« Trouver la paix », Compte-rendu de la séance du 16 mars 2012

Questes

Compte rendu de la séance du 16 mars 2012

« Trouver la paix » (2)

Sont présents : Jonathan Morton, Fanny Oudin, Laëtitia Tabard, Barbara Falleiros, Camille Langlois-Bertrand, Biljana Veleska, Hélène Dupraz-Rochas, Julia Conesa Soriano, Laure Gevertz, Diane Chamboduc de Saint Pulgent, Julie Pilorget, Marie Bedel, Fabio Zinelli, VěraVejrychovā, Jan Vojtìšek, Jean-Baptiste Camps, EmilieDeschellette, Gisela Naegle, Aurélie Houdebert, EliseBanjenec, Viviane Griveau-Genest, Céline Ménager, Irène Strobbe et Stéphanie Richard.

Stéphanie Richard et Irène Strobbe acceptent de prendre en charge le compte-rendu de la séance.

Irène Strobbe signale que Madame Naegle, qui a dirigé le colloque « Friedenschaffenundsichverteidigenim Spätmittelalter, Faire la paix et se défendre à la fin du Moyen Age  (Munich, Oldenbourg, 2012), est présente pour ce séminaire.
Elle annonce également que Laëtitia Tabard vient de soutenir sa thèse, nouvelle qui réjouit les Questeuses et les Questeurs présents à la séance.

Sarah Delale, « Pour tout le bas monde a paix traire »: le long chemin de paix de Christine de Pizan

Sarah commence par présenter le contexte d’écriture du Chemin de long estude de Christine de Pizan. L’auteur écrit à partir de 1405 pour la paix : l’Epistre a la reine Isabeau, le Livre de paix composé pour le dauphin Louisla Lamentation sur les maux de la France adressée au duc de Berry en sont l’illustration. Sarah insiste ensuite sur l’horizon politique du Chemin de long estude, dédié à des princes français. Elle présente l’ensemble de l’œuvre, qui s’interroge avant tout sur le remède à apporter aux guerres. Le parcours vers la paix s’incarne à travers une structure double, dont l’étude se fera en deux temps. La première partie de la communication s’intéresse au « chemin de deuil » de Christine, un voyage studieux vers la sagesse. La seconde présente le « chemin de paix » du tribunal céleste qui délibère sur la violence humaine. Sarah illustre son propos par de très nombreuses citations et permet ainsi aux Questeurs de mieux appréhender cette œuvre de Christine de Pizan.

Le Chemin de long estude permet, en un double mouvement, d’aller du monde à sa connaissance idéale et de cet idéal aux connaissances pratiques. Il mène Christine jusqu’ aux sciences spéculatives et à l’harmonie du monde céleste, symbole de la paix intérieure que Christine a atteinte et modèle de paix cosmique pour l’humanité. Pour finir, Le Chemin de long estude revient au monde pratique mais il ne propose pas de solution pratique à la guerre. En renonçant à se conclure, en étant suspendu au jugement de ses lecteurs, le texte agit sur le monde réel (rôle de la dédicace). Le pouvoir du Chemin de long estude réside dans la lecture de ses dédicataires. Il doit apporter, en même temps qu’un verdict, un acte réel : le choix politique de la paix.

Discussion

L’intervention de Sarah suscite l’intérêt des Questeurs. Fanny Oudin s’interroge :puisque Sarah a précisé dans son exposé que Sagece cherche à justifier la nécessité de la sagesse chez le prince, tandis que pour Christine il s’agit de justifier le choix de princes français pour revenir à la paix, comment s’effectue l’articulation entre ces deux aspects ? Sarah lui répond qu’à la suite du discours de Sagece, divisé en quatre parties, le texte précise que le débat continue ; c’est à ce moment que le clerc Avis propose de se tourner vers une assemblée de princes français. Fanny demande et obtient la confirmation que ce n’est pas le discours de Sagece qui propose ce choix.

Irène S. demande si le travail de deuil de Christine de Pizan est à rapprocher d’une quête de la paix intérieure. Selon Sarah, c’est bien le cas. Le passé douloureux est écrit en heptasyllabes tandis que le bonheur est décrit en octosyllabes. Fanny demande s’il est possible d’établir un rapport entre les vers pairs et un certain équilibre. Sarah approuve cette idée.

Marie Guérin, « L’influence des femmes de la principauté de Morée dans la recherche de la paix entre Latins et Grecs au XIIIe siècle ».

Marie commence par remercier Fabio Zinelli d’être présent à cette session du séminaire de Questes.

Elle rappelle ensuite que la Morée est un territoire particulier où cohabitent des Grecs (majoritaires) et des Latins (minoritaires). Les femmes y sont de véritables instruments de paix en servant les intérêts politiques par le biais d’alliances matrimoniales. En 1259, lors de la bataille de Pélagonia, les Latins doivent affronter seuls l’armée byzantine et sont faits prisonniers. En leur absence, les femmes doivent mener les négociations de paix. Marie s’interroge : en quoi l’absence des hommes durant trois années et la nécessité de mener ces négociations changent-elles le rôle des femmes dans la principauté ? Marie abordera la question sous trois angles.

Les femmes ont d’abord un rôle passif dans les négociations de paix. Les alliances matrimoniales en font un instrument particulièrement important dans les tractations. Cependant, en cas d’absence de l’époux, la femme devient responsable des territoires de son mari. Toutefois, elle ne gouverne pas sans homme et fait appel à des châtelains et des capitaines pour l’assister dans sa mission. Marie illustre son propos en faisant appel à l’exemple de la princesse d’origine grecque Anne-Ange Comnène, rebaptisée Agnès après son mariage avec Guillaume de Villehardouin. Lorsque son époux est fait prisonnier, Agnès écrit aux barons de Morée pour décider du gouvernement de la principauté. Le duc d’Athènes est alors nommé bail et gouverneur de la principauté.Agnès de Villehardouin apparaît comme une véritable gardienne de la paix intérieure des territoires de Guillaume. A l’image de sa sépulture décorée à la manière byzantine et ornée d’inscription en caractères latins, elle assure le lien entre les groupes grec et latin.

Marie présente dans une deuxième partie l’épisode du parlement des femmes. Entre 1259 et 1262, des négociations sont menées pour permettre le retour de la paix entre Grecs et Latins. Les Grecs exigent trois forteresses stratégiques en échange de la libération  des prisonniers latins. Le seigneur de Carytaina, prisonnier, est autorisé à se rendre en Morée afin de faire part de ces exigences. A son arrivée, il trouve les épouses des barons tenant conseil sur ces trois châteaux, assistées du chancelier et de Pierre de Vaux, reconnu comme l’homme le plus sage de la principauté. Agnès de Villehardouin aurait pris l’initiative de cette assemblée. Selon les versions grecque et française du manuscrit, les femmes n’interviennent pas dans la décision de rendre les châteaux. Seuls les hommes présents parlent. La chronique aragonaise met en avant le refus des hommes de donner les châteaux : ceux-ci préféreraient encore rester en prison plutôt que de céder ces forteresses. Les femmes se mettent alors à crier qu’elles exigent le retour de leurs époux. Le duc d’Athènes est contraint de leur céder.

Dans cette troisième partie, Marie s’interroge sur la part faite aux femmes dans ces négociations de paix selon les versions de la Chronique. Elle souligne d’abord que ces tractations n’ont mené qu’à une trêve et que la guerre reprend très vite. La version française de la Chronique présente ce parlement comme un débat entre les hommes et les femmes. Ces dernières y apparaissent comme les meilleurs défenseurs de la paix. La version aragonaise de la Chronique de Morée ne présente pas les femmes comme des instruments de paix. Elle insiste sur leur lâcheté face au courage des hommes qui étaient prêts à renoncer à leur liberté pour conserver des forteresses stratégiques. Leurs cris ne seraient que l’expression d’un caractère passionnel, situés aux antipodes d’un discours posé et construit. S’agit-il de débarrasser les hommes de tout sentiment de culpabilité ? Cet acte de faiblesse chevaleresque que constitue la reddition des châteaux ne saurait être l’œuvre des hommes. La version aragonaise, commandée par le grand maître des Hospitaliers présente une Chronique aux accents cléricaux et misogynes, soucieuse de rappeler que seule la parole privée est permise aux femmes.

Rendues responsables de la perte de ces forteresses, ces femmes sont cependant présentées comme des médiatrices. L’envoi comme otage auprès de l’empereur de Marguerite de Passavant à la place du prince illustrerait peut-être la crainte des hommes devant les tentatives d’immiscions des femmes dans la vie politique.

Pour clore son intervention, Marie nous propose quelques vues ensoleillées de forteresses évoquées. De nombreuses questions suivent.

 Discussion

Irène S. s’interroge sur les modalités de manifestation du désaccord des femmes : comment les cris sont-ils présentés ? Marie répond que seule la version aragonaise évoque ces cris. Les autres versions sont muettes à ce sujet. Il n’est pas possible de savoir si ces cris sont une invention du chroniqueur aragonais ou s’ils ont effectivement été poussés.
Fanny
demande si Agnès de Villehardouin est toujours présente dans les assemblées qui suivent. Selon Marie, ce n’est pas le cas. Elle a seulement joué ce rôle de médiatrice lors de l’absence de son époux, entre 1259 et 1262.
Gisela Naegle
demande si d’autres épouses franques sont évoquées. Marie répond que pour l’essentiel, l’épouse est franque. G. Naegle demande si ces sociétés vivaient selon le droit français. Marie répond que ces sociétés sont très attachées au coutumier des Assises de Romanie, raison pour laquelle un parlement doit être tenu pour la reddition des châteaux : le prince ne peut pas prendre seul une telle décision.
Fanny
s’interroge sur la religion dans ces couples mixtes. Marie signale en effet qu’Anne-Ange Comnène reçoit un nouveau prénom, Agnès. La Chronique de Morée évoque peu de baptêmes, sauf dans les cas de mariage. Par ailleurs, il existe des églises avec deux autels, comme par exemple à Géraki.
Pierre Levron
demande si ces textes évoquent les émotions ressenties, notamment par les femmes. Selon Marie, il est difficile de parler d’émotions dans des récits de chevalerie comme celui-ci.
Julie Pilorget
demande si cette chronique évoque des femmes participant aux décisions de pouvoir en présence de leur époux. Marie ne voit pas d’autre exemple dans les Assises de Romanie. Il est aussi possible que ces chroniques n’évoquent que les événements exceptionnels et pas les situations habituelles.
Laetitia Tabard
demande s’il existe de grandes différences entre le droit franc et le droit grec. Marie signale que selon Jean-Claude Cheynet, à Byzance la vacuité du pouvoir est impossible. Un homme est toujours présent aux côtés d’une femme censée détenir le pouvoir. Par ailleurs, lorsqu’une femme est veuve, c’est un seigneur ou son fils qui assure le service armé en son nom.
Fabio Zinelli
rappelle que l’aspect juridique est très clair et que ce n’est pas le seul épisode machiste dans la version aragonaise. Toutes les interventions se font en faveur du duc d’Athènes. Etant donné que les Catalans sont vraiment intervenus en Grèce, ne s’agit-il pas de mettre en valeur le duc d’Athènes ? F. Zinelli rappelle également le rôle de traducteur de Juan Fernandes de Herredia. L’aspect littéraire est probablement à prendre en compte dans l’épisode du cri des femmes. Marie répond qu’en effet, la chronique aragonaise faisait partie d’un projet d’écriture de l’histoire de la Grèce depuis les temps Anciens jusqu’ à la prise du duché d’Athènes par les Hospitaliers. La mise en valeur du duc d’Athènes est donc probablement voulue.

Věra Vejrychovā, « Conclure la paix avec les révoltés. La paix de Tournai (1385) dans les Chroniques de Jean Froissart »

Věra commence par rappeler l’importance que Froissart accorde aux événements qui se sont déroulés en Flandre, en particulier la guerre flamande. Dans cette perspective, elle signale que l’auteur choisit de terminer le livre II de ses Chroniques sur le récit de la paix de Tournai conclue le 18 décembre 1385 entre Charles VI roi de France, Philippe le Hardi duc de Bourgogne et comte de Flandre, et la ville de Gand. C’est sur cet épisode que Věra a décidé de porter toute son attention.

Elle indique alors que Froissart est habituellement considéré comme un « historien de la guerre » chantant la prouesse et les valeurs chevaleresques. Cependant, Françoise Autrand a analysé les Chroniques comme une recherche permanente de la paix, qui s’accentue au fur et à mesure de l’œuvre. Dans ce cadre, Věra souligne que la paix de Tournai est rangée par Froissart parmi les traités et négociations de haute volée.

Tentant de lire la guerre gantoise à partir de la notion de ville rebelle à son seigneur, Věra souligne que, si Froissart pointe dans la population les souffrances à l’origine de la révolte, le chroniqueur dénonce aussi les maux produits par la rébellion. Exemples à l’appui, Věra montre que l’orgueil est pour Froissart au fondement d’un déséquilibre des pouvoirs, ou du moins qu’il en est au minimum le symptôme. Elle mentionne alors les différentes tentatives engagées par Louis de Male, comte de Flandre, pour conclure la paix avec les Gantois. Věra prend, entre autres, l’exemple des négociations de Tournai en avril 1382, au cours desquelles le comte demande que tous les hommes âgés de 15 à 60 ans sortent de la ville avec une corde au cou en attendant leur sort. Věra compare cette demande au rituel de l’harmiscara, soit l’exécution symbolique par l’humiliation du suppliant, en substitution à la punition réelle, et faisant appel à la miséricorde du prince. La tentative se solde par un échec car les Gantois manquent de confiance envers Louis de Male et pensent que la punition ne se limitera pas au domaine symbolique. La suite du récit, soit la prise de Bruges, vise à dénoncer les effets funestes de l’orgueil : elle met en lumière la défaite de Louis de Male, qui ne veut pas accepter l’humilité de ses sujets et se comporte donc en tyran. Plus tard, c’est l’orgueil des Gantois qui sera cette fois puni lors de la bataille de Roosebeke.

Věra souligne alors que si la miséricorde du prince est indispensable dans le règlement des conflits, elle doit aussi s’accompagner de la justice. Ainsi, dans le récit de la soumission de Paris en 1383, qui comporte tous les éléments du rituel de la reddition à merci, le roi de France se conduit d’abord en justicier avant d’accorder son pardon. Tous les participants obéissent à une logique gestuelle imposée qui exige l´humiliation des sujets, avec une place particulière réservée aux femmes, afin que le roi puisse restaurer la parfaite union du corps mystique du royaume par le biais de la pitié et du pardon. Cependant, dans le cas précis de Gand, la ville échappe au châtiment malgré les méfaits commis. Partant de ce constat, afin d’étudier le cheminement vers la paix de 1385, Věra analyse la façon dont Froissart présente le réveil des velléités de paix chez les Gantois : d’une part, l’historien met l’accent sur l’action pacificatrice de Dieu, mais d’autre part la volonté de la ville entière de venir à paix apparaît comme une condition indispensable pour la réussite du processus de paix. La ville apparaît à la fois comme le sujet et comme un élément puissant et actif dans le processus de la paix.

La paix finalement conclue prend la forme d’une lettre de pardon scellée par le sceau du duc de Bourgogne. Cependant, le comportement des ambassadeurs gantois montre des écarts considérables par rapport aux normes de soumission de la ville rebelle décrites dans le cas de Paris : chez Froissart, les envoyés venus demander le pardon expriment par leur comportement la transgression des hiérarchies, ce que le duc de Bourgogne feint de ne pas voir. S’interrogeant sur ces manifestations de l’orgueil gantois lors de la conclusion de la paix, Věra compare le récit des Chroniques aux descriptions de la paix de Tournai chez d’autres auteurs : elle montre que les sources postérieures aux événements tendent à raconter l´histoire comme elle aurait dû se passer, selon les préférences de chacune des chroniques citées. Věra examine enfin le texte du traité de Tournai, reproduit dans les Chroniques, en indiquant que la lettre de pardon du duc de Bourgogne met en place l’attitude humiliée des sujets qui reconnaissent leur faute et reçoivent la grâce humblement. Le rituel de la mise en ordre se déroule donc, chez Froissart, par le biais des expressions codées des documents diplomatiques plutôt que par les gestes pénitentiels.

Věra conclut son intervention en rappelant qu’ŕ travers la guerre flamande, Froissart dénonce toutes sortes de désordre, sans pour autant approuver le châtiment cruel des villes rebelles ; on peut lire également dans cet épisode les sympathies de l’auteur pour la bonne bourgeoisie dont les qualités morales ont été soumises à la volonté de certains de multiplier le mal (la guerre), mais qui parviennent à retrouver la voie de paix rétablissant l´amour et la concorde générale avec leur seigneur et dans la ville même.

Discussion

La  communication de Vera suscite un vif intérêt.

Laëtitia Tabard revient sur l’aspect symbolique de la punition dans le rituel de l’Harmiscara : elle souhaite savoir si cela signifie que la paix devient impossible si le roi menace la ville d’un châtiment réel. Pour Věra, la question se pose de la façon suivante : il n’est pas question de pillage, mais on se met à merci en mettant sa vie et ses biens dans la main du seigneur. Elle indique alors que Jean-Marie Moeglin, à partir du cas de Calais, parle de cette construction narrative comme de quelque chose d’imaginé, comme d’une mise en scène que les personnages savent jouer, tout le monde étant conscient que le châtiment n’aura pas lieu. Selon elle, la situation est inverse dans le cas de Gand. Lorsque les Gantois prennent la décision de combattre à Bruges, ils gagnent la bataille et le comte ne réussit que difficilement à s’échapper. Cependant, Froissart fait de cette bataille un exemplum : si à ce moment le seigneur est trop cruel, cela entraîne un jugement de Dieu en faveur des Gantois mais la situation se renverse en raison d’un orgueil encore plus grand, menant à Roosebeke. Laëtitia rebondit en demandant si cette violence possible rend impossible le discours de paix. Věra répond que le comte a déjà fait des démonstrations de cruauté, et que la violence est bien présente.

Irène souhaite revenir sur la question de l’orgueil et voudrait savoir si l’orgueil du comte est vu comme un désordre interne menant à la guerre, opposant ainsi le comte à d’autres personnages plus calmes comme le duc de Bourgogne qui prétend ne pas voir qu’on le met au défi. Věra pense que l’allusion à l’orgueil chez Froissart est surtout une allusion aux Gantois qui transgressent la hiérarchie. D’après elle, cela se voit dans le comportement de Philippe d’Artevelde qui adopte un comportement seigneurial après la victoire de Bruges par la mise en scène du vêtement ou la pratique de la chasse ; ces manifestations restent extérieures, mais elles traduisent un changement intérieur. En ce qui concerne Philippe de Bourgogne et Louis de Male, Věra rappelle que Louis de Male est assez mal vu dans les sources françaises car il n’adopte pas un jugement tranché, alors que l’arrivée au pouvoir du duc de Bourgogne, très diplomate, marque une rupture assez importante.

Gisela Naegle indique que le cas de Gand est plutôt exceptionnel : elle rappelle que la ville souffre d’une image très négative chez plusieurs auteurs en tant que ville à tradition révolutionnaire, et cite par exemple les poèmes d’Eustache Deschamps très opposés aux Gantois. Elle signale l’existence du volume dirigé par P. Gilli et J.-P. Guilhembet sur le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Age, Epoque moderne), Brepols, Turnhout, 2012), ouvrage qui propose une comparaison avec d’autres régions sur une période allant de l’Antiquité au XVIIIe siècle : cela permet de constater que le châtiment des villes par le prince obéit à certaines règles. Ainsi, pour les villes coupables du crime de lèse-majesté, il existe des peines typiques. Le comportement du prince, quant à lui, s’organise autour du châtiment et du pardon. G. Naegle évoque certains éléments typiques de la punition : par exemple, on s’attaque aux lieux de prestige, à l’hôtel de ville, au clocher, on détruit les murs ou bien on crée au moins une brèche. Elle indique également que dans les récits de rébellion, la question de l’orgueil revient à chaque fois aussi bien en France qu’en Allemagne : il fait partie des arguments-type que l’on reproche aux villes. Enfin, sur le châtiment, elle souligne qu’il y a souvent des exécutions exemplaires, mais qu’il est rare que cela concerne une foule d’individus. Věra précise que dans le cas du châtiment de Rouen, les exécutions étaient faites de façon à ce que l’on choisisse au hasard celui qui serait gracié ; cet aspect doit être relié à la notion d’exemplarité dans l’exercice de la justice royale. Laëtitia demande donc si l’on peut finalement dire que l’exercice de la violence est aussi assez symbolique dans le cas de la justice royale. Věra lui répond qu’il est difficile de parler de violence : il s’agit plutôt du bon ordre des choses, de la justice vue positivement car le roi fait seulement ce qu’il doit faire pour garder son pouvoir. G. Naegle pense que le châtiment est effectivement en partie symbolique, mais qu’il ne l’est pas uniquement. Elle rappelle que parfois ce châtiment concerne des individus très en vue, mais qu’il y a aussi des personnes qui parviennent à s’échapper. Elle souligne que les villes ont intérêt à gagner du temps en négociant, en proposant des sommes d’argent au prince, pour obtenir à nouveau, quelques années plus tard, la confirmation de leurs privilèges ; ce processus est accéléré s’il s’agit d’une ville d’une grande importance stratégique et si le roi a besoin de cette ville. G. Naegle indique également qu’il y a des deux côtés des règles à respecter : si un roi va trop loin, il risque de passer pour un tyran. A titre d’exemple, elle cite le cas de Louis XI qui veut échanger la plus grande partie de la population d’Arras et rappelle que des voix s’élèvent contre ce que les gens estiment être trop extrême ; elle indique aussi que le roi avait le même projet pour Perpignan mais que les officiers sur place ont refusé d’y participer.

Irène demande si on peut voir l’humiliation dans le châtiment comme la possibilité de revenir à l’équilibre, à la tranquillitas ordinis de saint Augustin. Věra pense qu’il s’agit bien d’un retour à l’ordre, où il faut procéder par certaines étapes, chacun jouant le rôle qu’il doit jouer. Irène souhaite savoir si l’humiliation est proportionnelle à la démonstration d’orgueil du parti adverse, ou si le roi veut humilier davantage que l’affront qui lui a été infligé. Věra indique que l’humiliation ou « hachée » est davantage une pratique codée qu’autre chose ; elle évoque dans le cas des villes l’humiliation vestimentaire (la corde pour simuler une exécution), le fait de se promener à genoux, de crier miséricorde ; dans le cas de la justice individuelle, le châtiment symbolique est toujours public (se promener avec des objets humiliants, monter sur un âne…). Věra ne sait pas s’il est possible de quantifier un orgueil de cette façon, ni quels seraient les critères qu’il faudrait retenir pour ce faire, que ce soit la durée de la guerre ou le fait de savoir s’il s’agissait d’une ville très importante avec une tradition de rébellion.

Sarah Delale rappelle que Věra a évoqué à propos de Paris la question de réunifier le corps mystique du royaume. Elle se demande si, en face de ce modèle utilisé par le roi, il existe un modèle pris par les villes qui se rebellent pour asseoir leur autorité : si le roi se réfère à une image mystique de l’unification, existe-t-il une image similaire chez les rebelles ? Věra explique qu’il est difficile de justifier la rébellion par le modèle biblique. Elle souligne que, dans le cas de l’armée gantoise combattant contre Louis de Male, il y a une très forte auto-stylisation dans le rôle de Judith luttant contre Holopherne. On peut également faire appel à l’image du peuple d’Israël échappant à Pharaon. Cependant, si ces images sont bien une voie de justification, c’est le seul exemple trouvé dans les Chroniques. Věra ne saurait pas répondre de manière plus générale. Fanny Oudin demande alors si, en dehors des modèles bibliques, les révoltés ne font pas appel à d’autres images ou métaphores pour se donner une légitimité politique. Elle pense, à ce sujet, à d’éventuelles comparaisons avec le corps, puisque l’on trouve déjà l’image forte de la rébellion des membres contre la tête. Věra indique que, sur ce point, le seul élément qui lui vienne à l’esprit soit l’auto-stylisation dans le rôle de quelqu’un soumis à l’injustice seigneuriale.

 La séance est close à 20h.

Stéphanie Richard et Irène Strobbe

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search