Compte-rendu de la séance du vendredi 16 février- « Popularité, réputation, renommée » (II)

                                                        Compte rendu du vendredi 16 février 2018.

                                                   Popularité, réputation, renommée (II)

Présents : Mélanie Lévêque-Fougre (Sorbonne Université) ;  Audrey Carmes (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne) ; Luce Carteron ( Paris III – Sorbonne-Nouvelle-ED 120) ; Romain Goudjil (Sorbonne Université – ED 1) ; Jérémy Gilabert (Sorbonne Université) ; Maxime Fulconis (Sorbonne Université – ED 1) ; Lisa Sancho (Université de Bourgogne – LECLA) ; Lise Fuertes (Université de Bourgogne) ; Adriane Boussac ( EPHE – SAPRAT) ; Anelise Nicolier (Paris Nanterre) ; Yoan Boudes (Sorbonne Université – ED 5) ; Marie – Antoinette Alamenciak (Sorbonne Université – ED 1) ; Mélissa Barry (Paris 10 – LAMOP) ; Raphaëlle Decloître (ENS Paris) ; Arnaud Montreuil (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne – LAMOP) ; François Arbelet (Sorbonne Université – ED 1) ; Marielle Devlaeminck (Université Grenoble Alpes – ED 50) ; Karine Dicharry (Université de Lille) ; Marie-Christine Payne (Université Paris III – Sorbonne-Nouvelle – ED 120)

« Réflexions sur la debonnaireté dans l’editio princeps de Lancelot du Lac », Karine Dicharry (Université de Lille).

Quelles sont les valeurs exaltées dans cette édition ? Celles-ci se réduisent-elles à la simple activité physique ou bien y a-t-il un système de valeur plus grand?Quel concept de la débonnaireté trouve-t-on dans l’édition princeps du Lancelot du Lac?

Terminologie : « De bon aire »> de « bonne souche » > de bonne origine, noble, de bonne race. Par extension, l’adjectif désigne les qualités de celui qui est noble. Ce terme désigne également des qualités morales : doux, généreux, affable, bon,… Le paradigme sémantique du terme insiste sur le sens social : franc, gentil , noble et un sens moral. Lancelot est désigné à plusieurs reprises par les termes « debonnaire », « debonnaireté » et « debonnairement ». Le terme « débonnaireté » est présenté comme faisant partie du tryptique des qualités fondamentales de la chevalerie : débonnaireté, largesse et magnanimité.

La notion de « débonnaireté » apparaît aussi dans des énumérations de vertus. Enfin le terme entre dans les attributs du chevalier, ici, Lancelot, pour apparaître comme une définition de l’éthique du chevalier.

Le terme débonnaire est aussi employé dans des binômes de termes mélioratifs tels que : « largesse », « prouesse », « piteux » et « pitié », « gentil », « courtois », « douceur », « franchise ». La débonnaireté est opposée à la force (même lorsque ce mot est au sens positif), « félon », « mauvaise ». On retrouve deux catégories de personnages auxquels s’appliquent le concept de débonnaireté > les bienfamés et malfamés, c’est-à-dire, ceux qui correspondent aux héros ou aux opposants. Les bienfamés : dans l’édition princeps, ce sera bien entendu Lancelot qui regroupera le plus d’occurrences du mot débonnaire. La débonnaireté est une qualité naturelle, constitutive même de la nature de Lancelot, dès son enfance. Lancelot et son lignage concentrent le plus le paradigme morphologique du mot débonnaire. Puis, c’est le lignage d’Arthur. Pour Gauvain, seul l’adverbe est utilisé : la débonnaireté est donc une qualité de Gauvain mais pas une valeur intrinsèque de ce personnage. Cela rend plus cohérent sa haine envers Lancelot et met en lumière la fin du texte. Les malfamés : Claudas qui déshérite Ban, Mordret et Méléagant puis la fausse Guenièvre. L’antonyme de débonnaire n’apparaît pas. Autres emplois : le mot « débonnaire » est aussi utilisé pour désigner des personnages féminins dans des situations précédant l’acte de viol. La pérennité de la présence de ce mot dans l’édition princeps de Lancelot montre que même à la fin du XVe siècle, Lancelot conserve ses valeurs de base.

 

« Pau d’oneur pour vous et grans blammes pour nous tous » : Renommées chevaleresques dans quatre textes narratifs (XIVe – XVe siècles) Adriane Boussac (Université de Poitiers).

Cette communication a tenté d’évoquer la renommée individuelle et la renommée collective des chevaliers ainsi que les chevaliers qui ne se comportent pas comme chevaliers. Les concepts d’honneur et renommée n’existent que dans le regard du reste de la société. L’idéologie chevaleresque accorde un sens social mais aussi moral à la chevalerie.

Quatre textes narratifs en particulier font connaître les hauts faits des chevaliers : les Chroniques de Froissart, la Chanson de Bertrand du Guesclin, Jehan de Saintré, le Livre des Faits de Messire Jacques de LalaingEst noble l’homme dont le nom est connu. Mais la noblesse ne vient pas que des faits qu’il accomplit mais vient aussi de ses parents, de son lignage, comme si la renommée était enracinée en chaque noble. Cependant, le noble se doit d’accroître sa renommée individuelle. 

-le Livre des Faits de Messire Jacques de Lalaing:le texte s’ouvre sur la question du lignage et le fait qu’il faut augmenter sa renommée. Cependant, un chevalier n’est pas seulement apprécié selon sa propre famille ou sa renommée individuelle mais aussi selon la renommée du groupe auquel il appartient : il s’agit d’un honneur partagé par les chevaliers afin de garantir un honneur non plus familial ni individuel mais collectif. Peut-on alors supposer l’idée d’une fraternité chevaleresque ? Christine de Pizan parlait des chevaliers comme les maillons d’une même chaîne.

-Froissart : c’est en constatant la dégradation de la renommée que le roi et ses conseillers décident de la reconquête. L’entretien et la défense de la renommée des chevaliers a une portée sociale. Un fragile équilibre des renommées : le vrai chevalier doit protéger et accroître sa renommée. Il doit être, notamment chez Froissart, en constante compétition avec ses pairs. Chez Jacques de Lalaing, il faut célébrer un chevalier à travers la répétition perpétuelle de la renommée des autres chevaliers. Il s’agit donc de briller sans écraser les autres membres de la même caste.

Eloigner la mauvaise fama : Jehan de Saintré se voit humilié plusieurs fois après avoir été abattu par un abbé devant les dames et d’autres gens. Il se vengera plus tard et percera la langue de l’abbé. Il s’agit ici de contrôler la parole afin de contrôler la renommée. Des insultes telles que « traistre », « traistre pouvez », « faulx chevaliers » sont là pour rabaisser le chevalier, lui retirer la renommée chevaleresque. La mise au ban du mauvais chevalier est nécessaire pour ne pas salir la caste car cela risque d’entacher la réputation des autres chevaliers.

 

« La disparition de Merlin dans les suites du Merlin en prose : de la construction d’une renommée à une mort infâmante » Lise Fuertes (Université Bourgogne-Franche Conté).

Il y a une très brève carrière littéraire de Merlin que l’on retrouve dans deux des six romans du Cycle Graal : Merlin et sa suite, les Premiers faits du roi Arthur). On a quelques auto-prophéties merliniennes, c’est-à-dire, les prophéties où Merlin annonce sa propre disparition. Dans la Suite Merlin, le prosateur met en scène un Merlin qui met en valeur ses propres prophéties et pas seulement celles qui sont là pour le royaume. Ces prophéties seront transmises par d’autres que lui : le Père Blaise, la cour d’Arthur. C’est la mise en écrit de la gloire qui assure sa pérennité. Sans écrit, la renommée disparaît. Dans la Suite Post-Vulgate, Merlin use d’une stratégie différente pour faire survivre sa renommée. La mort de Merlin s’oppose à sa bonne renommée. Cela serait dû par sa luxure qui le rend coupable et qui est la cause de son entombement par Nimienne (c’est la raison qu’elle avance: elle accuse Merlin de luxure). Merlin annonce aussi une mort hors catégorie, une mort ignominieuse. Enfin, le savoir de merlin ne lui est d’aucune utilité pour échapper à cette mort. Dans ce texte, la renommée de Merlin est donc entachée par sa luxure et son orgueil. Le Livre d’Artus est l’un des seuls livres à ne pas mettre en scène la mort de Merlin .C’est aussi le seul livre où l’on n’a pas de chevalier qui part en quête de Merlin. Dans ce texte, toutes les qualités de Merlin sont oubliées.

Questions de l’auditoire et réponses/ajouts :

-Karine : L’édition princeps met en valeur la débonnaireté de Lancelot car il est justement le personnage principal du texte.

-Adriane : A Calais, chez Froissart, la mauvaise réputation va de pair avec la parole populaire.

Après la guerre de Cent Ans et les lourdes défaites subies par la France, les auteurs mettent en avant ce rôle essentiel de la classe chevaleresque : protéger leur honneur est pour les chevaliers, le meilleur moyen de protéger leur place dans la société. Par le service des armes, ils doivent montrer qu’ils se comportent comme des nobles.

-Lisa demande à Lise d’expliquer la citation « …que tu morras a hounor et jou a honte » et souhaiterait savoir si l’on peut parler d’une sincérité de Merlin. Lise répond que Merlin se prendrait comme exemple pour se comparer à Arthur et annonce une mort honteuse, liée à l’inceste.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Cette entrée a été publiée dans Billets le par .

À propos Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)