Compte-rendu de la séance du vendredi 16 mars- « Popularité, réputation, renommée » (III)

Compte rendu du vendredi 16 mars

 Popularité, réputation, renommée (III)

Présents : Florian Besson (Paris-Sorbonne, ED1) ; Pauline Guéna (Paris-Sorbonne, ED1) ; Simon Hasdenteufel (Paris-Sorbonne, ED1) ; Yoan Boudes (Paris-Sorbonne, ED5) ; Maxime Fulconis (Paris-Sorbonne, ED1) ; Marie-Christine Payne (Paris III Sorbonne-Nouvelle, CERAM), Sarah Cals (Paris III Sorbonne-Nouvelle, CERAM), Anelise Nicolier (Paris-Nanterre) ; François Arbelet (Paris-Sorbonne, ED1) ; Marielle Devlaeminck (Grenoble-Alpes, ED LLSH50), Jérôme Limorté (Paris-Sorbonne) ; Célia Magras (Bordeaux, CAMD), Romain Goudjil (Paris-Sorbonne, ED1)

Romain Goudjil (Université Paris-Sorbonne) – La réputation des juges dans l’empire byzantin du XIe siècle, un outil de carrière :

            Platon insiste sur le fait que la recherche de la réputation peut donner tort à l’individu. La place de la fama a été beaucoup étudiée pour l’Occident médiéval. Etudions la carrière des juges de thèmes (circonscriptions administratives). Les décisions liées à leur carrière se prennent à la cour de Constantinople pendant qu’eux-mêmes sont en province : dès lors leur réputation est absolument cruciale. On a des correspondances pour étudier la réputation, non plus des jugés comme le fait Claude Gauvard, mais des juges…

            Corpus de Michel Psellos (1018-1081) : 201 lettres envoyées à des juges en province. Véritable réseau de juges/anciens élèves autour de ce brillant intellectuel lui-même ancien juge. La réputation exerce des contraintes fortes sur les juges et leur carrière. Psellos conserve un lien très fort sur ses anciens élèves, même une fois nommés à leurs postes, lien à la fois spirituel et hiérarchique : il se compare ainsi à Platon et l’un de ses élèves à Aristote. Le lien prend une forme amicale mais implique une forme de subordination (« voici l’ordre d’un maître à son élève »). Psellos utilise son réseau pour ses intérêts (sollicite des faveurs, aide pour ses alliés,…) et construit avec soin son réseau en installant ses anciens élèves à des postes-clés de l’administration impériale (exemple thème des Arméniaques, très riche et stratégique, confié à un jeune juge inexpérimenté : beau coup de maître de Psellos).

            Dans plus d’une trentaine de lettres, Psellos insiste sur le fait qu’il a l’oreille de l’empereur et qu’il peut donc « travailler à la réputation » de ses élèves. Souligne l’importance d’être connu devant l’empereur : lettre à un juge de Cappadoce : « les oreilles de l’empereur sont grâce à moi emplies de tes mérites ». Psellos est ainsi un constructeur de réputation, et il a conscience qu’il s’engage lui-même puisqu’il fait ensuite surveiller ses élèves nommés, car s’ils agissaient mal cela rejaillirait sur lui… Comportement tout à fait commun dans la société byzantine, fortement articulée par des liens clientélaires ; la cour est à la fois lieu de vie mondain et organe de gouvernement.

            Véritable mécanique de la réputation. Mais quelle est cette réputation ? Difficile à connaître, terminologie floue. La bonne réputation du juge semble être pour lui liée à une éthique, et d’abord à la capacité de s’enrichir en saisissant les occasions (« pour une réputation plus grande : se remplir les bourses de pièces ! »). Il faut aussi « maintenir son nom », et pour cela être utile à son réseau (et donc in fine à Psellos lui-même : il écrit à un juge pour lui dire de soutenir ses candidats à lui, même s’ils sont moins compétents que leurs adversaires…). Il insiste aussi sur l’importance de l’amitié, vertu politique on le sait, qui suppose une certaine similarité de caractère et de culture.  Ce qui revient à dire que pour avoir une bonne réputation il faut lui ressembler… Le moindre écart est sanctionné : « tes actions peuvent porter une ombre sur mes mots », « tu devrais arrêter de te plaindre et te réjouir de l’amitié que je te donne ». Les juges doivent paradoxalement obéir à Psellos sans exercer leur propre jugement. Perdre le soutien de Psellos, c’est disparaître à la cour, et mettre en péril sa carrière : il évoque ainsi des scorpions à la cour qui ne cessent de vouloir piquer ses correspondants. Il existe en outre d’autres réseaux, concurrents, qui peuvent répandre des rumeurs et Psellos n’obtient pas toujours les nominations qu’il veut.

            Cette économie de la réputation est aussi une géographie de la réputation : même éloignés en province, les juges vivent à Constantinople. Beaucoup vivent assez mal leur éloignement, surtout qu’à de nombreuses provinces sont attachées une mauvaise réputation : les habitants d’Athènes sont incultes, ceux de Cappadoce sont « à moitié secs et à moitié morts et guidés par un berger à moitié aveugle ». Psellos est obligé de sermonner les juges pour les pousser à entrer en contact avec la population locale. Ce jeu de réputation peut produire une forte insécurité juridique et fiscale car les réseaux adverses cherchent en permanence à changer les décisions de leurs prédécesseurs adverses… Finalement tout ça conduit à une impopularité des juges parmi les populations locales ! Réputation à Constantinople et popularité dans les provinces semblent ainsi radicalement opposées, tant les juges sacrifient les principes de justice à l’obéissance au réseau.

Discussion

Florian fait remarquer que ce système clientélaire tournant autour des nominations à des postes convoités ressemble au système universitaire contemporain… Peut-on parler de mandarinat ? Romain : Pas vraiment, car ça ne concerne finalement qu’un poignée de personnes dans tout l’empire, pendant un moment très court de l’histoire byzantine.

Simon demande comment ont réagi ces lettrés très snobs quand Constantinople est prise par les Latins en 1204…Romain : A ce moment-là, le deuil de la Ville prend le pas sur le sentiment anti-province.

Pauline s’interroge sur l’absence de système de contrôle de ces juges : pas de concours, pas de contrôleurs nommés par l’empereur, etc… Romain : C’est vrai. Mais c’est aussi parce que les juges de thèmes sont une dignité très élevée, donc des gens proches de l’empereur.

Célia Magras (Université de Bordeaux) – La réputation du commerçant au Moyen-Age : Un mécanisme protéiforme au service de la sécurité des échanges :

Place fondamentale de la réputation dans les échanges commerciaux, comme le souligne bien le terme même de crédit… Cette confiance ne peut pas seulement être offerte dans le monde des affaires : elle répond à un calcul rationnel, même s’il nous échappe souvent. Le vecteur de cette confiance est la réputation. 1606, Trésor de la Langue Française : « avoir bon crédit et bon réputation, c’est être bien estimé ». La réputation est liée à l’idée d’une évaluation, et elle permet donc de disposer d’informations sur un individu sans le connaître personnellement.

            La formation de cette réputation n’est pas spécifique au monde des affaires : ensemble des jugements porté par un groupe social sur un individu. Matière orale impossible à définir avec précision mais qu’on peut quand même approcher. On le sait, la réputation globale du marchand est négative dans l’Occident médiéval, depuis que Jésus a chassé les marchands du Temple. Pour purifier cette image, les marchands doivent donc être irréprochables. On en a des traces dans les archives : ex d’un procès opposant un marchand juif à un chrétien, et c’est le premier qui gagne car il a une « réputation sans taches » et notamment qu’il est très généreux avec les plus pauvres.

Manuels laissés par les commerçants soulignent l’importance de la réputation, via l’honnêteté, l’exactitude, l’équité, l’amabilité, et surtout la piété. Sans surprise, l’éthique marchande a pour source la morale plus large avec laquelle elle fusionne. Mais peu à peu elle s’émancipe et développe ses propres spécificités : l’apparence est ainsi un élément clé de la réputation des marchands.

Confiance encore plus importante au Moyen Âge car pas de mécanismes institutionnels, notamment pour le crédit. Les délais entre remboursements peuvent être très longs et les risques de voir son débiteur disparaître sont réels : le prêteur a donc besoin de la réputation pour savoir à qui prêter. Dès lors les commerçants forment une communauté qui fait circuler la réputation pour exclure les individus qui pourraient fragiliser les échanges économiques. La confiance est donc fragile, vulnérable : il faut toujours l’entretenir et elle peut faire et défaire des carrières.

Il suffit d’une rumeur pour détruire une carrière. Raison pour laquelle on rend publique les défaillances des commerçants… Dans l’autre sens, un commerçant ruiné peut bénéficier d’un crédit moral qui peut lui éviter la faillite. Les plus célèbres peuvent transformer leur réputation en renommée, au point qu’elle brille encore aujourd’hui : Jacques Cœur, les Fugger,…

Discussion

Pauline demande s’il existe des mécanismes permettant de contrôler la réputation ou de la réparer. Célia : Le procès ? C’est là qu’on va évaluer vraiment la fama de tout le monde.

Yoan s’étonne que le type de marchandises, et donc de public visé, n’entre guère en ligne de compte. Célia : En effet, les marchands, entre eux, s’occupent finalement assez peu de ce qui est commercé… Par contre la renommée est réservée aux grands marchands.

Simon compare ça aux grands philanthropes d’aujourd’hui qui donnent de l’argent pour se donner bonne conscience.

Maxime demande si ces marchands peuvent également servir de diplomates/d’ambassadeurs, notamment à l’échelle de la ville, et si la réputation peut être prise en compte là-dedans.

Anelise Nicolier (Université de Lyon) – Construire une église pour construire sa renommée

            Au XIIe siècle, la famille de Semur (commune de Semur-en-Brionnais)  reconstruit l’église castrale de Saint-Hilaire et l’utilise comme instrument politique pour se rendre visible. Longtemps méprisée par les historien·ne·s de l’art. En réalité le programme iconographique est très maîtrisé : sur le tympan, représentation de Saint Hilaire au concile de Séleucie, et de son affrontement très violent contre le pape aryen du temps, alors qu’on y attendrait les 24 vieillards de l’Apocalypse. Pourquoi représenter cet épisode qui est presque un hapax dans l’art du xiie siècle ? Volonté de glorifier Hugues de Semur, célèbre abbé de Cluny (1049-1109). Ce pape soutient la réforme grégorienne, et notamment s’oppose à l’antipape Clément III, dénoncé par le pape comme un hérétique : le pape aryen du linteau serait-il une représentation de l’antipape contemporain ? Hugues de Semur apparaît alors comme un nouvel Hilaire… L’étude de l’église souligne qu’à l’origine on avait prévu une nef élevée seulement sur deux niveaux (alors qu’il y en a trois finalement). On a changé de projet en cours de route, probablement pour copier Cluny III qui venait d’être lancé à ce moment-là par Hugues de Semur. On retrouve de nombreuses références à Cluny III dans l’architecture de cette église (pilastres cannelés), qui du coup se distingue complètement des autres églises du Brionnais => façon pour les seigneurs de Semur de rappeler que l’éminent Hugues de Semur appartient à leur famille.

Discussion

François demande comment comprendre cette mauvaise réputation de cette église parmi les historien·ne·s de l’art ? Annelise : D’un point de vue technique, c’est vrai que ce n’est pas très bon. C’est probablement fait par un évêque du maître de Charlieu, qui est elle-même décriée…

Simon revient sur l’influence de Cluny : y a-t-il un « label Cluny » ? Annelise : Complètement oui. Il faut se rappeler de ce qu’est le prestige de Cluny à l’époque…


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts