Séance du 10 avril 2015 – “L’Hiver au Moyen Âge” (III)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 10 avril 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette troisième et dernière séance consacrée au thème “L’Hiver au Moyen Âge”.

Christophe FURON (Université Paris Sorbonne): « Gens de guerre en hiver : le cas des Écorcheurs durant l’hiver 1438-1439 »

L’hiver n’est pas une période d’inactivité pour les gens de guerre. Si les opérations militaires sont moins nombreuses durant cette saison, ils doivent tout de même assurer leur subsistance dans une période marquée par de fortes contraintes climatiques, ce qui se traduit souvent par des pillages. C’est le cas des Écorcheurs qui, après le traité d’Arras en 1435, se retrouvent sans emploi et se livrent donc à des exactions sur de vastes territoires. D’après les chroniqueurs de l’époque, cette écorcherie prend une ampleur sans précédent durant l’hiver 1438-1439 au point d’être une réelle préoccupation pour les pouvoirs royaux et princiers ainsi que les autorités urbaines : les effectifs de ces troupes de routiers augmentent et ils ravagent quasiment tout le royaume de France, débordant sur les régions frontalières. Pourtant, du point de vue météorologique, cet hiver ne semble pas plus difficile que les précédents : un phénomène extraordinaire dans un hiver ordinaire. Cela amène donc à se demander s’il y a un hiver pour les gens de guerre. Si c’est le cas, comment caractériser cette saison telle qu’elle est vécue par eux ? Mais si la question de l’hiver est secondaire pour eux, leur activité obéit-elle à une autre forme de périodicité ? Pour répondre à ces questions, il faut d’abord prendre la mesure de cette écorcherie en reconstituant les trajets des principaux groupes d’Écorcheurs et en tentant une évaluation de leurs effectifs. Ensuite, plusieurs éléments d’explication de l’amplification de ce phénomène permettront de comprendre quelle influence la saison hivernale peut avoir sur leur activité. Enfin, se posera la question de savoir si la sortie de l’hiver 1438-1439 marque une sortie de crise.

Nadine CRETIN, Le solstice d’hiver et les traditions de Noël au Moyen Âge”

En partant de la Rome antique et de sa célébration du solstice d’hiver, il s’agira de comprendre, d’une part, comment a été choisie la date du 25 décembre et à quelles pratiques cette fête a donné lieu au Moyen Âge, et, d’autre part, en quoi nos traditions domestiques (bûche, sapin) et sociales (père Fouettard, saint Nicolas) liées à cette fête hivernale trouvent leur racine dans le Moyen Âge.


Vous aimerez aussi...