Séminaire du 17 janvier, « L’échec, l’erreur, la faute »

Nous nous retrouvons vendredi 17 janvier à 18h à la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris) pour la troisième et dernière séance consacrée à « l’échec, l’erreur, la faute ».

 Nous recevrons ce vendredi :

– Viviane Griveau-Genest, Masques rhétoriques et circonlocutions oratoires : l’art de faire la morale chez Jean Gerson

– Annabelle Marin, Un exemple de construction littéraire de la faute : La perfidie de l’empereur byzantin dans les sources latines de la première croisade

– Fanny Oudin, Erreurs authentiques, ou erreurs fictives ? quelques réflexions sur la question de l’incohérence dans les débats sur l’authenticité des correspondances

– Aurélie Dumoulin : La sorcellerie : de l’erreur à la faute à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècle). Ambivalence d’un phénomène

Vous trouverez ci-dessous les résumés de certaines interventions :

Viviane Griveau-Genest, La morale comme art : faute, rhétorique et esthétique dans les sermons de Gerson

La prédication fut pour Jean Gerson (1363-1429) l’une principales activités de sa carrière ecclésiastique : moteur de son succès auprès de nombreux publics (cours royale, cours de Bourgogne, cours papale etc.) elle scella aussi sa relégation suite à ses positions réitérées contre le schisme papal et contre l’assassinat du duc d’Orléans. Gerson, à rebours de certaines traditions homilétiques, prêche modérément l’enfer et la peur ; mais c’est pour mieux se prononcer sur les désordres de son temps, au point que l’on a pu parler pour le chancelier d’une théologie politique.

Toutefois, prêcher la vertu politique aux puissants et aux humbles ne se fait pas sans mal : loin de reposer sur une autorité incontestée, la parole du prédicateur se révèle bien souvent précaire face aux pouvoirs terrestres. Après avoir mis en évidence quelques signes témoignant de cette fragilité, nous nous attacherons dans la présente communication à offrir un bref aperçu des différents positionnements énonciatifs auquel le prédicateur a recours pour asseoir son discours moral. Le sermon médiéval est un effet un discours doté d’auteurs multiples (Dieu, le prédicateur etc.) permettant de jouer sur et de jouer de l’autorité. Son caractère fortement intellectuel lui permet en outre, tout particulièrement chez Gerson de prêter à des jeux allégoriques, voire à des scénographies quasi dramatiques, susceptibles de prendre le relais d’un prédicateur peu désireux de se mettre en avant. Nous analyserons dans cette perspective des exemples tirés de l’ensemble de la prédication de Jean Gerson et qui rendent compte de la variété des publics de Gerson (élites nobiliaires, élites ecclésiastiques, peuple).

 

Annabelle Marin, Un exemple de construction littéraire de la faute : La perfidie de l’empereur byzantin dans les sources latines de la première croisade

Timeo Danaos et dona ferentes (Virgile, Enéide, Livre II)

Cette phrase de Virgile évoque tout à fait les relations complexes de méfiance et de fascination qui se sont instaurées entre les chefs croisés et l’empereur byzantin au cours de la première croisade. C’est bien des Grecs que les Occidentaux se sont, dans un premier avant, méfiés et c’est bien sur eux qu’en grande partie dans les chroniques est rejeté la faute, le manquement moral qui consista à placer la conquête ou la reconquête de terres au centre des motivations de la croisade. L’Orient tant musulman que grec apparaît dans les écrits comme un vaste espace saturé de représentations et de significations, un ensemble de terres riche complexe et indéchiffrable. Travailler sur les croisades implique d’étudier des chroniques diverses qui sont les reflets des personnalités et des circonstances.

Analyser dans le détail l’image de l’empereur byzantin, Alexis Ier Comnène, la comparer à celles des chefs de la croisade donne à voir une lecture littéraire de la faute et de l’erreur. Dans un subtil jeu de miroirs, miroirs inversés, les chroniqueurs ne font pas que dire l’Histoire mais construisent tout un univers mental en délivrant aussi des leçons de morale.

Fanny Oudin, Erreurs authentiques, ou erreurs fictives ? quelques réflexions sur la question de l’incohérence dans les débats sur l’authenticité des correspondances

Au Livre du Voir Dit de Guillaume de Machaut et à la correspondance d’Abélard et Héloïse a été posée, en dépit de leurs différences génériques, la même question : les lettres présentes dans le recueil sont-elles authentiques, et peuvent-elles être attribuées à des personnages historiques, ou ont-elles été inventées, que ce soit, ou non, à partir d’un « noyau » authentique qui aurait été plus ou moins métamorphosé ? Dans les deux cas, le débat semble s’être cristallisé sur la question de la cohérence des recueils épistolaires, c’est-à-dire sur les erreurs commises par les correspondants – ou par le faussaire. Or ce qui est frappant est la facilité avec laquelle cette question des contradictions des épistoliers se retourne et se contredit elle-même : dans les deux querelles, les erreurs sont parfois les traces du travail du faussaire, tandis que la non-contradiction est portée au crédit des épistoliers, mais parfois la trop grande cohérence devient le signe d’une construction fictive, et les erreurs peuvent devenir la preuve de l’authenticité des lettres, voire la source d’un certain réalisme … lui-même interprétable, dans le cas de Machaut, comme un effet de vérité voulu par l’auteur. Les erreurs redeviennent donc les indices, volontaires et paradoxaux, de la fiction, mais à condition de bien vouloir créditer l’auteur d’une telle ruse, et de rendre compte de sa cohérence avec l’éthos de l’épistolier : une question qui rappelle que, dans le cas d’Abélard et Héloïse, tout le débat était parti, entre autres, de la vraisemblance qu’il y avait à attribuer à la vénérable abbesse du Paraclet, Héloïse, les lettres pécheresses qui étaient les siennes dans la correspondance. La probabilité devient alors vraisemblance, et rejoint des questions de bienséance, dont les critères éthiques ne sont pas toujours très sûrs. De l’erreur, l’on est passé à la faute, de la faute à l’erreur. Ce glissement de l’authenticité documentaire et de la vérité factuelle vers une vérité éthique n’entre pas forcément en contradiction avec la pensée médiévale, en particulier dans ces deux correspondances, qui accordent elles-mêmes une grande importance aux erreurs et aux fautes des correspondants, jusqu’à laisser planer, sur l’échec ou la réussite finale des épistoliers, dans leur effort pour maintenir le lien épistolaire, un silence ambigu. En revanche, son utilisation dans le cadre d’un débat moderne reste épineuse, et appelle une remise à plat des divers présupposés qui régissent les rapports de l’erreur à l’authenticité.

 

 

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search