CR de la séance du 13 mars 2015 – “L’Hiver au Moyen Âge” (II)

Compte-rendu de la séance du 13 mars 2015 : « L’Hiver au Moyen Âge » (II)

Liste des personnes présentes: 

Anne Kucab, Elodie Pinel, Sung-Wook Moon, Sophie Ravary, Catherine Kikuchi, Charlotte Kempf, Florian Besson, Aurore Léon, Pauline Lambert, Viviane Griveau-enest, Patrick Roullaiux, Elise Banjenec, Sarah Delale, Benedettta Fordred, Hyojeong Wi, Ryo-Rim Ko, Annabelle Marin, Julie Pilorget, Stéphanie Huart, Qinyang Yu, Céline Ménager, Mélissa Barry.

Les mouches blanches, qui piquent-elles ? Rutebeuf sous la neige avec les Ribauds de Grève. Sung-Wook Moon (Université Paris-Sorbonne)

Les Ribauds de Grève dans l’histoire éditoriale de Rutebeuf

La renommée de Rutebeuf est essentiellement due à onze pièces qui sont connues sous le nom de Poèmes de l’infortune, où Rutebeuf présente sa personnalité acculée par la misère et la maladie, aggravées par ses propres bévues : le vin, le jeu, le mariage déraisonnable. Ces infortunes sont parfois mises en rapport avec le cycle des saisons, la douleur éclatant sous la violence du froid : « froid au cul quant byze vente » (la Griesche d’hiver, v. 14). Mais dans ce groupe coexistent quelques poèmes de caractère différent, dont l’objet de notre communication, le Dit des ribauds de Grève ; mais c’est un phénomène assez récent. Ainsi l’éditeur des premières Œuvres complètes de Rutebeuf (1839), A. Jubinal, regroupe-t-il les sept poèmes strictement personnels dans la première section de l’édition, et en exclut le Dit des ribauds de Grève qui est, lui, situé dans celle de la satire. Ce n’est que dans l’édition d’E. Faral et J. Bastin (1959-1960) que celui-ci s’intègre parmi ceux-là, qu’ils rebaptisent Poèmes de l’infortune. Le choix de ces philologues n’est pas sans raison, car, comme certaines poésies personnelles, les Ribauds de Grève traitent l’infortune hivernale ; ils contiennent même une expression que l’on retrouve à peu près identique dans une poésie personnelle, la Griesche d’hiver : « Noire mouche en estei me point, / En yver blanche. » (Griesche d’hiver v. 32-33) ; « Les noires mouches vos ont point, / Or vos repoinderont les blanches. » (Ribauds de Grève v. 11-12).

Toutefois, malgré cette proximité établie par la thématique hivernale, la décision de Faral et Bastin semble discutable ; en effet, dans les Ribauds de Grève, contrairement à ce qu’il fait dans les poésies personnelles, Rutebeuf ne dit rien de lui-même, mais décrit le comportement des ribauds, qui sont désignés à la deuxième personne. Ce choix éditorial a d’ailleurs été discutée puisque, quand E. Faral la justifiait par l’idée que la pitié exprimée par le poète l’était en raison du sentiment de sa propre misère, A. Corbellari fait des topoï des Ribauds de Grève un contre-argument à cette thèse et N. F. Regalado remarque que Rutebeuf se contente de décrire la situation extérieure des infortunés sans chercher à susciter une quelconque compassion chez le lecteur. Tout cela éloigne les Ribauds  de Grève des autres Poèmes de l’infortune ; dès lors, que faire du rapprochement hivernal souligné avec la Griesche d’hiver ?

Le jeu latent de dialogue

Pour déterminer le rapport entre les Ribauds et les autres Poèmes de l’infortune, examinons en quoi les Ribauds de Grève sont, ou ne sont pas, un poème personnel. Dans ce poème, le poète s’adresse aux ribauds par un « vos », comme s’ils étaient face à lui. Sommes-nous proches du genre théâtral, genre du temps présent et du dialogue ? Même s’il n’y a pas de dialogue au sens strict, les ribauds restant muets, ceux-ci sont supposés être près du poète pour pouvoir entendre sa parole ; en effet, le discours déployé par Rutebeuf est un discours monologal, discours adressé à un allocutaire déterminé sans qu’il y ait dialogue à proprement parler (C. Kerbrat-Orecchioni). L’inversibilité du « je » et du « tu » définie par É. Benveniste est ainsi constitutive des  Ribauds de Grève, ce qui nous conduit à y voir, non pas une poésie personnelle à proprement parler, mais l’expression d’une personnalité poétique, puisque l’usage de la deuxième personne nécessite inévitablement l’existence de la première personne.

La comparaison avec d’autres textes contemporains de Rutebeuf, dialogiques (Disputaison de Charlot et du Barbier de Melun de Rutebeuf et Deus bordeors ribauz d’un auteur anonyme du XIIIe s.), renforce cette lecture; elle nous conduit en effet à supposer un jeu dialogique dans les Ribauds de Grève. Sans imaginer pour autant qu’un pendant aux Ribauds ait existé sans nous être parvenu, il faut rappeler l’horizon d’attente des auditeurs et lecteurs contemporains de Rutebeuf : celui de la potentialité de la réponse des ribauds. Dans la littérature médiévale, cette réponse peut s’annoncer toutefois sous le signe de la difficulté : la tentative de dialogue a d’autant plus de chance d’échouer que l’on s’adresse à quelqu’un d’une condition différente de la sienne, comme Rutebeuf l’indique lorsqu’il se plaint de cette difficulté dans De Sainte Église qui, sous l’apparence d’un mépris de la « gent menue » illettrée, fait entrevoir l’impuissance du clerc à « parler aux simples gens » (M. Zink). Mais telle n’est pas la situation dans les Ribauds de Grève ; il n’est en effet pas concevable que le propos de Rutebeuf ne soit pas compris des ribauds : la moquerie que le poète déploie ne fonctionne que si elle est comprise par ceux dont on se moque. Ainsi, dans la Griesche d’hiver, quand le « je » utilise les mêmes motifs de froidure et de nudité que dans les Ribauds, il assume le rôle d’un pauvre fou, d’un ribaud ; à la fin de ce poème, où est rapportée la moquerie de son cousin, le ribaud saisit parfaitement la malignité de ce dernier : il semble en apparence s’y résigner mais, en transformant ce propos en texte littéraire, modifie la relation initiale entre locuteur et allocutaire en un dynamisme trilatéral où le lecteur/auditeur intervient. Car le public doit rire autant du locuteur que de l’allocutaire. La réponse du ribaud existe bel et bien dans la Griesche d’hiver : elle est donc attendue d’autant plus légitimement dans les Ribauds de Grève.

La présence du « je » caché

Il est vrai que notre attente à la réponse des ribauds n’est pas textuellement comblée, puisque ces derniers ne parlent jamais ; le poème de Rutebeuf ne présente que son propre discours. Pourquoi l’écrit-il ? Le motif en est évident : pour faire rire son public de la misère de ces ribauds. Mais ce que dit Rutebeuf à leur propos peut se retourner contre lui : s’il y a « vos », il y a « je » ; si les Ribauds se trouvent en place de Grève et peuvent entendre le poète, Rutebeuf s’y trouve aussi et souffre des mêmes « mouches blanches » qu’eux. Dans les Ribauds de Grève, la distance  nécessaire au rire ne sépare pas tant les ribauds du poète que les ribauds et le poète d’un côté du public de l’autre, ce qui rapproche le poète de ses allocutaires, et les Ribauds de Grève des poésies de l’infortune personnelle.

Rutebeuf en est conscient. C’est sur cette même esthétique que se fonderont ses poésies personnelles ; on y retrouve également l’importance de la voix : si les Ribauds de Grève sont dominés par la rapidité de courtes phrases pour imiter le mouvement violent du coup de vent, la Griesche d’hiver porte  le rythme saccadé mais ininterrompu du « tercet coué », reproduisant le tremblement des dents sous la violence du froid – qui rend son « dit » « trop diver » (c’est-à-dire lamentable, v. 8). Dans tous les cas, le « je » se présente par et dans ses actions verbales ; parler à « vos » revient ainsi à parler du « moi ». Les Ribauds de Grève, poème à la deuxième personne, serait-il un pont entre les poèmes à la première personne et ceux à la troisième personne ?

À première vue, les Ribauds de Grève ne semblent pas être un « poème de l’infortune » classique ; pourtant, au vu de la personnalité cachée dans les Ribauds de Grève, E. Faral et J. Bastin n’ont sans doute pas eu complètement tort de les placer parmi les poésies personnelles.

Questions:

Élodie revient sur le terme de « tableau » et demande s’il a pu être établi un rapport avec des  enluminures ou des peintures des Primitifs flamands. Sung-Wook répond que ce terme était choisi plutôt comme métaphore et que les textes de Rutebeuf ne s’accompagnent pas beaucoup d’images dans les manuscrits ; mais que ces textes sont eux-mêmes riches d’effets de réel et portent souvent un caractère pittoresque, au point que les philologues du XIXe s. et du début du XXe s. y voient un certain réalisme.

Sarah demande si la piste de la dialogie, c’est-à-dire du discours à soi-même à la deuxième personne, a été explorée ; Sung-Wook indique que cette piste n’a pas encore été exploitée mais semble intéressante.

Anne remarque qu’il y a beaucoup de « v » et de « i » dans les « Ribauds », sont présents dans le mot « hiver » et demande si cela relève du hasard ; Sung-Wook penche pour un choix du poète car Rutebeuf a souvent à des jeux sonores poussés, comme par exemple dans les rimes équivoques.

La vie d’une ville au Moyen Âge : Rouen au XVe siècle. Anne Kucab (Université Paris-Sorbonne)

Le propos de cette communication est de sonder les sources pour montrer comment les hommes et femmes du Moyen Âge percevaient cette saison.

C’est d’abord la place de l’hiver dans le commerce à Rouen, deuxième ou troisième ville de France au XVe siècle selon Michel Mollat, qui est étudiée.

L’hiver y est une saison très bien identifiée. Le statut des bouchers de Rouen indique une modification des horaires de vente en fonction du climat, la comestibilité des viandes étant en jeu. La période entre Pâques et la Saint Michel est chaude, celle allant de la Saint Michel à Pâques est froide ; il faut y ajouter une période creuse, celle du Carême, pendant laquelle on ne mange pas de viande. Dan l’article 7 de l’ordonnance des bouchers de Rouen de 1487, la température est corrélée avec l’heure de la journée ; la viande se conservant mieux quand il fait froid, on l’expose alors toute la journée. Durant la saison chaude, on remet la viande sur l’étal le lundi, conformément à l’article 8 de ladite ordonnance, quand elle peut être vendue plusieurs jours de suite l’hiver. La visibilité entre également en ligne de compte, puisque les horaires de vente sont restreints, à l’article 9, en hiver. Une autre ordonnance porte sur la vente de poissons salés : tout le poisson frais de mer est vendu le jour même l’été, pendant 2 jours l’hiver. L’article 28 précise que les vendeurs ne doivent acheter que la quantité qu’ils peuvent écouler dans la durée indiquée.

Par ailleurs, l’hiver est une saison faste pour le commerce à Rouen : la foire du pardon de Saint Romain se tient le 23 octobre et celle de la Chandeleur se tient en février. Les commerces et les échanges connaissent un pic en cette saison. Ainsi, les deux grandes saisons pour la pêche sont celle d’avril à août-septembre d’une part et de septembre à janvier d’autre part. Or Rouen est liée à la pêche en mer du Nord et dans la Manche ; les pics d’arrivée des bateaux dans le port sont situés, pour l’année 1447 et selon le compte de la vicomté de l’eau, en été et en décembre. Cette saisonnalité de l’arrivage des poissons est perçue par les contemporains ; ainsi du Mesnagier du Paris qui distingue les poissons d’hiver et ceux d’été.

Ce sont ensuite les aléas hivernaux qui sont présentés, les intempéries d’une part et la nécessité de protéger les plus démunis d’autre part.

Au titre des intempéries hivernales, des inondations sans précédent se sont produites à Rouen au XVe siècle, dont les comptes rendus permettent de saisir les conséquences du climat sur la vie de cette ville. Les inondations sont présentés comme des facteurs de nuisance économique car détruisent les greniers à sel et le bois de chauffe, stocké sur les quais. Elles impactent également l’approvisionnement en blé et en grain puisque le blé planté est sous l’eau. Enfin, ces inondations bloquent la navigation, donc le commerce, trait qui apparaît dans les délibérations municipales.

Quant à la nécessité de protéger les plus démunis, elle s’exprime dans les registres faisant mention d’aumônes et d’actes de charité. Sur 18 mentions de ces termes, 12 sont rapportées aux mois de novembre à février, avec un pic enregistré en décembre puisque la moitié des aumônes sont faites au moment de Noël. Ces aumônes consistent dans le don de vêtements, par exemple.

Pourtant, et enfin, l’hiver n’est pas toujours perçu négativement à Rouen au XVe siècle. C’est également un temps de jeux, qui parfois tournent mal.

Les registres municipaux font ainsi état d’achats liés à des célébrations hivernales : le concierge d’un hôtel reçoit 22 sous 6 denier pour acheter un porc le 20 décembre ; la ville distribue en novembre à ses anciens échevins une bûche à faire brûler dans la cheminée la nuit de Noël, bûche appelée le « charquet ».

Et si les livres d’heures représentent à l’occasion des batailles de boules de neige, comme il a été montré lors de la dernière séance, la justice peut également en enregistrer la trace. Ainsi, le 3 décembre 1483, des filles de joie portent plainte contre Philippe et son valet pour leur avoir jeté des boules de neige dissimulant des pierres. Le jeu n’est ici qu’un prétexte pour un règlement de compte.

L’hiver, saison froide, n’est pas une morte saison à la fin du Moyen Âge dans des villes commerçantes comme Rouen : elle n’est pas oisive mais s’accompagne d’une haute activité commerciale et sociale, et ne passe pas inaperçue puisqu’elle définit fortement ces activités comme saisonnières.

Questions:

Un auditeur demande comment étaient conservées les archives au Moyen Âge lors des inondations ; Anne répond que l’hôtel de ville était loin des rives, alors qu’aujourd’hui les archives sont situées en zone inondable.

Un autre auditeur s’interroge sur la mise en place de politiques publiques contre les inondations : il n’en a pas été retrouvée.

Une remarque est faite sur la mention d’une bataille de boules de neige à Murano ; faut-il voir dans celle de Rouen des raisons politiques ? L’hypothèse n’est pas à exclure.

Florian revient sur les horaires de vente des poissons : comment est-il possible de vendre jusqu’à neuf heures en hiver ? Anne propose d’interpréter ces 9 heures comme une indication de durée et non comme celle d’une heure.

Viviane demande si les ordonnances dépouillées mentionnent des viandes à bouillir pendant l’été ; Anne répond que c’est le cas dans le Mesnagier de Paris mais pas dans les sources examinées.

Sarah s’enquiert des enluminures représentant des batailles de boule de neige : est-ce une constante dans les livres d’heures ? Anne précise que les enluminures montrées lors de la présentation sont issues de livres d’heures de la fin du Moyen Âge, souvent italiens ; Elodie ajoute que le court poème mis en relation avec ces images pendant la présentation était lui aussi du Moyen Âge tardif et italien. La question d’une périodisation et d’une localisation précise de ce type de représentation reste à approfondir.

Florian demande enfin s’il y a une référence à la grande inondation présentée lors des années qui suivent comme un événement climatique marquant ? Anne indique qu’elle n’en a pas rencontrée.

La séance est levée à 20 heures.


Vous aimerez aussi...