CR de la séance du 10 avril 2015 – “L’Hiver au Moyen Âge” (III)

Compte-rendu de la séance du 10 avril 2015 : « L’Hiver au Moyen Âge » (III)

Liste des personnes présentes :

BANJENEC Elise, HELOU Kasser, FURON Christophe, KUCAB Anne, LAMBERT Pauline, MOON Sung-Wook, NEMETH Linde, PINEL Elodie, HUART Stéphanie, CRETIN Nadine et GRIVEAU-GENEST Viviane.

Gens de guerre  le cas des Écorcheurs durant l’hiver 1438-1439 – Christophe Furon (Université Paris-Sorbonne)

Christophe Furon se propose dans cette communication de saisir le degré de singularité de l’hiver 1438-1439 pour les gens de guerre. Pendant cette saison en effet, beaucoup d’hommes d’armes sont au chômage et s’adonnent à des « meurtres » et à des « sacrilèges », selon les formules stéréotypées des sources, ravages qui leur valent le nom d’« Écorcheurs ». Leurs troupes dépassent parfois les dix milles hommes ;  pourtant, l’hiver 1438-1439 n’est pas plus rude que les autres : comment rendre compte de ce phénomène extraordinaire lors d’un hiver ordinaire ? Quelles sont, plus généralement, les caractéristiques de l’hiver pour les gens de guerre ? Les sources dont nous disposons pour étudier cette question émanent des pouvoirs, royal ou ducal par exemple, plutôt que des gens de guerre eux-mêmes, et imposent un filtre sur cette réalité : ainsi noircissent-elles volontiers la situation et ont-elles recours à des formules stéréotypées. À la question historique se mêle donc une nécessaire attention face à l’historiographie.

Christophe Furon cherche d’abord à rendre compte de l’ampleur de cette écorcherie. La situation en est complexe : se forment deux principaux agrégats de compagnies mais celles-ci n’obéissent qu’à leur capitaine ; à côté d’elles, d’autres compagnies existent qui couvrent des territoires plus restreints. De grands talents militaires commandent plusieurs milliers d’hommes, ce qui entraîne un grossissement des effectifs problématique (on achète par exemple leur départ de Lorraine fin février 1439).

Il s’agit ensuite d’estimer le nombre d’Écorcheurs. Les chiffres, souvent contradictoires, donnés par les sources sont dramatisés et visent à retranscrire l’effroi ressenti, notamment quand les villes demandent de l’aide face à ces troupes. Il n’en reste pas moins que ce nombre est exceptionnel : les années précédentes, on dénombrait quelques milliers d’hommes quand les sources nous permettent de donner une fourchette de 20 000-30 000 Écorcheurs durant l’hiver 1438-1439.

Enfin, Christophe Furon interroge l’hypothèse d’un problème d’hivernage comme origine de l’ampleur du phénomène durant cet hiver 1438-1439. En effet, dans une lettre du roi aux Toulousains, il est indiqué que pendant l’hiver, le séjour des gens de guerre est préférable en Guyenne anglaise. Se dégage de cette lettre une conception saisonnière de l’activité de guerre, toutefois insuffisante pour rendre compte du caractère extraordinaire du phénomène étudié. D’autres hypothèses doivent être avancées.

D’abord, le fait que de nombreux gens d’armes sont désoeuvrés après le traité d’Arras de 1435 – sans être inactifs pour autant, puisqu’ils sont employés par exemple par Philippe le Bon, mais pour des opérations ponctuelles (de deux mois par exemple pour la répression des révoltes à Bruges). De plus, l’année 1438 est une année difficile marquée par l’épidémie et la disette : à chaque incursion des Écorcheurs, leurs troupes emportent avec elles une partie de la population qui espère trouver auprès d’eux une meilleure vie et un cadre de solidarité. Par ailleurs, l’accoutumance à un mode de vie violent ne permet pas de revenir à une vie civile normale. Enfin, le recrutement de troupes par les pouvoirs pour éloigner les Écorcheurs grossit leurs effectifs.

Ainsi, ce n’est pas la saison en elle-même qui explique l’ampleur du phénomène, mais une combinaison de facteurs extérieurs au climat. On peut toutefois indiquer que les ravages des Écorcheurs baissent en intensité avec la fin de l’hiver, certains capitaines retrouvant le service de rois et la mortalité frappant certaines troupes à cette période.

Christophe Furon conclut sur le caractère bel et bien exceptionnel de l’hiver 1438-1439 et souligne que parler d’« hivernement » relève plus du stéréotype que de la réalité. On utilise souvent le terme de « morte saison » mais, dans le cas étudié ici, elle dure plus d’un an et n’a donc plus de caractère saisonnier. L’activité des gens de guerre doit être plutôt vue comme une alternance de périodes d’emploi et de chômage.

Questions:

Pauline Lambert demande comment expliquer que les Écorcheurs s’en prennent  parfois aux enfants ? Christophe Furon indique que ces crimes répondent généralement à des rançons non payées ou correspondent dans un cas à des actes gratuits.

Stéphanie Huart demande si les Écorcheurs avaient un respect du clergé, des fêtes religieuses ? L’intervenant répond par la négative : les chevaux stationnent dans les églises, on menace un prêtre. Aucune trêve n’est notée par les sources lors des fêtes religieuses : on sait seulement qu’est censée être observée une trêve à Noël.

Viviane Griveau-Genest s’interroge sur l’existence d’études portant sur les traumatismes de guerre pour cette période ; Christophe Furon cite les travaux de Valérie Tourelle, limités par les sources et par la relativité des mentalités, la tolérance à la violence n’étant pas la même durant la guerre de Cent Ans et aujourd’hui.

Viviane Griveau-Genest demande s’il existe des récits de ces Écorcheurs eux-mêmes ? Christophe indique la commande par certains de récits à leur gloire et d’enquêtes publiées portant le témoignage de ceux qui ont été lésées par leurs exactions, mais l’inexistence de récits d’Écorcheurs à proprement parler.

Elise Banjenec revient sur le terme de « solidarité : comment la penser ? Ne risquait-elle pas de se dissoudre au moindre problème ? Christophe abonde dans ce sens mais souligne tout de même l’existence d’une conscience de groupe, dont témoignent des stratégies matrimoniales entre familles de capitaines ; des dissensions éclataient volontiers à l’occasion de partages du butin.

Elise Banjenec demande quel était le statut de ceux qui venaient s’agréger aux compagnies ? Christophe indique que ce sont généralement des non-combattants.

Sarah Delale revient sur le rapport dressé, dans l’historiographie, entre Jeanne d’Arc et deux grands capitaines d’Écorcheurs, Poton de Xantrailles et La Hire : comment expliquer que les chroniqueurs arrivent à les présenter à la fois comme des héros et comme des Écorcheurs ? Christophe précise que cela relève du travail de la propagande royale : on minimise le rôle du capitaine quand une troupe s’est adonnée au pillage, mais pas quand celle-ci a réalisé une prouesse militaire ; quoiqu’il en soit, ce paradoxe pour nous ne posait pas problème à l’époque.

Solstice d’hiver et traditions de Noël – Nadine Cretin

Nadine Cretin dessine avec cette communication les origines des fêtes de Noël et les traditions qui en découlent.

Nadine Cretin rappelle que  la tradition du solstice d’hiver vient de l’Antiquité.  En effet, dans la Rome antique, le solstice hiver est célébré et donne lieu aux Saturnales où l’on revit l’âge d’or. Les Saturnales  sont marquées par de grands banquets domestiques, les esclaves étaient plus libres, ils pouvaient manger à leur faim et éventuellement être servis par leur maître. Cette fête existe à Rome depuis des temps immémoriaux.

Nadine Cretin souligne aussi que les Saturnales sont un temps de paix où l’on devait cesser tous conflits.  À l’époque impériale, les Saturnales sont suivies des Calendes de janvier avec des fêtes où l’on offre des étrennes (cadeaux et friandises) ainsi que des fêtes masquées (avec inversion des rôles : les hommes se  déguisent en femmes ou animaux). Le solstice est marqué à Rome par le culte au dieu Mithra, culte reconnu en 274 par l’empereur Aurélien.

La date de l’Incarnation de Jésus est placée au 25 décembre seulement au IVe siècle ap. J.-C.  En effet, Saint Luc ne donne pas de date, pas plus que saint Mathieu. L’institution de la nativité prend la forme d’une assemblée chrétienne conviée à une messe le jour de Noël puis à une autre messe à Sainte-Marie -majeure en 440 (où se trouve une  réplique de la mangeoire de Bethléem). Sixte III pris l’habitude de célébrer la messe la nuit, et un troisième office à l’église Sainte Anastasie (martyre) : c’est ainsi qu’institué une  fête le 25 décembre. L’origine des trois messes de Noël est attestée par Grégoire le Grand en 604. On garde ainsi l’habitude de célébrer plusieurs messes la nuit de Noël.

1. La Nativité

Nadine Cretin explique que la première attestation du mot Noël  se trouve dans le Voyage de saint Brendan et vient du latinnatalis (al nael Deu). On le trouve chez Rutebeuf en 1262. L’orthographe définitive est fixée par l’Académie en 1762. Noël est un cri de réjouissance au Moyen Âge qui pourrait venir de novella : la bonne nouvelle.

La période de Noël correspond à douze jours soit la période allant de Noël à l’Épiphanie. C’est l’ancienne période des Calendes qui correspond au début du mois. On trouve calendo en Provence.

Il existe beaucoup représentation de la Nativité, dès 343 sur un sarcophage romain on trouve la première représentation de la nativité avec l’âne et le bœuf. On retrouve une description de la Nativité dans l’Évangile du pseudo-Mathieu. Selon Luc, les bergers sont les premiers avertis de la naissance du Christ. Notons que les animaux plaisent beaucoup au Moyen Âge tout comme la visite des mages (qui connaît un grand succès notamment iconographique). La visite des mages est racontée par Saint Mathieu. Le nombre de mages varie selon les époques, il est progressivement fixé à trois car on se réfère sur les trois cadeaux cités dans l’Évangile (or, encens et myrte). À partir du VIe siècle, la légende est organisée autour de ces personnages riches : on leur donne une apparence correspondant aux trois continents connus (Europe/Asie/Afrique) et  aux trois âges de la vie (jeune/âge mur/vieillard). On affirme au Moyen Âge que les reliques des rois mages ont été transportées à Constantinople puis transférées à Milan, et enfin à Cologne en 1164 (où elles sont toujours) à la demande de Frédéric Barberousse.

Nadine Cretin indique qu’il existe au Moyen Âge le Jeu de la nativité : on rejoue la scène de la Nativité, scène jouée lors des fêtes puis, dès la fin du Xe siècle, dans les églises. Ce jeu est nécessaire à cause bilinguisme latin/langue vulgaire. L’Adoration mage et leur cortège exotique accélèrent la représentation de la nativité. Ainsi à l’Abbaye de Fleury existe-t-il dix drames liturgiques avec des notes sur portée dont une célèbre Adoration des mages. La Légende dorée de Jacques de Voragine contribue à la diffusion de la culture médiévale de la Nativité et de l’enfance du christ. Tous ces jeux vont conduire à la Crèche.

Saint François d’Assise célèbre une messe de la nativité hors d’une église dans une grotte des Abruzzes, en présence d’un âne et d’un bœuf avec des cantiques et une mangeoire comme autel. Le foin de la crèche est récupéré ensuite par les spectateurs, dans un but prophylactique.

Parmi les Jeux liturgiques, celui qui était le plus joué était l’offrande des bergers. Le cadeau des bergers ne figure pas dans l’Évangile mais découle des passions représentées sur les parvis des cathédrales. On en retrouve des traces dans le compost des bergers.

Ces jeux existaient encore à Carcassonne en 1839 mais, trop bruyants, ils se déroulaient hors de l’église. De la même manière, on remet au goût du jour au début XXe, « le pastrage » ou  l’offrande de l’agneau, empreinte de sérieux comme aux Beaux-de-Provence.

Nadine Cretin explique que « crèche » vient de l’allemand Krippe (mangeoire pour animaux). Le premier auteur à avoir utilisé le terme fut Gautier de Coincy. L’intérêt pour la crèche explique la grande renommé de Bethléem : les croisés ramènent ainsi les roses de Jéricho où la Vierge aurait fait sécher les langes de l’enfant jésus. Il existe beaucoup de légendes et de merveilles se déroulant vers minuit.

2. Traditions domestiques

Nadine Cretin rappelle que les fêtes de Noël sont émaillées de nombreuses traditions domestiques. Ainsi Saint Thomas écrit que le  25 décembre, on lave le linge et le blanchit et on met des habits propres. C’est aussi la tradition de la galette des rois.

Les fêtes de Noël occasionnaient la décoration de la maison avec de lumière et de la verdure car ces éléments sont annonciateurs de bonheur et de prospérité. Les romains dressaient déjà la tabula fortunata la veille des calendes de janvier, l’abondance promettant l’abondance.

Nadine Cretin revient sur la tradition de l’arbre de Noël (dont on trouve une attestation en 1521). Elle consiste à mettre de la verdure quand les arbres en étaient dépouillés. La bûche de Noël brûle d’abord dans la cheminée (avant de devenir à l’époque contemporaine une pâtisserie) et l’on disait qu’elle apportait fortune et bénédiction. On trouve ainsi dans les textes les termes de « Souche » ou « chouque ».

Noël est aussi l’occasion de grands repas familiaux où l’on se réchauffe ; c’est vrai aussi pour la Saint Sylvestre comme pour l’Épiphanie, où on partage le gâteau des rois. Le réveillon désigne d’abord un petit repas nocturne entre amis au XVIIe siècle et ne prend son sens de nuit festive de Noël qu’au XVIIIe siècle. Ce repas festif s’applique aussi aux religieux : les moines bénédictins peuvent manger de la volaille le jour de Noël ; il concerne enfin les animaux qui avaient droit à une double ration dans les étables la nuit de Noël (pratique encore en vigueur au milieu du XXe siècle).

Les étrennes existaient déjà pour les Saturnales d’où viennent leur nom :  étrennes vient de Strenia, déesse la bonne santé (mythe sabin) ; au XIIIe siècle les étrennes sont entachés d’idolâtrie. Les grands personnages donnent à cette occasion une somme d’argent à leurs domestiques (cf. comptes d’Isabeau de Bavière) et les domestiques offraient des présent à leur maître (Paul de Limbourg offre ainsi au duc de Berry une salière).

3. Traditions sociales

Au nombre des traditions sociales, on compte les tournées de petits enfants à qui, en échange de leurs vœux, il fallait donner quelque chose (pomme, noisette, gâteaux) – sinon les enfants déchantaient, signe de mauvaise fortune. Ces tournées existent encore. Le Gui (vient de la hague = baguette écorcée dont se munissaient les enfants pour faire leurs tournées). Les tournées d’adolescents et de jeunes gens pouvaient être plus dévastatrices : il existe beaucoup de lettres de rémissions à ce sujet, ces tournées étaient encore très répandues au moment de la Guerre de Cent Ans. La quête des enfants de chœurs est une christianisation des tournées d’adolescents.

Les cadeaux de Noël sont censés tomber du ciel. Il faut aussi noter l’importance de saint Nicolas dont, en 1087, on transfère les cendres à Paris. Son culte s’implante alors en Europe. Saint Nicolas est le patron des avocats, des marchands, des marins, des fiancés mais son  patronage le plus célèbre est celui des enfants (puisqu’il en sauve un du saloir). Jean Bodel écrit au XIIe siècle le Jeu de saint Nicolas, ce qui contribue à la popularité du saint. Dans les régions germaniques, la figure de saint Nicolas remplace les mythes : saint Nicolas comme Odin peut se déplacer de toit en toit, prend les traits du chasseur sauvage qui se déplace dans les airs, notamment au moment de Noël… L’attelage devient le traîneau du Père Noël là où saint Nicolas se contente d’un âne. Les parallèles avec Odin et le chasseur sauvage montrent qu’on attache au cadeau (qui est aussi un lien avec les défunts) une attention grave et profonde.

Saint Nicolas fait pendant aux personnages du carnaval : c’est un personnage généreux, beau, bien habillé, qui distribue des choses en attendant le printemps. Les beaux personnages sont, lors du carnaval, accompagnés de personnages laids symbolisant des êtres inquiétants, reflet de l’au-delà. On rencontre ainsi des personnages ambivalents comme Petra, déesse-démone germanique circulant aux côtés du chasseur sauvage.

Questions:

Sarah  demande s’il existe un lien entre l’arbre de mai et l’arbre de Noël. Nadine Cretin répond qu’il n’y a pas de lien, les significations étant différentes en fonction de l’arbre choisi.

La séance est levée à 20 heures.


Vous aimerez aussi...