CR de la séance du 6 février 2015 – “L’Hiver au Moyen Âge” (I)

Compte-rendu de la séance du 6 février 2015 : « L’Hiver au Moyen Âge » (I)

Liste des personnes présentes:

Elodie Pinel, Anne Kucab, Mélanie Leveque, Mélissa Barry, Pauline Lambert, Sarah Delale, Christine Bellanger, Mathias Sieffert, Annabelle Marin, Sung-Wook Moon, Viviane Griveau-Genest, Christophe Furon, Frédéric Adroma, Charlotte Kempf, Catherine Kikuchi, Aurore Leon, Lucien Dugaz, Benedetta Fordred et Stéphanie Richard.

 Introduction générale : « L’hiver : une symbolique négative et contrastée ? » Elodie Pinel et Anne Kucab

Elodie Pinel

Le thème du semestre précédent, « Finir le Moyen Âge », entretient quelque rapport avec celui que nous ouvrons avec cette séance, « L’hiver au Moyen Âge », dont la formulation fait écho l’ouvrage majeur de J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge. Les deux formules, « Finir le Moyen Âge » et « L’hiver au Moyen Âge » partagent le sème de « fin », et posent tous deux le problème du passage d’une saison à une autre, d’une ère ancienne à une ère nouvelle. Le Moyen Âge lui-même, nous le savons aujourd’hui, souffre d’une lecture historique trop linéaire qui en fait un « entre-deux », une lente agonie sans début ni fin, qui dit en réalité beaucoup de notre conception du temps historique. Ce défaut conduit de plus à plus à appréhender l’Histoire sous l’angle d’une temporalité cyclique.

L’hiver, lui aussi, se situe entre l’approche linéaire et l’approche cyclique. Temps linéaire, il achève une période et en ouvre une nouvelle. Temps cyclique, il recommence chaque année.

Comme un point d’accroche, le mythe antique de Proserpine associe la saison froide aux Enfers. Sa mère, Cérès est plutôt associée à la saison chaude. Dans le monde romain, Janus constitue une figure intéressante, puisqu’il est représenté, dans l’iconographie médiévale, avec deux visages : celui d’un vieil homme et celui d’une jeune fille. Donnant son nom au mois de Janvier, il incarne symboliquement la fin d’une année et le début de la suivante.

L’hiver est aussi un repère temporel, climatique. S’il est parfois associé à une vision angoissante de la nature, on s’inquiète aujourd’hui de son absence ou de ses mutations. À l’heure du réchauffement climatique, on serait d’ailleurs parfois en droit de demander « Mais où sont les neiges d’antan ? » Eustache Deschamps utilise d’ailleurs cette perte de repère saisonnière dans une ballade comme une métaphore de la dénaturation de la société. L’absence de saison inquiète. L’absence d’un hiver est un signal d’alarme. En contrepoint, l’hiver est aussi qualifié de « morte saison », conduisant poètes et écrivains à se plaindre du froid, des sentiments négatifs que cette période de l’année leur inspire. Que fait le Moyen Âge de la symbolique antique de l’hiver ? De quelle façon le Moyen Âge construit-il une symbolique ambiguë ?

Anne Kucab

En Histoire, l’hiver reste un thème peu étudié, même si certains projets, plutôt à l’initiative des géographes, s’intéressent désormais à l’histoire du climat. Par « climat » on entend « l’ensemble des phénomènes météorologiques et des températures moyennes pour une région donnée sur une période donnée ». On doit à Emmanuel Le Roy Ladurie une pionnière Histoire du climat depuis l’an mil (Paris, Flammarion, 1967). Dans les années 1960, la question est devenue un vrai champ d’investigation pour la recherche, y compris dans le monde anglo-saxon (Hubert Horace Lamb, The changing climate, London, Methuen, 1966).

Au Moyen Âge, l’hiver est une saison aux contours mouvants dont les bornes sont évolutives. On se détache progressivement de la division tripartite antique pour laisser émerger tantôt deux saisons (il s’agit alors de la conception populaire de l’hiver long, s’étendant de novembre à février, perception paysanne qui a une influence notable sur la perception officielle puisque des documents administratifs y font référence) tantôt quatre, réparties sur les douze mois de l’année.

L’hiver est associé à des pratiques sociales, festives, religieuses. C’est le temps du carnaval, du charivari, de la Toussaint, de la naissance du Christ, dont la date fut décidée de façon plus ou moins arbitraire en l’an 532. (Car certains textes situent la naissance du Christ à la fin de l’hiver ou au début du printemps). La mort du Christ à Pâques est recalculée quant à elle, chaque année, selon le calendrier solaire.

Quel temps faisait-il vraiment au Moyen Âge ? Sur quelles sources fonder nos réflexions ? De nouvelles méthodes permettent aujourd’hui de calculer et d’analyser le climat des siècles passés. De ces observations, les historiens du climat relèvent deux tendances : un « petit optimum médiéval » au XIIIe siècle, caractérisé par des étés chauds et des années globalement assez douces, et un « petit âge glaciaire » à partir du XIVe siècle, avec des hivers plus froids et des précipitations plus importantes, qui s’étendrait jusqu’au milieu du XIXe siècle. L’intérêt réside, in fine, dans la confrontation de ces relevés scientifiques à la perception que peuvent en avoir les hommes du Moyen Âge. L’ouvrage de Pierre Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge : contribution à l’histoire des variations climatiques de 1000 à 1425, d’après les sources narratives de l’Europe occidentale (Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1987) relève ainsi des sources intéressantes. Le Journal du Bourgeois de Paris, raconte qu’en janvier 1432, la Seine fut gelée pendant presque trois semaines. Les hivers froids entraînent des difficultés économiques, des décisions politiques. En 1481-1482, les mauvaises récoltes et le climat provoquent une famine et une politique agricole stricte (interdiction de spéculer ou de vendre le grain à l’étranger). D’autres sources disent aussi de l’hiver qu’il est l’occasion de pratiques alimentaires spéciales (Le Mesnagier de Paris, par exemple). Décembre est le mois du cochon, d’après de multiples sources. Nés au printemps, les cochons se nourrissent de glands en automne et sont souvent tués en décembre. L’animal est d’ailleurs représenté dans de nombreux livres d’heures (par exemple, le bréviaire dit d’Isabelle la Catholique, composé vers 1497, Flandres, ms. 18851). L’ouvrage intéressant de Michel Pastoureau sur ce « cousin mal aimé » est néanmoins tributaire de représentations dont on ne doit pas oublier le haut degré de codification. Des manuscrits à l’attention des copistes et enlumineurs, prescrivent de représenter l’hiver au moyen de codes visuels : la neige, le cochon, janvier devant être représenté comme le mois où l’on prélève l’argile sous la neige, etc. Il est parfois difficile de juger des sources qui jouent elles-mêmes de l’horizon d’attente.

Elodie Pinel

Comment l’hiver est-il représenté dans les arts et dans la littérature ? Dans de nombreux livres d’heures, l’hiver est associé à la recherche du réconfort, de la chaleur, à la nourriture (on trouve des images de crêpes dans un livre d’heures du XVIe siècle, ms. Douce, 135, Bodleian). S’opposant à l’intérieur du foyer, l’extérieur est peint à la façon d’un « pays de neige », notamment dans la peinture flamande (Brueghel L’Ancien, « Chasseurs dans la neige »). On note d’ailleurs une préférence marquée pour les paysages enneigés, par rapport aux représentations de pluie : la neige renvoie une image idéalisée du paysage hivernal.

Symbolisant la fin et le commencement, l’hiver est associé tantôt à la vieillesse, tantôt à la jeunesse. Sur une fresque du palais public de Sienne (vers 1338/1340), Ambrogio Lorenzetti représente l’hiver comme un homme d’âge mûr. Dans le Grant Kalendrier et compost des bergiers, datant de la fin du XVe siècle, Décembre est décrit comme le mois de la mort, de la disparition de la verdure, de la tristesse. À cette mélancolie s’oppose l’impatience d’un renouveau. L’hiver est alors, dans les livres d’heures, aussi associé à la joie, aux naissances, aux jeux d’enfants dans la neige. On trouve par exemple une bataille de boules de neiges dans le ms. Chantilly 14160/65. L’hiver est l’indice de deux humeurs opposées, qui donnent à cette saison froide une ambivalence. Dans les heures du duc de Berry, les miniatures donnent à la fois la vision d’un paysage désolé et d’une animation presque grivoise, carnavalesque, dans les foyers.

Dans le domaine littéraire, l’hiver est l’envers de la reverdie, naissance du printemps amoureux que célèbrent les troubadours et les trouvères (Guillaume de Poitiers, Bernard de Ventadour). Néanmoins, l’hiver est aussi la saison où il incombe au poète de se réchauffer par le chant poétique. Sur un autre mode d’écriture, certains écrivains parlent à l’envi des joies hivernales : nourriture, réunions, lectures (Christopher Lucken associe l’hiver du Moyen Âge au temps de la lecture intime). Dans les récits, l’hiver est aussi lié à l’action (par exemple, l’épisode où Renart mange le poisson des charretiers). Dans Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, l’hiver est le cadre d’une scène méditative célèbre. En contemplant des tâches de sang sur la neige blanche, Perceval voit apparaître le visage de Blanchefleur. Car la neige est un indice de rêverie, de charme esthétique, y compris chez les poètes anciens (Pierre d’Auvergne, par exemple). Chez Eustache Deschamps et Charles d’Orléans, l’hiver est plutôt associé au sème de la vieillesse, non sans une certaine ironie.

On est donc tenté d’associer trop hâtivement l’hiver à un sentiment négatif. Un bref sondage des textes prouve que la saison froide est, en réalité, hantée par les ambivalences.

Catherine se demande si les contemporains avaient conscience des changements climatiques de longue durée, en particulier le passage vers cette « petite ère glaciaire » ou si ces changements étaient trop lents pour être perceptibles. Anne répond que oui, l’étude très détaillée de Pierre Alexandre montre que les mentions du climat rigoureux apparaissent à la fin du Moyen Âge, ce qui laisse supposer que les contemporains ont bien conscience d’une évolution du climat.

Pauline demande à Elodie l’origine de la date du 25 décembre, comment elle fut choisie, par qui et en quelles circonstances. Elodie répond que l’information se trouve dans le livre de François Walter, Hiver. Histoire d’une saison (Paris, Payot, 2014). Cette date fut choisie sous l’empereur Justinien.

Frédéric souhaite revenir quelques instants sur l’association de l’hiver à la vieillesse. Est-ce si manifeste ? Comme cette représentation s’est-elle construite ? Elodie répond qu’en réalité le Moyen Âge associe aussi facilement à l’hiver l’image de la jeunesse que celle de la vieillesse. Mais l’aspect renouveau, jeunesse, a été perdu à la fin du Moyen Âge. L’image de l’hiver évolue donc progressivement vers des connotations négatives.

La première partie de la séance s’achève sur l’annonce du programme concernant le thème « l’hiver au Moyen Âge » :

6 février :

Anne Kucab et Elodie Pinel : Introduction générale.

Sarah Delale : La jeunesse hivernale de Christine de Pizan : hiver, désamour et pauvreté.

13 mars :

Moon Sung-Wook : Rutebeuf sous la neige avec les Ribauds de Grève.

Anne Kucab : Spécificités de l’hiver à Rouen à la fin du Moyen Âge.

10 avril :

Christophe Furon : La Guerre en hiver à la fin du Moyen Âge.

Nadine Cretin : Le solstice d’hiver et les traditions de Noël.

La jeunesse hivernale de Christine de Pizan : hiver, désamour et pauvreté. Sarah Delale (Université Paris-Sorbonne)

« Yver vous n’estes qu’un vilain » dit Charles d’Orléans. L’hiver est lié au vilain (souvent convoqué dans les prologues pour incarner celui qui ne comprends pas les textes littéraires). L’hiver serait donc une saison anti-courtoise. L’hiver est conçu de façon binaire, comme en témoigne le Débat de l’hiver et de l’esté à la fin du XVe siècle. L’hiver est la saison de l’obscurité, du silence. À l’inverse, l’été est lié à l’amour et donc à la littérature. L’hiver est-il pour autant une saison antilittéraire ? Il existe en littérature deux topoï : le premier fait de l’hiver la saison opposée au printemps amoureux. Le second fait de l’hiver l’image même de la pauvreté. Deux construction topiques présentes chez Christine de Pizan. Le plan abordera successivement ces deux lieux communs avant d’observer en détail leur répercussion sur un extrait de l’Avision Christine.

Une reverdie inversée ?

La corrélation entre amour et reverdie s’institutionnalise dans le grand chant courtois des troubadours (exemple de Jaufré Rudel). Le chant des oiseaux entraîne celui de l’amant. L’hiver, en contrepoint, serait donc lié au silence des oiseaux. Gace Brulé (XIIe-XIIIe) évoque le silence de ces oiseaux à la saison froide. Mais cette bipartition est déjà raillée au XIIIe siècle, car, comme le rappelle M. Zink, le bon amant doit aimer en toute saison.

Néanmoins l’association traditionnelle amour/saison chaude est exploitée dans le Roman de la rose au XIIIe siècle. On a même dit parfois que Guillaume de Lorris avait voulu mettre ainsi la strophe printanière en récit. Le printemps est désigné comme « el tens enmoreus » selon le narrateur, et met le récit en mouvement. (« Mout a dur cuer qui en may n’aime »). Ce modèle de narration courtoise ajoute à l’équation « amour = printemps », l’idée de jeunesse, puisque Vieillesse est représentée sur la face extérieure du mur qui protège le verger. L’héritage du Roman de la rose est puissant. Les deux siècles qui suivent montrent le même attachement à cette polarisation topique, qu’il s’agisse du Débat de l’hiver et de l’esté ou du Livre du duc des vrais amans de Christine de Pizan (dans le ms. BNF fr. 836, une miniature rappelle d’ailleurs clairement le verger du Roman de la rose.) L’hiver prend parfois un sens plus complexe, en y introduisant le sème de la pauvreté à l’exemple du Lai de Villon (1457).

Hiver et pauvreté

Riches et pauvres n’ont pas la même expérience de l’hiver. Il faut pouvoir se mettre à l’abri du froid, se vêtir chaudement. Aussi, l’hiver est-il souvent représenté comme un miroir de la pauvreté. Sarah analyse la description de Pauvreté dans le Roman de la rose, « nue come un vers » et dont on dit qu’elle aurait pu en mourir de froid à la saison hivernale. La description insiste sur les trous de son vêtement, sur sa laideur.  S’inspirant du Roman de la rose, Christine de Pizan présente Pauvreté comme une figure mal vêtue, à la chair apparente, noire, sèche dans la Mutacion de Fortune. Même élaboration symbolique dans La Griesche d’hiver de Rutebeuf (milieu du XIIIe siècle) ou dans la Complainte Rutebeuf. La pauvreté est définie par le froid, la maladie, le manque de nourriture et l’absence de vêtements protecteurs. Pauvreté et hiver forment donc un couple imaginaire.

La rencontre des topoï chez Christine de Pizan.  

Les deux topoï deviennent intéressants lorsqu’ils se rencontrent. L’Avision Christine, (III, 5) offre un exemple de cette fusion de deux traditions : l’une définissant l’hiver comme la saison du désamour, l’autre unissant hiver et pauvreté. Dans la troisième et dernière partie de l’Avision, Christine visite les combles de l’Université de Paris. Elle y rencontre Philosophie à qui elle conte les malheurs de son existence. Philosophie lui offre un réconfort à travers une relecture théologique de sa vie. La composition fait référence à la Consolation de Boèce, dont l’influence est très importante au tournant des deux siècles. À la fin du récit, Christine se compare d’ailleurs à Boèce, et au Christ lui-même. Elle évoque, dans ce passage qui ressemble à une sorte de complainte en prose, ses problèmes financiers, sa marginalisation sociale, sa condition de veuve, et use au passage de tous les sèmes traditionnellement associés à l’hiver (tant du point de vue de l’absence d’amour que de la pauvreté matérielle). Le texte prend une coloration hivernale à travers le réseau sémantique qu’il exploite. Mais l’hiver a aussi un autre sens, celui de la fin d’une époque. Christine raconte en ce sens sa « jeunesse hivernale », l’hiver de sa vie de jeune femme, avant son entrée en littérature. D’une façon symbolique, ce passage renvoie à ce qui précède la « reverdie » dans la tradition médiévale, c’est-à-dire l’hiver, la saison antérieure au discours lyrique, à la création.

Questions :

Est-ce Christine qui utilise l’expression « jeunesse hivernale » ? Jusqu’à quel âge est-on considéré comme jeune au Moyen Âge ?

Sarah répond que la formule n’est pas de Christine de Pizan. Il s’agit de situer ce passage dans les saisons de la vie de Christine de Pizan. Sans aucun doute, ce passage présente un moment de l’existence de l’écrivaine. Autre argument, le passage évoque l’âge où la jeunesse s’achève au Moyen Âge, c’est-à-dire, avant trente ans.

Mathias  dit que cette démonstration entre en dialogue d’ailleurs la thèse de Fleur Vigneron. Les XIVe et XVe siècles, plus encore qu’aux siècles précédents, figent la symbolique des saisons (les saisons sont souvent convoquées par des expressions lexicalisées chez Deschamps et Charles d’Orléans). Sarah répond que la fin du Moyen Âge a effectivement une conscience allégorique et littéraire très forte (les hommes du XIVe et du XVe siècles sont hantés par la « tristesse du déjà dit » comme l’explique J. Cerquiglini-Toulet). Les auteurs aiment à jouer des signes ancrés dans la tradition littéraire. Il serait intéressant de travailler du coup sur les poètes antérieurs au Roman de la Rose, avant ce figement des représentations.

La séance est levée à 20 heures.


Vous aimerez aussi...