« L’habit fait-il le moine ? » Compte-rendu de la séance du 9 décembre 2011

Questes

Compte-rendu de la séance du 9 décembre 2011

« L’habit fait-il le moine » (2)

Sont présents : Viviane Griveau-Genest, Camille Rouxpetel, Céline Ménager, Fanny OUdin, Marion Chaigne, Jonny Morton, Magali Cheynet, Elise Banjenec, Kasser Helou, Stéphanie Richard, Julie Pilorget, Irène Strobbe, Irène Fabry-Tehranchi, Julia Conesa Soriano, Isabelle Dussardier & Marc Arnaise (les Regrattiers d’histoire).

*Les annonces ouvrent le séminaire. Fanny Oudin confirme que la prochaine séance du 13 janvier portera sur le thème « L’habit fait-il le moine », et qu’elle comprendra les interventions de Morwenna Coquelin (« « Notes sur le vêtement civique »), d’Elise Banjenec (« La cour où l’on « s’harnachoit d’orfaverie »: les commandes de Philippe le Bon, duc de Bourgogne ») et une présentation par les Regrattiers de l’histoire (association d’animation historique spécialisée sur la vie en ville en 1500 – regrattier.histoire@yhahoo.fr) sur « Le vêtement dans la reconstitution historique, costume ou déguisement ? ». Ces derniers n’ont ont fait l’honneur de venir assister à la présente séance.

*En lien avec le thème de la reconstitution historique (et culinaire), Marion Chaigne signale l’existence d’un restaurant « La Table médiévale » dans le 15e arrondissement de Paris (http://www.tablemedievale.fr/).

*par ailleurs, dans le cadre de l’édition de la dernière journée d’études de Questes Ambedeus. Normes, réalités et inventions de la relation à l’autre au Moyen Âge, il est précisé que les PUPS souhaiteraient changer le surtitre qui est trop obscur pour les non-initiés : n’hésitez pas à faire parvenir aux organisatrices toutes vos suggestions sur la question. Si jamais les Questeurs pensent à des titres bibliographiques, qu’ils n’hésitent pas non plus à les soumettre car la matière est large (marion.chaigne[a]gmail.com ; cbecchia[a]yahoo.fr ; laetitia.tabard[a]noos.fr)

*Irène Strobbe souhaiterait des précisions sur la mise à jour de la liste des membres de Questes. Fanny indique qu’il existe 2 listes différentes :
–                     la liste des membres, qui correspond aux personnes à jour de leur cotisation. Elle est mise à jour par Jean-Baptiste Camps, le webmestre, en fonction des informations que lui envoie Magali Cheynet, la trésorière.
–                     La liste des participants, qui fonctionne plutôt par accumulation et accueille toutes les personnes qui le souhaitent. Pour y figurer, il faut envoyer son sujet de thèse et le nom de son directeur à Jean-Baptiste Camps (jbcamps@hotmail.com)

*Enfin, Fanny transmet une annonce de la part de Dominique Boutet à propos de l’ouverture de la bibliothèque de l’EA 4349 (Etude et édition de textes médiévaux). Le catalogue des ouvrages a été achevé et il est fait appel à des volontaires, Questeurs membres de l’EA, pour assurer une permanence dans le bureau de l’EA et permettre l’emprunt des ouvrages. Pour tous les détails, il est possible de contacter directement Dominique Boutet (boutetdom@wanadoo.fr) ou de contacter Fanny qui lui transmettra la liste des personnes inéressées (fannyoudi@gmail.com)

Marie de Rasse, « Travestissement et transvestisme féminin à la fin du Moyen Âge »

Marie, qui prépare une thèse sous la direction de Claude Gauvard (Paris I) sur le paraître vestimentaire féminin à Paris à la fin du Moyen Âge, commence par évoquer la question des normes imposées à l’allure vestimentaire. Partant des prescriptions du Deutéronome (22-5), elle estime que les femmes sont les premières destinataires du message divin et pose la question de l’importance de l’ordre social et de la morale religieuse dans le choix du vêtement. Elle interroge plus précisément la place du travestissement face à ces prescriptions. Concernant le port d’habit d’homme par une femme, l’exemple le plus fameux est celui de Jeanne d’Arc mais toute la difficulté est de savoir s’il s’agit d’un acte isolé ou d’un acte révélateur de pratiques tolérées par la société de l’époque.

Pour répondre à ce questionnement, Marie précise le vocabulaire qu’elle emploie. Elle distingue le travestissement (déguiser la réalité, proche de l’idée de déguisement) du transvestisme qui reprend cette définition en y ajoutant l’idée de transcendance des genres. Elle préfère employer ce dernier terme, plus précis, dans son intervention qui porte sur la sexualisation du vêtement aux XIVe et XVe siècles. Bien qu’on ne puisse totalement le généraliser, les hommes portent l’habit court (excepté certains métiers de robe comme les avocats) et les femmes le vêtement long, et Marie illustre l’idée par une iconographie empruntée aux manuscrits de la BNF.

Le déguisement est pratiqué à la fois dans les hautes sphères (comme le bal des ardents) et dans les milieux plus populaires : carnavals (renvoyant aux travaux de Jacques Heers) ou manifestations théâtrales (renvoyant aux travaux de B. Guenée et Cl. Gauvard sur les entrées de ville et à l’étude de Gabriella Parussa sur la place des femmes dans la représentation des mystères). Toutes ces déguisements ponctuels font l’objet d’un encadrement spécifique que Marie exclue de son étude pour se concentrer sur le transvestisme « au quotidien », en se concentrant tout d’abord sur le travestissement asexué, puis sur le poids de l’interdit religieux et les nuances qui peuvent exister dans son application avant de conclure sur les rares cas de prise de l’habit féminin par les hommes.

L’idée centrale est que le pragmatisme existe face au travestissement malgré le dogme. Le vêtement peut représenter une source d’honneur comme en témoigne le Mesnagier de Paris. Dans une première scène, un mari cocu récupère sa femme infidèle en la déguisant avec un habit de pèlerin de Saint Jacques pour expliquer sa disparition, assimilant ainsi la déshonorée à un groupe honorable. La housse de pèlerin dissimule le vêtement sexué. Marie montre une miniature du Miroir historial de Vincent de Beauvais où seul le voile blanc distingue les femmes dans la foule de pèlerins. A contrario, une lettre de rémission de 1399 évoque le cas d’une jeune religieuse qui suit son amant en revêtant l’habit séculier pour rejoindre le monde : dans ce cas, le travestissement s’apparente à une usurpation d’identité et permet d’intégrer un groupe.

Le transvestisme peut relever d’une décision réfléchie qui permet d’éviter une situation problématique ou dangereuse, parfois involontaire ou imposé par les événements. Dans les faits, ceci plus fréquent qu’on ne le croit. Sur le plan littéraire, Christine de Pizan évoque plusieurs fois ce type d’aventures. Marie évoque l’échange de vêtements entre épouses et époux lacédémoniens permettant à ces derniers de s’échapper de leur cité assiégée. De même, la vie de Sainte Euphrosine peut être invoquée. La sainte, pour fuir un mariage forcé, s’était déguisée en moine et, au sein du monastère, n’avait pas contesté les mensonges d’une femme qui l’accusait de l’avoir mise enceinte. Pour conserver sa « couverture » masculine, la sainte avait tu la vérité, et seule sa mort avait permis de découvrir la supercherie.

 Dans la réalité, le port de vêtements masculins par les femmes sert de protection à ces dernières. Ainsi dans le Journal d’un bourgeois de Paris, la description des vêtements Jeanne d’Arc au moment de sa capture est considéré comme risible en raison du nombre d’aiguillettes attachées au niveau de la taille nécessaires pour maintenir les chausses au pourpoint. En effet, une des principales différences entre le vêtement féminin et le vêtement masculin est leur degré d’ouverture : le féminin est ouvert et accessible alors que le masculin est cousu, plus difficile d’accès. L’historienne Nicole Pèlerin parle de « pénétrabilité » des tenues féminines. Clairement, beaucoup de cas  transvestisme féminins sont liés à la protection apportée par l’habit fermé masculin, notamment dans les récits de voyage et de pèlerinage. Dans ce cas, le port de l’habit masculin n’est pas condamné, tant dans la littérature que dans les lettres de rémission.

Il ne faut pas non plus oublier que les femmes peuvent recevoir des habits masculins en héritage. Marie a effectué un sondage dans les testaments masculins  édités : 1/3 des testaments du corpus concernent des legs aux femmes, principalement de vêtements d’extérieurs (robes, chaperons, houppelandes). Bien entendu, on ignore si elles les portent tels quels ou les revendent, mais plusieurs testateurs précisent que leur legs doit servir « pour elle vestir ». Les vêtements sont source de richesse (drap d’écarlate, drap d’angleterre, drap camille : drap broché d’or ou d’argent). Les femmes concernées appartiennent en premier lieu à la famille, puis à la domesticité, avant que les vêtements ne soient donnés aux pauvres dans un souci de charité. Certains testateurs donnent la priorité aux domestiques, notamment pour des habits luxueux, en raison de la fidélité de leur service. Même si certains donateurs précisent la longueur des vêtements donnés aux hommes et aux femmes, il faut rappeler qu’il y a peu de différence dans la coupe des houppelandes masculines et féminines, ce qui est sans conséquence dans la vie sociale tant que le but du port de ce vêtement n’est pas de changer la répartition genrée des rôles. En résumé, le port du vêtement masculin par une femme est acceptable tant qu’il est limité dans le temps pour en revenir au vêtement féminin.

Au contraire, le transvestisme masculin est lié à la luxure dans l’imaginaire du Moyen Âge. Beaucoup d’exemples littéraires sont visibles dans les textes comiques, les fabliaux ou le Décaméron de Boccace. Il est ainsi beaucoup moins toléré que son pendant féminin car il n’apporte pas une protection mais favorise la confusion des genres. La dévirilisation porte au rire dans la littérature mais dans la réalité, le transvestisme masculin sert une sexualité jugée anormale. Certes, il n’existe pas de législation laïque à ce sujet mais la morale religieuse le désapprouve (notamment dans le cadre de l’accusation pour sodomie). Certains procès font ainsi mention de la plainte de client de prostitution pour « publicité mensongère ».

Au total, l’idée d’un Moyen Âge très hostile au transvestisme féminin doit relativisée au profit d’une approche souple et pragmatique de la société.  La peur d’une subversion morale et politique est réelle et conditionne le regard mais des cas ponctuels de travestissements sont considérés comme acceptables à partir du moment où l’habit féminin est repris une fois la crise résolue. Tant que l’ordre social n’est pas violé, l’ordre religieux peut être transgressé. Le risque d’un changement permanent des genres explique l’interdiction du port des braies par les femmes source potentielle de la « bataille pour la culotte ».

Discussion

Marion demande des précisions sur la « bataille pour la culotte ». Marie renvoie à un article de Pierre Bourdieu. Il s’agit de la représentation iconographique de la femme qui veut usurper le rôle de l’homme, particulièrement présente au XVIe siècle. Au Moyen Âge, il faut la rapprocher de la virago et des fabliaux dans lesquels les couples se battent pour récupérer les braies, symbole du pouvoir dans le ménage. Marion souhaite savoir si, hormis le vêtement de pèlerin dont il a été question, d’autres vêtements peuvent être asexués. Marie estime que tous les vêtements sont sexués. Dans les inventaires après décès, même la description des chemises est sexuée. Elle pense cependant que la tenue de berger pourrait correspondre à cette définition, il s’agit d’un capuchon descendant jusque mi-cuisse.

Magali souhaiterait avoir des précisions sur le bourdon de la tenue de pèlerin représenté dans une enluminure de l’exposé. Il s’agit d’une pièce de tissu blanc cousue dans le dos mais dans la réalité, le bourdon fait référence aux insignes de pèlerinage cousues sur le devant du vêtement. Magali pose ensuite une question de curiosité : les femmes retroussent-elles leur jupe si elles ont besoin de courir ? Marie pense que cela ne serait pas bien vu car relever la robe signifie montrer son corps : il n’existait pas de sous-vêtement long pour les femmes à cette époque.

Jonathan évoque le transvestisme des chevaliers à partir d’un article de Lee Petterson. Pour s’amuser les jours de fêtes, ils joutent en portant des vêtements féminins. Marie n’a jamais trouvé ce genre de cas. Cependant, elle renvoie à un article de Boris Bove qui évoque des tournois de bourgeoises ont eu lieu à Paris mais où ces dernières restent habillées en femmes.

Fanny pense que le Roman de Silence (XIIIe siècle) illustre bien la problématique du transvestisme. Dans un royaume, une querelle entre deux barons due à l’héritage de deux jumelles amène un roi à décréter que les filles ne pourront plus hériter. Lorsque son épouse met au monde une fille, un comte décide de la faire élever en garçon, en lui donnant le nom de Silence, qui renvoie au silence sur sa véritable nature et présente l’avantage d’être épicène en français : il faudrait recourir au latin pour distinguer Silentius de Silentia. Comme dans l’histoire Sainte Euphrosine dont il a été question dans l’exposé, le personnage de Silence est accusée par une reine d’avoir voulu abuser d’elle, et il faudra l’intervention de Merlin pour qu’elle soit reconnue comme une femme. Or, avant ce dénouement, le personnage de Silence interroge les poids respectifs de la « nature » et de la « norreture » (le fait d’être « nourri », c’est-à-dire ici éduqué) dans la formation de l’être humain : dans ce débat intérieur, la nature l’emporte et Silence décide alors de développer des activités qui ne sont pas exclusivement masculines, comme la chasse ou le combat, mais lui permettent – tout en conservant son apparence d’homme – de cultiver des qualités féminines. Elle s’enfuit alors de chez ses parents en se déguisant en jongleur, et devient un musicien d’une grande habileté.

Fanny, toujours, évoque aussi Rutebeuf. Détestant les ordres mendiants, il écrit le fabliau de Frère Denise : un frère mineur, pour séduire une jeune fille pieuse, lui fait croire que le seul moyen qu’elle ait de se consacrer à Dieu est de ne pas se marier et entrer chez les Mineurs en se faisant passer pour un homme. Ils vont ainsi ensemble par les routes et le moine continue d’abuser la jeune fille jusqu’à ce qu’une bourgeoise se rende compte de la supercherie, rhabille la jeune fille en femme, la ramène à sa mère et s’arrange pour lui faire épouser un chevalier. Pour donner un contrepoint bibliographique à ces exemples littéraires, Marie renvoie au n°10 de 1999 de la revue en ligne Clio (http://clio.revues.org/index706.html) qui porte sur transvestisme et qui offre un angle comparatiste avec le XIXe siècle très intéressant.

Julie s’interroge sur les cas d’usurpation d’identité par le vêtement, très présents à l’époque moderne. Marie ne sait pas mais évoque une des Cent Nouvelles Nouvelles dans laquelle un écossais se déguise en lavandière.

Camille Rouxpetel, « Du vêtement au costume : la construction du personnage du chrétien oriental dans l’historiographie occidentale »

L’exposé est consacré à la construction du « chrétien oriental » dans l’imaginaire occidental, qui comprend le vêtement comme un signe d’identité. Dans un article des Annales de 1957, Roland Barthes esquisse une parenté entre vêtement et langage. A sa suite, les sociologues se sont concentrés sur le costume, qui marque l’appartenance à un groupe : le vêtement est conçu comme un signe à interpréter. Cette approche oublie la dimension pratique du vêtement, réduit à un symbole, un signifiant qui, dans les sources, est associé au comportement et aux gestes. Cet ensemble est compris comme l’expression de l’intérieur : on retrouve la distinction intus/foris établie par Hugues de Saint Victor. Dans ce sillage, Camille entend étudier, à partir du récit de voyage de deux frères mendiants, leur conception du vêtement comme intériorité, puis comme signe d’appartenance à une communauté de croyance, avant de s’attacher à ces descriptions vestimentaires d’un point de vue ethnographique.

Dans son Liber peregrationis, Ricold de Monte-Croce à la fin du XIIIe siècle – soit durant les derniers feux de la présence occidentale en Orient – , décrit l’habitus vestitus des Jacobites et des Nestoriens. Les religieux aussi bien que les séculiers témoignent d’une réelle austérité de vie, tant dans leurs pratiques (jeûne rigoureux durant le Carême) que dans la pauvreté de leur mise. Le vêtement donne à voir, met en avant (ostendit) des valeurs morales : la gravité, la pauvreté, la beauté de l’âme (honnestas) et l’humilité… autant de valeurs liées au monachisme que Ricold aimerait voir embrasser par tous les chrétiens. Selon la dialectique d’intus et foris conforme à la dualité de l’homme définie par Isidore de Séville (anima/corpus), le vêtement exprime le caractère religieux de celui qui le porte.

Dans une même communauté d’esprit, le dominicain Burckhardt de Mont-Sion décrit la vie du supérieur religieux des Arméniens, le Katholicos, qu’il a directement côtoyé. Il souligne le paradoxe entre les richesses possédées et l’austérité vestimentaire et culinaire choisie par ce prélat. Il décrit précisément la peau de bélier grossière, crasseuse et sans ornement (immundo) qu’il revêt, accompagné d’un scapulaire noir sans valeur et rugueux : autant de signes significatifs du renoncement qui assimilent tous les prélats orientaux à des moines. Clairement, la référence hagiographique à la légende du manteau coupé par Saint Martin sous-tend le système interprétatif des frères mendiants, à l’encontre de la dépréciation littéraire habituelle associée à la pauvreté des tissus vestimentaires. Burckhardt – un missionnaire dominicain toujours ravis de l’implantation du monachisme en Orient – estime que le vêtement est le signe de l’adhésion à une règle. L’observation  du vêtement est donc un moyen commode de positionner l’individu dans la société en l’appréhendant selon un système de représentation occidental, associant le dépouillement vestimentaire à la charité et à la mise en avant de la pauvreté du Christ.

Cependant, un discours ethnographique qui se veut plus objectif a aussi pu être proposé, notamment en appréhendant le vêtement comme un signe discriminant qui distingue entre eux les chrétiens vivant dans un État musulman.  Ainsi, Rudolf de Suheim, chapelain d’un noble allemand en pèlerinage, a porté une attention particulière à l’environnement physique et ethnographique dans une descriptio geographica et ethnographica intégrée à son récit de voyage. Il porte son attention sur les accessoires qui permettent de distinguer les différentes communautés. Tous ont la tête entourée de bandes de lin, appelées turbans. Seule leur couleur varie : safran pour les Juifs, rouge pour les Saducéens, noir pour les Grecs. En outre, les communautés chrétiennes et schismatiques –  qui se disent toutes chrétiennes – porte des tuniques bleues alors que les Syriens ne portent que du lin, se caractérisant eux-mêmes de « chrétiens de la ceinture » car ils ont l’obligation d’en porter une. Toutes ces gentes se reconnaissent par le port du turban coloré exigé par la législation musulmane qui impose le vêtement comme symbole d’appartenance à un groupe. Outre l’explication politique, Rudolf invoque le pragmatisme, à savoir la nécessité de se protéger de l’ardeur du soleil, mais n’investit son récit au-delà de la description et de l’explication logique.  Aucun personnage hagiographique n’est construit par cet auteur qui offre un discours qui se veut sans jugement.

En conclusion, les ouvrages évoqués reposent clairement sur l’ordre du discours et du système de représentation de leurs auteurs. A partir de l’étude de ce dernier, on peut dire que le récit de voyage permet de passer de la dimension cognitive à la dimension performative : pour ces auteurs, l’habit fait le moine.

 Discussion

Marion ouvre la discussion pour savoir s’il existerait des illustrations sur les chrétiens d’Orient. Camille répond qu’il n’en existe pas contemporaines aux récits dont il a été question dans l’exposé : les illustrations sont plus tardives, comme la représentation des Nestoriens par Fra Angelico ou plus généralement une iconographie liée aux moines du désert.

Irène S. demande si les auteurs proposent un discours sur leur propre vêtement. Camille répond que ce n’est pas le cas. Irène souhaiterait savoir s’il existe un vêtement liturgique propre aux célébrations. Ce n’est pas le cas et Camille précise que plus généralement il n’y a pas de richesse liturgique et que les auteurs sont surtouts frappés par l’humilité des chrétiens d’Orient. Ils ne s’intéressent qu’aux gestes et aux ordonnancements dans leur description de messes : la question est de savoir en quoi la transcription littéraire est fidèle à la réalité.

Fanny s’interroge sur ce que les auteurs pensent des Grecs et des Byzantins. Camille souligne la haine particulière portée aux Grecs, considérés comme des êtres fourbes et des traîtres nés à leur condition en raison de leur féminisation. Jonny rappelle que l’accusation de sodomie repose sur le mythe de la ville de Sodome, située à l’Est.

Fanny, pour savoir si Camille a retrouvé les traces d’un regard péjoratif sur les Grecs à travers le costume, renvoie au livre d’Odile Blanc qui consacre des lignes aux étrangers dans un chapitre sur la distinction manifestée par le vêtement. A partir des manuscrits princiers des XIVe-XVe siècles, l’étude débute par un paragraphe sur le vêtement des classes laborieuses. Du vêtement du travailleur, O. Blanc passe à celui du bourreau, dont elle met en valeur les caractères antithétique par rapport au vêtement du noble, qui suit la mode : juxtapositions de pièces sans ordre, ouvertures, ornements trop importants comme la bourse à la ceinture. Or, c’est à partir du bourreau qu’elle passe ensuite à la représentation de l’étranger avec en particulier le bariolage des costumes.  Toutefois, elle montre aussi que, dans des manuscrits humanistes, les représentations de l’Antiquité peuvent montrer une prise de conscience de l’écart entre Moyen Âge et Antiquité en recourant non exclusivement à des vêtements exotiques mais à un mélange entre vêtements occidentaux et exotiques. Camille estime que pour les auteurs qu’elle étudie, l’altérité ne s’incarne pas dans les Chrétiens d’Orient mais dans les Musulmans.

Marie revient sur les turbans dont il a été question : dans un triptyque de la Nativité, s’opposent dans la figuration une sage-femme qui croit à l’Immaculée Conception à laquelle s’oppose une autre qui ne croit pas et qui est représentée avec un turban et des boucles d’oreille. Irène F. s’interroge sur la valeur attachée aux couleurs des turbans : sont-elles liées aux préjugés occidentaux ? Camille ne le crois pas et pense que les auteurs se contentent réellement de décrire ce qu’ils voient. Certes la couleur portée par les Juifs est moins franche que les autres mais il n’y a pas de jugement de valeur qui est porté dessus puisque le pouvoir musulman en est responsable.

Viviane pose une précision de vocabulaire à propos de l’emploi du mot locus. Pour Camille, afin de déterminer le sens spécifique du mot qui peut en recouvrir de multiples, il faut faire une étude sérielle du vocabulaire même s’il semble qu’une ambivalence entre vocabulaire moral et pratique soit maintenue par les auteurs.

Jonathan demande à Camille si elle peut lui fournir la citation exacte d’Isidore de Séville à propos de la dualité humaine : « duplex est autem homo, interior et exterior ; interior homo anima, exterior homo corpus » (Migne, vol 87)

Marion revient sur la question de la réalité des  descriptions : y a-t-il des sources orientales utilisables en contrepoint ? Camille répond qu’il y en a mais elles ne s’intéressent pas aux mêmes choses : si les Occidentaux s’intéressent à l’austérité du katholicos arménien, les Orientaux s’intéressent aux vêtements liturgiques. Marion s’étonne qu’il y ait des vêtements liturgiques puisqu’elle avait cru comprendre qu’il n’y en avait pas de spécifiques. Camille précise qu’il n’y en a pas seulement dans les descriptions des pèlerins occidentaux et non dans les récits des Orientaux, d’où l’idée d’une reconstitution de la réalité par les auteurs mendiants. Marion demande des précisions sur le fonctionnement du clergé oriental : y a-t-il des vêtements particuliers pour les moines ? les clercs peuvent-ils se marier ? Camille rappelle qu’en Orient, les prêtres sont également des moines contrairement à la distinction des ordres réguliers et séculiers qui prévaut en Occident. Par ailleurs, la question du mariage des chrétiens orientaux bas clergé séculier choque beaucoup les pèlerins occidentaux, même si le mariage est interdit aux clercs des hautes fonctions. L’adultère est également un sujet de scandale qui revient à plusieurs reprises dans les récits, notamment en raison des punitions qui l’accompagnent (castration).

Marion Chaigne-Legouy

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search