Appel à contributions sur “Le temps de la fête”

Appel à contributions sur « Le temps de la fête » (Séminaire du groupe Questes, 14 février et 14 mars 2014)

« Un temps pour pleurer, un temps pour rire, un temps pour se lamenter, un temps pour danser ». Cette citation de l’Ecclésiaste (3,4) nous rappelle que l’existence de l’individu, d’un groupe humain et de la collectivité postule un temps de la fête imposé par la société ou suggéré par la circonstance.

Associer d’entrée la fête et le temps, c’est à la fois souligner les contraintes temporelles qui limitent la fête en matière de licence et de convenance, et rappeler que le temps lui-même pousse à la fête, à travers leurs hyponymes communs (anniversaire, occasion, événement voire avènement, saison…). On s’intéressera tout particulièrement à l’articulation entre les pratiques sacrées et profanes, à la fonction identitaire des célébrations (au niveau de l’individu, de la corporation, de la communauté urbaine et du pouvoir) et à l’articulation entre ordre et désordre (à l’exemple du temps carnavalesque, ou du charivari qui révèle les aspects les plus inquiétants de la fête et les tensions sociales).

Les relations entre fête et temps pourront s’organiser autour de trois problématiques :

  • fête et calendrier : la fête comme indice calendaire et organisateur temporel

Le calendrier tant rural qu’urbain alterne jours ouvrés et jours chômés (fériés) : la fête structure l’année individuelle, familiale et sociale, de manière à la fois cyclique et périodique. Ainsi la nouvelle année ou le retour des beaux jours déclenchent-ils une saison de réjouissances particulières (étrennes, bals), alors même que d’autres périodes, tel le Carême, limitent très sévèrement les réjouissances. On pourra s’interroger sur le caractère mobile ou fixe des fêtes régulières (le temps pascal, les fêtes agraires), ainsi que sur les fêtes exceptionnelles (joyeuse entrée, naissance royale), l’événement exceptionnel pouvant devenir lui-même, à travers sa commémoration, une fête récurrente (anniversaire du siège d’Orléans).

  • le rythme de la fête : temporalités et diversité internes

Objet non homogène, la fête peut se découper en différentes séquences s’identifiant parfois à des chorégraphies (tableaux des entrées royales se poursuivant à travers l’espace urbain), ou trahissant les antagonismes entre les pratiques festives de différents publics, comme on les retrouve encore dans l’ouverture de Notre-Dame de Paris de Hugo. La fête peut ainsi fonctionner selon un protocole établi d’avance, se fragmenter en diverses manifestations spontanées ou dégénérer dans des célébrations débridées contrevenant à l’ordre social établi.

  • fête et temps psychologique : le vécu de la fête

Moment déterminé dans le temps, la fête est l’occasion pour l’individu de se redéfinir au sein de sa communauté familiale, sociale et politique. La fête permet de faire corps et renouvelle les représentations collectives lors de commémorations de batailles ou d’hommages au souverain, voire dans un cadre plus restreint autour d’une danse connue de tous ou représentative d’une élite. Encourageant la symbiose en imposant une éthique des émotions collectives (la jubilation alternant avec la solennité et le recueillement), la fête peut, en négatif, mettre au jour les décalages, les marginalités : celles de l’individu dont l’état d’esprit entre en contradiction avec le temps festif (comme Charles d’Orléans dans ses poèmes de Saint-Valentin), celles des groupes isolés exclus de la vie sociale commune.

 

Quatre ou cinq contributions seront présentées lors de deux séances du séminaire du groupe Questes qui auront lieu les vendredis 14 février et 14 mars 2014 entre 18h et 20h à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente (salle D 223). Sont privilégiées les contributions de doctorants, d’élèves de master et de jeunes post-doctorants. Les présentations en langue française peuvent toucher à l’histoire, la littérature, l’histoire de l’art ainsi qu’à la philosophie et la théologie médiévales.

Les contributions pourront faire l’objet d’une parution dans le bulletin de l’association Questes au cours de l’année suivante (http://questes.hypotheses.org/category/bulletin). Certaines contributions qui n’auront pas fait l’objet d’une présentation pourront également être proposées directement sous forme d’article pour figurer dans la version électronique élargie du bulletin sur la plate-forme revues.org. Les propositions sont à envoyer aux adresses suivantes : sarah.delale@wanadoo.fr et jddelle@ehess.fr avant le 30 janvier 2014.

Sarah Delale et Jean-Dominique Delle Luche, coordinateurs du thème

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search