Contre la loi ORE – Déclaration commune des membres du Conseil d’Administration

Déclaration commune des membres du Conseil d’Administration de l’association Questes

Contre la loi ORE

Les membres du Conseil d’Administration de l’association Questes tiennent à exprimer leur opposition à la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE), telle qu’elle a été votée le 9 mars 2018. Préparée trop rapidement et en l’absence de toute concertation réelle avec le monde universitaire, cette loi fait actuellement l’objet de vives critiques émanant autant des étudiant.e.s que des personnels de l’université. Si elle procède d’une volonté louable et nécessaire de réformer en profondeur l’université, et notamment les modalités d’entrée, nous estimons qu’elle se trompe autant sur les problèmes identifiés que sur les solutions qu’elle prétend apporter.

L’accent mis sur la sélection, introduite dans des filières jusque-là non sélectives, nous semble en effet une fausse route, voire un véritable rideau de fumée, à l’heure où l’université française manque surtout d’investissements massifs, pour créer les postes nécessaires à la prise en charge dans de bonnes conditions d’étudiant.e.s toujours plus nombreux.ses.

Partout, les enseignant.e.s accomplissent des tâches de plus en plus lourdes avec des moyens de plus en plus réduits. La réforme en cours ne fait qu’aggraver le problème, car la sélection des candidat.e.s repose désormais sur les enseignant.e.s, chargé.e.s de classer des centaines de dossiers, sans y avoir été formé.e.s et sans être payé.e.s pour cette tâche. La façon concrète dont ce travail est mené fait peser de graves doutes sur l’égalité des chances. Plus globalement, la baisse du nombre de postes fixes et la multiplication du nombre de vacataires menacent autant la réussite des étudiant.e.s que l’avenir de l’université française.

La volonté de corréler le nombre de places disponibles à l’insertion professionnelle en fin de diplôme nous heurte particulièrement, en tant que spécialistes de matières souvent vues comme peu professionnalisantes. Les étudiant.e.s d’aujourd’hui sont les professeur.e.s et les chercheur.se.s de demain.

Jeunes chercheur.se.s, nous sommes aussi enseignant.e.s dans diverses universités, collèges ou lycées. C’est également à ce titre que nous exprimons notre opposition totale aux violences policières exercées à l’encontre des mobilisations étudiantes et lycéennes, elles-mêmes inscrites dans un climat politique qui suscite notre inquiétude.

Ancien.ne.s étudiant.e.s, doctorant.e.s ou jeunes docteur.e.s, futur.e.s maîtres et maîtresses de conférence peut-être, l’université est au cœur de nos vies et de nos parcours depuis des années. Aussi réaffirmons-nous avec force notre attachement à une université libre et ouverte à tou.te.s, lieu de débats, d’ouverture intellectuelle et d’exigence scientifique, ainsi qu’à la liberté académique, sous toutes ses formes.

Les membres du Conseil d’Administration de Questes – Marie-Antoinette Alamenciak – François Arbelet – Louis-Patrick Bergot – Florian Besson – Tobias Boestad – Yoan Boudes – Adrien Carbonnet – Diane Chamboduc – Sarah Delale – Marielle Devlaeminck – Mélanie Foulgre-Lévêque – Maxime Fulconis – Nicolas Garnier – Pauline Guéna – Simon Hasdenteufel – Anne Kucab – Aurore Léon – Annabelle Marin – Marie-Christine Payne – Tom Sadler – Lisa Sancho – Mathias Sieffert


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts