CR de la séance du 8 novembre 2013 – « L’échec, l’erreur, la faute » (I)


Compte rendu de la séance du vendredi 8 novembre 2013

L’échec, l’erreur, la faute (I)

Etaient présents pour cette première séance sur le thème : Aurélie Dumoulin, Cléo Rager, Elise Banjenec, Sarah Delale, Céline Ménager, Diane Chamboduc, Julia Conesa Soriano, Annabelle Marin, Jean-Dominique Delle Luche, Cécile Troadec, Irène Strobbe, Pauline Lambert, Fanny Oudin, Géraldine Toniutti, Marie-Gaëtane Anton, Viviane Griveau-Genest, Sara Vybiqalova, Catherine Kikuchi, Julie Pilorget, Florian Besson.

La séance commence par une introduction au thème de Florian Besson et Catherine Kikuchi.

 

Florian Besson commence par souligner le fil directeur du thème : la façon dont une époque pense ses erreurs peut être plus révélatrice que la façon dont elle pense ses succès. L’erreur, du latin error, signifie un état plus ou moins permanent dont il s’agit de sortir – d’où le verbe « errer » qui représente une action, quelque chose de dynamique. La faute, de fallere, représente une action, une chute, une transgression d’une règle, mais aussi l’idée de défaut. L’échec enfin, du jeu de société « les échecs », est le seul à appartenir personnellement à l’époque du Moyen Âge.

Il ne s’agit pas de retomber dans la vision d’un Moyen Âge obscur ou perpétuellement automnal. Au contraire, le Moyen Âge pense l’erreur dans la perspective de la réussite. L’erreur est inscrite au cœur de la nature humaine (« errare humanum est » de saint Augustin) ; la pensée de la fragilité humaine rejoint la pensée de la vanité du monde. Cette conception ne nourrit pas qu’une perception pessimiste, mais aussi une tension : Augustin rajoute « sed persevare diabolicum ». L’homme n’est pas parfait mais perfectible. L’erreur est une étape à redresser.

Catherine poursuit par trois axes. D’abord le sens concret et pratique. Avec l’importance croissante de l’histoire du livre pour les études littéraires, on a insisté sur les conditions concrètes de transmission des textes. L’attention aux erreurs est forte depuis les humanistes jusqu’aux travaux contemporains, mais on observe une évolution, que nous avions étudié lors des séances sur « Copie, originalité, authenticité ». La nuance entre erreur et variante est parfois fine ; elle est encore plus subtile pour les traductions. Catherine prend l’exemple des cornes de Moïse qui résulte d’une mauvaise traduction de l’hébreu vers le latin. Les erreurs dans les textes est l’un des arguments majeurs contre l’utilité de l’imprimerie qui diffuserait des textes antiques fautifs, dénoncés même par Erasme.

Ces erreurs peuvent aussi engendrer des erreurs de jugement, de dogme religieux, mais également médicales par exemple. La question de la faillibilité médicale du Moyen Âge et du début de l’époque moderne est aujourd’hui très étudiée. La médecine médiévale n’est pas purement spéculative, mais est au contraire appuyée sur l’expérience, malgré des catégories qui peuvent nous sembler irrationnelles. Un autre exemple d’erreur de calcul aux retombées importantes concerne la géographie incertaine : ainsi Christophe Colomb qui a cru arriver aux Indes en arrivant en Amérique. On retrouve aussi la question des mauvaises connaissances géographiques avec l’exemple de la négociation du traité de Tordesillas entre l’Espagne et le Portugal.

Enfin, cet axe se termine sur les erreurs techniques. Celles-ci sont souvent peu documentées et connues seulement indirectement. Quelques exemples subsistent : les machines de Léonard de Vinci, mais également l’erreur de Brunelleschi, ingénieur hydraulique qui accompagnait l’armée florentine lors du siège de Lucques et qui a inondé le camp de l’armée au lieu d’encercler la ville assiégée en détournant un cours d’eau.

Il faut ensuite s’intéresser aux fautes qui ont été considérées comme répréhensibles par la société. Les codes rhétoriques sont variés pour appréhender les crimes dans la littérature, même si les représentations de criminels, de félons ou de traitres abondent. Une de ces fautes parcourt la littérature médiévale, surtout la chanson de geste : la félonie au sens de rupture du lien vassalique. Les termes médiévaux pour les crimes sont de façon générale assez flous, mais leur imprécision répond aussi à la volonté de rendre compte d’une variété de situations. En réalité, nous avons assez peu d’informations sur le profil des criminels de l’époque : Claude Gauvard souligne le caractère banal de la plus part des criminels retrouvés dans les sources. Elle a également étudié la justice royale, qui est une manière d’affirmer l’honneur du roi contre la vengeance privée ; elle participe à la construction de l’Etat moderne.

Parallèlement dans l’Eglise, on assiste à la généralisation de la pratique de la pénitence, encadrée par les structures ecclésiastiques. L’excommunication elle-même est aussi pensée comme une manière de soigner le pécheur. Le pardon au contraire ne serait pas souhaitable, car la punition ne doit pas être évitée, pour le salut même du criminel. Il y a donc de la miséricorde à ne pas laisser le pécheur sans châtiment.

Florian achève sur un troisième axe, l’arrière-plan moral et théologique. La faute est déclinée sur le mode du péché qui hante l’homme médiéval. Les traités, les vitraux, les enluminures montrent la punition du pécheur. Alain Boureau réfléchit sur la faute de Lucifer : comment un ange sans désir a-t-il pu commettre le péché d’orgueil ? Et surtout, pourquoi un Dieu bon laisse-t-il faire le mal ? Cette question non résolue peut créer des angoisses qui nourrissent l’hérésie cathare. Une réflexion s’articule aussi autour de l’affirmation de l’infaillibilité pontificale. Elle participe de la théocratie pontificale, mais limite la marge de manœuvre des papes. Enfin, troisième exemple : saint Thomas et la responsabilité de l’homme. En quoi l’homme est-il responsable de ses erreurs puisqu’il est condamné à errer ?

Mais cette réflexion n’est pas réservée aux théologiens et aux juristes : elle se retrouve aussi dans les romans : les héros se trompent et en paient le prix. Ainsi la quête du Graal est un échec à cause de l’erreur de Perceval. L’inceste d’Arthur et la conception de Mordred avec sa sœur cause la destruction de son monde. Roland court à la mort et prive Charlemagne de son meilleur vassal. De même dans les chroniques : l’histoire a un sens. Elisabeth Crouzet-Pavan insiste sur la mise en scène de Jérusalem dans les chroniques comme une scène de théâtre, d’où le titre de mystères. La lecture historique de la faute n’est d’ailleurs pas propre au monde chrétien, mais on la retrouve aussi dans le monde musulman lors de la conquête de l’Espagne par exemple. La confrontation à la faute permet de donner une sens à l’histoire : comme ressort dramatique et comme ressort de la psychologie humaine. L’héroïsme s’enracine dans l’échec. Dans ces complexités se laissent entendre des angoisses, mais aussi des espoirs d’un monde soucieux de penser les échecs et les faiblesses pour se reconstruire et progresser.

Ismérie Triquet, La faute dans la légende fondatrice de l’histoire de Normandie au XIVe siècle

On enchaîne avec l’intervention d’Ismérie Triquet qui nous pose cette question : dans quelle mesure la faute devient-il un élément constitutif d’un mythe fondateur ?

Elle commence par la présentation de la légende originelle de Robert le Diable du XIIe siècle, un récit anonyme légendaire. L’épouse du duc Aubert de Neustrie ne parvient pas à avoir d’enfant et prie le Diable : elle a un enfant mauvais, Robert le Diable. Pour le remettre dans le droit chemin, elle propose de l’adouber, mais il tente de tuer son père au cours de la cérémonie. Finalement, il questionne sa mère, qui avoue sa faute ; il prend la fuite en cherchant la rédemption auprès du pape, puis d’un ermite réputé. Une lettre arrive du ciel qui donne une pénitence au jeune homme : se faire passer pour fou et ne pas parler. Il exécute ces ordres et se fait malmener, mais l’empereur de Rome le protège. Rome est attaquée par les turcs : Robert reçoit une armure immaculée qui lui permet d’aller combattre, mais anonymement. Tout le monde cherche ce chevalier, l’empereur veut lui donner sa fille, la princesse muette, mais Robert ne se présente jamais. Un sénéchal félon veut se faire passer pour lui ; la princesse, qui retrouve la parole par un miracle, révèle la véritable identité du chevalier. Robert refuse les honneurs et retourne auprès de l’ermite. Parallèlement, le duc Aubert, père de Robert, se remarie après la mort de sa première épouse, et a un fils, Richard, qui part à la croisade avec Charlemagne.

Ici, on a une mère qui est autant coupable que son fils, si ce n’est plus, elle conditionne sa méchanceté, et non sa sainteté comme dans les récits hagiographiques habituels.

On trouve un remaniement de cette légende dans la Grande Chronique de Normandie, qui met en valeur la lignée des ducs de Normandie. La conception de Robert y est très différente. Le duc Aubert veut s’unir à son épouse qui se refuse à lui, il la viole ; ils engendrent un fils mauvais. Le récit insiste beaucoup plus sur les actes méchants de son enfance (il crève les yeux de ses camarades, tue son professeur…). On retrouve le rite de chevalerie saccagé par Robert. On n’a pas d’aveux de la mère, puisqu’elle n’a rien à avouer : Robert part alors de sa propre initiative. Il assassine en chemin le fils d’un vicomte qui réclame vengeance et le traque. Le duc Aubert annonce qui pardonnera à quiconque tuera son fils. Robert rencontre directement l’ermite et fixe lui-même les termes de sa pénitence. On retrouve ici aussi le remariage du duc Robert et la naissance de Richard et d’une fille, qui donnera un héritier du duché de Neustrie Ernais ; celui-ci voudra usurper la couronne de France, et sera mis à mort, ce qui explique le rattachement de la Neustrie (ou Normandie) à la couronne jusqu’à l’arrivée de Rollon.

Cette version est plus orientée vers la psychologie. Pour accréditer son discours, l’auteur se qualifie de source. Il effectue plusieurs modifications d’ordre généalogique ; certains éléments fantaisistes sont supprimés : on observe une volonté d’historiciser la légende pour lui donner plus de crédibilité. Dans le récit remanié, les deux parents coupables d’hybris : colère, sexualité. Cette faute primitive est poursuivie par leur descendance, avec une surenchère sur les méchancetés de l’enfant. On perd le caractère éthique de la première version.

Il s’agit de donner au texte une réalité historique au service de la nostalgie identitaire normande. Mais on se pose la question de l’utilité d’une introduction aussi négative. Rollon est déjà mis en parallèle avec un personnage négatif, le pirate Hasting. On a en plus un traitre à la couronne à la fin de la lignée. Donc il est difficile de saisir l’importance des personnages les uns par rapport aux autres : ces personnages négatifs, qui servent de pendant à celui positif de Rollon, font double emploi. Dans tous les cas, la lignée négative est remplacée par une autre plus positive.

Il s’agit finalement du récit d’un échec familial, le faux-départ d’une grande dynastie.

On a seulement deux manuscrits illustrés pour la première version de la légende. Les illustrations sont centrées sur les moments surnaturels : l’ange qui apporte l’armure avec la princesse muette derrière.

Pour la mise en image du XVe, on a une image frontispice pour l’ensemble de la chronique : une fresque narrative dont il est difficile de savoir si elle retrace l’histoire de Robert le Diable ou de Richard.

Dans le manuscrit BnF ms. fr. 2623, de 1460, on a une illustration du maître de l’échevinage de Rouen ; il s’agit de l’illustration la plus complète avec de nombreux épisodes mis en image : le viol, la naissance, le meurtre du professeur et l’adoubement.

Un autre manuscrit de Paris du premier quart du XVe (BnF ms. fr. 5388), de l’atelier de l’Apocalypse de Jean de Berry, montre le meurtre du professeur et l’adoubement. L’accent est mis sur les violences contre les représentants de l’autorité.

Le manuscrit de Rouen (ms. Y 26) pose de gros problèmes d’identification. On trouve le duc Aubert à sa cour, l’adoubement, le meurtre du fils du vicomte de Coutance. C’est un ensemble un peu décousu.

En conclusion, la faute occupe une place importante dans les deux versions, mais les traditions diffèrent d’une version à l’autre.

Elise pose des questions sur le manuscrit dont l’illustration frontispice pose des problèmes d’identification, s’il s’agit de l’un ou l’autre des deux mariages du duc Aubert. Elle demande si on peut identifier le personnage avec une couronne. Ismérie répond qu’il porte effectivement une tiare, un manteau, mais pas fleurdelisé. L’identification n’est pas univoque.

Sarah demande comment, dans le cas du second mariage, on expliquerait les autres personnages qui entrent dans le château.

Jean-Dominique fait remarquer que le personnage qui serait soit le pape ou l’empereur est barbu, donc a priori pas le pape.

Elise demande s’il y a des rubriques. Ismérie répond que non. Elise remarque que cette composition est vraiment étrange, très alignée ; Ismérie répond qu’il s’agit d’une composition typique du maître de Talbot. Elise remarque que cela contraste avec le maître de l’échevinage de Rouen, qui rappelle davantage les milieux flamands. Ismérie répond que c’est normal, car il y avait beaucoup de contacts avec les milieux flamands.

Elise demande s’il est possible que l’artiste ait souhaité cette ambiguïté. Ismérie répond que oui, peut-être, car il s’agit d’une image frontispice. On a des frontispices qui expriment deux évènements, mais pas forcément d’image qui représenterait deux scènes à la fois, si l’on excepte les scène-types. Florian mentionne les scènes de bataille qui illustrent Froissart.

Werner de Saeger : La Donation de Constantin, contextualiser le faux

On enchaîne avec l’intervention de Werner de Saeger qui commence par une invitation à venir à Oxford et un court récit de ses mésaventures parisiennes. Il propose une excursion exotique vers l’antiquité tardive et le contexte de la donation de Constantin, un faux dont ne connaît pas précisément la date, entre le VIIIe et le IXe siècle. Il a été accepté pendant plusieurs siècles, jusqu’en 1439-40 quand le prêtre et humaniste Lorenzo Valla démontre par herméneutique linguistique que c’est un faux. Son jugement est globalement accepté, même s’il est parfois remis en cause car on pense qu’il n’avait pas le document original.

Il s’agit de comprendre pourquoi la Donation de Constantin a été acceptée comme vraie. Celle-ci dit que Constantin, premier empereur chrétien, donne tout le pouvoir dans l’empire occidental au pape et se retire en Orient, à Constantinople.

On ne sait pas précisément quand est né Constantin. Il arrive au pouvoir en 306 à York en Angleterre. Il dirige une partie de l’empire dans le contexte de la tétrarchie et d’un empire romain en crise. Mais il veut plus que le quart de l’empire. Il va combattre Maxence qui règne à Rome ; celui-ci sort de la ville et va à sa rencontre. Juste avant la bataille, Constantin voit dans le ciel une croix, avec l’inscription « in hoc signo vinces », « par ce signe tu vaincras ». Cette scène a été très étudiée Un jeune chercheur a été voir les conditions météorologiques : certes, mais cela pose toujours le problème de l’inscription. Constantin vainc Maxence. C’est le début de la christianisation de l’empire romain. Il prend des mesures intéressantes et très importantes selon deux axes : l’un politico-juridique, l’autre architectural qui dressent le cadre de la donation et de son acceptation.

On peut noter 4 dates politiques importantes :

313 : l’édit de Milan : une lettre plutôt qu’un édit qui garantit pour la première fois la liberté religieuse, dirigée plus spécifiquement en faveur des Chrétiens.

318 : la création de l’audentia episcopalis : l’évêque obtient un pouvoir de décision juridique. Il s’agit du transfert d’un pouvoir séculier vers une communauté ecclésiastique et religieuse.

321 : Constantin déclare obligatoire le repos dominical. Mais pensait-il au soleil (cf. sunday) ou au Dieu des Chrétiens ? Il aurait fait ainsi une sorte de syncrétisme. Les Chrétiens obtiennent dans tous les cas leur propre jour de repos, distinct du sabbat juif.

325 : premier concile de Nicée. Il s’agit de la première étape de la création d’une identité chrétienne distincte. Le concile prend notamment des décisions sur la nature divine du Christ.

On a donc toute une évolution de la liberté religieuse au pouvoir juridique aux interdictions jusqu’à la création identitaire.

En même temps, en 312, début un programme de construction phénoménal. Aux temps des persécutions, les Chrétiens de l’époque se réunissaient dans une domus dei, généralement une pièce dans la maison d’un chrétien aisé. La chrétienté obtient alors des subsides pour construire des églises, de grands bâtiments. Plusieurs choix architecturaux sont possibles, notamment reprendre les temples romains. Mais cela ne s’est pas fait tout de suite pour des raisons pratiques : les sacrifices païens se font au-dehors, la foule ne rentre pas dans les temples. Or, la religion chrétienne est participative et a donc besoin de place. On ne crée pas non plus de nouveau modèle architectural. Finalement, ils reprennent le modèle de la basilique. Celle-ci était attachée au forum romain ; les juges rendaient la justice dans l’abside. Constantin prend possession des basiliques et met des évêques à la place des juges. Il les construit souvent en périphérie de Rome, pas dans le centre où les familles sénatoriales vivaient encore. C’est un bâtiment de prestige avec de la grandeur : il symbolise un pouvoir politico-juridique et symbolique à travers une architecture impériale.

Constantin, dans les études constantiniennes, est pris dans une évolution dynamique : il peut avoir changé de vision religieuse au cours de sa vie, ou être multi-religieux. On assiste en ce moment à l’émergence d’une ontologie des études constantiniennes : un domaine à part avec des gens qui ont une expertise sur des domaines différents, mais qui cherchent à voir leurs intersections. Cela permet de nuancer la vision de la donation : il existe un degré de vérité, car les meilleurs fraudeurs sont ceux qui mêlent le vrai et le faux. Mais il y a toujours une différence entre les concepts d’auctoritas et de potestas : l’auctoritas donnée par Constantin aux représentants de la Chrétienté, n’est pas tout à fait égale à la potestas que la donation confère au pape.

Sarah demande d’expliquer les arguments de Valla. Werner répond que Valla a regardé la langue, alors que lui avait regardé le contexte. Il a trouvé dans le document le mot « fief » qui est médiéval et non romain. Il faut dire qu’il était sponsorisé par des personnes anticléricales ou en conflit avec l’Église. Il a regardé la grammaire, les constructions de phrases absentes à l’époque supposée de la donation. Mais on se demande s’il n’avait pas lui-même une version trafiquée.

Jean-Dominique pose la question d’un autre texte, un faux, analysé par Pétrarque, le privilegium majus sur l’indépendance de l’Autriche et le titre d’archiduc, un faux qui a été validé par l’empereur. Il demande également s’il y a eu des polémiques autour de Valla. Werner répond que des gens fidèles à l’Église ont en effet été très agressifs et que Valla n’a pas osé tout de suite publier son texte.

Diane a un vague souvenir que la Donation avait été écrit à peu près à partir de Pépin le Bref. Werner répond qu’on n’a pas le document original ce qui pose problème pour sa datation.

Sarah demande comment elle est présentée dans les manuscrits avec une glose, des commentaires… Werner ne sait pas, mais Céline répond que la donation est reproduite dans le liber pontificalis, qui n’est pas fiable comme le souligne Werner, et est réécrit en partie au XIIe.

Catherine demande s’il n’y a pas eu une critique de la Donation déjà peu de temps avant par Nicolas de Cues. Werner répond que oui, mais Valla est le premier a l’avoir fait de façon irréfutable, par des arguments linguistiques.

Fanny revient sur un détail, à savoir la différence entre édit, lettre et acte pour l’édit de Milan et formule l’hypothèse que le recours à la forme épistolaire pourrait être lié à l’originalité de cette loi, peut-être par prudence. Werner répond que oui. Constantin était prudent, ce qui pourrait expliquer le recours à cette forme particulière pour une décision qui a une grande force.

Florian repose une question à Ismérie sur le nom de Robert le Diable qui continue à s’appeler ainsi même si le Diable disparaît dans la 2nde version. Ismérie répond que c’est un nom donné et déformé. Il est diabolique par ses actions plus que par son ascendance.

La séance est levée à 20h et les discussions se poursuivent à l’extérieur.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...