Séance de rentrée 2014 de Questes

La première séance de Questes aura lieu le 26 septembre, de 18h à 20h, en salle D 040 de la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris, métro Odéon ou Saint-Michel). Vous êtes également invités à venir partager un pot de rentrée à 17h30 dans le hall du bâtiment.

Lors de cette séance se tiendra l’Assemblée générale de Questes, au cours de laquelle nous voterons pour élire le nouveau Conseil d’Administration. Ensuite, les membres du CA voteront pour élire le nouveau Bureau. Cette assemblée sera également l’occasion de présenter le fonctionnement du groupe aux nouveaux membres et de faire le bilan de l’année écoulée.

Nous procéderons ensuite au choix des thèmes et des organisateurs de la journée d’étude qui se tiendra en juin 2015. Le choix du thème de la journée d’étude sera soumis à un vote en un tour.

Enfin, nous choisirons les thèmes et les responsables de thème pour les séminaires 2014-2015. Le choix des thèmes se fera également par vote, en deux tours :

– Au premier tour, chacun peut voter pour deux thèmes en indiquant un ordre de préférence entre les deux.

– En cas de besoin, nous procéderons à un second tour de vote pour départager les thèmes sélectionnés lors du premier tour. Chacun votera alors pour un thème.

Ceux qui ne peuvent être présents le 26 septembre peuvent donner une procuration, qui peut soit être envoyée par mail au secrétariat de Questes (secretariat.questes@gmail.com), soit être remise sur papier libre à un membre de Questes présent lors de la séance de rentrée, en la signant.

Voici les thèmes que les Questeurs ont proposés pour la journée d’étude de juin 2015 et pour les séminaires 2014-2015.

N’hésitez pas à proposer d’autres thèmes : cette liste reste ouverte et peut être complétée jusqu’à la tenue de la séance du 26 septembre. Pour soumettre vos propositions, il suffit d’envoyer vos idées de thème (avec un bref descriptif pour les thèmes de séminaire, avec un argumentaire détaillé pour la journée d’étude) à l’adresse mail du secrétariat.

 

Journée d’étude :

Créer (thème proposé par Florian Besson)

Je propose pour la journée d’études 2015 le thème suivant : Créer. (un thème qui pourrait éventuellement être reformulé ainsi « Créer. Création, créateurs, créatures », comme ça on retrouve la règle de trois que Questes aime bien). Ouvert aux historiens, historiens de l’art et littéraires, le thème serait aussi l’occasion d’avoir un philosophe, voire un théologien.

C’est d’abord, bien sûr, la Création divine, la Genèse, récit de l’origine du monde. Entraînant la Chute des anges et de l’homme, la Création marque le début de l’histoire, une histoire qui se trouve dès lors orientée, marquée du sceau du péché originel mais aussi, grâce au sacrifice du Christ, de l’espérance et du salut. Symbole même de la toute-puissance divine (« fiat lux »), la Création reflète également la nature architecturale du monde : puisque l’univers a été créé, c’est qu’il a un sens. Derrière la Création, il y a un plan divin. C’est pour connaître ce plan que les hommes s’intéressent au monde et tentent de décrypter les phénomènes naturels. Réfléchir à la création, à cet égard, c’est s’intéresser à la pensée théologique et ecclésiastique du monde, mais aussi aux découvertes et aux expériences portant sur la nature, qui sont autant de jalons marquant les progrès de l’esprit scientifique.

Créer, c’est donc toujours, pour l’homme médiéval, rejouer le geste initial de Dieu. C’est toujours faire, ou refaire, la lumière, dans un univers qui est sinon livré au chaos, au néant. D’où l’importance de la fondation dans l’Occident médiéval : fonder un ordre monastique, établir une commune, construire un bâtiment, donner naissance à une famille, c’est ramener du sens dans le monde. L’acte de créer s’entoure de tout un cérémonial, de rites visant à sacraliser la création : on bénit la première pierre et les outils lors de l’inauguration d’un chantier important, on célèbre la première chasse de l’année,… Une cérémonie du mariage se développe pour mettre en valeur le moment où, à partir de deux personnes, se crée un couple. Et si créer c’est tirer du néant, alors on ne s’étonnera pas que donner naissance à un enfant se dise « procréer »… La création, on le voit, prend plusieurs formes, que l’on pourra toutes interroger. La création artistique, bien sûr, sera un des aspects importants du sujet. Le Moyen Âge est précisément le temps où s’invente la figure de l’artiste, c’est-à-dire, précisément, de l’artisan qui crée, la première mention du terme se trouvant significativement dans la Divine Comédie de Dante. Ce n’est pas non plus un hasard si l’on dit « créer » une pièce de théâtre : créer, c’est mettre en scène pour la première fois – on dit aussi, pour le théâtre, « interpréter », et on voit bien à quel point créer est toujours lié au sens.

A ce niveau-là, on pourra s’intéresser à toutes ces créations, à la façon dont elles sont présentées, expliquées, justifiées. On pourra ainsi mettre en valeur le fait que créer, c’est souvent inventer une origine légendaire qui vienne légitimer la nouvelle création. Ce sera donc l’occasion d’interroger en profondeur le rapport de l’Occident médiéval au temps passé, dans la lignée des travaux de Jacques Le Goff ou de Patrick Geary (P. Geary, Quand les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, Flammarion, 2011): rares en effet en sont les créations qui ne se rattachent pas d’une façon ou d’une autre au passé, souvent d’ailleurs pour atténuer la nouveauté de ce qui est en train d’être créé. La propagande pro-carolingienne déployée par Alcuin autour du couronnement impérial de Charlemagne l’atteste bien : ce n’est pas un nouveau régime politique qui naît le 25 décembre 800, mais le renouveau de l’empire romain (restauratio imperii), enrichi du souvenir des rois sacrés de l’Ancien Testament. Charlemagne n’est pas un nouvel empereur : c’est un nouveau Constantin, un nouveau David. La création, ici, se fait recréation, le nouveau renouveau. Car la nouveauté fait peur. Se dessinerait alors un Moyen Âge fasciné par la Création mais toujours inquiet du potentiel subversif et destructeur de la création.

Les dimensions concrètes et pratiques seront évidemment l’un des axes forts de cette journée d’études. Créer, c’est établir pour la première fois quelque chose, ce qui pose de nombreux problèmes. Que l’on pense aux difficultés des premiers franciscains pour élaborer une règle capable d’assurer la survie de l’ordre sans pour autant défigurer la pensée du père fondateur ; que l’on pense aux problèmes rencontrés par les croisés lors de la fondation des États latins… Comment créer ? Comment assurer la pérennité de ce qu’on crée ? Comment, le cas échéant, reconnaître son échec ? De la réforme du calendrier à la fondation des universités en passant par les moines défricheurs chers à Duby ou par la figure du diable travaillée par Boureau (A. Boureau, Satan hérétique. Naissance de la démonologie dans l’Occident médiéval, Paris, Odile Jacob, 2004.), le Moyen Âge est plein d’inventions et de créations qui sont trop peu connues. Ce serait l’occasion de rappeler que, loin d’être une période immobile, une parenthèse, un long fleuve tranquille, le Moyen Âge est une période vivante et agitée, pleine d’inventions et d’inventivités. L’homme médiéval, homo creans ?

Pierre Bourdieu se demandait qui avait créé les créateurs (« Qui a créé les créateurs ? », dans Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984) serait l’occasion en tout cas de souligner que c’est le Moyen Âge qui, en réfléchissant sur la Création, a inventé notre créativité.

 

Le texte infini (thème proposé par Valeria Ingegno)

L’argumentaire sera fourni ultérieurement

 

Le (ou les) territoire(s) (thème proposé par Jean-Gabriel Harter)

Et ses déclinaisons : territorialité, frontières et mobilités

L’argumentaire sera fourni ultérieurement. Ce thème figure également parmi les propositions de thème pour les séminaires.

 

Séminaires :

Langues rêvées, langues parlées au Moyen Âge (thème proposé par Viviane Griveau-Genest)

La question linguistique au Moyen-Age s’inscrit dans une double dimension, à peine estompée à l’aube de l’époque moderne : sur le plan mythique elle accrédite et construit la fiction d’une chrétienté monolingue, latine, sur le plan historique, elle voit se développer une Europe fondamentalement plurilingue. Comment ces différentes perceptions s’articulèrent-elles selon les époques, les pays, les milieux, quels paradigmes théoriques, culturels et idéologiques les légitimèrent et quels sont les régimes discursifs qui ancrèrent leur existence ? A la suite de l’intérêt manifesté par de récentes études pour la question du plurilinguisme au Moyen-Age nous proposons de nous interroger dans le présent thème sur les réalités linguistiques médiévales à la lumière des mythes et fantasmes qui les informent. On pourra revenir dans cette perspective sur le discours théorique portant sur le fait linguistique en attachant une importance toute particulière aux représentations qui s’y construisent et aux dynamiques qu’elles déploient. Quel ordre symbolique régit le discours sur les langues, quelles hiérarchies, interdits et mythes les structurent ? Ce travail pourra trouver fournir matière à des explorations de champs disciplinaires variés, tant l’histoire avec la question des idéologies et des représentations sociales que la théologie, la littérature, avec le rapport entre création et discours linguistique, ou la philosophie.

 

La reliure au Moyen Âge (thème proposé par Viviane Griveau-Genest)

Séance à caractère méthodologique, éventuellement doublée d’une approche codicologique ou paléographique

 

L’encodage de textes en TEI (thème proposé par Viviane Griveau-Genest)

Séance à caractère méthodologique. Par exemple pour des bases de données. Cela permettrait de voir les coulisses de nos bases de données et ça peut donner des idées de projets scientifiques

 

Le (ou les) territoire(s) (thème proposé par Jean-Gabriel Harter)

Et ses déclinaisons : territorialité, frontières et mobilités

 

Enseigner le Moyen Âge : pourquoi et comment? (thème proposé par Pierre Levron)

Ce thème serait l’occasion de faire le point sur des enseignements qui connaissent des mutations technologiques et de pratique importants (Moocs, enseignement à distance…)

 

En espérant vous voir nombreux !



Citer ce billet
Questes (2014, 22 septembre). Séance de rentrée 2014 de Questes. Questes. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4jp

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search