Compte-rendu de la séance du vendredi 19 janvier – « Popularité, réputation, renommée » (I)

Compte rendu 19 janvier 2018

Popularité, réputation, renommée (I)

Présents : Maxime Fulconis (Sorbonne Université – ED1) ; Maïté Sauvêtre (Sorbonne Université – ED 1) ; Adriane Boussac (EPHE – HDT) ; Marie-Christine Payne (Paris III – Sorbonne Nouvelle – ED120) ; Romain Goudjil (Sorbonne Université – ED1) ; Jonathan Fruoco (Université Grenoble Alpes ILLCEA4) ; Nicolas Garnier (Sorbonne Université – ED1) ; Sarah Delale (Sorbonne Université – ED1) ; Raphaële Decloitre (ENS Paris) ; Arnaud Montreuil (Paris 1 Panthéon-Sorbonne – LAMOP) ; Marielle Devlaeminck (Université Grenobles Alpes – ED50) ; François Arbelet (Sorbonne Université – ED1) ; Jérôme Limorté (Sorbonne Université) ; Pauline Guéna (Sorbonne Université)

François Arbelet (Sorbonne Université) et Marielle Devlaminck (Université Grenoble-Alpes) : « Introduction »

Les termes choisis ne sont pas forcément médiévaux, mais se réfèrent à la notion latine de fama, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Si popularité n’est pas un terme qui apparaît à l’époque moderne, réputation et renommée se répandent à la fin du Moyen Âge et, surtout, sous la plume des premiers humanistes. La popularité, la réputation et la renommée n’existent que dans la subjectivité du regard de l’autre. Elles se répandent et ne se partagent que par la rumeur, ce qui en fait des réalités particulièrement évanescentes. Parmi les historiens, on se référera avant tout aux travaux de Claude Gauvard qui s’est beaucoup intéressée à la fama, et en particulier à la réputation des témoins judiciaires. Mais la fama n’a rien à voir avec l’opinion des contemporains. Une autorité supérieure peut se prononcer sur la fama et déclarer respectable un individu contre l’avis du plus grand nombre. De plus, la fama n’est jamais acquise et doit être entretenue. Les sources médiévales n’hésitent à pas à préciser que la maison ne fait pas l’homme honorable, mais que les hommes honorables rendent une famille noble. Toutefois, une bonne fama est nécessaire à l’exercice du pouvoir au Moyen Âge. Dans la littérature, les thèmes de la popularité, de la réputation et de la renommée sont très présents, notamment dans Erec et Enide et dans Le Roman de la rose. Le théâtre et, en particulier le théâtre de rue est un moyen particulièrement efficace pour louer ou discréditer la fama d’un personnage.

Jonathan Fruoco (Université Grenoble-Alpes) : « Geoffrey Chaucer et le dédale de Renommée »

Geoffrey Chaucer (1340-1400), « père de la poésie anglaise » s’est tout particulièrement intéressé au concept de fama au sein de son œuvre poétique. Membre de la cour et petit fonctionnaire, il a longtemps gardé son occupation poétique secrète. C’est que, contrairement à la société italienne ou le poète peut gagner une forte réputation par ses hauts faits littéraires, la culture anglaise est plus encline à célébrer l’exploit guerrier et chevaleresque. Chaucer, qui a découvert la poésie de Dante durant un voyage en Toscane ressent à son retour avec une acuité particulière la versatilité du concept de fama. Il exprime ce sentiment dans son The House of Fame. Dans ce voyage métaphorique, l’auteur se dirige vers le palais de renommée. Mais dans son œuvre, il marque sa distance avec Dante et ne peut s’empêcher de déclarer qu’un auteur ne devrait rechercher la gloire. Dans le palais, la réputation des poètes, jongleurs et conteurs constituent les piliers de l’édifice, qui apparaît comme un lieu hors du temps où se joue un vain et perpétuel concours de gloire. Et Chaucer de conclure : « Que nul homme ne se souvienne de mon nom ». Puis, il visite le palais des rumeurs, où la vanité des courants d’air expriment des jugements portant sur la renommée. Toujours critique, il note que certaines rumeurs mensongères peuvent, si elles sont suffisamment fortes, prendre place dans le palais de gloire pour y célébrer une fama non méritée. Mais, à la fin de sa vie, Chaucer qui écrit en vernaculaire, bénéficie d’une popularité qui va grandissante et qui conduit à une évolution notable de sa volonté de rester anonyme. S’il estimait autrefois ne pas mériter les lauriers, dans son Troilus and Criseyde, il se place dans l’héritage de Virgile, Ovide et Homère.

Tobias Boestad (Sorbonne Université) : « Qu’il se disculpe par la douzième main. La preuve par la réputation dans le droit des villes baltiques (XIIIe-XIVe siècle)

Dans les procédures judiciaires de la moitié nord de l’Europe, l’accusé pouvait se disculper en faisant appel à un certain nombre de co-jureurs chargés de confirmer sa version des faits. On parle de compurgation. Contrairement au témoignage, cette procédure ne porte pas sur la culpabilité ou non du prévenu, mais sur la valeur et la fiabilité de son serment. Elle faisait reposer la preuve sur deux éléments : le premier est l’ordalie, dans la mesure où l’on s’attendait à ce que Dieu fasse échouer par une hésitation ou un geste déplacé le serment de celui qui s’apprêtait à commettre un parjure ; le second est la réputation, qu’on mesurait ici à la capacité du prévenu à mobiliser un nombre suffisant de personnes dignes de confiance prêtes à risquer leur âme pour garantir son innocence. Si c’est avant tout le premier élément qui a attiré jusqu’ici l’attention des historiens du droit, il ne semble que la place que cette procédure accorde à la réputation en explique la persistance à une époque où l’ordalie recule et où le droit canonique donne à la fama une place importante dans le droit processuel.

Après une première partie plus générale, la communication se centre sur un corpus de quatre traditions juridiques urbaines de part et d’autre de l’espace baltique. À la lumière de ce corpus, il apparaît que la compurgation n’est pas utilisée partout de la même manière : résiduelle à Lubeck, elle est par exemple omniprésente en Suède. Alors que les droits de certaines villes insistent très explicitement sur la dimension ordalique de cette procédure, d’autres la lient à la réputation et en font un moyen pour l’homme bien famé de se défendre contre des rumeurs non fondées. Une troisième partie s’interroge sur la manière de définir la réputation dans les villes baltiques : l’est-elle de la même manière dans les villes où la compurgation est utilisée et dans celles où elle ne l’est pas ? Un examen bref laisse deviner certaines différences, mais aussi une commune définition négative de la réputation en justice : est honnête celui qui ne fait l’objet d’aucun bruit public, bien famé qui ne fait l’objet d’aucune mauvaise réputation. En définitive, la réputation apparaît comme une donnée tout aussi importante dans les villes ayant recours à la compurgation et dans celles qui la rejettent. Cela suggère que le débat dont faisait l’objet cette procédure ambiguë ne remettait pas en cause la place de la réputation dans les procès, mais ne portait que sur la pertinence de la compurgation comme moyen d’établir la réputation du prévenu.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts