CR de la séance du 13 décembre 2013 – “L’échec, l’erreur, la faute” (II)

Compte rendu de la séance du vendredi 13 décembre 2013
L’échec, l’erreur, la faute (II)

Marie-Gaëtane Anton – La bataille de Nicopolis dans les chroniques de Jean Froissart : la gloire dans l’échec

            La bataille de Nicopolis (1396) est un échec majeur, à la fois politique et militaire. Pourtant on va assister à un renversement : une défaite pour toute la chrétienté mais qui va très vite être chargée d’un potentiel positif, voir mythique.

            1395, sous Charles VI, conseil de régence présidé par Philippe de Bourgogne. Ambassade hongroise (roi Sigismond) demandant de l’aide face au sultan Bajazet. Philippe nomme son fils, Jean, comte de Nevers (le futur Sans Peur) à la tête de cette croisade. Fin calcul politique : si la croisade réussit, Jean est un héros, si elle échoue la défaite ne lui serait pas attribuée (notamment en raison de son jeune âge) ; s’il meurt, ça fera un martyr pour renforcer le prestige de la maison de Bourgogne.

            Probablement 10 000 chevaliers venus de tous les pays. Juillet 1396 : le contingent se dirige vers Nicopolis, ville fortifiée. Le siège commence le 10 septembre, Bajazet arrive le 24 et la bataille a lieu le 25. C’est un désastre pour les chrétiens (impétuosité de la chevalerie franque) ; le roi Sigismond s’enfuit. De nombreux prisonniers sont exécutés dès le lendemain, ceux de haute naissance sont rançonnés (Jean lui-même), de nombreux prisonniers meurent en captivité (Enguerrand de Coucy).

            Récit de Froissart : c’est lui qui parle le plus de Nicopolis et qui va lui donner cette aura mythique. Il annonce la défaite à l’avance : un noble refuse de laisser partir son fils pour la croisade : « tu n’as nulle raison d’y aller à part la vaine gloire de ce monde ». De même, les chevaliers chrétiens commettent des exactions avant la bataille. La défaite s’explique par un péché d’orgueil, la faute suprême. Les préparatifs sont trop fastueux, alors que la croisade est un pèlerinage au service de Dieu. Nicopolis serait trop profane, reflétant la progression de l’esprit laïc au XIVème siècle.

            La défaite a aussi des causes humaines : elle est due à l’orgueil des chevaliers français, qui n’écoutent pas les conseils de prudence du roi de Hongrie. Même dans le camp français, il y a des querelles entre chevaliers sur la stratégie à adopter (Philippe de Hartois contre Enguerrand de Coucy). Froissart parle de « folie et d’outrage » : la défaite vient sanctionner cet orgueil, elle est une juste punition. Il compare Nicopolis à Roncevaux. « Nous perdrons la journée par l’orgueil des Français » fait-il dire aux Hongrois. Il insiste sur les conséquences terribles de cette bataille, listant les morts et les pertes.

            Mais il y a un renversement : Froissart insiste sur la tenue blanche des prisonniers : c’est la couleur du martyr. Le Religieux de Saint-Denis dit que les corps des chrétiens n’ont pas subi de décomposition pendant treize mois. Tout a été fait pour renverser cette bataille : Philippe a organisé des entrées triomphales pour son fils. A partir de 1450 : commandes de manuscrits de Froissart témoignent d’un goût pour Nicopolis (on a 4 manuscrits relatant uniquement Nicopolis). Grand succès du chroniqueur en Europe, surtout en Bourgogne, un peu moins en France (car il est trop favorable au roi d’Angleterre).

            Concluons. Une vingtaine d’images pour 7 manuscrits : c’est beaucoup pour l’époque. Froissart a fait la gloire de Nicopolis, mais Nicopolis a aussi contribué au succès de Froissart. Un lien unit les princes bourguignons, leur bibliophilie, et l’esprit de croisade. La défaite vient de l’orgueil, c’est donc une erreur pleinement humaine, ce qui rejoint une pensée de la vanité du monde, mais ne nourrit pas une vision pessimiste : au contraire, l’échec cuisant devient un élément glorieux.

           Questions :

– Pour la croisade : la défaite n’est pas un échec de la chrétienté. L’important, c’est que la croisade ait eu lieu.

– Pourquoi cette explosion d’enluminures vers 1460 – 1480 ? Contexte très favorable à un retour de la croisade (juste après le vœu du faisan).

Sandrine Legrand : les trois fautes d’Hector

            Le public médiéval a montré un grand engouement pour la légende troyenne – ce qui va jusqu’à pousser les dynasties médiévales à se réclamer d’une ascendance troyenne : Francion va devenir le fils d’Hector. Mais il y a un problème : Troie est détruite. Comment expliquer cette chute ? C’est que Troie reste une cité de l’Orient, une cité païenne, « sarrasine » disent les textes. C’est donc un modèle, mais forcément à dépasser, dans un mouvement qui évoque la translatio imperii. Les rois chrétiens des dynasties contemporaines sont amenés à dépasser Troie.

            Comment ce paradoxe est-il mis en œuvre dans les textes ? Comment les auteurs ont-ils concilié l’admiration envers Troie et son destin funeste ? Le traitement d’Hector est emblématique. La légende troyenne n’est pas transmise par le texte homérique mais par des textes latins (Iliade Latine), avec un parti pris pro-troyen très clair. Le Moyen Age hérite de l’admiration pour Hector : dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, il devient le véritable héros, l’emblème de la patrie, la gloire de la cité. Comment un si grand héros a-t-il failli ? Comment concilier le poids de la tradition (admiration pour Troie) et la contrainte narrative (Hector doit mourir) ?

            Benoît résout le paradoxe par les trois fautes d’Hector. En fait il y en a même 4, mais l’une est une pure erreur de stratégie : Hector n’incendie pas les navires grecs, à la demande d’Ajax, son cousin. C’est là une erreur mais pas une faute : Hector a privilégié le lien familial, il a agi en prince, soucieux de la parenté, plus qu’en commandant militaire, soucieux de la victoire. Pas vraiment une faute, donc, d’autant plus que Benoît de Sainte-Maure souligne le rôle de la Fortune dans ces événements : la Fortune est une force antagoniste qui permet d’expliquer la défaite des Troyens sans remettre en cause leur vaillance. Les enluminures de cette scène valorisent Hector, qui a fait le choix de l’honneur plus que de la victoire.

            Par contre Hector commet trois véritables fautes, qui le conduisent à sa mort, et permettent en fait de la justifier. D’abord, il méprise le songe prémonitoire d’Andromaque et remet en cause sa sagesse : forme de furor, le héros se laisse aveugler par son désir de combattre et est prêt de menacer physiquement Andromaque (vers 15402 – 15409 : « enragiez fu et si destreiz […] par un poi qu’il ne la fiert »). Il reste inflexible même en face son fils : manque de courtoisie, blâmable évidemment pour le lecteur du Roman de Troie. Mais Hector n’est pas un personnage courtois. La vraie faute, c’est moins la violence contre son épouse que le mépris de la parole divine qu’elle relaie.

            Deuxième faute : non respect de la parole fraternelle et royale. Hector a l’air d’un fou, il perd toute mesure (il est comparé à un léopard ou à un lion) lorsque Priam lui défend d’aller au combat. Percevant son enfermement dans Troie comme une injustice, déchiré entre l’obéissance filiale et sa charge de commandant : il sort finalement de la cité à l’insu de son père. Pris par le furor, il ne pèse pas les choses, se laisse emporter par son désir de combattre et méprise la parole d’autorité (Priam est à la fois son père et son roi). Les fautes d’Hector remettent en cause les qualités qui étaient les siennes jusqu’à là et qui suscitaient l’admiration du lecteur : il était l’incarnation de la sagesse, tenant un discours de prudence, modèle de piété filiale, de piété, de respect pour ses aïeux, champion de l’honneur familial et troyen. Hector est fautif parce qu’il cède au furor, s’excluant de sa famille, de la cité, révélant son paganisme.

            Faute ultime : il se laisse emporter par son désir de faire du butin, abandonnant toute prudence et permettant à Achille de l’attaquer deux fois par surprise. C’est la convoitise qui cause la perte d’Hector – elle l’a entraîné loin de ses responsabilités de chef. Victime de son propre orgueil, de son envie. Achille n’est plus un égal d’Hector puisqu’il ne l’attaque pas en face : l’auteur dévalorise le Grec pour valoriser Hector.

            Concluons : trois fautes d’Hector qui causent sa perte. Mais à chaque fois Hector a dû choisir : il a placé avant tout l’honneur de sa ville. Mais rien n’excuse sa cupidité et son orgueil suprême : il s’est cru immortel, et c’est pour ça qu’il est châtié. On retrouvera ces trois fautes dans les réécritures postérieures du Roman de Troie. Certains textes insisteront sur l’opposition entre Hector et son père (Roman de Troie en prose), d’autres sur son manque de piété, d’autres enfin sur le fait qu’il a méprisé les avis de sa femme (Christine de Pisan, qui va jusqu’à retravailler la faute d’Hector en affirmant que Hector a offert sa vie pour sa cité).

            Questions :

–  Pourquoi Hector devient-il l’un des valets du jeu de cartes ? C’est parce qu’il est devenu un des Neuf Preux.

– Rapport entre l’orgueil chrétien et l’hubris grec ? Dimension tragique d’Hector par moment, mais plutôt le furor épique d’un Roland.

– Dumézil a écrit quelque chose sur les trois fautes du guerrier : est-ce pertinent pour parler d’Hector ? Certaines études ont été faites dans ce sens sur la matière de Troie, mais c’est trop artificiel, trop plaqué.

Damien Varenne : Crime et châtiment à Melun, 991

            991 : prise de Melun par Eudes de Blois, reprise par Hughes Capet. Ca nous permet d’étudier de près la notion de serment, de parjure. Sources : Richer de Reims, la chronique de Guillaume de Jumièges, l’Histoire des Francs de Sens, un acte de Hughes (donnant une église à l’évêque de Melun pour qu’il la reconstruise).

            Hector est devenu roi depuis 987, forte opposition de Charles de Lorraine (qui a occupé la ville de Laon) et du comte de Blois (Eudes Ier), qui prend la ville de Melun, alors aux mains du comte de Paris Bouchard le Vénérable, vassal de Hughes Capet. Eudes veut prendre cette ville, importante pour assurer la communication entre ses différentes possessions ; il dit qu’un de ses ancêtres a possédé la ville. Eudes arrive à convaincre le vicomte Gautier de livrer la ville. Hughes Capet décide de reprendre la ville, soutenu par le duc de Normandie, et la reprend facilement. Il punit le traître en le pendant, et pend aussi sa femme, par les pieds.

            Trois fautes aussi chez Richer de Reims : Eudes n’a pas reçu la ville de Melun alors que ses ancêtres l’auraient possédé : sa future trahison est rejetée sur le roi, au fond Eudes dit ne pas se parjurer, il ne fait que rétablir l’ordre, la justice. 2ème faute : la cupidité du châtelain qui livre la ville en échange d’argent, trahissant son serment. 3ème faute : Eudes accepte de « prendre sur lui-même » la faute de Gautier : or il ne le fait pas, abandonnant cyniquement à son sort le parjure. Tous les serments prêtés sont trahis : quelle valeur a le serment, qui est pourtant la base des relations entre nobles ? La garnison de Melun reste fidèle à Gautier, son seigneur – et d’ailleurs Hughes Capet remettra ces chevaliers en liberté, et Richer parle de virtu pour qualifier leur fidélité. Le serment vassalique est plus fort que la fidélité qu’on doit au roi. Hughes Capet restaure l’ordre de la société en se faisant prêter serment par ces chevaliers.

            Quid du châtiment ? Le traître est méprisé par Eudes (qui l’abandonne), par Richer (qui après la trahison n’utilise plus son nom), par le roi (châtiment exemplaire et infamant). Gautier n’est plus rien dès lors qu’il a trahi. Gautier est pendu, ce qui le rapproche de la figure de Juda. Plus haut, évoquant la trahison d’Adalbéron de Laon, Richer avait déjà parlé du traître comme d’un Juda. Le lieu choisi pour l’exécution est symbolique : gibet public, près de la porte qu’il devait garder. Il est puni là où il a péché… Châtiment exceptionnel qui se fait presque vengeance (Guillaume de Jumièges parle de talion). Châtiment de sa femme : quelque chose d’exceptionnel, volonté d’humilier le traître. On s’acharne sur la femme pour montrer que la crime a été infâme.

            Figure ambiguë du corrupteur : Eudes est pardonné par le roi. Il y avait vraiment deux poids deux mesures dans la notion de justice à l’époque. Gautier a servi de bouc émissaire.

            Pour finir : problème de la datation de cet événement. Richer ne le date pas, et l’autre source (Histoire des Francs de Sens) la date de 999. Mais ce n’est pas possible puisque Richer écrit jusqu’à sa mort en 996… Que nous dit cette erreur de datation ? Le moine Odoranus de Sens reprend la même erreur : soit inspiré de l’Histoire des Francs de Sens (peu probable), soit les deux se sont inspirés de la même source, une source perdue (probablement des Gestes des archevêques de Sens). L’erreur nous apprend donc beaucoup ici…

          La séance se clôt à 20h.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10 février 2014

    […] – Compte rendu de la séance du 13 décembre 2013 : http://questes.hypotheses.org/1238 […]