Séminaire du 13 décembre, « L’échec, l’erreur, la faute »

La prochaine séance du séminaire aura lieu le vendredi 13 décembre 2013, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D223.

Nous nous retrouverons pour la seconde séance consacrée au thème « L’échec, l’erreur, la faute » coordonné par Florian Besson et Catherine Kikuchi. Nous recevrons ce vendredi Sandrine Legrand qui évoquera « Les trois fautes d’Hector dans la tradition médiévale », Marie-Gaëtane Anton qui présentera « Le récit de la bataille de Nicopolis par Jean Froissart : la gloire dans l’échec » et Damien Varenne à propos de « Crime et châtiment à Melun, 991 ».

Sandrine Legrand : les trois fautes d’Hector dans la tradition médiévale

Dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, trois fautes conduisent à la mort le héros de l’œuvre, Hector, qui révèlent son manque de piété, de respect filial ainsi qu’un excès d’orgueil et justifient en quelque sorte la chute du héros. La tradition littéraire après Benoît reprendra ces trois fautes qui deviennent alors un motif inhérent au mythe.

Marie-Gaëtane Anton : Le récit de la bataille de Nicopolis (1396) par Jean Froissart : la gloire dans l’échec.

Ma communication montrera l’ambivalence du récit de cette défaite. En effet, Froissart orchestre un récit de débâcle dans lequel la faute humaine de certains chefs militaires est bien mise en avant, cependant il s’attache à dresser le portrait de Jean sans Peur comme un véritable héros, quasi victorieux malgré la défaite. Vision ambivalente fortement appréciée des ducs de Bourgogne comme en témoigne le nombre important de commandes et le  programme iconographique des Chroniques de Froissart en milieu bourguignon après 1450.

Damien Varenne : Crime et châtiment à Melun, 991

Dans cette étude nous évoquerons la dimension morale enrobant les événements survenus à Melun en 991 lors de la prise de la ville par Eudes de Blois et sa reprise par Hugues Capet et Bouchard le Vénérable.

Nous commencerons par énumérer les sources exploitées ici, qui sont surtout narratives à une exception près. Puis nous narrerons les événements en nous basant surtout sur le récit qu’en fait Richer de Reims tout en le complétant grâce à l’apport des autres sources.

Nous étudierons ensuite l’éclairage que nous apportent les réactions des différents protagonistes et la manière dont ces réactions sont mises en scène par les chroniqueurs sur la notion de trahison, de faute et de châtiment autour de l’An Mil. Nous nous intéresserons plus particulièrement à la mise en scène de l’une des rares pendaisons de femme au Moyen Age.

Enfin nous verrons en quoi l’erreur de datation faite par la plupart des chroniqueurs rapportant l’événement (ils le situent en 999) nous permet, par une comparaison des sources, ne supposer l’existence d’une source sénonaise aujourd’hui perdue et dont l’existence avait déjà été postulée par certains historiens (notamment Ferdinand Lot) sans qu’ils puissent prouver leur hypothèse. En somme nous montrerons qu’une erreur de nos sources peut parfois être plus féconde à notre réflexion qu’un récit parfaitement calibré.

 

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search