Séance du 14 novembre 2014 – “Finir le Moyen Âge” (I)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 14 novembre 2014, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette première séance consacrée au thème “Finir le Moyen Âge”.

_ Introduction du thème «  Finir le Moyen Âge » par Annabelle Marin et Pauline Guéna.

_ Ermioni Iliana Syrrou ( Université Paris I-Sorbonne- chercheuse associée à l’Université d’Athènes ) :  «  La dispute De Sanguine Christi : vers une fin de la religiosité médiévale ? » 

Le 18 avril 1462, jour de Pâques, quand Jacques de la Marche (Giacomo della Marca) mettait en doute la divinité du sang christique répandu lors de sa Passion, il ouvrait un nouveau chapitre dans la longue histoire des relations pénibles entre les Franciscains et les Dominicains. Bien sûr, ce n’est pas la première fois que s’affrontent la « noble » théologie des Dominicains et la logique plus populaire des frères de Saint François ; tout au contraire : on dirait que les deux ordres mendiants constituaient le duel théologique typique de l’époque.

Mais dans leur polémique de 1462, c’est quelque chose de plus profond qui est en danger ; quelque chose de plus important qu’un désaccord scholastique. En réalité, la dispute De Sanguine Christi, représente l’épisode le plus cruel dans une série des trois controverses théologiques concernant le statut cultuel des reliques du Saint Sang (1351, 1448, 1462). Sous le prétexte du degré de la divinité du Saint Sang, les deux spiritualités, franciscaine et dominicaine, s’opposent sur le paroxysme des reliques qui touchait l’idolâtrie : les thomistes condamnaient toute exagération sur le culte des reliques et niaient même l’authenticité des quelques-unes d’entre elles et les Franciscains, quant à eux, trouvaient dans la pratique des restes corporels un champ privilégié pour séduire les masses. Etant donné que l’attachement aux reliques constitue une des principales caractéristiques de la religiosité médiévale, pourrait-on parler d’un changement de piété qui se déroule graduellement à cette époque ? Les reliques faisaient partie intégrante de la religiosité du chrétien du Moyen Âge non seulement grâce à leur caractère populaire, voire simpliste, mais aussi grâce à leur nature répondant à l’angoisse existentielle des hommes : elles ne sont pas exclusivement restes d’une vie révolue, elles sont en même temps symboles d’une vie résistant à la mort, annulant l’inexistence ; leur contestation persistante, montre-elle un effondrement du matérialisme chrétien ? L’intervention proposée met l’accent notamment sur trois questions :

a) Quels sont les éléments de la dispute qui pourraient amener l’historien à parler d’une fin d’époque de la religiosité médiévale ?

b) Les protagonistes de la dispute étaient-ils conscients d’avoir affaire à une nouvelle phase de la sensibilité religieuse de l’époque et même plus, comment le contexte historique de la dispute a pu avoir un impact sur celle-ci ?

c) Et enfin, jusqu’où est-il légitime d’imposer une cassure entre la religiosité du Moyen Âge et celle de l’époque successive ? A l’aube de la Renaissance, s’agit-il vraiment d’une nouvelle religiosité qui commence ou d’une autre forme de celle-ci de plus en plus éloignée du matérialisme chrétien ?

_ Oury Goldman  ( EHESS ): « Les humanistes et la célébration de la nouveauté à la fin du Moyen Age (fin XVe-début XVIe) »

La périodisation canonique et académique de la fin du Moyen-Age situe en général cette dernière entre le milieu du 15e et le début du 16e siècle. Nous pouvons nous demander dans quelle mesure les contemporains de cette époque ont eux-même participé à forger cette interprétation de l’histoire, plus tard théorisée et conceptualisée de manière plus franche. En effet, au tournant des 15e et 16e siècles, de nombreux contemporains souvent issus du groupe social et intellectuel associé au mouvement humaniste ont célébré leur époque comme celle non seulement de la redécouverte d’un savoir antique mais aussi comme celle de l’avènement de formes nouvelles de savoirs, de techniques, et de faits sociaux. Quels ont été les élément mis en avant par ces groupes ? Quelles fonctions politiques et sociales tenaient ce discours de célébration de la nouveauté ? A quel(s) public(s) s’adressait-il ? Quels réaménagements de la vision temporelle et historique en ont suivi ? En nous focalisant plus particulièrement sur la question des découvertes géographiques et celle de l’impact de l’imprimerie sur les savoirs, nous chercherons à montrer que si les contemporains ne théorisent quasiment jamais l’idée d’une rupture essentielle et rapide avec un passé “médiéval”, ils ont développé des réponses temporelles diverses face aux transformations de leur époque.

 Annabelle Marin et Pauline Guéna, coordinatrices du thème


Vous aimerez aussi...