment utiliser LaTeX) ?
 -Quels outils numériques utiliser pour l’édition de texte ? 
-Quels outils numériques utiliser pour créer des cartes, des figures, des facs-similés ?
-Quels outils permettraient de présenter l’édition d’un manuscrit combinant texte et image afin de pouvoir les lire et étudier sur le même support ? 
-Comment utiliser les bases de données et les ressources électroniques ? -Comment aborder les disciplines telles que la codicologie,la paléographie. Quelles sont les étapes nécessaires pour l’analyse d’un document?




Vous aimerez aussi...