Séance du 12 décembre 2014 – “Finir le Moyen Âge” (II)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 12 décembre 2014, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette deuxième séance consacrée au thème “Finir le Moyen Âge”.

Aurore Léon (Université Paris-Sorbonne) : « La fin du Moyen Âge ou l’expression des possibles : le laboratoire nantais comme illustration des renversements sociaux et processus d’ascension sociale dans un long XVe siècle »

« Derniers siècles du Moyen Âge », « à la fin du Moyen Âge » : toute tentative de bornage strict de la fin du Moyen Âge ne parait que peu satisfaisante et n’offre surtout que de l’imprécision. Les bornes choisies varient ainsi en fonction du thème, de l’espace, de la personne, des catégories étudiées et ne sont, somme toute, que le produit d’une appréhension personnelle, voire même d’un arrangement pour cadrer avec le « communément accepté ». Le Moyen Âge ne laissant place à ce que l’on pourrait nommer « Renaissance », ou encore « Première Modernité », qu’à des moments différents selon les espaces abordés, la « fin du Moyen Âge » durerait plus d’un siècle. S’attacher à la seule dimension chronologique et temporelle ne pouvant résoudre les débats, la fin du Moyen Âge doit ainsi se comprendre avant tout comme un moment de transition, dans un espace et pour des acteurs donnés.

Ici il s’agira de s’intéresser à la fin du Moyen Âge comme le moment où les temps de la féodalité semblent achevés, et plus particulièrement à la genèse d’un Etat- parfois nommé l’Etat breton. Face à une construction administrative issue des Plantagenêt, dans le duché de Bretagne la fin du Moyen Âge devrait normalement correspondre à l’accomplissement du modèle étatique construit sous les Montfort. Pourtant, dans ce qui est largement nommé « fin du Moyen Âge », au cours d’un long XVe siècle, ce sont plus les crises qui semblent définir un bornage chronologique évident de la fin du Moyen Âge dans l’historiographie sur la Bretagne. Plus que les individus, ce sont les dates qui retiennent l’historien, toutes inscrites dans un contexte « supra-ducal », de la Guerre de Cent Ans à la politique d’Union et de (re)constitution d’un large Royaume de France par Charles VIII. Que ce soit au XIVe ou au XVe siècle, ce sont à chaque fois des querelles successorales qui tentent de sceller le destin de la Bretagne. Pourtant, malgré la fragilité politique, c’est à une édification politique que l’on assiste dans les derniers siècles du Moyen Âge qui deviennent le matériel d’une construction identitaire au XIXe siècle. Il serait donc plus juste de parler « des fins » du Moyen Âge en Bretagne, car tenter de dater la fin d’un Moyen Âge breton, la pénétration de la Renaissance dans l’espace de la Bretagne-duché-province ne se comprendrait que relativement à l’espace royal français, aux différents intérêts portés par la Couronne à la Bretagne. Néanmoins, il serait très restrictif de s’en tenir à une approche de la fin du Moyen Âge qui n’examinerait que le passage de la Bretagne-duché à la Bretagne-province. L’histoire politique du duché de Bretagne doit ainsi servir à mieux appréhender les phénomènes sociaux. Plutôt que tenter de borner un Moyen Âge finissant, c’est l’analyse des transitions spatiales et sociales qui nous intéressera et nous permettra de nous distinguer à la fois des grandes monographies urbaines- qui présentent le plus souvent une typologie par classes-, mais surtout des biographies de la galerie bretonne, qui éclairent l’affirmation d’hommes et femmes de pouvoir plus que d’une société en mouvement.

Nous adopterons une conception évolutive de la notion de « fin du Moyen Âge », au sens où les échelles de temps et d’espace ne doivent cesser de s’entrecroiser pour livrer des fragments d’une société en mutations. Le terrain breton se prête à une réflexion sur le temps long car il représente lui-même un espace à la marge : à la marge du point de vue spatial, mais aussi du point de vue des sociétés, qui deviennent le produit d’une féodalité encore prégnante se superposant à la « genèse d’un Etat moderne ». L’histoire locale, ainsi que la prise en compte d’un laboratoire urbain particulier ne seront que le prétexte pour prendre en compte la fin du Moyen Âge en tant que bouleversement des sociétés urbaines et remise en cause des structures sociales, qui se poursuivra à l’âge moderne.

Pour essayer de déterminer ce Moyen Âge finissant, il s’agira de retrouver les traces dans la ville de la présence des hommes, en tentant de faire émerger différentes figures, une variété d’acteurs sociaux, produit de mutations sociales. Nous tenterons de présenter un corpus qui permette de faire émerger une élite urbaine bretonne nouvelle de la fin du Moyen Âge, c’est-à-dire un homme, un lignage ayant bénéficié des réseaux de fidélité issus de la féodalité, mais qui, surtout, par leurs activités parviennent à s’extraire de leur condition et manifester de ce que, de manière anachronique, nous pourrions nommer « ascenseur social ». Les personnes, lignages choisis ne seront pas forcément les plus représentatifs d’un groupe distinct –du fait d’un corpus pour l’instant limité-mais seront caractéristiques des mutations sociales à l’œuvre au sein de l’espace urbain breton. Ces processus d’ascension constituent la base d’une bourgeoisie rentière qui ne parvient à se distinguer de manière claire dans les sources qu’au cours d’un large XVème siècle. Ces processus, visibles particulièrement en Bretagne, Catalogne et dans les Flandres, seront examinés au travers du laboratoire nantais. En effet, Nantes et son pays ne seront pas étudiés comme Nantes, « capitale » de la Bretagne, mais bien comme un espace cristallisant les crises –dont les sièges militaires sont une illustration matérielle-, qui puisse permettre d’interroger à la fois les fidélités, et plus largement les rapports sociaux. Par ailleurs, Nantes présente des signes et traces physiques des mutations des sociétés, au sein de ce que l’on pourrait nommer la ville en tant qu’espace de pouvoir. Il s’agira ainsi d’esquisser les renversements sociaux qui ont part à l’échelle urbaine, pour faire d’une ville en mouvement l’incarnation de la transition d’une période à l’autre -dont il s’agira de montrer les richesses-, plus que d’une « fin » véritable, dont l’étude se doublerait en ce cas d’un caractère pessimiste.

Roseline Foltz-Amable (Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle) : « Les Arts de Seconde Rhétorique de la fin du XIVe siècle à la première moitié du XVIe siècle : une Deffense et Illustration de la langue française avant l’heure. »

L’idée d’une frontière qui délimiterait un Moyen Âge obscur et une Renaissance flamboyante, détentrice d’une langue française nourrie de cette Antiquité qui lui confère alors sa dignité et sa richesse, est battue en brèche par de nombreux travaux qui tentent de repenser ce passage, à l’aune des traces lisibles dans les écrits des contemporains de cette période que nous percevons encore aujourd’hui comme la fin du Moyen Âge.

Les Arts de Seconde Rhétorique, sous l’apparence d’un recensement de rimes ou de formes poétiques fixes, semblent à première vue n’être qu’un outil destiné à fournir au versifieur un catalogue de termes et de supports prêts à l’emploi. Pourtant, c’est bien par ces ouvrages qui tentent, à travers cet exercice de compilation mais aussi d’accompagnement de l’apprenti-rimeur, de rendre compte des capacités du vers français, que ces derniers ouvrent pour la première fois la voie d’une véritable noblesse de la langue vernaculaire, un siècle avant l’ouvrage de Du Bellay. Conçus comme un cheminement, ces traités permettent tout d’abord de construire une identité au vers en langue vulgaire en l’entraînant sur la voie de son émancipation du vers latin, dans une tension constante entre héritage et rupture. En trouvant ses moyens propres, cette quête de dignité explore tous les possibles dans une accumulation qui tente de rendre compte de la globalité d’un savoir, qui peu à peu s’éloigne des principes d’organisation qu’imposait la division en sept arts libéraux. Éric Méchoulan replace précisément le cadre dans lequel surgissent les difficultés théoriques qu’implique l’écriture du vers. La place dans la division des connaissances entre arts libéraux, – eux-mêmes répartis en trivium et quadrivium, et arts mécaniques n’est pas prête pour recevoir un « ars » qui cherche de plus en plus à acquérir une certaine indépendance. Néanmoins, lui donner un statut implique de trouver le moyen de l’insérer dans une structure conceptuelle figée (Éric Méchoulan, « Les Arts de rhétorique du XVè siècle : la théorie, masque de la theoria ? », in M-L OLLIER (éd.), Masques et déguisements dans la littérature médiévale, Montréal-Paris, Presses de l’Université de Montréal – Vrin, 1988, p. 218) afin de mettre en place   une prise de distance qui reflète de profondes modifications de la perception du processus d’écriture poétique. Ainsi, les auteurs d’Arts de Seconde Rhétorique, en privilégiant une composition qui suit l’ordre de la parole plutôt que de la logique, en mettant en relief l’existence de phénomènes d’écriture dont l’origine « gallicane » ou « francoyse » est fortement mise en avant, font percevoir la construction progressive d’un art qui prend s’écarte de l’omnipotence des modèles latins qui dominaient jusqu’alors. Les bouleversements esthétiques qui sous-tendent les traités de versification en langue vernaculaire témoignent donc de la précocité d’une réflexion sur la noblesse du français. La voie propre au vers en langue vulgaire a été trouvée, même si certains l’ont jugée à tort ou à raison tâtonnante, incomplète ou immature, et que la Pléiade l’a farouchement contestée pour proposer une bifurcation fondée sur un autre véhicule (Joachim du Bellay, La Deffense et illustration de la langue française, Jean-Charles Monferran (éd.), Genève, Droz, 2007, p.131-132 : « Ly, donques, et rely premierement (ô Poëte futur), fueillete de Main nocturne, et journelle, les Exemplaires Grecz et Latins : puis me laisse toutes ces vieilles Poësies françoyses aux Jeuz Floraux de Thoulouze, et au Puy de Rouan : comme Rondeaux, Ballades, Vyrelaiz, Chantz Royaulx, Chansons, et autres telles episseries, qui corrumpent le goust de nostre Langue »). Elle pose pourtant la question du passage du Moyen Âge et de ses représentations esthétiques, éthiques et philosophiques à une autre époque qui tente de se définir par l’expérimentation du champ des possibles de la langue vernaculaire. Ce sont ces voies que nous nous proposons d’explorer dans le cadre du séminaire « Finir le Moyen Âge » puisqu’elles permettent de rendre encore plus poreuses les frontières qui avaient été établies entre cette époque et la suivante. Les auteurs des Arts de Rhétorique sont des acteurs à part entière de cette période féconde en bouleversements, dont nous ne percevons pas encore pleinement la portée.

Anna Migdal : « De l’imagerie chevaleresque à la virilitas moderne dans la figuration du XVIe siècle en Pologne »

(…) La renaissance n’est pas une révolution (…).

Le Moyen Âge a, en réalité, été traversé par toute une série de mouvements

qui furent , précisément, des « renaissances » .

Comme l’avait remarqué Jacques le Goff, le passage entre l’époque médiévale et la Renaissance, et puis leur rupture que certains voudraient voir comme radicale, ne sont pas si évidents qu’on le croyait (cf. la question de continuitas, Jacob Burckhardt). Si les premiers signes annonciateurs du renouveau des arts plastiques sont notés dès la fin du XIIIe siècle dans la Péninsule italienne, auxquels furent donnés la désignation de proto-renaissance, les pays de l’Europe centrale vivaient alors « leur Moyen Âge », où les arts roman et gothique se pénétraient réciproquement. Pourquoi certaines sociétés prirent du retard pour s’adapter aux nouvelles tendances? S’agissait-il des régressions causées par différents systèmes socio-politiques, de l’attachement à la tradition locale ou bien d’un manque de communication suffisante sur le plan européen ? Quel rôle joue à ce propos la disposition territoriale ?

Dès la fin du XVe siècle, on commence sentir dans le Royaume de Pologne un nouveau courant socio-culturel déjà presque complètement épanoui en Occident. Dans la ville de Cracovie, où la circulation d’artistes s’accroît, l’humanisme supplante progressivement les idées contredisant la nature charnelle de l’être humain. Les humanistes — historiens, philosophes, écrivains, artistes de tout genre —, venus tantôt de l’Italie, tantôt de l’Allemagne, donnent une autre vision du monde. Compte tenu des travaux de Filippo Buonaccorsi, de Conrad Celtes et d’autres théoriciens soutenus par la cour cracovienne qui incitaient au développement de la culture et de la littérature humanistes en Pologne, il faut souligner que les arts plastiques n’étaient-ils pas pour autant désertés à l’aube du siècle suivant.

Un réalisme extraordinaire que l’on peut traiter du naturalisme, et qui relève de l’étude minutieuse des formes corporelles, se manifeste dans des figurations à caractère religieux, notamment dans les principales créations de Veit Stoss. Ce courant précède l’épanouissement des moyens de présentification réalistes à travers dès lors les thèmes laïcisés. Faut-il parler d’une mutation ou d’une transformation modérée quant à la perception et l’interprétation du réel ? Quel type de rapport fut tissé entre le passé antique, le présent médiéval et le futur compris comme un renouveau, dans la société des Slaves d’Occident des XVe et XVIe siècles ?

La complexité de la notion de « fin de Moyen Âge » en Pologne, est marquée notamment par la coexistence de deux tendances artistiques différentes, pendant les quatre premières décennies du XVIe. Nous souhaitons l’exposer dans le contexte du passage entre le concept de « virilité chevaleresque » à sa nouvelle interprétation dans l’iconographie moderne de la virilitas. Ainsi, on s’interroge sur les apports socioculturels et le changement de la mentalité de cette société de l’Europe centrale, où les courants spirituels inspirés de la pensée scolastique étaient fortement ancrés.


Vous aimerez aussi...