Compte-rendu de la séance du 13 janvier 2017 – « La résistance au Moyen Âge » (I)

Liste des présents

Florian Besson – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Annabelle Marin – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Tom Saoller – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Louis-Patrick Bergot – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Mathias Sieffert – Paris III, ED 120 – EA 173 ; Sarah Delale – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Anne Kucab – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Maïté Sauvêtre – Paris-Ouest, ED 138 ; Elodie Pinel – Paris-Ouest, ED 138 ; Sung Wook Moon – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Nicola Garnier – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Yoan Boudès – Université Paris-Sorbonne, ED 5 ; Marie-Christine Payne – Paris III, ED 120 ; Viviane Griveau-Genest – Paris-Ouest, ED 138 ; Mélanie Levêque-Fougre – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Tobias Boestad – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Christine Sem – Ens de Pise ; Amelie Hanneau – EHESS ; David Dominé-Cohn – EHESS ; Adrien Carbonnet – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Ann Thy Nguyen – Université catholique de Louvain ; Pauline Guéna – Université Paris-Sorbonne

Adrien Carbonnet – Université Paris-Sorbonne ; Dominé-Cohn – EHESS ; Anh Thy Nguyen – Université catholique de Louvain – « Introduction »

Résister, c’est se tenir face à, c’est opposer une défense face à quelqu’un ou quelque chose. En français moderne le terme acquiert une coloration politique, notamment après la seconde guerre mondiale. Mais une véritable polysémie existe au sein des textes.

Les médiévistes se sont surtout intéressés aux rébellions et aux formes de résistances collectives, notamment dans la lignée des travaux de Michel Mollat. Face aux travaux de synthèses, les études centrées sur certaines rébellions permettent d’en restaurer toute la singularité. C’est notamment le cas des travaux de Vincent Challet concernant les Tuchins : il montre que la rébellion est ici un moyen d’entrer en politique.

Toute la difficulté est de savoir comment approcher les résistances à travers des sources qui émanent des autorités. Il s’agit d’un problème anthropologique qu’évoquant Nathan Watchel dans ses travaux. Carlo Ginzbourg considérait lui que l’étude de la culture populaire passait aussi par celle de la culture dominante. Les pratiques de résistance sont donc à mettre à distance, du discours des autorités comme du grand discours de l’évolution historique.

Quentin Dilewsky – Université de Toulouse II – Jean Jaurès – « Les chevaliers faidits : une résistance face à la croisade albigeois »

La croisade des albigeois commence en 1209, et s’étend jusqu’à l’été 1219. C’est dans ce contexte que s’inscrit le phénomène des faidits. Deux étymologies existent pour ce terme : il peut renvoyer soit à la douleur, soit au bannissement. Selon l’auteur qui l’utilise, ce terme renvoie à des réalités très différentes. Si on considère comme faidits les seigneurs dépossédés, combattants, et renégats, quatre personnages peuvent être retenus entre autres : Guiraud de Pépieux, Guillaume de Minerve, Aimery de Montréal et Bernard de Cazenac.

Dans les textes littéraires, les faidits sont généralement associés à la vie errante et à la forêt. Mais ce sont avant tout des combattants, très majoritairement des chevaliers. Ils mènent surtout des embuscades, et se livrent à une petite guerre, peuvent tenter de détruire les machines de guerre. Certains se rebellent pour des raisons religieuses, beaucoup plus nombreux sont les simples sympathisants de la cause cathare. Les faidits ont fréquemment des membres de leur lignage hérétiques. Ce ne sont pas réellement des résistants : ils défendent aussi leurs intérêts en défendant leurs terres. Leur résistance s’organisent selon les réseaux lignagers et vassaliques, et leurs parcours tortueux montre la complexité du contexte.

Alexandra Laliberté – Université de Toulouse II –  « Prêtres, métropolites et patriarches en Roumélie : une résistance orthodoxe au pouvoir ottoman (XVe-XVIIe siècle) »

La figure du pope résistant est une figure mythique de la révolution grecque. Dès la chute de Constantinople, Isidore de Kiev et Bessarion mènent une activité épistolaire en faveur d’une reprise de Constantinople. Mais si les exilés adoptent cette attitude, aucune volonté de résistance n’est manifestée par les élites cléricales restées dans l’Empire ottoman jusqu’au XVIe siècle. A la fin du XVIe siècle le contexte devient plus favorable à la révolte, et c’est seulement à partir de là que le clergé grec et les monastères peuvent jouer un rôle de résistance face aux activités ottomanes. Ils jouent un rôle dans la constitution de réseaux qui entrent en lien avec les Occidentaux. Leur rôle est aussi culturel dans la création d’écoles à Constantinople, mais aussi en Pologne, et en Lituanie-Moldavie.

Plusieurs patriarches au XVIe et XVIIe mènent une réflexion concernant la résistance, et le rôle que peuvent y jouer les Latins. Les archevêques, métropolites et évêques sont eux confrontés à des problèmes plus matériels. C’est par exemple le cas de Dionysos Rhallys métropolite de Trnovo, ou de l’archevêque d’Orhid Athanase. Les prêtres, eux, peuvent recenser les villages qui sont prêts à se révolter, on retrouve des listes de signatures de prêtres et de moines. C’est eux qui assurent l’ancrage territorial.

C’est donc une période où se développe la conscience d’une solidarité parmi les populations, non seulement religieuse, mais aussi culturelle, dans laquelle les religieux occupent une place de choix. Mais tous les Grecs ne sont pas en résistance, et la plupart de ceux qui le sont viennent de zone en contact avec les Latins, comme la Crête.

Sébastien Mazou – Université de Toulouse II, Université Ca ’Foscari – « Le Frioul au XVe siècle. Résister aux Turcs ou à l’armée vénitienne ? »

Le Frioul est la seule partie italienne des territoires vénitiens soumis aux guerres avec les Ottomans. Les attaques ottomanes ont lieu à la fin du XVe siècle. Elles sont très brèves, mais leur violence et leur imprévisibilité crée une peur permanente parmi la population du Frioul, qu’a étudié Andrea Martignoni.

Le fond Luogotenente alla Patria del Friuli offre une vue par le bas des problèmes de la mise en défense du Frioul face aux Turcs. En effet les lieutenants du Frioul signalent que les dégâts des troupes vénitiennes sont importants, et les qualifient de « pire que ceux des Turcs ». La plainte des communautés se fait par représentants envoyés auprès du lieutenant du Frioul, à Udine, qui ensuite écrit aux combattants.  Pour répondre à cette violence le lieutenant a peu de moyens de coercition : il doit passer par les condottières, qui ont dans leur contrat des obligations à contrôler leurs hommes. Mais les compagnies sont très dispersées. Les populations peuvent aussi refuser de loger les soldats, et c’est alors les soldats qui viennent se plaindre.

Aucune appellation particulière ne vient caractériser les populations qui refusent l’autorité des soldats. Il n’y a pas non plus de passage à une échelle supérieure que la communauté.

Questions

Adrien demande si les religieux orthodoxes prennent parfois les armes. Alexandra répond que oui, même si leur participation est très variée. Ceux qui prennent les armes sont plus les moines ou les prêtres. Mais leur rôle est plus important dans les réseaux d’information, sutout pour les monastères.

Pauline demande en quelle langue les orthodoxes communiquaient avec les Latins. Alexandra répond qu’ils pouvaient communiquer en grec avec les Grecs exilés, ou en latin et en vénitien.

Catherine demande comment les plaintes qualifient les paysans dans leurs plaintes. Sébastien répond qu’on ne possède pas les plaintes, seulement les sources issues du lieutenant. Le parallèle avec les analyses de Claire Judde de la Rivière est donc important, mais on ne sait pas exactement quelles sont les stratégies des communautés pour minimiser leurs actions.

Maxime demande comment les sources justifient le combat contre les faidits. Quentin répond que le combat est toujours montré comme juste, il n’y a pas d’argumentaire de justification.

Florian rappelle qu’un des grands lieux de pensée de la résistance légitime, c’est la littérature sur la tyrannicide. Il suggère aussi des comparaisons avec deux pratiques concernant les modalités de résistance hors de l’Occident : Ikki qui rapporte comment les paysans partent pour protester au Japon, et la pensée du djihad défensif en Islam.

Jean-Dominique ajoute que le fait de résister avec les pieds est aussi pratiqué par les nobles. On pourrait aussi se pencher vers les formes de résistance en Pologne.

Pauline suggère que la légende du fils du blond dans les écrits grecs se retrouve dans des écrits ottomans, sous la forme du fils du jaune, avant d’être associé à la Russie. Les formes même de la pensée de la résistance seraient alors modelées par le contact.

Florian revient sur la question de la résistance passive, en soulignant que c’est la première des formes de résistance, bien avant Gandhi. Sébastien répond que la spécificité du Frioul c’est d’être déjà très éloigné culturellement de Venise.

 

 


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts