Séance du 9 janvier 2015 – “Finir le Moyen Âge” (III)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 9 janvier 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette troisième séance consacrée au thème “Finir le Moyen Âge”.

Matthieu  Pène  (Élève  conservateur-­  Institut  national  du  Patrimoine)  :  «  Le  temps  des  archives  et  la  périodisation  historique  :  une  histoire   découpée  en  boîtes  ?  »

Source  incontournable  de  la  science  historique,  les  archives  constituent  la  porte d’entrée   privilégiée  des  historiens  pour  accéder  aux  temps  passés.  Il  est  donc permis de  se  demander   quel  rôle  les  archives  ont  joué  dans  l’appréhension  du  passé,  et notamment  du  Moyen  Age.  Ont-­‐ elles  été  déterminantes  dans  le  processus  de périodisation  ?  Ont-­‐elles  conditionné  le  regard  des   historiens  qui  écrivent  l’histoire à  travers  le  prisme  de  leurs  données  et  de  leur  matérialité  ?  Il   faut  interroger  la place  des  Archives  comme  institution,  comme  pratique  documentaire  et   comme gisements  de  sources.

La  naissance  de  l’institution  des  Archives  et  du  réseau  de leurs  dépôts  en  France  à la  faveur  des   remous  de  la  Révolution  a  eu  un  impact non  négligeable  dans  la pratique  historique,  à  l’heure   même  où  celle-­‐ci  se constituait  progressivement  en science,  de  la  simple  lecture  des  sources   écrites  à leur  critique  méthodique.  Dès lors, pour  les  besoins  du  classement  de  cette  matière   brute  nouvellement  prise  en  charge par  l’administration,  deux  âges  furent  créés, distinguant   nettement  les  fonds  anciens et  les  fonds  modernes  –  la  déchirure révolutionnaire,  constitutive  de   l’institution, jouant  le  rôle  de  séparateur.

L’histoire de  l’évolution  des  pratiques  et  de  la  gestion documentaires  peut  également  éclairer   nos  questionnements.  En  effet,  la  forme prise par  les  archives,  qu’elle  ait  été commandée  par   l’usage  ou  par  la  norme,  n’est  pas anodine  dans  la  création  même d’une  méthode  historique,  qui   doit  s’adapter  à  son objet  d’étude,  lui-­même conditionné  par  les  sources  disponibles.  Les   grandes ordonnances  de  l’époque moderne,  par  contraste,  tend  à  faire  correspondre  le  Moyen Age  au  temps  où  les archives  n’étaient  pas  encore  réglées  par  le  pouvoir monarchique.

Enfin,  la disponibilité  des  sources,  leur  accès  ou  leur  état  de conservation,  fruit  du hasard  et de  la   conjoncture,  n’est  pas  pour  rien  dans  les choix de  périodisation.  Le Moyen Age  n’est-­il  pas  l’âge   des  archives  fragmentaires,  une période  en  lambeaux  ? Il  reste que  la  rareté  des  sources  comme   leur  surabondance façonnent  des  discours historiques  différents,  autant  qu’il  en  faut  pour   distinguer, par  exemple,  l’histoire médiévale  de  l’histoire  contemporaine.

Julie  Pilorget  (Université  Paris-­‐Sorbonne)  :  «  Pour  une  nouvelle   chronologie  de  l’histoire  des  femmes  à  la  fin  du  Moyen  Âge.  »  

En  1977,  Joan  Kelly  interrogeait  en  ces  termes  la  communauté  des  historiens  :  « Did   Women  have  a  Renaissance  ?  » (Joan  Kelly  Gadol,  «  Did  Women  have  a Renaissance  ?    »,  in  Renate  Bridenthal  et  Claudia  Koonz  (dir.),   Becoming  Visible. Women  in  European  History,  Boston,  Houghton  Mifflin  Co.,  1977,  p.  21-­47 ).  Cet article  marqua  profondément  les  générations   suivantes  de  médiévistes  et modernistes,  en  particulier  ceux  spécialistes  de  l’histoire  des   femmes  et  du  genre. L’historienne  américaine  a  sans  doute  été  la  première  à  souligner   que  ce  découpage de  l’histoire  en  tranche  était  le  résultat  d’une  conception  masculine  de   l’histoire.  Le terme  de  Renaissance  avec  toutes  ses  connotations  positives  situe  la  fin  du   Moyen Âge  dans  une  perspective  d’infériorité,  de  stagnation,  plus  encore  de  décadence.   Or c’est  cette  idée  que  Joan  Kelly  a  voulu  combattre,  en  apportant  une  réponse  nette et tranchée  à  sa  question  :  non  les  femmes  n’ont  pas  eu  de  Renaissance.  Au  contraire, les   derniers  siècles  du  Moyen  Âge  apparaissent  pour  nombre  de  spécialistes  comme un   «  golden  age  »,  marquant  l’acmé  d’une  ère  où  les  femmes  disposaient,  tant  sur le  plan économique  que  juridique  et  social,  de  libertés  qu’elles  se  voient  retirer  à l’aube  des   Temps  Modernes.  (Précisons toutefois que la chronologie même de ce « golden age », fait débat parmi les historiens. Alors que pour certains, tels David Herlihy, il suivrait la Grande Peste et s’effondrerait dès le début du XVe s.,selon Marjory McIntosh et Judith Bennett, les femmes bénéficieraient de nombreuses opportunités dans le domaine économique et juridique jusqu’au début du XVIe s. Cf. David Herlihy,Women, Family and Society in Medieval Europe. Historical Essays, 1978-1991, p. 69, puis Marjory McIntosh, Working Women, p. 37-42. Voir également Katrina Hoenymann and Jordan Goodman, « Women’s Work, Gender Conflict, and Labour Markets in Europe, 1500-1900 », Economic History Review, 44 (1991), p. 608-628)

Cependant  ce  découpage  chronologique  fait  encore  débats  parmi  la  communauté  des historiens  et  Merry  Wiesner  se  doit  encore  de  poser  cette  question  en  2008  :  «  Do Women  need  the  Renaissance  ?  » (Merry Wiesner-Hanks, « Do Women need the Renaissance ? », Gender and History, 2008, p. 539-557).  Si  les  historiens  anglo-­saxons  ont  rapidement privilégié  des  études  à  cheval  sur  la  fin  du  Moyen  Âge  et  la  première  modernité (early   modern  period),  les  chercheurs  français  peinent  quant  à  eux  à  suivre  leur exemple.   Pourtant,  l’étude  que  nous  menons  actuellement  sur  la  place  des  femmes en  ville  à  la  fin   du  Moyen  Âge  à  partir  de  l’exemple  d’Amiens,  capitale  régionale dynamique,  nous  invite   semble-­t-­il  à  avancer  dans  cette  direction.  En  effet,  les archives  étudiées  dans  le  cadre  de   notre  thèse,  révèlent  que  les  femmes  occupent une  place  prégnante  dans  la  société   jusqu’au  premier  tiers  du  XVIe  s.  Après seulement  s’amorcerait  un  déclin,  qui  doit  être   imputé  à  des  bouleversements  tant économiques  que  juridiques.

Ainsi, tout en revenant sur l’historiographie de la question et de son découpage chronologique, cette communication entendra révéler la place à part entière occupée par la femme à la fin du Moyen Âge, avant de connaître une décadence au cours de la période moderne. En nous plaçant dans la perspective d’un « long Moyen Âge », nous entendons donc ici interroger à la fois le rôle de l’historien dans le pouvoir de « finir le Moyen Âge » et dévoiler les structures qui sous-tendent l’histoire des femmes au cours cette période charnière que sont les derniers siècles du Moyen Âge.

Catalin Hriban ( Institut d’Archéologie. Académie Roumanie. Filiale de Iasi. Roumanie) : « Le Moyen-Age et sa fin. Les avatars idéologiques d’un concept dans l’historiographie roumaine du XXe siècle »

Les particularités sociales, politiques et culturelles de l’histoire des Roumains ont fait en sorte que la séparation nette entre le Moyen-Age et l’époque moderne dès l’introduction du concept de Moyen Age dans l’historiographie roumaine à la moitié du XIXe siècle soit très importante pour la valorisation idéologique du texte historique.

L’historiographie romantique et nationale de la 2e moitié du XIXe siècle accepte l’existence d’un Moyen-Age roumain et en place la fin à la limite des XVIIe et XVIIIe siècles, ayant comme argument fondamental purement formel le remplacement des princes régnants d’origine autochtone par des nobles d’origine grecque nés à Constantinople par l’autorité suzeraine du Sultan.

Il est intéressant à souligner la manière dont ce moment de césure entre le Moyen Age et l’époque moderne migre d’un moment à l’autre avec l’évolution sociale et culturelle de la Roumanie et surtout la manière dont le concept de Moyen Age roumain et la fin de celui-ci sont valorisés du point de vue idéologique par les élites culturelles successivement, dans la période de construction nationale qui coïncide à la 1ère Guerre mondiale, pendant la période nationaliste de droite d’entre-les-deux et pendant la 2nde Guerre mondiale ou pendant les périodes communistes, respectivement celle internationaliste de 1945-1965, celle « libérale » de 1965 – 1968 et la période du nationalisme communiste de Ceauşescu.

Après la chute du communisme, la position officielle de l’historiographie semble s’être libérée des missions idéologiques mais le concept de Moyen Age roumain et surtout la fin de celui-ci est devenu beaucoup plus fluide, étant un terrain ouvert aux discussions théoriques qui n’hésitent pas à apporter des arguments provenant des périodes antérieures, lorsque ce concept était idéologisé.


Vous aimerez aussi...