Séance du 16 mai “Faire communauté”

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 16 mai 2014, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D223.

Pour cette séance, toujours consacrée au thème “Faire communauté”, nous entendrons trois communications :

 

– Stéphanie Huart, Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle

La vie en communauté est régie par des normes, rassemblées au bas Moyen Age sous le terme coutumes. Valenciennes, comme d’autres communautés urbaines, a choisi d’inclure dans sa coutume, dont on possède plusieurs exemplaires, des mesures visant à préserver ou rétablir la paix et donc l’intégrité de la communauté dans le territoire qui est le sien. Parmi celles-ci on trouve le recours fréquent au bannissement.

Les archives municipales de Valenciennes conservent pour la fin du Moyen Age cinq registres des bourgeois et des choses communes, à l’intérieur desquels on trouve notamment les listes de bannissements. Quatre d’entre eux concernent la seconde moitié du XIVe siècle, le cinquième se rapportant exclusivement au début de la décennie 1460. De ce fait, pour des raisons de cohérence chronologique, nous choisissons d’écarter le dernier registre et de faire porter cette étude sur le XIVe siècle uniquement.

Le premier axe que nous envisageons est celui du bannissement en tant qu’outil de construction de l’identité communautaire.

En particulier, les sources mentionnent ponctuellement l’intervention du comte de Hainaut ou du Grand Bailly pour annuler des mesures de bannissement. Dans cette optique, nous nous interrogerons sur les causes et conséquences possibles de l’action du prince dans les relations qu’il entretient avec la ville.

En outre, bannir signifie écarter une ou des personnes et donc les envoyer sur un autre territoire. Il est aujourd’hui établi que d’autres villes des Pays-Bas méridionaux à l’exemple de Mons jouissent du droit de bannissement. Dans ce cadre, existe-t-il une concertation avec d’autres villes pour établir une gestion à une échelle différente des bannis ?

Le second volet de notre réflexion concerne l’usage du bannissement dans le maintien de la paix dans la communauté.

On interrogera les motifs concrets qui poussent à recourir à cette forme d’exclusion géographique et sociale et les populations qui se voient condamnées à cette peine.

Nous procéderons à une comparaison entre la théorie et la pratique, entre les coutumes et les registres égrenant les noms. Nous nous interrogerons également sur l’efficacité d’une telle mesure.

Enfin, nous tenterons d’établir l’influence qu’il peut y avoir – ou non – entre rythme des bannissements et événements extérieurs, qu’il s’agisse des épisodes de peste qui touchent régulièrement la ville de Valenciennes ou des soubresauts de la guerre de Cent Ans.

Le dernier point de notre argumentaire vise à approcher un point de vue différent, celui du bannissement vu par le banni. Les sources nous donnent le point de vue des autorités, et donc de la communauté. Bien que ne possédant pas de récit sur le ressenti des bannis au sujet de leur exclusion, il nous paraît opportun de s’interroger sur ce dernier thème et de se demander si, malgré la mesure de bannissement, ces personnes se sentent réellement exclues ou si elles se considèrent toujours comme membres de la communauté.

 

– Elodie Pinel, « Maintenir la communauté », Le Mirouer des simples ames attribué à Marguerite Porete

Le Mirouer des simples ames attribué à Marguerite Porete, « beguine clergesse » brûlée pour hérésie sur le bûcher le 1er juin 1310, se caractérise par une tension entre désir d’orthodoxie et aspiration à retourner à une spiritualité plus pure, conforme au message du premier christianisme.

Ce dialogue allégorique entre l’« Amour » et une « Ame » se trouve ainsi parsemé de développements théologiques reprenant la lettre des dogmes, des textes sacrés et de ceux des Pères, tout en cherchant à en revivifier l’esprit afin de rénover le culte et le rapport aux œuvres de la religion chrétienne du XIVe siècle.

Nous nous interrogerons donc sur la manière dont un texte spirituel, de son écriture jusqu’à sa réception en passant par sa diffusion par l’auteur lui-même, cherche à s’inclure dans une communauté religieuse, et statuerons sur les raisons de l’échec de cette entreprise.

 

– Cléo RagerFaire communauté dans le premier registre de délibérations de Troyes (1429-1433)

« Papier des assemblées faictes pour le fait de la ville de Troyes» (AM Troyes, fonds Boutiot, A1, f. 65r, début de cahier) : dès leur titre, les registres de délibérations municipaux apparaissent comme les livres par excellence de la communauté des habitants. Bien qu’émanant d’un conseil municipal restreint, ils se présentent à maintes reprises comme porteurs des intérêts des « bourgois, manans et habitans de la ville de Troyes », se distinguant des autres acteurs du jeu politique urbain (autres villes, pouvoirs ecclésiastiques, officiers royaux et autres représentants de la royauté). Pourtant, une étude plus approfondie montre combien cette notion de communauté est incertaine. Les limites de la ville sont floues, les migrations constantes, les regroupements internes à la ville (métiers, conseils,…) nombreux, les hiérarchies et clivages sociaux très forts. Et cela apparaît d’autant mieux que le registre ici étudié a été élaboré dans le contexte de la reprise de la ville par Charles VII en 1429, se substituant aux Bourguignons qui avaient fait de Troyes leur capitale en 1417 (Isabeau de Bavière y ayant transféré un temps la cour des comptes et le Parlement de Paris). En 1429, la population troyenne reste divisée, au moment où se redéfinissent les principes de la cohésion urbaine – une évolution qui servira de fil conducteur à la lecture de ce registre. Considéré sous cet angle, ce dernier n’apparaît plus simplement comme l’émanation d’une communauté existante mais comme porteur de l’identité nouvelle qui réunit les Troyens, rassemblés sous l’égide du conseil municipal et dans une même fidélité au roi. Les enjeux de ce registre semblent alors autant administratifs que symboliques et politiques. Pour dégager sa spécificité, la comparaison sera faite avec les différents registres de compte des mêmes années, des registres de délibérations plus tardifs et enfin, ceux d’autres villes proches ou d’autres institutions troyennes.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search