Séance du 13 mars 2015 – “L’hiver au Moyen Âge” (II)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 13 mars 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette deuxième séance consacrée au thème “L’Hiver au Moyen Âge”.

 Sung-Wook MOON (Université Paris-Sorbonne):”Les mouches blanches, qui piquent-elles? Rutebeuf sous la neige avec les Ribauds de Grève.” 

La renommée de Rutebeuf, poète à la production hétéroclite, doit son essence à une dizaine de poèmes, rassemblés par E. Faral et J. Bastin sous le nom fameux de Poèmes de l’infortune. Dans ce petit groupe se trouve le Dit des Ribauds de Grève où, caché derrière sa voix, le poète se moque non sans cruauté de la souffrance hivernale des ribauds. Est-ce, comme les autres Poèmes de l’infortune, une poésie personelle de Rutebeuf? La Griesche d’hiver contient une expression que l’on retrouve presque à l’identique aux deux derniers vers des Ribauds de Grève : « Noire mouche en estei me point, / En yver blanche. »(Griesche d’hiver, v. 32-33) ; « Les noires mouches vos ont point, / Or vos repoinderont les blanches. »(Ribauds de Grève, v. 11-12). Mais ce genre de répétition suffit-il à justifier l’appartenance commune des deux pièces aux Poèmes de l’infortune ; ne faut-il pas, au contraire, y reconnaître avec A. Corbellari « le meilleur argument à opposer aux partisans d’un Rutebeuf poète “personnel” »? Partant de cette oscillation, notre hypothèse est que ce poème de raillerie aigre adressée aux pauvres ribauds nous aiderait à repérer la position de la voix rutebovine dans le monde où elle retentit et que, du même coup, il constituerait un pont permettant de comprendre la relation entre les poésies personnelles et le reste de l’oeuvre de notre poète.

Anne Kucab (Université Paris-Sorbonne), “L’hiver à Rouen à la fin du XVe siècle

Les archives de Rouen sont considérables pour la seconde moitié du XVe siècle. Il s’agit essentiellement de sources juridiques ou municipales : réglementation de métiers, délibérations municipales, procès. A première vue, ces sources sont peu éloquentes sur l’hiver, pourtant une lecture attentive nous permet de récolter de nombreuses informations sur les spécificités de la vie en hiver à Rouen et d’appréhender ainsi la perception de l’hiver par les Rouennais et Rouennaises de la fin du Moyen Âge. Plusieurs aspects pourront être mis en avant grâce à la diversité des sources. Il s’agira en premier lieu de souligner que l’hiver est une saison bien marquée pour les rouennais du fait d’un commerce maritime saisonnier important (pêche aux harengs) et d’une réglementation des métiers parfois plus spécifique pour l’hiver. Puis, nous montrerons grâce aux registres de délibérations municipales que l’hiver se manifeste surtout dans les sources par ses conséquences climatiques : inondation, froid vif rendant nécessaire la protection des plus démunis. Enfin nous insisterons sur un fait divers hivernal de l’année 1484 : une bataille de boules de neige qui tourne mal…


Vous aimerez aussi...