CR de la séance du 14 novembre 2014 – “Finir le Moyen Âge” (I)

Liste des personnes présentes :

Elodie Guilhem, Eugène Priadko, Anouk Canet, Aurore Lon, Julie Duruflé, Anne Kucab, Josselin Montagne, Laura Arrighi, Charlotte Kempf, Elise Banjenec, Elodie Tinel, Sarah Delale, Pierre Alexandre Canto, Jean-Dominique Delle Luche, Marie Christine Payne, Diane Chamboduc, Cécile Troadec, Catherine Kikuchi, Sara Vybirolova, Viviane Griveau-Genest, Adrien Carbonnet, Annabelle Marin, Pauline Guéna, Oury Goldman, Erminio Ilana Syrrou.

 

Introduction Générale par Annabelle Marin et Pauline Guéna

La question de l’évolution des langues au Moyen Age permet de mettre en valeur la lenteur des transitions. C’est ce que montre Paul Zumthor lorsqu’il parle d’un passage d’une littérature orale à une littérature écrite, qui n’est en fait qu’un passage formel puisque les deux se chevauchent et que la transition n’est finalement jamais achevée. D’où la difficulté de la périodisation dès que l’on sort d’une histoire politique et qu’on essaie de ramener le regard sur les acteurs et leurs perceptions. C’est ce que montre Jacques le Goff dans : Faut-il vraiment découper l’Histoire en tranche ?

S’il faut choisir un évènement, cet évènement détermine en retour une certaine lecture des faits. Or le choix, concernant la fin du Moyen Age, est plutôt un héritage du XIXe siècle. En mettant en valeur une histoire nationale, on a insisté sur une période d’entrée dans la modernité, avec des valeurs un peu différentes d’un pays à l’autre. Par exemple l’Italie et l’Allemagne accordent plus d’importance à ‘leur’ Moyen Age que la France et l’Angleterre dans leurs romans nationaux. Dès qu’on sort d’occident, les valeurs apposées sur ce millénaire se transforment aussi. Dans Le Rhinocéros d’or, François Xavier Fauvelle-Aymard s’oppose à l’image de siècles obscurs, qui ne le sont qu’en raison de la documentation peu importante. Les choix de découpage sont donc aussi des choix de récit de la part du médiéviste.

L’exemple d’Isabelle la Catholique permet de questionner la figure topique du ‘monarque moderne’, alors qu’on peut au contraire choisir de mettre en valeur la continuité avec la période précédente, en y cherchant des facteurs explicatifs. Deux questions sont alors soulevées : le rapport au temps long et le rapport aux acteurs.

Jusqu’où peut-on aller pour s’intéresser de près aux acteurs et pour que le Moyen Age s’incarne ? On peut étudier leur faculté d’action (agency) pour ne pas en faire les produits de transitions sur lesquels ils n’auraient pas de prise. On peut également utiliser les outils conceptuels d’autres disciplines, comme Hugues Neveux qui fait une analyse sociologique des révoltes médiévales. On pourrait enfin recourir à l’anachronisme dans un sens large, par exemple en insufflant certaines problématiques parfois perçues par le médiéviste comme relevant d’autres époques.

Toutes les disciplines n’ont pas le même rapport à ces outils. En Histoire de l’art, Georges Didi-Huberman validait l’usage de l’anachronisme pour mieux comprendre les images, qui elles-mêmes accumulent plusieurs passés par leurs techniques et leurs références.

Par ce double rapport, à la fois centré sur les acteurs, et soucieux de faire parvenir l’histoire jusqu’à nous, on essaie de tendre un fil continu qui ouvrirait le Moyen Age au-delà des cercles de spécialistes. Surtout pour cette période, que Joseph Morsel qualifie de « trou noir de notre idéologie », il semble important que passé et présent dialoguent. Marcus Bull utilise ainsi le concept de ‘relevance’ de l’Histoire, qui est convoquée d’abord par le présent. Pour ne pas servir d’outil idéologique, le Moyen Age devrait être à la fois investi scientifiquement et ouvert à un public large, comme le suggère une intervention de Julien Loiseau sur al-Baghdadi, ou les recherches de Barbara Frale sur le procès des Templiers.

L’introduction pose donc la question des fins plurielles du Moyen Age et suggère trois axes : 1/ Les mutations des structures ; 2/ la perception de ces mutations par les contemporains ; 3/le rôle du médiéviste aujourd’hui.

Questions :

Jean-Dominique Delle Luche évoque la question des règnes pivots, en France avec François Ier, en Allemagne avec Maximilien, mais qui fait plus transition puisqu’il cède la place à Charles Quint. Annabelle Marin répond que la question des archives conditionne les regards, avec une explosion des archives qui résulte souvent en une séparation entre Moyen Age et époque moderne.

Jean-Dominique demande si les documents relavant du règne d’Isabelle sont rangés  en médiévale ou en moderne ? Annabelle répond que justement, les cartons concernant la période où elle est princesse sont en médiévale, puis les autres en moderne.

Elise Banjenec suggère qu’il faut aussi se demander quelle est la période et les thèmes que les modernistes s’attribuent comme objet d’étude. Pour une même période, on dira que certains aspects sont médiévaux et d’autres modernes. L’innovation, par exemple la perspective en histoire de l’art, est ainsi qualifiée de moderne. Or cet élément ne délimite en rien l’art médiéval de l’art renaissant. Cela est trop réducteur. Elodie Tinel précise que ces distinctions sont en train d’être effacée. Au concours des conservateurs est tombé en médiévale ‘Antonello de Messine’. D’ailleurs les différences varient : dans le monde byzantin en 1204 on est déjà dans la période de Renaissance paléologue.

Pauline Guéna évoque le mélange entre coupure politique et évolution culturelle et la question du point de vue : vu depuis l’occident 1204 reste pleinement un épisode médiéval.

Viviane Griveau Genest rappelle que contrairement à l’idée d’un temps long et d’un Moyen Age plus ouvert, certains chercheurs défendent l’intérêt de cette périodisation, qui fait du Moyen Age une période proche de la nôtre mais pas trop et close, ce qui en fait un terrain d’expérimentation. L’Antiquité au contraire n’a pas de date de début, le contemporain bénéficie d’une autre approche méthodologique.

Pauline Guéna est d’accord sur l’idée d’expérimentation, mais s’interroge sur celle de clôture. Annabelle Marin demande pouquoi le Moyen Age serait plus clos que l’Antiquité. Viviane rappelle que les sources archéologiques sont plus difficiles. Annabelle suggère que chaque période est aussi associée à un type de sources.

Sarah Delale revient sur l’idée selon laquelle les gens aux Moyen Age vivraient sans avoir conscience d’eux-mêmes, comme de grands enfants. Ce préjugé vingtièmiste est si tenace qu’il est intégré par beaucoup de médiévistes qui commencent leur formation par le contemporain. Paul Zumthor n’y échappe pas, même si son hypothèse est très séduisante car il l’intègre pour en faire un élément positif.

Jean-Dominique revient sur l’histoire de l’imprimerie et demande s’il existe une justification au fait qu’on parle d’incunables pour les imprimés d’avant 1500 ? Catherine Kikuchi et Charlotte Kempf répondent qu’il n’y a pas de raison particulière. Catherine suggère que c’est un terme pratique mais à bannir, Diane Chamboduc souligne qu’il fait monter la valeur des ouvrages.

Erminoni Iliana Syrrou. La dispute De Sanguine Christi : vers une fin de la religiosité médiévale ?

Il peut sembler illégitime de faire commencer ou finir quelque chose d’aussi abstrait. On peut utiliser la périodisation classique et s’en tenir à un court Moyen Age, qui s’appliquerait dans le domaine de l’art et s’achèverait au début du XVIe siècle. Mais la religiosité est partagée entre un aspect médiéval (la dévotion pour les reliques) et un aspect plus moderne.

Les reliques sont enracinées dans la conception même de l’homme durant cette période. Le Goff développe ainsi une conception de l’homme pénitent et voyageur (viator) comme un pèlerin recherchant un contact matériel avec le sacré. Cette religiosité est fondée par la perspective téléologique du christianisme, qui présente le corps humain comme voué à ressusciter. , et donc les reliques des saints comme une promesse de renaissance. Les sociétés chrétiennes s’organisent autour de cette notion de sacré, et on peut même parler d’urbanisation sacrale.

En effet les reliques ont aussi une valeur politique et religieuse, et ce dès l’époque byzantine. Par exemple à Mantoue, le sang du Christ à un rôle civil dans la région, au point qu’il y a une tautologie entre le reliquaire et la ville elle-même.

Dominicains et Franciscains s’opposent sur la question du sang du Christ : les Dominicains considèrent que tout le sang qui a coulé sur terre est ressuscité avec le corps du Christ, tandis que les Franciscains considèrent qu’une partie du sang est restée sur terre. En 1462 commence la querelle ‘de sanguine Christi’ qui dure deux ans. L’atmosphère est tendue, et les Dominicains accusent Jacques de la Marche d’hérésie. Le pape tranche en convoquant un concile de théologiens dont la majorité est contre l’exagération de la place des reliques. C’est une conciliation qui mélange religieux et politique parce que Pie II est déjà occupé par la préparation de la croisade.

Ce qui est intéressant, c’est la nature et le profil des participants : le catholicisme lui-même s’interroge sur les reliques et sur la légitimité du matérialisme chrétien. Or les reliques ont fait l’objet de trois querelles : 1351, 1448 et 1462-64. Il en résulte des traités philosophiques et théologiques. Erminoni Iliana Syrrou montre l’importance du rôle des reliques dans les lieux de culte comme dans l’iconographie, en montrant qu’il n’est pas facile de contester cette pratique cultuelle «médiévale » qui a survécu à l’iconoclasme, à la révolte, et parvient jusqu’à nous.

Le Goff associe les reliques à la « sensibilité macabre » de la période médiévale. Il souligne que si on identifie le Moyen Age à la grande chrétienté, alors ce Moyen Age s’achève bien à la fin du XVe siècle. Mais dans le domaine de la piété il faut avoir une vigilance particulière, car le catholicisme est enclin à insister sur la continuité et la défense de ses croyances et de ses pratiques fondamentales. Ainsi la dispute ‘de sanguine Christi’ vérifie la pensée de Jacques Le Goff dans son dernier ouvrage : dans certains cas « la Renaissance ne fait que prolonger le Moyen Age ».

Questions :

Aurore Léon revient sur deux reproductions de représentations picturales contemporaines et demande s’il est significatif que ces tableaux proviennent l’un des Marches et l’autre de Venise. Erminoni Iliana Syrrou répond qu’on est presque sûr que la dispute soit à l’origine de ces deux tableaux : celui de Bellini représente le sang recueilli par an ange, tandis que celui de Crivelli laisse voir, dans une représentation franciscaine, du sang qui reste sur la croix.

Annabelle Marin demande s’il existe des endroits dans la chrétienté où la querelle ait été plus vive. Erminoni Iliana Syrrou évoque Philippe de Champagne mais situe la dispute surtout en Italie.

Annabelle Marin s’interroge sur la perception de cette dispute dans la mesure où Franciscains et Dominicains noyautaient toute l’Italie. Anne Kucab précise qu’en plus ce sont des œuvres de commande.

Annabelle Marin se demande dans quelle mesure on pourrait dire que la religiosité des Dominicains s’est transformée avant celle des Franciscains. Erminoni Iliana Syrrou répond que ce n’est sans doute pas le cas.

Oury Goldman, Humanistes et la célébration de la nouveauté XVe-XVIe siècles

Le XVIe siècle se présente comme le temps des grandes découvertes et des inventions techniques (l’imprimerie et le canon) célébrées par les contemporains. Cette tradition est encore plus forte en France ou Renaissance et XVIe siècle se confondent, tandis qu’on trouve des périodisations différentes selon les espaces et les domaines. Nous héritons de cette vision positive de la Renaissance transmise par Michelet ou par Febvre, quand bien même ce dernier se défiait de l’approche positiviste.

La persistance de ce découpage entre Moyen Age et Renaissance ne procède pas uniquement d’une reconstruction a posteriori. Les contemporains l’ont perçu et exprimé avec force. A la fin du XVe siècle, le mouvement humaniste a constitué sa propre histoire comme un récit stéréotypé, centré sur l’idée d’une rupture. D’ailleurs ce sens de la nouveauté n’était pas uniquement positif, comme le montre l’invention de l’artillerie, ou l’apparition de maladies, telle que la syphilis. Bien que reprenant des éléments mis en place durant la période médiévale, ce discours affirmait sa propre nouveauté, et a eu des effets rhétoriques ainsi que politique. C’est donc sous l’angle du ‘self-fashioning’ qu’on peut aborder cette idée de nouveauté de la Renaissance, en s’interrogeant sur l’image que cette Renaissance a voulu donner d’elle-même.

Les Grandes découvertes suscitent une intense communication épistolaire orientée entre autres vers les souverains, et aboutissent à la mise en place de topoi qui permettent le déplacement du savoir des Anciens, puisque des navigateurs ont raison contre eux. Clémence Revest montre que le récit humaniste se met en place au tournant du XVe siècle et structure l’identité d’une élite qui utilise dès lors un « nous » collectif. Flavio Biondo, dans son Italia Illustrata, reprend le panthéon de cette élite lettrée. L’examen des évènements fondateurs de ce mouvement suggèrent qu’il s’agit en fait d’une cristallisation de tendances plus longues, qui sont construits par les discours.

Dans ce contexte, la découverte de l’Amérique donne un sens de rupture, mais l’idée de découverte même précède cet événement. Face à lui se construisent des discours hétérogènes. Les Anciens connaissaient-ils l’Amérique avant que le Moyen Age ne perde ce savoir ? ou en avaient-ils la prescience à travers la théorie des Antipodes ? Au XVIe siècle s’impose l’idée que les Anciens n’en avaient aucune connaissance. Politien participe à ce discours de valorisation des conquêtes, également imprégné d’un esprit de croisade. Il se situe dans un moment de transition, pendant laquelle les Anciens gardent encore de leur prestige.

S’impose finalement l’idée de la modernité, structurée autour de la triade imprimerie, boussole et artillerie, à laquelle les Protestants ajoutent également une dimension religieuse.

Questions :

Catherine demande s’il y a eu, comme pour l’imprimerie, un discours négatif sur les grandes découvertes. Oury répond que le discours négatif portait surtout sur l’exploitation, souvent mise en rapport avec la violence qui se développe en Europe à la même période.

Jean-Dominique s’interroge sur la valeur attribuée à la poudre, facteur de progrès ou de barbarisme. Oury répond que la poudre a surtout suscité un discours positif.

Viviane souligne qu’en Littérature, la nouveauté et la rupture correspondent au camp de Pétrarque, et que le pré-humanistes français qui s’y intéressent, au collège de Navarre, prônaient la réconciliation du savoir scolastique avec la nouveauté. On pourrait ainsi parler de politique de la rupture. Oury aimerait plus développer. En effet, chez Louis le Roy, la rupture est bien associée à Pétrarque.

Mathias s’interroge sur la valeur du mot nouveau, et montre qu’à la fin du Moyen Age on l’utilise pour qualifier des formes de poésie fixes qui rompent avec les règles traditionnelles populaires.  L’usage de ce mot est donc associé avec un désir de figer un domaine de la pensée.

Pauline demande s’il existait à la Renaissance une conscience de cet entre soi structuré autour de la nouveauté. Oury le situe autour des tentatives des humanistes pour se réapproprier l’expérience des voyageurs.

Annabelle pose la question des acteurs, et se demande si les humanistes n’étaient pas spectateurs tandis que les géographes et les explorateurs auraient été les vrais acteurs du XVIe siècle. Oury considère qu’il y a tout de même une unité de la période moderne, et se demande s’il y a également une telle unité du Moyen Age, du VIIe au XVe siècle.

Mathias souligne qu’en littérature, ‘early modern’ commence à la fin du XIIIe siècle. C’est en grande partie un problème de découpage administratif. Oury suggère qu’au-delà de la résistance académique, il y a aussi une tension sur la manière dont on caractérise le temps présent.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...