Compte-rendu de la séance du 15 décembre 2017 – « L’insulte et l’injure » (II)

Compte-rendu-15 décembre2017

L’insulte et l’injure

Présents : Marie-Antoinette Alamenciak (Paris-Sorbonne, ED1), Anne Arato (ENS), Barry Melissa (LAMOP), Camille Bellenger (Paris-Sorbonne, ED5), Tobias Boestad (Paris-Sorbonne, ED1), Yoan Boudes (Paris-Sorbonne, ED5), Adriane Boussac (EPHE – HTD), Sarah Delale (Paris-Sorbonne, ED1), Marielle Devlaeminck (Grenoble Alpes ED n°50 LLSH), Maxime Fulconis (Paris-Sorbonne, ED1), Nicolas Garnier (Paris-Sorbonne, ED1), Simon Hasdenteufel (Paris-Sorbonne, ED1), Sung-Wook Moon (Paris-Sorbonne, ED1), Marie-Christine Payne (Paris III Sorbonne Nouvelle ED120 CERAM), Tom Sadler (Paris-Sorbonne, ED1), Lisa Sancho (Université de Bourgogne LECLA), Maïté Sauvêtre (Paris-Sorbonne, ED1), Chloé Tardivel (Paris VII Diderot ICT),

La deuxième séance du cycle « l’insulte et l’injure », est présidée par Nicolas Garnier et Tobias Boestad.

Marie-Antoinette  (Université Paris-Sorbonne), « L’injure sans l’insulte : la rhétorique de l’oblique dans les Quinze joies de mariage »

Les Quinze joies de mariage est une œuvre hybride à mi-chemin entre narration et argumentation qui met en scène le mariage comme une prison dont les mariés ne peuvent s’échapper et où ils s’affrontent verbalement. Cependant, comme le souligne d’emblée Marie-Antoinette, l’opposition entre les deux époux ne prend jamais la forme d’insultes frontales mais se manifeste par une rhétorique de l’oblique : l’injure se fait sans insulte, par un ensemble de sous-entendus et d’antiphrases. Cette rhétorique fait ainsi du langage et de la parole un instrument de pouvoir au sein du couple. Or, c’est le personnage de la femme qui se sert le plus de ces armes verbales, face à un mari passif, ce qui conduit Marie-Antoinette à étudier le rapport du féminin à l’injure. Cette injure sans insulte permet à la femme de réaliser deux actions examinées au cours de cette intervention : nuire et dominer.

Dans le texte, la femme insulte toujours son mari de manière indirecte, afin de l’humilier, sans que ce dernier, réduit à la passivité, ne se défende. L’une de ses stratégies verbales principales est de rappeler l’absence de lignage noble de son mari, lequel ne répond qu’en termes respectueux à son épouse. Il existe donc un contraste entre l’homme, caractérisé par sa dimension végétative, prenant ses peines pour des joies, et la femme, maniant activement le langage mais sans jamais tomber dans l’insulte.

Les mots sont aussi pour la femme un moyen de dominer et ainsi obtenir ce qu’elle veut. L’exemple choisi est celui d’une robe : pour l’acquérir, la femme rompt le dialogue avec son mari afin de le placer dans la position de celui qui sollicite un échange et qui se trouve ainsi disposé à se soumettre. Dans ce cas, c’est par une habile rétention du verbe que la femme parvient à dominer le mari.

Marie-Antoinette en vient alors à se demander ce que l’auteur cherche à démontrer à travers cette improbable guerre des sexes. Anonyme, l’auteur semble critiquer avec virulence le mariage. Pourtant, il se présente dans son prologue comme un clerc que l’on peut donc difficilement concevoir comme hostile à l’un des sept sacrements. Il est en revanche vraisemblable qu’il se moque des jeunes hommes trop prompts à s’engager dans le mariage où ils deviennent soumis, sans pouvoir en sortir. À travers la description d’un monde inversé où le pouvoir reviendrait aux femmes par l’usage habile de la parole, l’auteur se jouerait des hommes qui veulent s’emprisonner trop vite dans le mariage. Il analyse les causes et effets d’un tel comportement, sans proposer de remède et tout en gardant une hauteur de vue, ce qui rend sa véritable posture d’autant plus difficile à identifier.

Lisa Sancho, (Université de Bourgogne), « “Que sor la raïne versa / Tot lo vin de coi [la cope] estoit plaine.” L’injure faite à la reine dans la littérature narrative du Moyen Âge central »

Lisa Sancho a choisi d’interroger les implications des injures faites à la reine dans la littérature du Moyen Âge Central, car de telles insultes, loin de viser uniquement le sexe féminin, touchent par capillarité le roi et la conception même du pouvoir royal.

L’intervention tente une conceptualisation de plusieurs types d’injure. La première est l’injure verbale et gestuelle présente dans la chanson de geste des Aliscans à travers le personnage de la reine Blanchefleur. Par des mots et des gestes, ce type d’insulte fait perdre à la reine son sang royal, la ravalant au rang de prostituée et à toutes les valeurs négatives que le Moyen Âge lui associe. La seconde est l’injure circonstancielle qui doit se lire au niveau symbolique. Ainsi, dans Tristan et Yseult de Béroul, quand le roi Marc décide de livrer Yseult à des lépreux, faut-il y voir un signe d’injure et d’humiliation contre l’intégrité féminine.

En sus de ces classifications, Lisa insiste sur le fait que la reine n’est jamais envisagée comme un personnage autonome, mais dans le cadre du binôme qu’elle forme avec le roi. Injurier la reine équivaut à injurier le roi. L’exemple proposé est tiré du Perceval de Chrétien de Troyes où la reine Guenièvre se voit insultée par le chevalier vermeil qui lui verse une coupe sur la tête. Il a également demandé à Arthur de lui donner sa terre, de sorte que le roi subit une double insulte.

Cette injure contre la reine devient alors le révélateur des défaillances de la royauté comme institution. C’est un symptôme de la faiblesse et de la pusillanimité du roi. Plus encore, la réparation de l’injure semble rarement venir du roi – sinon jamais. C’est souvent le personnage du chevalier qui soustrait la reine à l’injure. Il arrive que le responsable de l’insulte s’excuse mais, de manière significative, ses excuses sont immédiatement suivies par celles de la reine. Elle reconnait qu’elle s’est mal comportée la première et peut aller jusqu’à s’humilier en baisant les pieds du coupable, ce qui réaffirme la domination masculine médiévale. Enfin, il est des rares cas où la reine lave elle-même son affront par l’usage de la ruse. Lisa propose ainsi l’exemple du Roman de la rose de Jean Renart où le personnage féminin, Liénor, sœur de l’empereur Conrad, se montre même magnanime puisqu’elle épargne le sénéchal auteur de l’insulte et l’envoie aux croisades. Son honneur est alors restauré, ainsi que celui de la royauté qui en sort même renforcée.

Au terme de cette analyse, Lisa fait remarquer que dans les insultes à la reine, c’est soit cette dernière, soit un chevalier qui parvient à résoudre la situation, mais jamais le roi. Celui-ci présente un statut particulier : il est la clef de voûte du récit – porteur d’un ordre qui menace de s’effondrer – mais il demeure inactif face à l’insulte alors que la reine ou le chevalier se distinguent à travers de tels épisodes.

Chloé Tardivel (Université Paris-VII), « Des paroles blessantes : les injures verbales dans l’Italie communale à la fin du Moyen Âge »

La question du mal parler n’a pas laissé indifférentes les autorités laïques des communes italiennes qui ont perçu cela en termes d’ordre public. Ainsi, par les statuts communaux, les autorités ont-elles cherché à discipliner l’usage de la parole de leurs concitoyens, considérant l’injure verbale comme un délit à part entière.

Au fruit d’un travail de recensement lexical au sein des sources, Chloé a pu identifier que c’est au début du xive siècle que l’injure verbale fait son apparition dans les statuts communaux de sa région d’étude. Cet effort de législation reflèterait deux dynamiques : l’évolution de l’institution communale dans le domaine du pénal, vers une publicité plus accrue ; l’élaboration progressive d’une éthique communale dans un contexte de disciplinarisation de la société communale. Le modèle du bonus civis intègre ainsi une nouvelle composante – celle de ne pas proférer de parole injurieuse.

La législation porte une grande attention aux mots, offrant à l’historien une large palette d’offenses verbales qui ont également été classées par les législateurs selon différentes catégories : insultes, reproches, malédiction, médisances, calomnies et diffamation. Dans cette liste, Chloé souligne la place intéressante du reproche qui, dans nos sociétés actuelles, n’est plus considéré comme une injure.

En fonction de ces catégories, les autorités ont mis en place une répression variable, avec des écarts qui peuvent être très fortes et que Chloé a choisi de représenter sous forme de tableau. Un reproche équivaut ainsi à 25 livre d’amende (soit 500 sous), une insulte à 13 livres, une médisance à 20 sous et une malédiction à 15 sous. Toutefois, ces peines pouvaient être diminuées sous certaines conditions. Inversement, quand l’insulte est dirigée contre un agent de la commune, la peine se trouve doublée. Par ailleurs, Chloé attire l’attention sur un point notable, à savoir que l’injure dans le cadre de la famille n’entraîne pas de peine. On pourrait en conclure que si les communes sont dans une logique d’agrandissement de leur mainmise légale par cette législation, la sphère privée reste néanmoins protégée.

L’intervention se termine par plusieurs pistes de réflexion. La première est que ce ne sont pas seulement les mots qui comptent dans l’utilisation des insultes, mais aussi les personnes, notamment selon leurs identités sociales et sexuelles. À partir des travaux des sociologues, on peut en effet définir que le but de tout acte injurieux est de perturber les mises en scène de la société traditionnelle et de redéfinir les places de chacun au sein du groupe. Deuxièmement, l’injure n’a de sens que dans l’entre soi de la société : il n’y aurait jamais d’étranger pris dans le jeu des injures au sein de la commune car l’injure supposerait une relation d’égal à égal. Enfin, constatant qu’il est interdit par la législation de professer des insultes dans certains lieux publics comme la place du marché ou devant le palais du podestà, Chloé se demande si l’insulte ne devient pas un instrument dont peuvent se servir certains acteurs à des fins politiques, notamment les citoyens pour protester contre le pouvoir communal et porter leurs réclamations en secouant par le verbe l’ordre établi.

Questions

Camille envisage le cas de l’insulte dans le contexte familial et se demande si l’intimité affective ne favoriserait et survaloriserait pas l’insulte. Il existerait dès lors une insulte spécifiquement « familiale » qu’il faudrait chercher dans les sources. Chloé répond ne pas avoir repéré dans sa documentation de cas relatifs aux injures en famille et rappelle que, dans la mesure où les statuts communaux ne veulent pas légiférer sur les insultes dans le domaine privé, il est difficile de percevoir une insulte typiquement familiale. Marie-Antoinette précise pour sa part que, dans le cas des Quinze joies de mariage, les époux ne s’insultent pas au sein du microcosme du lit conjugal, mais procèdent toujours de manière biaisé. Par contre Lisa reconnaît que le contexte familial est propice à l’injure, ce qui entraîne selon elle un véritable paradoxe : l’injure est plus violente au sein de la famille, mais celle-ci reste toujours soudée. Marie-Antoinette ajoute alors que, dans le cadre du couple, les époux ne s’insultent pas afin d’éviter d’en arriver au point de rupture.

Revenant sur le cas de la reine Blanchefleur qui s’excusa après avoir été humiliée et battue à mort, Nicolas se demande si on ne retrouve pas là un vieux fond de misogynie : la femme est coupable car elle l’a bien cherchée. Lisa confirme cette assertion et ajoute que ce sont le plus souvent les femmes qui donnent des excuses et non les hommes, ce qui serait un procédé littéraire pour avilir les femmes. Nicolas s’étonne ensuite que Les Quinze joies de mariage ne présentent pas la vulgarité propre à d’autres textes médiévaux sur les mêmes sujets. Marie-Antoinette souligne effectivement qu’il s’agit d’une œuvre singulière par un parti pris de l’auteur dès son prologue de ne jamais montrer de vulgarité.

Intéressé par le tableau des amendes pour injures présenté par Chloé, Maxime pointe la différence considérable entre les montants et se demande si ce n’est pas lié au statut social des personnes qui prononcent les insultes – ainsi certaines amendes pour insultes seraient destinées aux plus aisés et d’autres aux plus modestes. Chloé, qui n’avait pas encore envisagé la question sous cet angle, répond qu’il serait possible d’approfondir la portée sociale des différentes catégories d’amendes.

Yoan se questionne sur l’identité du clerc auteur des Quinze joies de mariage, il souligne que ce dernier joue habilement avec le langage comme l’épouse qu’il dépeint et serait presque tenté de se demander si l’auteur ne serait pas une femme. Marie-Antoinette rappelle qu’on ne sait rien de l’auteur, hormis qu’il se présente comme un homme. Mais, s’il célèbre la ruse féminine, c’est dans la fiction, au sein d’un monde où les valeurs sont renversées.

Yoan demande alors si, parfois, le roi ou la reine peuvent insulter. Lisa répond que oui et qu’une sous-partie de son intervention y était originellement consacrée, avant de devoir la supprimer par manque de temps. Elle développe donc ce thème du roi ou de la reine qui injurient. La reine injurie le roi par l’adultère et le roi répond à cet adultère lui-même par une injure physique ou verbale – par exemple quand le roi Marc livre sa promise Yseult aux lépreux. Nicolas remarque que le roi n’intervient jamais quand la reine est insultée. Lisa confirme que le roi ne fait que se lamenter et l’insulte sera réparée par un chevalier tiers. Cela peut donner parfois des configurations originales comme dans le cas de Perceval qui dit ne pas se préoccuper de l’insulte faite à Guenièvre car ce qui lui importe est d’être fait chevalier – mais, en fin de compte, c’est lui qui venge cette insulte en battant le chevalier vermeil.

Sarah voudrais davantage d’informations sur l’épisode de la « fausse Guenièvre » à la lumière de ce thème de l’insulte. Lisa lui répond que la question est vaste et qu’il faudrait un article entier là-dessus. Sarah poursuit en rappelant que dans le Roman de la rose de Guillaume de Dole, il y a un véritable défilé de demoiselles arrivant une par une dans un château et étant de plus en plus belles. Or, au milieu de ce défilé, la reine apparaît comme la moins belle de toutes. Lisa répond que ce défilé vient confirmer une insulte proférée auparavant dans le roman par le personnage de Lanval contre la reine.

Melissa souhaite revenir sur l’épisode d’un procès en Normandie pour viol où il est dit que la femme l’avait bien cherché car elle avait traité le coupable « d’Anglais ». Melissa se demande si l’injure verbale de la femme n’a pas été suivie par l’injure physique de l’homme. Chloé confirme que les injures verbales seraient le propre du féminin et les injures physiques le propre du masculin. Marie-Antoinette souligne que Les Quinze joies de mariage confirment cette vision : les femmes y sont présentées comme faibles physiquement et c’est le langage qui est leur arme. Lisa souhaite néanmoins nuancer en disant qu’il est difficile de trancher l’usage de l’insulte entre féminin et masculin. Certes, pour les femmes, l’injure verbale est la plus fréquente ; néanmoins, en ce qui concerne les hommes, il n’est pas impossible qu’ils recourent autant à l’injure verbale que physique.

Marielle se demande si le fait que les insultes soient retranscrites en latin dans les statuts communaux n’est pas un moyen pour les juristes à la fois de les atténuer et en même temps de renforcer l’importance de ce sujet de société, car le latin est une langue séculaire. Maxime intervient pour préciser qu’à ce moment, on latinise tout dans les statuts communaux. Chloé remarque que parfois, certains scribes ne savent pas comment latiniser des insultes issues du vulgaire.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts