CR de la séance du 9 janvier 2015 – “Finir le Moyen Âge” (III)

Compte-rendu de la séance du 9 janvier 2015 : « Finir le Moyen Âge » (III)

Liste des présents :

Elise Banjenec, Sarah Delale, Emanuele Arioli, Eugène Priadko, Romain Doucet, Aurore Léon, Viviane Griveau-Genest, Cléo Rager, Julie Pilorget, Joanna Pavlevski, Anne Kucab, Benoit Grévin, Nikita Dimitrieff, Charlotte Kempf, Lucien Dugaz, Stéphanie Huart, Cécile Troadec,Diane Chamboduc, Marin Annabelle, Pauline Guéna, Péne Matthieu, Anais Chombard, Catherine Kikuchi, Florian Besson

Le temps des archives et la périodisation historique : une histoire découpée en boîtes ? Matthieu Pène (Elève conservateur-Institut National du Patrimoine) 

Les archives sont originellement un lieu de conservation : ce n’est que progressivement, à partir de la Révolution qu’elles vont être instituées en lieu de mémoire. Cette évolution fut progressive : c’est Napoléon qui pose les fondations des archives modernes en réhabilitant la bibliothèque royale. Plus tard, sous le Second Empire, le trésor des chartes fournit l’argument pour réclamer une professionnalisation des activités et des acteurs. De fait, cette professionnalisation entérine également le divorce des archives avec l’histoire, entre ceux qui conservent et ceux qui interprètent.

En matière d’archives, peut-on parler d’un « long Moyen Age » ? Et si oui, quel est-il ?

 Longtemps, en tant qu’instance ministérielle les archives ont eu pour objectif d’asseoir un cadre de classement national, commun à tout le territoire. Cette normalisation a abouti à la distinction d’archives mortes, contre des archives vivantes, réservées à l’usage de la préfecture. Ce référentiel a permis de sanctuariser des archives anciennes tout en continuant à collecter les archives administratives courantes. Dans cette perspective, les archives médiévales sont intégrées via les institutions qui les stockaient au moment de la Révolution. Ce fonctionnement n’est pas sans poser des problèmes importants, notamment pour l’historien, puisqu’il ne respecte pas le contexte d’origine de production du document. De la même manière, le fond d’archives essaye de conserver les documents par blocs, tels qu’ils furent légués par le temps : or le cheminement des documents n’est pas rationnel et certains, pour devenir intelligibles, réclameraient d’être organisés selon des principes thématiques de classement. De ce fait, au XXe siècle, le fond se retrouve morcelé, tributaire qu’il est de versements successifs faits au fil de l’eau : les fonds médiévaux sont regroupés selon des catégories historiques à l’hôtel de Soubise tandis que le reste, dont époque moderne, a été transféré à Pierrefitte.

Quel est le statut des sources écrites ? Peuvent-elles être appréhendées comme des documents et des archives ? Afin de bien comprendre le rôle des documents et mettre en lumière leur importance, les archives doivent être envisagées comme un objet patrimonial que le conservateur doit maintenir dans son intégrité. Les documents sont néanmoins transformés au moment de l’archivage : or cette distorsion est problématique car elle fait obstacle au travail historien. La spécificité de la constitution des archives, en tant que geste historique et institutionnel a été étudiée en ce sens par Olivier Guyot-Jeannin. On peut ainsi reconstituer deux périodes dans l’histoire de l’archive  tout d’abord, une première période d’incertitude documentaire où seule l’Eglise assure la continuité archivistique. Puis une seconde période marquée par l’apparition d’archives laïques avec une extension progressive des pratiques documentaires à tout le corps social, des petits seigneurs aux communautés rurales. De fait, en raison de la multiplication des actes notariés, la fin du Moyen Age se caractérise par une véritable explosion documentaire, grandement facilitée par l’usage nouveau du papier dans le domaine de la gestion. Il en résulte un contraste fort entre les deux périodes, le Haut Moyen Age produisant et conservant peu de documents, mais de valeurs à l’inverse de la fin du Moyen Age qui se caractérise par d’importantes collections documentaires n’ayant de valeur qu’articulées entre elles.

Peut-on parler d’un clivage avec l’époque moderne ? La conservation demeure relativement inchangée et l’on ne constate pas alors d’évolution vers des archives publiques en dépit de quelques jalons forts tels que l’Ordo de Villers-Cotterêts qui impose le français en plus de l’obligation de tenir par écrit les minutes ainsi que, pour les paroisses, les registres de baptême. De la même manière, en dépit de la mise en avant de la preuve écrite dans de plus en plus de contextes sociaux (taxes, timbres etc.) du fait de la volonté croissante de régulation émanant du pouvoir monarchique, l’Ancien Régime témoigne surtout d’une forte continuité en la matière.

Quelle périodisation retenir ? Le Moyen Age pourrait être caractérisé dans la perspective qui est la nôtre comme l’âge de l’archive fragmentaire, à la continuité aléatoire. La chambre des comptes a bien ainsi procédé à un archivage régulier depuis le XIVe siècle mais l’incendie de 1537 et la destruction à la Révolution de la comptabilité royale en a fait pour nous un ensemble hétérogène. C’est la raison pour laquelle le geste fondamental de l’archivisme reste encore de nos jours le travail de tri afin de constituer des gisements de documents lisibles.

En conclusion, le tri massif opéré à la Révolution a joué un rôle déterminant dans l’écriture de l’histoire en mettant les archives médiévales et modernes dans la catégorie « ancien ». De fait, le temps des archives dépasse les scansions politiques et des passerelles existent entre les différents fonds. Dès lors, il serait pertinent de mieux étudier et connaître les modalités de l’opération de raffinage car la déontologie archivistique exige que ses interventions soient lisibles et repérables par l’historien.

Questions :

– Est-ce que vous pourriez revenir sur la question  du tri et de  l’élimination des documents ?

En matière de tri, les archives de l’Ancien régime ont été tellement malmenées par la Révolution  qu’on ne procède plus à des opérations de tri en ce qui les concerne, les documents étant devenus précieux et rares. Mais ce n’est pas le cas des archives récentes où les factures sont détruites au bout de dix ans. Il y a donc une relative incohérence entre les pratiques de patrimonisation des archives anciennes et l’élimination des archives contemporaines.

– Pour les archives, le Moyen Age se finit au XVIIIe siècle. Au regard de votre parcours d’historien cette fois seriez-vous enclin à poser la limite du Moyen Age au XVIIIe siècle ?

Oui, il existe certaines continuités qui s’achèvent au moment de la Révolution et qui façonnent une unité historique.

– Est-ce que les archives ont été renommées au moment du déménagement à Pierrefitte ?

Oui, le nom de département a été changé.

– Est-ce que les archives restent marquées par le clivage Révolution/ Ancien Régime ?

Oui, il n’y a pas eu de réorganisation ni de nouvelle lecture de cette période.

– Un même mouvement de constitution d’archives modernes s’observe en France au XIXe et en Italie ? Y a-t-il un lien ?

Il s’agit en réalité d’un mouvement uniforme qui se retrouve dans toute l’Europe et qui touche toutes les institutions publiques issues de révolutions. Sans doute y a-t-il une influence, mais elle n’a pas encore été étudiée en tant que telle.

– Est-ce que les opérations de tri pratiquées lors de la Révolution ont été documentées ?

Oui, nous disposons de compte rendus établis par l’administration, il est donc possible de retracer en creux ce qui a été détruit au moyen des inventaires.

Pour une nouvelle chronologie de l’histoire des femmes à la fin du Moyen Âge. Julie Pilorget (doctorante, Université Paris–Sorbonne)

L’étude de la place des femmes et de son évolution trouve un cas d’étude intéressant dans la situation amiénoise après la guerre de Cent ans. La ville connaît alors une période de renaissance par suite de l’essor spectaculaire de l’industrie drapière à la fin du XVe siècle. Les femmes sont nombreuses à y travailler allant jusqu’à y occuper des positions hiérarchiques par le biais de la maîtrise. Les jeunes filles en outre, peuvent y bénéficier d’une formation par l’apprentissage.

Or, à rebours de cette configuration qui profite à une industrie en pleine expansion, les échevins de la ville prennent la décision d’interdire le travail des femmes mariées dans ce secteur. Sur les motifs de cette restriction, l’ordonnance ne donne pas d’explications : seule est stipulée l’obligation de n’avoir qu’un métier par ménage.

En revanche, l’examen d’une décision analogue prise à Norwich et que calque Amiens fournit quelques informations complémentaires. La juridiction justifie en effet l’exclusion des femmes au motif de leur faiblesse physique qui les empêcherait de tordre la laine. Le règlement amiénois ne fait pas mention des femmes célibataires qu’il laisse dans l’ombre. Néanmoins, de nouveaux statuts en 1570 permettent de constater la totale disparition du personnel féminin dans l’industrie drapière.

Ces évolutions parallèles permettent donc de s’interroger plus largement sur la place des femmes à la toute fin du Moyen Age et à la Renaissance, en reprenant l’interrogation formulée par Jacques Le Goff dans son ouvrage Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ? Daté de 2013 et paru aux éditions du Seuil. Cette interrogation n’est pas récente et s’ancre dans la naissance de l’histoire des femmes à partir des années 1970 : dès le début, la nouvelle approche remit en cause les temporalités et les découpages classiquement admis par l’historiographie. Dans cette perspective, Kelly Gadol Joan dénonce dans la périodisation ordinaire de l’histoire un découpage androcentrique et récuse l’existence d’une Renaissance pour les femmes. L’époque moderne au contraire signerait la détérioration de leurs conditions de vie.

Cette position invite à se demander si le Moyen Age a pu être un âge d’or pour les femmes et la condition féminine. Elle pose également la question de la rupture : est-elle nettement repérable et datable ? Le déclin commence-t-il au XVIe siècle, au XVe siècle ou dès le XIVe siècle ? Pour aborder ces différentes questions, deux perspectives peuvent être adoptées successivement : celle tout d’abord de l’historiographie et celle, locale, de l’espace picard. En effet, ainsi que J. Le Goff l’a souligné dans son ouvrage Pour un long Moyen Age le Moyen Age ne se termine pas au même moment dans l’espace urbain et l’espace rural, a fortiori pour les hommes et pour les femmes.

Tout d’abord, qu’en est-il de la question telle qu’elle est problématisée par l’historiographie : parlera-t-on de rupture ou de continuité à la fin du Moyen Age ? K. Buscher s’est penché des années 20 aux années 30 sur le travail féminin avec une approche essentiellement économique, centrée sur l’espace urbain. Il souligne ainsi que la place des femmes est une donnée essentielle dans ce contexte. Pourtant, la chronologie de cette réalité demeure imprécise. Par ailleurs, les interprétations divergent : certains brossent en effet un tableau misérabiliste de femmes en butte à de nombreuses interdictions et entraves. A rebours, d’autres montrent des femmes fortement actives notamment à une époque où le travail se fait aussi dans l’espace domestique.

Au regard de ces faits et interprétations, la Renaissance se révèle être une notion complexe, voire polémique notamment sous la plume de J. K. Gadol qui pose les bases du débat historiographique. En effet, à travers ce vocable introduit par Michelet puis  étayé par Burckhardt, elle dénonce une conception masculine de l’histoire qui fait du Moyen Age une période de décadence. Or, à rebours de l’idée de progrès véhiculée par le terme de Renaissance, les femmes, selon elle, n’ont pas bénéficié des retombées des avancées du XVIe siècle. Au contraire, la période se démarque par un contrôle accru de leur sexualité ainsi qu’une infériorisation au plan politique. Le contexte de l’article mérite d’être souligné, J., K., Gadol visant avant tout une critique de Burckhardt. En revanche, elle ne prend pas en compte la question d’une renaissance élargie dans le temps et dans l’espace.

C’est en ce sens que Herlihy David répond à J. K. Gadol en soulignant que la sainteté féminine de développe de 1300 à 1500. Il plaide ainsi pour une chronologie plus nuancée en soulignant que le déclin s’amorcerait au cours du XVe siècle. Toutefois, les espaces considérés sont une fois de plus spécifiques et impriment leur grille de lecture à l’histoire : ne sont en effet considérés que l’Italie et les espaces méridionaux. H. David a ainsi extrapolé ces interprétations pour d’autres espaces, dont germaniques mais on constate aisément que les dynamiques qui les régissent diffèrent. En effet, pour l’espace germanique, la main d’oeuvre féminine est encore très présente au XVe siècle et l’étude des corporations permet d’en constater la présence jusqu’au XVIIe siècle. De la même manière, le XVe siècle serait, selon Carolyn Baron, l’âge d’or des femmes travailleuses.

En 2008 Merry Wiesner reprend le débat pour déplacer le problème; dans son article : « Did women need Renaissance ? » elle revient sur le terme de Renaissance pour en questionner l’utilité et la légitimité au regard de la condition féminine. Elle souligne ainsi que l’apparition et l’action isolée, au XVe siècle, de femmes de lettres peut être interprété comme le signe d’un changement plus général touchant l’ensemble des femmes. A sa suite, J. Pilorget souligne que la Renaissance ne vaut que pour l’Occident et propose de ce fait un autre chrononyme « early modern period » qui possède l’avantage de ne pas dévaloriser les périodes précédentes. Toutefois, cette dernière désignation n’est pas sans elle-même poser problème, du point de vue de ses bornes cette fois : elle est en effet bien plus large et les termini ad quem et ante quem sont moins bien délimités.

Pour J. Pilorget, la question du découpage se pose en réalité aussi, et avec tout autant, voire plus, d’acuité au niveau du corpus de sources qu’elle utilise. Or, dans ce cas précis, il devient possible de penser des passerelles progressives vers l’époque moderne, les prémisses de cette dernière pouvant être placées entre le XIIe siècle et le début du XVIe siècle. Cette redéfinition des périodes historiques ne peut toutefois se comprendre sans une référence à des espaces précis qui donnent sens aux dates : en effet, dans la perspective d’une histoire globale, le monde devient un espace morcelé régi par des dynamiques multiples, plus qu’un tout organique.

Ainsi donc, à l’échelle locale que représente l’espace picard, l’étude du statut des femmes permet de mettre en évidence plusieurs éléments spécifiques. La coutume participe ici d’un ensemble normatif essentiellement oral  qui diffère notablement du droit écrit qui se rencontre dans les espaces méridionaux. En Picardie, le droit oral est progressivement mis par écrit entre le XIIe et le XVe siècle. Ainsi donc, dans la coutume picarde la femme dispose d’un droit de décision. Elle est en cela associée à son mari pour ce touche la gestion du ménage et des biens qui s’y rapportent. De même, on ne trouve pas de corporations exclusivement féminines : bien plus, dans les corporations mixtes, certaines peuvent être maîtresses ainsi que jurées, ce dernier statut correspondant à une fonction de surveillante. Elles peuvent être par ailleurs en charge d’office jouant un rôle crucial dans la vie collective : certaines sont ainsi mesureuses de sel, denrée essentielle s’il en est de l’alimentation médiévale. D’autres peuvent avoir un commerce indépendant de leur mari, dans ce cas, elles répondent de leurs dettes et peuvent embaucher des apprentis. Enfin, à Amiens, on trouve des données attestant de l’existence de manouvrières charriant de lourdes charges au moment de l’édification des murailles d’Amiens.

L’étude initiée par J. Pilorget porte sur un corpus de sources comprises entre 1380 et la première moitié du XVIe siècle, période à laquelle, sous l’impulsion de Charles VII, on assiste à une mise par écrit des coutumes. Or, cette pratique va de pair avec une extension dans le registre normatif du droit romain, lequel signe un net retrait pour la situation sociale des femmes. La mise par écrit des coutumes permet de constater en effet la diminution de leur droit à l’héritage, ce qui induit automatiquement un recul de son poids dans le ménage. De la même manière, la place des femmes décroit dans les métiers aux alentours de 1520.

Deux exemples de métiers permettent de se faire une idée de ces changements : le cas des sayeteurs et  des sages-femmes. Au début de la période étudiée (1497), les sayeteurs peuvent prendre indistinctement des filles et des garçons comme apprentis ; en revanche, à partir de 1511, les échevins restreignent l’accès des femmes à la corporation. Cette même évolution peut se constater dans le domaine des soins, traditionnellement féminins : au XVe siècle, on reconnaît aux sages-femmes un savoir et une science, ce dont témoigne l’usage du terme « maîtresse ». En revanche, à la fin du siècle, vers 1490, on les voit assistées de médecins et elles sont désignées au moyen du vocable péjoratif de « matrone ». Lentement, on assiste à un mouvement de confinement des femmes dans l’espace domestique et d’une dépréciation de leurs activités.

Ces exemples sont éclairants ; il convient toutefois dans le travail historien de se méfier des dates symboles. En effet, les femmes ne disparaissent pas brutalement de l’espace professionnel et public : il s’agit d’une évolution progressive que signalent des indices ténus tels la distinction des genres grammaticaux dans les registres professionnels. Au Moyen Age on dit ainsi, « nul » et « nulle », signalant par là que les effectifs sont bien mixtes. En somme, bien plus qu’une nouvelle périodisation, l’étude de la place des femmes au Moyen Age et au début de l’époque moderne ouvre la voie à l’usage de périodisation croisées et comparées.

Questions :

– Quand commence durant la période médiévale ce moment de plus grande liberté pour les femmes ?

C’est une évolution qui serait peut-être à rattacher au phénomène d’urbanisation qui commence au XIIe siècle. Sans doute les femmes travaillaient-elles avant dans  l’espace rural, mais les débuts de l’industrie urbaine au XIIe siècle leur permet de sortir de la maison.

– Du point de vue des sources, marque-t-on une différence pour les femmes, notamment dans les textes judiciaires ?

Dans ce corpus de sources, c’est la question du viol qui permet de déceler une évolution quant à la perception du statut des femmes. Auparavant butin de guerre, le viol commence à être pris en compte et condamné entre le XVe et le XVIe siècle. Au XVe siècle on commence par condamner le viol des pucelles puis au XVIe siècle on assiste à la condamnation de toute forme de viol dans les traités militaires.

– Peut-on voir un lien entre le renfermement des femmes sur l’espace domestique au début de l’époque moderne et l’enfermement coercitif dans le cadre pénal étudié par Foucault ?

Foucault n’aborde pas le cas des femmes. Mais l’on toutefois préciser que les femmes continuent de travailler, mais cantonnées dans certaines professions. Elles sont en revanche exclues du patrimoine alors que dans le nord (de la France?) elles continuent d’avoir accès à l’héritage.

– Est-ce que la faiblesse de constitution des femmes constitue un topos dans les archives ?

C’est un topos peu présent dans les archives, en revanche, il a été très explicitement théorisé par docteurs de l’Église.

Pour en finir avec la renaissance, le cas d’Octovien de Saint Gellais. Lucien Dugaz (master 2 d’études médiévales, Paris III).

Dans cette intervention qui pastiche le titre d’un ouvrage où Régine Pernoud luttait contre les clichés attachés à la période médiévale, on s’attachera à la figure d’un poète du XVe siècle offrant un cas d’étude intéressant pour notre propos : il s’agit d’Octovien de Saint Gellais, éditeur et traducteur de l’Enéide entre 1468 et 1502.

L’intervention suivra trois entrées successives : on verra tout d’abord qu’Octovien ne finit ni le Moyen Age ni la Renaissance, puis l’on s’attachera à sa poétique avant d’étudier la fortune du texte à la Renaissance.

  1. Octovien de Gellais ne finit le Moyen Age ni ne commence la Renaissance. Poète né en Saintonge et n’ayant jamais quitté la région, il est classé du point de vue de l’histoire littéraire classé comme faisant partie du groupe des grands rhétoriqueurs. Il compose pour la cour plusieurs poèmes de circonstances et se lance également dans l’écriture d’un songe allégorique. Parallèlement à son activité de poète, il mène plusieurs chantiers de traductions, les Héroïdes puis en 1500, l’Enéide. Il existait déjà une version en de l’œuvre de Virgile datant de 1482, sous la forme d’un roman en prose. Saint Gellais est donc le premier à traduire en vers Virgile.

Le projet de Saint Gellais est résolument novateur : l’incipit de la traduction dit vouloir « prendre aliment et nourriture de Virgile », topos que l’on retrouve aussi dans La Défence et illustration. La traduction n’est toutefois pas qu’un projet poétique : Saint Gellais se met en effet au diapason du contexte politique qui voit Louis XII partir en Italie.

Du point de vue des principes méthodologiques, Saint Gellais revendique la traduction au plus près mais il offre néanmoins un texte français plus long que le texte latin, car glosé en sus. La glose obéit à une double logique : elle s’inspire en effet de la tradition des commentaires de Servius, et témoigne d’un goût pour la réflexivité vis à vis de l’activité poétique : le verbe cano devient ainsi « coucher en mes vers », opérant un glissement du poème-chant au poème écrit. Il n’en demeure pas moins qu’une grande attention est accordée au détail du texte source. Ainsi, multa quoque bello passus devient « et moult souffrit ».

Le goût pour la pratique poétique transparaît au sein de l’activité traductrice, Saint Gellais recourant ainsi à l’alternance des rimes féminines et masculines. Ce principe poétique n’en est alors qu’à ses début et n’a pas ici force de règle. Il est néanmoins intéressant de noter qu’il sera ensuite promu vigoureusement par la Pléiade. En dépit de son inscription forte dans les courants littéraires alors à la pointe du changement stylistique, la traduction de Saint Gellais ne s’en heurte pas moins à des critiques variées. On lui reproche ainsi ses latinismes, et sa trop grande proximité avec la langue source : Dolet sur ce point préconise de ne pas trop suivre le latin ni de trop innover dans la langue source. Or, la pratique de Saint Gellais se situe à l’extrême opposé, lui qui traduit  reliquias vino et bibulam lavere favillam par « et la faville bibule qu’ils y trouverent ». En réalité, les reproches de Dolet ne rendent guère justice au travail d’Octovien de Saint Gellais, qui est en butte à des contraintes fortes. La langue du XVe siècle, encore mal pourvue en matière de vocabulaire, serait peu à même de rendre le degré de nuance du texte virgilien. Bien plus, par-delà le calque du latin, la traduction est mue par un réel souci stylistique : ainsi quand evaditque celer ripam irremeabilisundae devient « Ainsi evade par legierté notable /le rivage de l’unde irremeable ». La connivence avec le latin de fait n’est pas qu’un pis aller lié à l’état d’une langue encore jeune: elle témoigne dans la poésie, du désir de porosité entre le latin et le français.

De fait, en dépit des reproches, la traduction rencontre, dès sa parution, un grand succès et elle est imprimée rapidement chez Jean d’Ivry. Elle est en outre remaniée, comme à la période médiévale, à plusieurs reprises, sous l’égide de Saint Gellais, notamment en raison rapide de l’évolution rapide de la langue. C’est enfin elle qui rend célèbre Saint Gellais : Marot s’en souviendra dans ses vers, immortalisant son nom et Ronsard puisera à cette source pour s’inspirer. Dès lors, en guise de conclusion, on pourrait soulever la question suivante : au vu de la porosité de la chronologie pour ces œuvres poétiques, doit-on conserver la pratique de leur périodisation, au même titre que toutes les autres œuvres littéraires ?

Questions :

– Est ce que Octovien est un pseudonyme empruntant à la figure d’Octave Auguste ?

L’intervenant ne disposait pas d’éléments sur la question.

– Est-ce que ses problèmes de traductions pouvaient être liés à une mauvaise connaissance du latin ?

Cet argument et ce grief fut souvent évoqué concernant Octovien de Saint Gellais. On lui reproche en outre une traduction faite à la hâte pour plaire à Louis XII. Pour L. Degas, la bonne connaissance du latin d’Octovien de Saint Gellais est indiscutable et transparaît de ses soucis stylistiques. En revanche, il est possible que le temps ait pu jouer contre lui : compte tenu du calendrier politique, il fallait faire vite.


Vous aimerez aussi...