CR de la séance du 13 juin 2014 – “Faire communauté” (III)

Etaient présents : Stéphanie HUART, Florian BESSON, Annabelle MARIN, Pauline GUENA, Cléo RAGER, Sarah DELALE, Diane CHAMBODUC, Alexandre GIUNTA, Catherine KIKUCHI, Julie PILORGET, Julia CONESA SORIANO.

* * *

Catherine Kikuchi, Peut-on parler de communauté de métier en l’absence de corporation ? Le cas des imprimeurs et libraires vénitiens dans les premières années de l’imprimerie

Une communauté de métier peut être définie par une communauté d’intérêts, une identité reconnue par la société et les pouvoirs publics, et une vie collective. Ces fonctions sont remplies par les corporations et les confréries de métiers à des degrés variés. Mais que ce passe-t-il en l’absence de ces institutions ? Les imprimeurs et libraires vénitiens semblent évoluer en dehors du système des corporations jusqu’au milieu du XVIe siècle. Mais cette question permet également de s’intéresser à ce qu’est une communauté de métier et à ce qui se passe au niveau des relations sociales et avec le pouvoir, quand une communauté reçoit ou non une existence institutionnelle.

L’arte des imprimeurs libraires et relieurs vénitiens est créé en 1567. Les arti vénitiens sont organisés par l’Etat depuis le XIIe siècle et sont très fragmentés. C’est dans ce contexte que l’imprimerie est introduite à Venise en 1469, alors que Venise était auparavant assez en retard sur la production de manuscrits. Comment le métier d’imprimeur et libraire s’est-il organisé pendant les 80 premières années de l’imprimerie à Venise ? Y a-t-il eu des phénomènes de compensation dus à l’absence d’art organisé et reconnu par l’Etat ?

Le cas de Venise semble singulier dans les cités italiennes du XVe siècle. A Florence, les imprimeurs et libraires sont intégrés dans l’Art des apothicaires, médecins et merciers. A Venise, le commerce du livre n’est jamais évoqué dans les statuts des arts et semble bien en dehors du système des arti. D’autres métiers ne sont pas regroupés en corporations : par exemple, les fabricants de paternoster à Strasbourg, un métier lucratif et bien en vue. Cela permet aux étrangers d’arriver sans avoir à payer un droit d’entrer : cela pourrait être également un élément d’explication à l’absence de corporation dans l’imprimerie vénitienne. En l’absence de statuts reconnus par les pouvoirs publics et les membres du métier, on ne sait pas grand chose de l’organisation concrète du travail. On voit dans le cas de l’atelier d’Alde Manuce que les rythmes de travail pouvaient provoquer des plaintes, voire des grèves de la part des ouvriers.

L’activité de fabrication et du commerce du livre semble laisser court à une vaste compétition de tous contre tous. Les contrats font clairement apparaître les mécanismes de domination entre ceux qui ont la capacité financière d’avancer les frais, et les autres. Les mécanismes de la justice vénitienne permettent de limiter les abus, comme on le voit dans le cas du conflit entre Jacques le Rouge et le patricien Ismerio Querini qui est condamné à fournir ce que l’imprimeur lui demande. Par ailleurs, il n’est jamais fait mention dans les sources d’une communauté de métier à laquelle tous s’identifieraient. Les termes désignant le métier sont flottants, les imprimeurs ne se présentent jamais qu’individuellement face aux pouvoirs publics, pour demander des privilèges qui critiquent, souvent vertement, les « autres imprimeurs ».

Malgré tout, des solidarités existent, à travers notamment l’appartenance à une confrérie ou scuola. Certaines regroupent un grand nombre de libraires ou d’imprimeurs ; elles servent de club social, mais aussi d’assurance en cas de coup du sort. Les alliances matrimoniales ont aussi largement contribué à souder et consolider les premières entreprises typographiques. Mais ce sont plutôt des sous-groupes qui se constituent, grâce à des relations sociales denses, jamais un groupe qui rassemblerait l’ensemble des imprimeurs et libraires vénitiens. Il n’y a pas de communauté d’intérêt comparable à celle créée par le serment prêté à l’entrée d’une corporation.

Dans les rapports avec les pouvoirs publics, on peut comparer la situation avec celle des verriers vénitiens. Ceux-ci sont protégés par les pouvoirs publics qui font respecter le monopole de Murano pour les fours, négocient l’entrée d’étrangers dans le métier. En l’absence de corporation, on a une réelle fragilité des imprimeurs et libraires vénitiens : les privilèges ne sont pas respectés, il n’y a pas de groupe de pression qui pourrait influence les décisions économiques de la République. Mais en retour, les imprimeurs ne sont soumis qu’à très peu de contrôle de l’Etat quant au travail, à l’embauche, à l’ouverture d’un atelier. Cette absence de règles à sans doute favorisé la floraison d’atelier typographiques à Venise au XVe siècle, mais a aussi favorisé les dérives qu’Erasme déplore, en critiquant les textes fautifs qui sont mis sous presse dans la ville.

Entre 1517 et 1550, des règles sont édictées, mais qui ne concernent que les publications et le droit d’auteur. En 1567, les statuts de l’art des imprimeurs sont officialisés. Mais cela n’a pas créé d’un coup une communauté de métier, car la corporation est en réalité faible. Le terme de communauté de métier semble inadéquat pour qualifier les imprimeurs et libraires vénitien avant l’instauration de la corporation, mais celle-ci n’a pas créé d’un coup une communauté qui n’existait pas.

Pauline demande quel coût cela a pour les imprimeurs, quel est le désavantage économique à travailler de façon fragmentée. Catherine répond que l’activité occasionne des frais importants. En général, un bailleur de fonds donne tous les capitaux et en particulier le papier qui coûtait très cher. Il y avait des associations de personnes, mais souvent ponctuelles. Mais une corporation n’aurait pas permis de réduire les coûts, puisqu’il n’y pas de budget en commun.

Florian fait remarquer qu’on observe des faillites dans des délais très courts et demande si cela peut être lié avec le fait que la communauté n’a pas été créée. Puisque les imprimeurs tournent, la communauté ne se crée pas et cela nuit à la création des communauté. Catherine répond que oui, sûrement dans une certaine mesure, même si l’existence de communautés n’empêche pas de faire faillite.

Julie fait remarquer que ces imprimeurs viennent d’Allemagne au début et demande si on observe un modèle de corporation dans les villes allemandes qui aurait pu être importé. Catherine répond que au départ, les imprimeurs ne venaient sans doute pas de corporations déterminées, mais qu’elle n’a pas encore eu le temps de se pencher sur la question des corporations allemandes d’imprimeurs et de libraires.

Florian demande s’il y a concurrence parce qu’il n’y a pas de corporation ou si c’est l’inverse, et s’il y aurait une stratégie des imprimeurs pour ne pas avoir de corporation. Catherine répond qu’il y a un intérêt pour les imprimeurs à ne pas avoir de corporation, en particulier pour ne pas payer de droit d’entrée. Mais le problème est surtout : pourquoi l’Etat ne l’impose pas ?

* * *

Diane Chamboduc de Saint-Pulgent, 1369-1400 : reconstruire la communauté politique lucquoise après la domination pisane 

Lucques à la fin du XIVe siècle est le théâtre de luttes politiques. La participation politique populaire est évoquée par les historiens comme une participation faible.

Cette situation est présentée en contraste avec le XIIIe siècle : le popolo se formalise sur le plan institutionnel et conquiert le pouvoir. Un régime populaire est en place au début du XIVe siècle, certaines élites urbaines sont privées de droits politiques. Mais on assiste à une réaction oligarchique à la fin du XIVe siècle.

En réalité, le nombre de postes importants ouverts est très important entre les différents collèges et conseils de la ville. En tenant compte du temps de vacance entre chaque office, cela représente 10 ou 15 % de la population.

Par ailleurs, la participation politique ne se résume pas à l’exercice de ce pouvoir réel et peut prendre des formes moins en vue de participation politique”, avec une rationalité particulière.

On peut alors se demander quel sens accorder à la communauté politique et quelles différentes formes de participation on peut observer.

Il n’y a en théorie pas de restriction à la participation politique en fonction des classes sociales ou de la participation à des corporations. Il n’y a pas non plus de critère de propriété ou d’absence d’endettement. Mais on constate que la participation des milieux populaires est faible chez les Anciens, le conseil des 36 et les balia. On en trouve un peu plus dans le conseil général de la ville. La raison est à chercher dans la façon dont ces membres sont élus. Les 36 sont élus par les Anciens et par une balia, or il y a peu d’artisans dans ces conseils, qui ont donc peu de chance d’être élus ensuite parmi les 36. A la fin du XIVe siècle, le système électoral permet au milieu marchand de se coopter et de s’élire entre eux.

On observe un changement dans dans les premières années du régime. Des artisans sont régulièrement élus au début, beaucoup moins après 1372-1373. Par exemple, des citoyens sont désignés pour évaluer la richesse de chaque citoyen lucquois ; dans cette commission, un tiers sont pris parmi les citoyens les plus pauvres de la ville. En 1371, pour une ambassade à Florence, on choisit un chevalier, un juge, un marchand et un artisan.

Ces artisans ne sont pas les plus pauvres, mais témoignent d’une richesse modérée. Dans tous les cas, ils sont toujours dépassés en nombre par les marchands, banquiers, et ne comptent jamais plus d’une vingtaine dans le conseil général.

Le gouvernement est donc largement contrôlé par les marchands de soie, les entrepreneurs, les juristes, notaires et médecins.

On trouve cependant d’autres témoignage de la participation politique populaire. Dans les registres de notaires, on trouve des actes qui recensent l’élection de consuls à l’échelle des micro-quartiers : élection de consuls rémunérés pour représenter le quartiers auprès des autorités, pour surveiller les biens saisis chez les endettés ; listes de population. Les fonctions des consuls ne sont pas précisément définies dans les textes, mais donnent lieu à des élections, des actes, au versement d’un salaire… Ces consuls ne sont pas nécessairement pris parmi les membres les plus éminents du quartier. Il faut aussi souligner l’organisation des corporations sur un modèle politique républicain, de même pour les confréries.

On observe également d’autres formes de la diffusion du sentiment politique en 1370.

D’une part, la destruction de la forteresse Augusta au moment de la libération en 1370, qui était considérée comme le symbole de la perte de la libertas urbaine. Dès le départ en mars 1370 du vicaire impérial qui rend aux Anciens le titre de vicaire impérial, la population détruit l’Augusta, défait les murs et se réapproprie le quartier. C’est un phénomène spontané décrit comme occupant de large fractions de la population, dont des moines, d’après la chronique de Sercambi. Dans les sources politiques, les sources disent qu’il faut détruire les murs de l’Augusta et ne jamais reconstruire une citadelle à l’intérieur de la ville, mais seulement en avril.

En 1370, on a un conflit sur la nature que doit prendre le régime indépendant en 1370 : est-ce que la ville doit être gouvernée a popolo ou a commune. Finalement la ville est gouvernée a liberta et a popolo. Les nobles sont exclus du collège des Anciens et du conseil des 36, mais il n’y a pas d’exclusion d’autres droits politiques, notamment pas d’infériorité par rapport aux cours de justice. Certains nobles votent en faveur de la motion. Mais les sources judiciaires montrent que juste avant le vote, il y a eu un complot pour essayer de bloquer la réforme, surtout des artisans, de familles anciennement guelfes : cette réforme serait en fait une manière d’imposer la victoire de l’élite gibeline et marchande sur la partie noble et surtout sur les guelfes. L’évolution rapide du régime semble être une confirmation de cette hypothèse.

Cette conspiration témoigne des liens étroits entre les différents groupes sociaux : l’organisation est due à un noble qui a des liens dans les milieux artisanaux. Ceux-ci ont donc une bonne connaissance des problématiques politiques et des enjeux des débats.

Les milieux populaires urbains ont une conscience politique aigue. On observe une participation politique continue qui subsiste jusqu’à après le tournant 1372-3 dans le conseil général.

Pour évaluer les autres formes de participation politique, l’étude des quartiers semble une piste intéressante pour voire la façon dont la population urbaine est impliquée dans la vie de la cité. Dans tous les cas, il faut donc une inteprétation large de ce qu’on appelle la vie politique, qui comprend la vie quotidienne des individus.

Julie demande quelle barre on peut fixer pour définir les milieux populaires. Diane répond qu’on peut prendre trois critères : la précarité économique, le travail manuel et la domination par les élites.

Julie demande comme on calcule la richesse des citoyens et quelle classification sociale on voit s’opérer. Diane répond que, dans le cas de l’ambassade Florence, les classes sociales qui doivent être représentées sont spécifiées. Mais la population a une vision assez claire des catégories qui la compose. Malheureusement, on n’a pas de sources. Ils évaluent sans doute à partir d’un mélange du niveau de vie, de la réputation et du métier. Dans certaines sources, des personnes sont qualifiées comme « marchand et citoyen de Lucques » : cela semble indiquer que ça fait partie d’un statut « marchand », que cela ouvre des droits dans l’organisation économique de la production.

Cléo se demande, dans le cas de l’épisode de la destruction des murs, si les sources ne poursuivent pas un but de légitimation ? Diane répond que l’auteur de la chronique, Cercambi, est un speziario. C’est un proche de la famille domainante, mais il n’est pas membre de l’élite ; il a une aisance financière mais n’est pas très riche.  Il s’élève dans la société, mais quand il écrit, il est encore dans une position intermédiaire, et est sans doute assez proche des faits, même s’il faut bien sûr montrer l’unanimisme social. Mais le fait que les autorités, plus d’une semaine après, disent qu’il faut détruire l’Agusta, montre qu’elles ont été surprises et cherchent à contrôler et exploiter ce mouvement, qui n’a pas été organisé par elles.

Alexandre demande si les sources permettent de voir une rotation des couches sociales, liées éventuellement aux fluctuations économiques de la ville. Diane répond qu’il n’y a pas de sources sérielles à Lucques, ni de comptes d’entreprises marchandes. Les sources économiques, notariales et judiciaires, offrent une vision partielle et partiale, à utiliser avec prudence. Mais on voit l’évolution dans l’insertion sociale. Des artisans changent de dimension à partir du moment où ils quittent le seul secteur productif, où ils sous-traitent à d’autres artisans, et servent de tampon entre les artisans et les marchands. Malgré tout, il reste difficile de voir les trajectoires individuelles.

 * * *

Alexandra Giunta, L’étranger dans la ville : minorité et construction urbaine à Estella

Estella est une ville d’Espagne créée par un privilège royal et avec des libertés. Elle se situe au nord de l’Espagne et est une étape essentielle la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Son rayonnement économique et culturel n’est pas négligeable, surtout au XIIe siècle, et lié au succès du pèlerinage. Au moment de la fondation, le royaume d’Aragon et de Pampelune connaissent une expansion liée à la Reconquista. Les migrants, francos, jouent un rôle déterminant dans ces évolutions. Le chemin de Saint-Jacques capte une partie de ces migrants. Dans les villes sur le chemin de Saint-Jacques, on trouve des quartiers réservés aux francos, par exemple les quartiers de St Nicolas à Pampelune. On a également la création de nouveaux noyaux urbains, comme à Estella : la monarchie crée des villes pour accueillir les migrants.

Le corpus de sources est réduit : ce sont surtout des actes diplomatiques. On a aussi des références dans des sources narratives non ibériques et des traces au niveau de l’art roman.

Le roi Sancho Ramirez octroie ce fuero en 1090. Les migrants sont libérés de toute soumission seigneuriale et bénéficient d’exemption économiques intéressantes. Cette fondation n’est pas une exception. En 1164, le fuero d’Estella 1164 est modifié, mais avec des passages de celui de 1090. Il s’adapte aux évolutions de l’époque. Tous les quartiers destinés exclusivement aux francos : aucun navarrais ne peut s’établir à Estella sans l’accord du roi et des habitants de la ville.

Les francos ont des privilèges qui garantissent l’exercice de leurs activités. Il s’agit d’un groupe d’artisans, de marchands et de propriétaires agricoles ; leur implantation suppose une nouveauté dans la structure économique du royaume. C’est une entité insolite dans une société composée de guerriers et de paysans, une société tournée contre al-Andalus.

Cette nouvelle communauté est identifiée collectivement par le pouvoir. Le pouvoir veut encourager les migrations. Le roi cherche aussi à développer l’économie du royaume et à encadrer et contrôler les migrations de ces francos en direction de son royaume.

Les francos se regroupent autour de la chapelle San Martin, le long du rio Arga. Une rue où les pèlerins passent regroupe les boutiques. Estella s’agrandit le long de cette rue. On a des références à un quartier juif, mais en 1145 la synagogue est transformée en église : le quartier juif est progressivement déplacé vers l’extérieur de la ville. Apparaît ensuite le quartier de San Miguel, peuplé par des Navarrais, ce qui est une nouveauté. Les francos ne sont plus les seuls habitants et des quartiers ethniques commencent à se constituer.

Un nouveau fuero est attribué dans le quartier de San Juan. Dans la seconde moitié du XIIe siècle, les Navarrais et des populations d’origine diverse s’installent.  Les autorisations s’étendent.

Un siècle après la première initiative de repeuplement, Estella est composée de divers noyaux urbains. Le fuero tend à se généraliser aux Navarrais.

Francos est un terme pour désigner une personne libre. Son deuxième sens désigne des guerriers du nord des Pyrennées venus combattre les musulmans, des hommes d’Eglise, artisans et marchands. Pour Estella, ce sont uniquement des artisans et des marchands.

Les sources diplomatiques permettent de connaître les activités de ces migrants : on a une majorité de cordonniers, des forgerons, quelques frappeurs de monnaie. Ils répondent à la demande des pèlerins et ont des fonctions très importantes sur la route du pèlerinage : ils développent le rayonnement économique et culturel de la région, avant enclavée. On observe également une différenciation des activités entre les Navarrais qui s’occupent des terres et les francos qui s’occupent de l’artisanat et du commerce.

L’anthroponymie permet de déterminer la région d’origine. Les francos viennent surtout du Sud de la France, mais aussi de Picardie et d’Eure et Loire.

Dans un acte de 1090, un Bernard d’Estella reçoit des terres avec deux autres francos, il obtiennent l’autorisation par l’archevêque de Tolède de construire des moulins dans la régions. Or le fuero d’Estella date de 1090. Des communautés  de migrants d’outre-Pyrennées devaient surement déjà exister à Estella. Le fait que le roi accorde le fuero après l’installation est une manière d’officialiser et de diriger les flux.

Bernard d’Estalla apparaît dans de nombreux actes comme témoins. Pierre le Vénérable y fait référence : il souffre dans sa mort parce qu’il a commis de nombreux abus dans sa vie.

Dans les actes diplomatiques de francos, les témoins sont presque toujours des francos, ce qui signale une forte solidarité. Il y a aussi une solidarité aussi dans la langue, même si les conflits dans la communauté urbaine devaient exister.

Les francos étaient une communauté à part dans un Etat étranger. Le fuero définit deux groupes, francos et Navarrais. Mais il n’y a pas de définition précise de francos. Le terme évolue : il ne désigne à force plus seulement une population, des Navarrais finissent pas être intégrés à ce terme. « Francos » devient un statut juridique. Estella possède un caractère d’exclusivité ethnique et sociale qui s’atténue à la fin du XIIe siècle. Les noms d’origine pyrénéennes apparaissent de plus en plus chez les francos. On également un métissage par le mariage.

Les francos finissent par devenir les gens des vallées voisines, pas seulement les descendants de ces premiers migrants. Beaucoup d’Espagnols finissent par adopter les noms francos. On observe une assimilation des quartiers francos par les Navarrais. La communauté ethnique commence à se désagréger. Il est possible que ce phénomène ait contribué à la diminution des courants migratoires à partir du XIIIe siècle.

Diane évoque une comparaison avec le royaume lombard sur le terme qui à l’origine désigne une ethnie, puis devient un statut juridique. Alexandre répond que oui, même si ce sont des situations difficile à comparer.

Julie demande pourquoi ces migrants partent de chez eux. Alexandre répond que pour les nobles, il s’agit sans doute de participer à la lutte contre les musulmans ; le départ leur attire aussi du prestige, voire des mariages royaux. Les marchands ou artisans peuvent être attirés par les privilèges et le commerce.

Florian évoque une comparaison avec les Normands dans les Etats latins d’Orient. Il demande également si on peut observer des choses dans l’archéologie du site, des différences dans les poteries notamment. Alexandre répond que non.

Florian demande précisément ce qu’est un fueros. Alexandre répond qu’il s’agit d’une charte royale qui accorde des privilèges à un domaine urbain, un peu comme les fors du Béarn. Le premier fuero est accordé en 1076.

Cléo demande si le fuero concerne les étrangers ou la ville. Alexandre répond qu’il y a différents types de fueros. Plus tard, ils ne concernent par seulement les étrangers, mais les villes. Dans le cadre de la conquête, on réorganise la ville musulmane pour la peupler des chrétiens.

Annabelle pose la question des motivations de ce qui fait communauté. L’assimilation en sociologie a un sens précis. Les francos auraient alors assimilé les navarrais ou l’inverse ? il y a un gagnant et un perdant ? Est-ce qu’on pourrait trouver des sources ecclésiastiques sur le sujet ? Alexandre répond que le syncrétisme est visible ici. Les Navarrais vont assimiler les Francos, mais pas au détriment de quelqu’un. L’assimilation s’opère par les activités économiques, est visible par l’anthroponymie, dans l’architecture romane des deux côtés des Pyrennées. Les influences réciproques et l’assimilation est réelle. Les quartiers sont imbriqués. Pour les archives ecclésiastiques, on trouve essentiellement les actes diplomatiques. Mais peu d’activités économiques apparaissent.

Julia demande si au sein des francos, on voit apparaître des communautés qui pourraient regrouper les communautés d’origine. Alexandre répond qu’il y a un regroupement par origine géographique. Mais à l’intérieur de la communauté, il n’y a pas de clivage en fonction de la région. De même pour les mariages.



Citer ce billet
Questes (2014, 18 juillet). CR de la séance du 13 juin 2014 – “Faire communauté” (III). Questes. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4jo

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search