Compte-rendu de la séance du vendredi 15 juin 2018 – « Domestiquer la nature » (III)

Compte-rendu. Questes, séance du 15 juin 2018

Domestiquer la nature (séance III)

Présents : Tobias Boestad (Paris-Sorbonne, ED1), Yoann Boudes (Paris-Sorbonne, ED 5), Adriane Boussac (EPHE-SAPRAT), Numa Buchs (Paris-Sorbonne, ED 1), Audrey Dominguez (Université Grenoble-Alpes), Simon Hasdenteufel (Paris-Sorbonne, ED 1), Juan Manuel Lacalle (Université de Buenos Aires), Alice Laforêt (BnF), Marie Piccoli-Wentzo (Paris I, ED 5), Tom Sadler (Paris-Sorbonne, ED1 ; Université du Luxembourg), Maïté Sauvêtre (Paris-Sorbonne, ED 1), Mathias Sieffert (Paris III), Charles Viaut (Ecole Nationale des Chartes-Université de Poitiers)

Audrey Dominguez (Université Grenoble-Alpes) – « Le lis, de la plante domestique à la fleur des rois »

Les encyclopédies médiévales sur le lys et sur ses usages constituent des pistes de recherche sur la structuration d’un signe au Moyen Âge, ainsi que sur les manières d’observer et d’appréhender la nature. Dans ces ouvrages, la nature domestiquée se définit d’abord par le biais de la théorie des humeurs. Le lis a une nature chaude et humide. Ensuite vient l’observation de ses propriétés physiques et de ses vertus médicinales.

On peut repérer plusieurs types de lis. Le lis rouge est considéré comme un lis sauvage tandis que le lis blanc est un lis domestique. En revanche, le lis jaune a un statut plus ambigu : il est tantôt sauvage, tantôt domestique. Ces couleurs renvoient à des considérations symboliques. Le blanc est la couleur pureté. La culture du lis blanc est ainsi influencée par sa couleur : on domestique en priorité les plantes revêtues de capacités vertueuses. Ces plantes ont également des propriétés médicinales. Plus encore, le lis sort de l’ordinaire dans la pharmacopée médiévale. Il est en effet considéré comme une plante d’une grande beauté. Sa valeur esthétique devient un argument de domestication et une référence religieuse. La beauté est le reflet de la Création et de la virginité. Il s’agit donc d’exposer et protéger cette plante dans des jardins.

Le moine Jean Corbechon, dans sa traduction de l’œuvre encyclopédique de Barthélémy l’Anglais, ajoute un chapitre supplémentaire de sa propre main où il met en relief le rôle du lis dans la société française. Il propose une nouvelle image du lis qu’il met en parallèle avec son pays et le gouvernement de Charles V. La fleur devient l’image de l’essentiel et du meilleur. C’est aussi un signe religieux. Le roi de France comparé au lis est ainsi un homme exemplaire et sacré, qui lie les Français à Dieu. Il est la fleur de la fleur. Dans un extrait de l’ouvrage de Jean Corbechon, le verbe « croître », qui apparaît à deux fois à propos du lis renvoie en même temps à des idées politiques. Par exemple, il fait écho à la volonté de voir se développer et se renforcer le pouvoir royal. Le lis se démarque aussi par sa haute taille qui devient l’image du règne du roi des Français. Comme le lis, ce règne est un fait naturel et divin, qui ne cesse de se déployer. Dans l’écriture de ces textes scientifiques, le contexte politique a eu son importance. En effet, le pouvoir contribue à organiser, copier et traduire les connaissances. La nature est donc un témoignage de la politique de l’époque.

La symbolique du lis se retrouve enfin dans Quête du Saint Graal. Bohort y fait un rêve où une fleur de lys monte tandis qu’une autre fane. La perte de la blancheur de la fleur devient symbole du dépucelage et donc de la perte de la vertu. C’est un contre-pied à l’expression « droit comme un lis » (expression des xie-xve siècles). Le verbe « pourrir » est un terme botanique mais aussi symbolique, avec un jeu de mot entre « pourrir » et « périr » en tant que mort de la vertu. Or, c’est cette vision fondatrice va enclencher la quête de Bohort : sauver les chrétiens, protéger la vertu des chrétiens, luttant contre les péchés. Bohort part à l’aventure et combat avec la protection de Dieu, mimant la relation féodale.

Numa Buchs (Sorbonne Université) –  « Les Manganes de Constantin IX, un « paradis » en plein Constantinople »

Les jardins sont intéressants car ils se caractérisent par un processus de changement permanent : la nature est vivante. Elle se différencie du marbre de l’architecture, qui est plus stable. Le ixe siècle, moment de renouveau urbain à Constantinople, amène à un renouvellement de l’intérêt pour les jardins d’agrément chez les aristocrates byzantins. L’aménagement des jardins dans les palais impériaux devient ainsi un enjeu de pouvoir dans les années 1030.

Le développement urbain du ixe siècle s’est fait dans deux zones : le quartier Blachernes et le quartier de l’Acropole. C’est dans ce second endroit où se trouve le complexe des Manganes. L’empereur Constantin IX qui en est le principal artisan a souvent gardé l’image d’un empereur-jardinier. Cette image vient notamment de la chronique de Michel Psellos qui fut aussi un proche de Constantin. Pour autant, Psellos se montre critique car il rédige son témoignage après le règne de l’empereur byzantin : il le présente ainsi comme un passionné de jardins qui dépense inutilement l’argent dans cet amusement.

Les jardins s’organisent autour du monastère de Saint-Georges et du palais impérial. Les jardins sont ainsi au croisement des lieux de pouvoir. Cependant, le jardin des Manganes se différencie des autres jardins car il est ouvert. Jusque-là, les jardins se trouvaient surtout dans les palais, fermés. Les jardins des Manganes assuraient une source de subsistance pour de nombreuses personnes qui vivaient autour : les étudiants de l’école de droit qu’avait fondée l’empereur, les moines,  les membres de la cour et les passants qui allaient à l’hôpital de l’empereur. Cette idée d’autosuffisance fait écho à la tradition monastique.

Ces jardins revêtaient aussi une image de l’Eden. Selon Michel Psellos, la volonté de l’empereur était de sublimer les yeux et le regard des visiteurs. Les fouilles archéologiques ont permis des estimations de tailles des jardins : ils mesureraient 250 mètres sur le point le plus large, entre le palais impérial et les murs maritimes. Ces jardins obéissent à une architecture romaine tardive, de brique et de pierre.

Les Manganes faisaient enfin l’objet d’une utilisation politique. L’empereur se rendait sur place pour surveiller les travaux. Mais Michel Psellos voyait d’un mauvais œil le projet de l’empereur-jardinier. Il le présente comme un émulateur de Dieu, cherchant à réaliser un bouleversement de la nature. Il le compare aussi à l’empereur tyrannique Néron avec sa Maison Dorée. Psellos fait ainsi des jardins le tombeau de Constantin. Il raconte que ce dernier est mort à la suite d’une maladie pulmonaire contractée au cours d’une baignade dans une de ses piscines des jardins des Manganes. On lit donc la mort de l’empereur tué par sa passion et sa création.

Au-delà de la critique de Michel Psellos, il s’agissait pour l’empereur de se représenter comme représentant de Dieu. Il voulait apparaître comme créateur du jardin d’Éden, capable de modifier la nature, de protéger les moines et le pouvoir par la nature. Dans cet ordre d’idées, Constantin est souvent présenté comme solaire, donneur de vie, permettant à l’empire de grandir. On observe donc un empereur en manque de légitimité, qui devait renforcer l’idée de sa vocation de lieutenant de Dieu sur terre.

Charles Viaut (Université de Poitiers, École nationale des Chartes) – « Délimiter, exploiter et chasser : la forêt de Talmont et ses usages (xiie-xvesiècle) »

L’historiographie a souligné que la seconde moitié du Moyen Âge est une époque charnière dans la domestication de la nature. On voit un approfondissement de l’exploitation de la nature. En parallèle, cette exploitation contribue à revaloriser l’image de la nature inculte. Les forêts deviennent en effet un pivot des réalités médiévales en concentrant des enjeux économiques et politiques à mesure que les espaces forestiers régressent.

La documentation nous révèle la présence insistante de la forêt au niveau de l’actuelle commune de Talmont Saint-Hilaire. Le fait forestier est ainsi un élément d’une importance primordiale dans le cadre d’une étude de la seigneurie. Cependant, ici il s’agit de «  retrouver les forêts médiévales » car la forêt de Talmont n’existe plus. L’embocagement de l’Ouest Atlantique, phénomène récent dans l’histoire (à partir du xve en Bretagne, Normandie et Poitou), avec la mise en culture de terres incultes, a fait disparaître les espaces boisés. On retrouve néanmoins encore la présence de l’espace forestier sur la carte de Cassini (xviiie siècle). Le paysage actuel est donc le résultat final de l’exploitation de l’inculte par l’homme. On a affaire à une forêt fantôme que l’on traque dans la documentation. Pour autant, il y a beaucoup de témoignages de l’existence de cette forêt.

On retrouve les premières mentions au xie siècle dans le cartulaire de l’abbaye de Talmont. Les limites de la forêt y sont précisées : elles forment la forêt d’Orbestier. À proximité, on identifie un autre espace forestier : la forêt de Jard. Ces deux espaces forestiers sont souvent confondus dans les textes sous le nom général de forêt de Talmont. Son usage est alors réservé aux puissants laïcs.

Une charte de donation de Richard Cœur de Lion, seigneur illustre de Talmont, pour l’Abbaye de la Meilleraye nous révèle que le seigneur concède au moins aux moines des droits d’exploitation de bois, de défrichement, de pâture d’animaux. Ce document illustre le rôle régulateur de la seigneurie de Talmont dans la gestion de ses forêts : les acteurs locaux ne peuvent y faire ce qu’ils veulent. Une autre charte règle un litige entre deux prieurés sur la prise de bois en forêt de Jard et notamment sur le chaufagium, droit de prise de bois de chaume. L’acte nous montre à nouveau un accord et une régulation sur ce droit. Enfin les « verdiers », agents seigneuriaux sont chargés de la surveillance de la bonne application des accords sur l’utilisation du bois.

Malgré les efforts de préservation, le bois de la forêt de Talmont a pu être massivement utilisé. Le château de Talmont a en effet fait l’objet d’un programme monumental. L’intégralité du bois employé sur le chantier de construction du château provient sur les forêts de Jards et d’Orbestier. Toutefois, les traces de ce chantier sont minimes car le château a été démoli en 1628.

La forêt est aussi importante en tant que lieu de chasse. On retrouve un mobilier archéozoolgique très visible et constant dans le château de Talmont : par exemple, des bois de cerfs. Surtout, le château est Talmont est un cas unique en Europe du XVe par la prégnance extrêmement forte des espèces chassées dans les restes archéozooliques. Le nombre de restes de cervidés seraient aussi ou plus important que la triade traditionnelle « porcs-caprins-bœufs » pour l’élevage. La fauconnerie, chasse féminine est également attestée par des redevances à certains vassaux ainsi que par des vestiges d’oiseaux de proie, faucons et vautours. Enfin, l’exhumation récente de fragments de cors de chasse rappelle la pratique de la chasse à cours et souligne que les chasseurs seigneuriaux s’imposent dans l’espace sonore de la forêt.

Stratégique, la forêt est enfin un lieu de conflits entre seigneurs et abbayes. Ces dernières reprochent aux seigneurs d’outrepasser leurs domaines tandis que les seigneurs veulent encadrer l’action des abbayes.

Questions

Tobias demande à Numa, quelles espèces on cultivait dans le jardin des Manganes. Selon Numa, il s’agit d’arbres fruitiers, mais nous ne disposons pas de davantage de précisions. En tout cas, la présence de ces arbres fruitiers souligne un motif économique : il faut répondre à la demande du monastère à proximité ainsi que des malades et vieillards logés à l’hôpital. Il reste également un objectif symbolique de montre l’abondance d’une végétation qui peut prospérer.

Alice souligne à l’attention d’Audrey que l’œuvre de Barthélémy l’Anglais reliait dans les notes de bas de page les espèces végétale à des vertus et invite à  voir si et comment son traducteur Jean Corbechon a repris cette pratique. Yoann demande ensuite comment les lis sont rangés dans l’encyclopédie et Audrey précise qu’ils se trouvent à côté des roses.

Matthias rappelle que, dans la littérature courtoise, le lis est symbole de chasteté, humilité et beauté féminine. Il se demande alors quelles furent les associations du lis avec le féminin dans les encyclopédies. Audrey précise que le lis est d’abord intégré dans des discours religieux. Il sert donc à valoriser deux personnages : Jésus-Christ et la Vierge. On est parti de ces personnages divins pour aller vers des personnages plus humanisés.

Marie interroge un paradoxe dans la représentation des lis car certains sont très grands – donc potentiellement très vertueux – mais en même temps penchés – donc potentiellement symboles de vice. Audrey explique que cela est sans doute lié au mode de représentation de l’époque : à partir du xve siècle, on essaie avant tout de donner une image réaliste et vivante de la plante davantage que de reprendre les représentations morales.

Tobias demande à Charles de préciser l’évolution de l’empreinte spatiale de la forêt au fil des époques. Charles souligne que l’étude de l’emprise spatiale est en cours mais que beaucoup de problèmes se posent. En effet, les descriptions au fil du temps sont très similaires, du fait d’un traditionalisme littéraire, qui ne cherche pas à coller aux réalités paysagères. Il faut donc recourir aux approches paléo-environnementales. Une technique possible serait l’utilisation du Lidar, mais il ne permet pas de donner de limites claires. La question restera en grande partie irrésolue pour le moment.

Simon se demande s’il y eut des inquiétudes de la part des seigneurs face à la diminution du couvert forestier. Charles rappelle que les seigneurs avaient un personnel important pour la gestion des forêts, présent partout. Ainsi, si l’abbaye veut prendre du bois, il faut appeler les seigneuriaux pour obtenir l’autorisation. Par ailleurs, on assiste à une remise en culture des espaces forestiers au xve siècle.

Simon s’interroge également sur la fin de la forêt de Talmont. Charles répond que c’est un moment difficile à fixer, qui eut sans doute lieu au xvie siècle. Les comtes de Poitiers disparaissent alors et la seigneurie est démantelée. On peut y voir potentiellement le résultat d’une trop grande expansion démographique. Tobias souligne à cet égard que le climat a peut-être eu un rôle et Charles précise que les données polliniques qui seront prélevées permettront de mieux cerner l’évolution du climat et son rôle.

Yoann interroge la dialectique public/privé dans l’utilisation des jardins. Numa répond que nous manquons de sources pour avoir de solides conclusions. Il semble néanmoins que les jardins, accessibles seulement aux personnes autorisées, étaient un lieu de repos, hors du cérémonial pesant du palais impérial. Pour Talmon, Charles souligne que le jeune roi Richard Cœur de Lion considérait l’endroit comme une résidence et avait fait construire une petite loge de chasse dans la forêt.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts